Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Les évents hydrothermaux profonds présents sous les océans sont de mieux en mieux étudiés depuis la fin des années 70 ; ils révèlent non seulement des échanges chimiques complexes, mais aussi un environnement vivant, allant des bactéries à des organismes marins plus évolués.

Mollusques et crabe vivant sur des évents hydrothermaux - photo ns.umich.edu

Mollusques et crabe vivant sur des évents hydrothermaux - photo ns.umich.edu

Parmi ceux-ci, un petit diable, connu sous le nom de " little devil blob ", ou de façon plus scientifique, Aciduliprofundum boonei … une archéobactérie qui vit dans l’environnement extrême constitué par le sommet de cheminées hydrothermales : en milieu acide, pH entre 3,3 et 5,8, à une température comprise entre 55 et 75°C, cet organisme monocellulaire tire son énergie de la réduction du fer et du soufre, et de l’oxydation du carbone organique.

 Aciduliprofundum boonei , alias " little devil blob " - photo vanderbilt.edu

Aciduliprofundum boonei , alias " little devil blob " - photo vanderbilt.edu

 Event hydrothermal dans le bassin de Lau / ouest du Pacifique - Image credit MARUM - University of Bremen - NOAA-Pacific Marine Environmental Laboratory.

Event hydrothermal dans le bassin de Lau / ouest du Pacifique - Image credit MARUM - University of Bremen - NOAA-Pacific Marine Environmental Laboratory.

Mais il a une autre particularité : il possède un gène antibactérien, qui pourrait être source de nouveaux antibiotiques dans le futur, et aider la médecine confrontée à des résistances croissantes et une recherche en ce domaine qui patine un peu.

L’analyse de l’ADN a montré qu’Aciduliprofundum boonei possède un gène qui produit du lysozyme capable de tuer des bactéries résistantes telles que le staphylocoque doré, le bacille de l’anthrax ou le Clostridium difficule.

Ce qui justifie la présence de cet enzyme, c’est le milieu de vie de cette archéobactérie : elle vit dans des biofilms, en promiscuité avec des bactéries extrêmophiles, et doit entrer en compétition avec celles-ci pour ses ressources.

Outre une progression dans l’étude de l’évolution des organismes vivants, les volcans vont aider l’humanité à régler un problème de santé vital … cependant, quelques années risquent encore de séparer cette découverte d’une application pratique.

 

Source :

Vanderbilt University - Life’s extremists may be an untapped source of antibacterial drugs - link

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog