Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Encelade, une des lunes de la planète Saturne, a été inspectée à partir de 2004 par la sonde Cassini.

Le fait qu’Encelade expulse de l’eau dans l’espace n’est depuis plus une surprise… mais d’où provient cette eau ? d’eau située juste sous la surface ou d’eau située en profondeur ?

Encelade - un survol en 2009 par Cassini a révélé les panaches de vapeur d'eau et de glace, le long des "tiger stripes" situés près du pôle sud.

Encelade - un survol en 2009 par Cassini a révélé les panaches de vapeur d'eau et de glace, le long des "tiger stripes" situés près du pôle sud.

A gauche, vue d'artiste de la pénétration d'Encelade dans les panaches - à droite, comparaison de taille entre encelade, la lune et notre Terre - doc. Nasa JPL - Caltech - SSI. - un clic pour une vue entière.A gauche, vue d'artiste de la pénétration d'Encelade dans les panaches - à droite, comparaison de taille entre encelade, la lune et notre Terre - doc. Nasa JPL - Caltech - SSI. - un clic pour une vue entière.

A gauche, vue d'artiste de la pénétration d'Encelade dans les panaches - à droite, comparaison de taille entre encelade, la lune et notre Terre - doc. Nasa JPL - Caltech - SSI. - un clic pour une vue entière.

Le bassin de geysers d'Encelade, modélisation 3D - doc. in Porco C. & al.2014 / Astronomical Journal / NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

Le bassin de geysers d'Encelade, modélisation 3D - doc. in Porco C. & al.2014 / Astronomical Journal / NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

Cassini a approché en 2009 des panaches émis par Encelade et ses instruments ont permis une découverte : l’eau émise est salée. Cette particularité met en évidence une origine de l’eau depuis une profondeur suffisante pour avoir eu un contact prolongé avec les minéraux constituants ce satellite.

 

Tout récemment, des mesures de variations subtiles du champ de gravité d’Encelade suggèrent la présence d’un océan situé à 48 km sous une épaisse couche de glace. Une étude de l’équipe de Carolyn Porco, publiée en mars 2014 dans The Astronomical Journal, présente une analyse du geysering, des contraintes de marées et de l’émission thermique anormale de la zone du pôle sud d’Encelade, où une centaine de geysers en éruption sont situés sur quatre fractures importantes recoupant la région. 

Coupe dans la calotte glaciaire d'Encelade à l'aplomb d'une fracture et des geysers actifs, illustrant la structure physique et thermique et les processus en cours sous et à la surface du satellite. - doc. NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute.

Coupe dans la calotte glaciaire d'Encelade à l'aplomb d'une fracture et des geysers actifs, illustrant la structure physique et thermique et les processus en cours sous et à la surface du satellite. - doc. NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute.

Les fractures sont connues comme " tiger stripes " / des griffures de tigre. Concernant trois ou quatre geysers, les emplacements proviennent de points chauds situés juste quelques dizaines de mètres à côté.

D’après Carolyn Porco : " Ce ne sont pas des phénomènes proche de la surface … Ceci indique que le seule source possible des geysers se trouve dans la mer sous-jacente. Nous sommes convaincus que le fractures plongent en profondeur. "

Encelade - vue le long des fractures du pôle sud, expulsant des geysers d'eau et glace - photo NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute.
Encelade - vue le long des fractures du pôle sud, expulsant des geysers d'eau et glace - photo NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute.

Encelade - vue le long des fractures du pôle sud, expulsant des geysers d'eau et glace - photo NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute.

Sources :

- CICLOPS – Cassini Imaging Central Laboratory Operations - link 

- IOP Science - How the Geysers, Tidal Stresses, and Thermal Emission across the South Polar Terrain of Enceladus are Related  - Carolyn Porco et al. 2014 The Astronomical Journal 148 45 - link

 

Commenter cet article

Bernard Duyck 01/08/2014 15:57

Oui, Dominique ... dommage qu'on ne puisse y faire un tour !

dominique 01/08/2014 10:16

Fascinant !

Articles récents

Hébergé par Overblog