Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Overlook crater 06.06.2014 - un léger dégazage laisse apercevoir les bords du cratère et le lac de lave.- photo HVO-USGS

Overlook crater 06.06.2014 - un léger dégazage laisse apercevoir les bords du cratère et le lac de lave.- photo HVO-USGS

Plus de cinq ans d’activité volcanique au cratère sommital Halema’uma’u  … une célébration à deux vitesses !

Une belle et longue activité :

L’éruption sommitale la plus longue du Kilauea, depuis 1924, a débuté début mars 2008. Des signes avant-coureurs contradictoires avaient intrigué les volcanologues dès novembre 2007 : le niveau du trémor au-dessus de la normale suggérait des mouvements magmatiques en sous-sol, de même qu'une augmentation des émissions de SO2. Par contre, un phénomène déflatoire marquait le sommet du Kilauea. Le 12 mars 2008,une zone d’émanations gazeuses de haute température marquait la paroi sud du cratère Halama’uma’u.

Le 19 mars, à 2h58, un cratère de 35 m. de large s’ouvre sous la zone d’émanations et une éruption explosive projette des fragments incandescents du plancher ancien et des parois de l’Halema’uma’u. Quelques jours plus tard, du matériel juvénile est éjecté du nouveau pit crater, désormais appelé " Overlook crater ". Un survol en hélicoptère le 5 septembre va confirmer de visu la présence d’un lac de lave situé en profondeur dans Overlook crater.

Kilauea / Halema'uma'u - Overlook crater, le 09.05.2008 - photo HVO-USGS

Kilauea / Halema'uma'u - Overlook crater, le 09.05.2008 - photo HVO-USGS

Malgré des fluctuations de niveau, le lac de lave demeure profondément dans le cratère, et n’est vu qu’occasionnellement. En mi-février 2010, le lac de lave permanent apparait dans le cratère Overlook, en même temps qu’une inflation du sommet. Il va persister jusqu’en fin 2013, avec une brève interruption d’une semaine en mars 2011, suite à une dépressurisation du système magmatique en relation avec l’éruption Kamoamoa.

Kilauea - le cratère sommital Halama'uma'u, et le pit Overlook dégazant, le 14.05.2010 - photo HVO-USGS

Kilauea - le cratère sommital Halama'uma'u, et le pit Overlook dégazant, le 14.05.2010 - photo HVO-USGS

Kilauea - le niveau bas du lac de lave  / à gauche, le 19.03.2010 - à droite, le 08.03.2011 - un clic pour agrandir  - photos caméra thermique HVO-USGSKilauea - le niveau bas du lac de lave  / à gauche, le 19.03.2010 - à droite, le 08.03.2011 - un clic pour agrandir  - photos caméra thermique HVO-USGS

Kilauea - le niveau bas du lac de lave / à gauche, le 19.03.2010 - à droite, le 08.03.2011 - un clic pour agrandir - photos caméra thermique HVO-USGS

Kilauea - Le niveau du lac est à 50 mètres sous le bord du cratère Overlook, le 17.10.2012 - photo HVO-USGS

Kilauea - Le niveau du lac est à 50 mètres sous le bord du cratère Overlook, le 17.10.2012 - photo HVO-USGS

Kilauea - le lac de lave dans toute sa splendeur, le 18.10.2012. Le niveau est à 42 mètres sous le bord du pit Overlook - photo HVO-USGS

Kilauea - le lac de lave dans toute sa splendeur, le 18.10.2012. Le niveau est à 42 mètres sous le bord du pit Overlook - photo HVO-USGS

Les fluctuations de niveau du lac de lave sont liées aux gaz poussant la lave vers le haut, ensuite s’échappant, avec une baisse de niveau du lac. Ces oscillations cycliques font varier le niveau entre 22 et 220 mètres sous le bord du cratère Overlook. Le niveau du lac dépend aussi de l’alimentation magmatique au niveau de l’East rift zone, et de l’éruption du Pu’u O’o.

Le système de plomberie du Kilauea, et l'alimentation du lac de lave sommital et de l'east rift zone au départ d'une chambre magmatique superficielle - Schéma J.Johnson 2000 / HVO-USGS

Le système de plomberie du Kilauea, et l'alimentation du lac de lave sommital et de l'east rift zone au départ d'une chambre magmatique superficielle - Schéma J.Johnson 2000 / HVO-USGS

L’activité du lac de lave a fragilisé les parois du pit crater et celui-ci s’est agrandi jusqu’à atteindre en fin 2013, suite à divers effondrements, des dimensions respectables : 160m sur 215. Ces effondrements des parois ont généré des épisodes explosifs, amenant à fermer les zones proches du cratère. Entre ces explosions, l’émission en continu d’un panache transporte des gouttelettes de lave, qui produisent des larmes et des cheveux de Pelé, et des cendres.

Le revers de la médaille :

Outre les cendres et particules, le panache éruptif entraîne aussi  des gaz : vapeur d’eau, CO2, SO2, HCl et HF.

Les 500 à 5.000 tonnes de dioxyde de soufre émises quotidiennement dans l’atmosphère génèrent un VOG / un SMOG volcanique. Ce brouillard acide cause des irritations respiratoires et oculaires sur les zones exposées de l’ouest, et selon les conditions de vent, sur d’autres zones habitées d’Hawaii.

Les pluies acides dégradent les équipements et toitures des environs, pouvant même être responsables de contamination des eaux par le plomb relâché. Les domaines agricoles enregistrent aussi les conséquences du VOG, qui attaque plantes et récoltes, endommage les clôtures et les infrastructures.

Archipel hawaiien - position du VOG à l'ouest de Big Island , le 10.12.2009 - doc. Nasa

Archipel hawaiien - position du VOG à l'ouest de Big Island , le 10.12.2009 - doc. Nasa

Affiche informative de l'USGS sur le VOG - doc. Honoluluadvertiser

Affiche informative de l'USGS sur le VOG - doc. Honoluluadvertiser

Sources :

- USGS - The First Five Years of Kīlauea’s Summit Eruption in Halema‘uma‘u Crater, 2008–2013

- HVO-USGS - rapports et photos régulièrement publiés.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog