Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les sources d’obsidienne sud-américaines :

En Colombie, l’Ingeominas signale de l’obsidienne dans une coulée du Cerro Azafatudo, à Cargachiquito, mais la qualité du verre n’a pas été jugée satisfaisante pour l’exploitation préhistorique. Des nodules ont été retrouvés dans des dépôts ignimbritiques recoupés par les rios Hondo et Negro, provenant d’éruption du Huila et du Cauca, datés de 4,27 à 3,46 Ma.

Les traces des premiers occupants du continent sud-américain, principalement dans la Cordillère des Andes, sont retrouvées dans la Sierra centrale de l’Equateur : grattoirs, flèches et lames d’obsidienne témoignent d’une occupation humaine constante pendant 5.000 ans

La coulée de Mullumica, constituée de deux épanchements superposés, est longue de 6 km, pour l’épanchement inférieur, et est épaisse de 150 mètres. Elle est datée de 180.000 à 200.000 ans. L’obsidienne a été exploitée durant la préhistoire, avec des ateliers de taille en pied de falaise dans des abris ou grottes creusées dans la coulée.

Au Cotopaxi, de l’obsidienne se retrouve dans les dépôts de deux principales phases d’activité, datées du paléo-Cotopaxi, entre 540.000 et 560.000 ans, et d’une autre phase, entre 310.000 et 18.000 ans.

Sources d'obsidienne au Pérou - doc. Andean Obsidian Distributions through Time

Sources d'obsidienne au Pérou - doc. Andean Obsidian Distributions through Time

Au Pérou, un type d’obsidienne,connue dans les années 70 sous le nom de type du Bassin Titicaca, et largement répandue dans les Andes préhispaniques, a sa source géologique dans la Vallée de Colca, près d’Araquipa. Le type géochimique fut documenté sous les noms de Source Chivay et source Cotallalli.

Des coulées d’obsidienne sont encore émises actuellement, comme lors de l’éruption du Puyehue- Cordon Caulle en 2011-2012, au Chili.

Coulées d'obsidienne émises par le volcan Puyehue- Cordon-Caulle au Chili - image Nasa 2011

Coulées d'obsidienne émises par le volcan Puyehue- Cordon-Caulle au Chili - image Nasa 2011

"Ruta Qhapaq Ñan, El camino que nos une" - photo La Republica Peru

"Ruta Qhapaq Ñan, El camino que nos une" - photo La Republica Peru

Les routes de l’obsidienne sur le continent sud-américain :

Des voies commerciales empruntent diverses routes, maritime le long des côtes ouest du continent, ou terrestres, entre la côte et la cordillère d’une part, ou dans les hauteurs de celle-ci. Des indices d’utilisation indiquent la fréquentation depuis 10.000 ans, par les chasseurs-cueilleurs préhistoriques (de 9.000 av JC à 400 après JC), par l’Empire Inca ensuite (Caminos del Inca).

Les déplacements de marchandises sur ces énormes distances n’impliquent pas forcément le déplacement des hommes sur le trajet total. Le produit, dont l’obsidienne peut passer de main en main.

Sous l'empire Wari (600-1100), un premier réseau de voies de communication aurait été édifié (Lumbreras, 2004). Les Incas ont hérité de ce maillage territorial pour l’ériger, le consolider et l’organiser en un système de communication centralisé original, disposant d’infrastructures propres. L'extension du réseau de chemin a suivi celle de la domination inca dans les Andes.

Le Qhapaq Ñan (nom quechua signifiant " chemin royal " et fréquemment remplacé par l'expression " chemin de l'Inca " ) était l’axe principal du projet économique et politique de l’Empire Inca. Long de plus de 6000 kilomètres, il permettait à l’Inca de contrôler son Empire, de déplacer ses troupes depuis la capitale, Cusco. Un réseau secondaire de routes transversales, long de plus de 45 000 km, reliait alors le Qhapaq Ñan à la côte, et au bassin amazonien.

L'obsidienne sous les ailes du condor - Canyon de Colca / Pérou - photo Adehm.de

L'obsidienne sous les ailes du condor - Canyon de Colca / Pérou - photo Adehm.de

Routes commerciales au temps de l'Empire Inca - en vert, les routes d'alitude - en bleu, la route côtière - en mauve, les tranversales -  doc. Manco Capac

Routes commerciales au temps de l'Empire Inca - en vert, les routes d'alitude - en bleu, la route côtière - en mauve, les tranversales - doc. Manco Capac

Qhapaq Ñan  ... quelque part sur le chemin de l'Inca - photo Unesco

Qhapaq Ñan ... quelque part sur le chemin de l'Inca - photo Unesco

Au Pérou et surtout au Chili, l’obsidienne a servi de monnaie-marchandise. Les pointes de flèche et de lances, objets d’une forte demande, avait une valeur soutenue.

Ces routes commerciales vont de l’Equateur jusqu’au sud du continent sud-américain : La Quebrada de Humahuaca est une longue vallée de montagne aride, située dans la partie NO de l’Argentine ; elle constitue un lien matériel important entre les hautes terres des Andes et les plaines tempérées du sud-est de l’Amérique du sud.

Sources :

- Caractérisation par analyse élémentaire (PIXE et ICP-MS/-AES) d’un verre naturel : l’obsidienne. Application à l’étude de provenance d’objets archéologiques./ Les obsidiennes d’Equateur et de Colombie - par L.Bellot-Gurlet / Thèse CNRS.

- Andean Obsidian Distributions through Time - link

- Qhapaq Ñan , la grande route des Andes -  link

- Unesco - Qhapaq Ñan , chemin principal Andin - link

- over.blog - Cordon Caulle - avancée de la coulée d'obsidienne rhyolitique un an après l'éruption.

- Unesco - La Quebrada de Humahuaca - link

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog