Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #L'art sur les chemins du feu
Mt Tarawera - images d'archives après l'éruption du 10 juin 1886 - photo Waimangu Valley via Brad Scott

Mt Tarawera - images d'archives après l'éruption du 10 juin 1886 - photo Waimangu Valley via Brad Scott

A 0h30 le 10 juin 1886, les habitants locaux sont réveillés par de violents tremblements marquant le début de l’éruption. La phase initiale est de type phréatomagmatique, résultante de la montée d’un magma basaltique – et différent du magma rhyolitique d’autres éruptions – et de sa rencontre avec les eaux souterraines à une profondeur de 300 mètres sous la surface. A 1h30, le flanc du dôme Wahanga explose, ouvrant une fissure. L’ouverture par étapes et l’élargissement de la fissure éruptive résultent en une série de 13 cratères au travers du complexe de dômes Tarawera.

 

Mt Tarawera - images d'archives après l'éruption du 10 juin 1886 - photo Waimangu Valley via Brad Scott

Mt Tarawera - images d'archives après l'éruption du 10 juin 1886 - photo Waimangu Valley via Brad Scott

A gauche, Tarawera - le centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - à droite, Carte du rift Tarawera 1886, du volcan Tarawera et des lacs avant l'éruption – Doc. GNS - un clic pour agrandirA gauche, Tarawera - le centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - à droite, Carte du rift Tarawera 1886, du volcan Tarawera et des lacs avant l'éruption – Doc. GNS - un clic pour agrandir

A gauche, Tarawera - le centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - à droite, Carte du rift Tarawera 1886, du volcan Tarawera et des lacs avant l'éruption – Doc. GNS - un clic pour agrandir

Aux environs de 2h30, trois sommets sont en éruption, les dômes de lave visqueuse ont explosés, générant des panaches atteignant plusieurs dizaines de milliers de mètres de hauteur.

Le surge pyroclastique initial détruit plusieurs villages Maori dans les environs, le plus connu étant Te Wairoa, et les cendres du volcan sont retrouvés jusque Christchurch. Les résidents d'Auckland peuvent voir des flashs lumineux et entendre des grondements, à tel point qu'ils croient en une attaque de la flotte Russe.

Des coulées pyroclastiques vont affecter les flancs sud, est et nord de la chaîne ; ils donneront par la suite des lahars.

Dans la partie sud de la fissure éruptive, en contact avec les eaux du lac Rotomahana, des explosions phréatiques créent de grands cratères.

Tableau de Charles Blomfield, illustrant d'après témoignages l'éruption du Mount Tarawera le 10 juin 1886

Tableau de Charles Blomfield, illustrant d'après témoignages l'éruption du Mount Tarawera le 10 juin 1886

La phase principale plinienne génère une colonne éruptive d’environ 30 kilomètres de haut, d’après l’analyse des dépôts, et pourrait avoir cessé au bout de quatre heures. Une étude des dépôts proches de la fissure corrobore les témoignages faisant état de de plusieurs colonnes éruptives plus petites alimentant la colonne plinienne principale. On pense aujourd’hui que les évents de 4 cratères , situés dans une zone comprise entre le cône de tuff Ruawahia et la portion sud-ouest du dôme Tarawera, ont contribué à l’établissement de la colonne plinienne. Au cours de cette phase plinienne, des évents plus faibles situés dans la section nord-est de la fissure ont eu une activité strombolienne.

A la fin de la phase plinienne, une brève phase phréatomagmatique a pris place, peut-être à la suite d’un nouvel effondrement du sommet de la colonne magmatique dans les eaux souterraines.

 

Le Mont Tarawera - photo Gerald Viabloga

Le Mont Tarawera - photo Gerald Viabloga

La fissure éruptive du Tarawera - photo C.Lindberg

La fissure éruptive du Tarawera - photo C.Lindberg

Cette éruption, qualifiée par le GVP de VEI 5, a ouvert un rift de 17 km de long à travers le sommet de la montagne, du lac Rotomahana et jusque dans la vallée de Waimangu. Un mélange de vapeur et de roche finement fragmentée, connue sous le nom de " Boue de Roromahana ", formé par les éruptions phréatiques / phréatomagmatiques massives , s’est propagé comme un base surge sur 4 à 6 km, causant destruction et morts. Bien que certains décès soient causés directement par ce surge, la plupart fut attribué à l’effondrement des toits sous l’accumulation de cendres humides. Des villages furent détruits et à la place du site des Pink & White terraces, un cratère profond de plus de 100 mètres s’est ouvert.

Peinture de K.Watkins, illustrant l'apparition du canoë fantôme sur les eaux du lac Tarawera avant l'éruption - doc. OSU

Peinture de K.Watkins, illustrant l'apparition du canoë fantôme sur les eaux du lac Tarawera avant l'éruption - doc. OSU

La description de la scène par William Bird : " Le lac Tarawera était comme un miroir de cuivre, réfléchissant la montagne de la base au sommet. Dominant le tout, un grand rideau de nuages, sombres sur le dessus, et éclairés de jaune et de safran à leur face inférieure. Des nuages, sortaient de grandes boules de roches enflammées qui tombaient par moment, avec des éclaboussures dans les eaux du lac ". 

Cette éruption a fasciné beaucoup de personnes, car elle se mêle à la culture Maori. Onze jours avant l'éruption, un canot de guerre traditionnel Maori a été aperçu voguant sur le lac Tarawera. Sur le canoë, deux rangées de personnes habillés pour le deuil ... selon la culture Maori, ce canoë de guerre semble correspondre à des âmes transportées vers la montagne des morts, le Mont Tarawera.Aussi loin que l'on connait l'histoire des Maori, il n'ya pas eu de guerre dans cette zone, et la présence du canoë de guerre spirituel est donc considérée comme un pressentiment sinistre, annonciateur de mort. Ce fut le cas, 11 jours plus tard.

Sources :

- GNS - Okataina Volcanic Centre/ Mt Tarawera Volcano

- Te Ara – Historic volcanic activity – Tarawera

- Global Volcanism Program – Okataina volcanic center

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog