Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Mythes et légendes.

Les légendes nordiques  :

" Il y eu trois ans d’hiver ! Le premier hiver fut appelé hiver des vents …les tempêtes ont soufflées, la neige est tombée en abondance et le gel fut puissant. Le deuxième hiver fut appelé Hiver de l’Epée : les hommes, laissés en vie par l’hiver précédent, volèrent et tuèrent à l’arme blanche pour se nourrir de ce qui restait. Le troisième hiver fut appelé Hiver du Monde : L’ancienne sorcière qui vivait dans le bois de Fer a nourri le loup Managarm avec les hommes laissés sans sépulture. Les héros du Valhalla virent leur siège éclaboussé par le sang jaillissant des mâchoires de Managarm … signe pour les dieux que la bataille finale approchait."

 

Ce texte de la mythologie nordique fait référence à Ragnarök, la fin du monde prophétique comprenant trois hivers sans soleil, Fimbulvetr, suivis d’une bataille gigantesque dans la plaine de Vigrid. Presque tous les dieux, les géants et la quasi totalité des hommes périrent … le monde fut submergé par les flammes et submergé par les flots.

Vue d'artiste de Ragnarök, le combat final - photo Norse mythology.

Vue d'artiste de Ragnarök, le combat final - photo Norse mythology.

Ragnarök est à la fois l’effondrement de l’ancien ordre mondial, et l’émergence d’un monde nouveau. Les dieux restants vont rencontrer le seul couple d’humains qui a survécu, en se cachant lors de la destruction dans une forêt, se sustentant de la rosée matinale pour se maintenir en vie. Ce couple va repeupler le monde nouveau.

Le thème de Ragnarök est relaté par un clerc Islandais dans la Völuspá, une section de  l’Edda poétique, après l’an mil, et dans d’autres textes qui s’en inspirent.

L’étymologie du terme Ragnarök est controversée : diverses significations émergent, toutes cataclysmiques !  … " Destin final des dieux", "crépuscule des dieux", "renouvellement de la puissance divine", "destruction du monde"  …

Sujet de nombreuses études et objet de controverses, ces textes font références selon les uns à l’Apocalypse, et d’autres récits bibliques, pour d’autres à des influences païennes extérieures, réinterprétées et déformées par les auteurs suivants. Ils pourraient aussi puiser leur source dans l’observation des catastrophes naturelles qui ont marqué l’Islande.

Ragnarök, le combat final  - doc.by Johannes Gehrts / lastwordonnothing.

Ragnarök, le combat final - doc.by Johannes Gehrts / lastwordonnothing.

Le portail nord du XIe siècle de la Stavkirke d'Urnes a été interprété comme comportant des scènes de serpents et de dragons qui représentent le Ragnarök - photo Nina-no.

Le portail nord du XIe siècle de la Stavkirke d'Urnes a été interprété comme comportant des scènes de serpents et de dragons qui représentent le Ragnarök - photo Nina-no.

Légende et volcanisme responsable :

Les trois hivers rigoureux et la submersion par les flammes laissent penser d’une part à un "hiver volcanique" lié à une éruption de grande ampleur, les flammes également.

Le géologue et historienne Jelle Zeillinger de Boer, de l’Université Wesleyan du Connecticut, estime qu’on peut lier le mythe à une éruption catastrophique qui a marqué les esprits au cours du 9°siècle. Elle aurait été suivie de conséquences climatiques, de séquelles psychologiques, de bouleversements politiques et socio-économiques.

 Système volcanique du  Bárðarbunga : la ligne de cratère appelée Vatnaöldur - photo Rajan Parrikar.

Système volcanique du Bárðarbunga : la ligne de cratère appelée Vatnaöldur - photo Rajan Parrikar.

Une éruption massive aurait eu lieu vers 870, période à laquelle les Vikings se sont établis en Islande. Les archéologues ont appelé la couche de cendre de cette éruption la "couche de l’établissement", et l’utilise pour fixer la frontière avant et après l’occupation de l’Islande par les humains.

De nombreuses éruptions se sont passées au sud-ouest du glacier Vatnajökull, dans le système volcanique du Bárðarbunga, au niveau d’une ligne de cratère appelée Vatnaöldur, avant de migrer vers la ligne de cratère Veiðivötn, située dans une zone lacustre. Des explosions particulièrement explosives ont produit des basaltes tholéiitiques d’un volume estimé à 5-10 km³. Ces éruptions ont un VEI de 4.

Volcans sous et aux environs du Vatnajökull - les cratères Vatnaöldur et Veiðivötn au SO du glacier- carte Einarsson

Volcans sous et aux environs du Vatnajökull - les cratères Vatnaöldur et Veiðivötn au SO du glacier- carte Einarsson

Au dessus, la "couche de l'établissement" plus foncée / vers 870 - Photograph by Irpsit / Volcano Café

Au dessus, la "couche de l'établissement" plus foncée / vers 870 - Photograph by Irpsit / Volcano Café

Veiðivötn - photo bigfoot.over-blog.

Veiðivötn - photo bigfoot.over-blog.

Sources :

- Holocene eruption history and magmatic evolution of the subglacial volcanoes, Grímsvötn, Bárdarbunga and Kverkfjöll beneath Vatnajökull, Iceland  - by  Bergrún Arna Óladóttir - link

- Volcano Café  - The (ash) history of Iceland, in my backyard – Part II - link

- Of fire and water – the old Norse mythical worldview in an eco-mythological perspective - link

- Bárðarbunga and the Winters of Winds, of the Sword, of the World - link

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog