Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les sources d’obsidienne en Mésoamérique, bien que correspondant en répartition avec les zones d’existence de volcans, sont limitées en nombre.

Elles restent confinées au TMVB – le champ volcanique trans-mexicain, avec les sites majeurs du Cerro de las Navajas, d’Otumba et de Pachuca, et aux sites Guatémaltèques, dont El Chayal et  Ixtepeque.

Les mines sont exploitées de façon intensive, soit à ciel ouvert, soit par des puits profonds et des galeries souterraines.

Les différentes sources d'obsidienne en Méso-amérique (étoiles blanches) - doc. English wikipedia

Les différentes sources d'obsidienne en Méso-amérique (étoiles blanches) - doc. English wikipedia

L’obsidienne est omniprésente dans tous les ensembles archéologiques, quelle que soit la culture ou la période … c’était un matériau de première importance dans ces civilisations, en l’absence d’outils métalliques, lié à l’économie et à la vie symbolique au cours de quelques 3.000 ans, et qui a joué un rôle important dans la pratique de la chasse et de l’agriculture, et surtout en tant qu’arme et lame de sacrifice.

A gauche, Guerriers Aztèques avec leur Macuahuitl : épée-massue pour les combats rituels, dotées de lames en obsidienne - doc. Codex Florentin IX - à droite, Pointes de lance en obsidienne, retrouvéess dans une offrande de la cité maya de Palenque (Musée de l'Amérique, Madrid). - Un clic sur les photos pour les agrandir.A gauche, Guerriers Aztèques avec leur Macuahuitl : épée-massue pour les combats rituels, dotées de lames en obsidienne - doc. Codex Florentin IX - à droite, Pointes de lance en obsidienne, retrouvéess dans une offrande de la cité maya de Palenque (Musée de l'Amérique, Madrid). - Un clic sur les photos pour les agrandir.

A gauche, Guerriers Aztèques avec leur Macuahuitl : épée-massue pour les combats rituels, dotées de lames en obsidienne - doc. Codex Florentin IX - à droite, Pointes de lance en obsidienne, retrouvéess dans une offrande de la cité maya de Palenque (Musée de l'Amérique, Madrid). - Un clic sur les photos pour les agrandir.

Les premiers signes d’occupation humaine au Guatemala sont datés de 10.000 avant JC … et ce par des outils et des armes d’obsidienne.

Les routes Mayas :

Les routes utilisées par les Mayas, pour le transport de l’obsidienne ( et du jade) entre les trois sources majeures localisées dans les hautes Terres et les basses terres, le Petén et le Yucatan, se répartissent entre la route Motagua – Caraïbes, soit par la rivière Motagua, via ses affluents, puis les rio Azul et la rivière Mopan, et enfin le contour de la péninsule du Yucatan, grâce à des canoës, ou par la route terrestre par l’Alta Verapaz. Les facteurs historiques et socio-politiques régissant les sociétés Mayas ont impliqué une certaine instabilité de ces systèmes commerciaux, ne fut-ce que par la présence de deux routes en compétition.

Le commerce concernait deux produits majeurs aisément transportables, les lames prismatiques et les gros nucleus / cœurs. Un grand atelier de transformation était situé à El Baúl Cotzumalguapa, sur le piémont côté Pacifique ; on y transformait les cœurs d’obsidienne en macro lames, et celles-ci en couteaux ou pointes de projectiles. Cette production centralisée fournissait une demande locale et régionale en outils coupants, armes de jet, et instruments divers de grattage, polissage et perforation.

Routes commerciales au temps des Mayas - carte Authentic Maya.

Routes commerciales au temps des Mayas - carte Authentic Maya.

A gauche, Un fragment de lame prismatique en obsidienne provenant du site maya de Chunchucmil - photo P.C.Hixhon  - à droite, Poignard sacrificiel à manche serpentiforme en obsidienne arc-en-ciel du Mexique (26,5 x 4 cm)  - doc.CrearcheoA gauche, Un fragment de lame prismatique en obsidienne provenant du site maya de Chunchucmil - photo P.C.Hixhon  - à droite, Poignard sacrificiel à manche serpentiforme en obsidienne arc-en-ciel du Mexique (26,5 x 4 cm)  - doc.Crearcheo

A gauche, Un fragment de lame prismatique en obsidienne provenant du site maya de Chunchucmil - photo P.C.Hixhon - à droite, Poignard sacrificiel à manche serpentiforme en obsidienne arc-en-ciel du Mexique (26,5 x 4 cm) - doc.Crearcheo

L’obsidienne a joué un rôle symbolique important dans la vie des Mayas, répartis entre le Guatemala et le Chiapas, au Mexique. Quelques exemples d’utilisation :

Elle est utilisée dans les rituels d’auto-sacrifice par prélèvements sanguins …l’obsidienne est considérée comme "le sang de la terre", et revêt par analogie un caractère symbolique.

Lors de cérémonies sacrificielles, on ôtait  le cœur des prisonniers, pour l’offrir encore palpitant aux dieux du haut des pyramides, à l’aide de couteaux d’obsidienne.

A la mort d’un prince Maya, des milliers d’éclats d’obsidienne étaient déversés à l’entrée de la sépulture : bien que ce rite ne soit pas encore interprété, la symbolique du matériau est importante.

Obsidienne d'El Chayal / Guatémala - photo sfu.museum

Obsidienne d'El Chayal / Guatémala - photo sfu.museum

Les routes Mexicaines :

Les différentes peuplades amérindiennes du Mexique ont utilisé dans un premier temps les routes d’approvisionnement des Mayas, pour les prolonger ensuite jusqu’à leur divers centres religieux.

L’obsidienne utilisée au Mexique provenait, non seulement des divers centres d’extraction proches, Cerro de Las Navajas, Pachuca, mais de centres plus éloignés, transportée le long des routes commerciales côtières, la principale étant celle contournant la péninsule du Yucatan.

Un brassage important de l’obsidienne a existé : pour exemple, de l’obsidienne de Pachuca, sous contrôle de Teotihuacan, a été mise au jour dans la zone Maya, alors que leur source d’El Chayal était plus proche. Cette source guatémaltèque était par contre utilisée par les Olmèques de la côte du Golfe.

Eclats d'obsidienne de Las Navajas - photo Trotamexico

Eclats d'obsidienne de Las Navajas - photo Trotamexico

Quelques sources au Mexique :

Les sources d’obsidienne sous le contrôle de Teotihuacan, métropole multiculturelle de la période Classique ancienne, comprennent e.a. le site d’Itzépetl, le colline d’obsidienne en nahuatl, aussi connue par les espagnols comme le Cerro de Las Navajas, à l’ouest du TMVB. On y retrouve de l’obsidienne de plusieurs couleurs : noir, vert jade et rougeâtre.

L’obsidienne du centre volcanique Sierra de Pachuca, au nord du TMVB, est renommée pour sa couleur verte translucide et sa pureté. D’autres variétés coexistent dans la région, avec des obsidiennes brunes à grises, démontrant qu’une seule région volcanique peut inclure diverses coulées d’obsidienne, chacune caractérisée par des propriétés optiques et chimiques propres et différentes.

La zone de Tulancingo posséde aussi de l’obsidienne verte, mais distinguable de celle de Pachuca par son opacité interne, ce qui la rend plus sombre et laiteuse.

 

Sources :

- Authentic Maya - Guatemala, the cradle of tle Mayan civilization - link

- Authentic Maya - Obsidian in the Maya World - link

- Tulancigo cultural - Cerro de Las Navajas - link

- Créarchéo - L'art Maya et les excentriques - link

- Les mines-ateliers d'obsidienne de la région de Zinaparo Prieto, Michoacan, Mexique - link

Ni cet aperçu des routes de l'obsidienne en Méso-amérique, ni ces sources ne se veulent exhaustives !

Commenter cet article

Ghislaine 13/04/2014 09:01

Quel usage fait on aujourd'hui de l'obsidienne ?

bernard Duyck 13/04/2014 10:26

Bonjour Ghislaine, l'obsidienne sert aujourd'hui en bijouterie, en lithothérapie, et même en chirurgie oculaire de pointe, où les lames d'obsidienne ont un tranchant plus fin que les scalpels. ;-)

Articles récents

Hébergé par Overblog