Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
La caldeira du Tambora - doc. Nasa 03.06.2009

La caldeira du Tambora - doc. Nasa 03.06.2009

Pour terminer la série sur le Tambora, il convient d’examiner son évolution avant et après l’éruption de 1815.

La formation du stratovolcan :

Sur base de ce que l’éruption bicentenaire a révélé, l’ancien Tambora se compose de séquences superposées de coulées de lave (environ 40%) et de dépôts pyroclastiques. Les couches le lave sont épaisses de 1 à 4 mètres, discontinues latéralement et avec un pendage de 20-30° à partir du centre de la caldeira.

De nombreux dykes radiaux, de 50 cm. à 3 m. d’épaisseur, parcourent le substrat. Dans la paroi orientale de la caldeira, certains dykes s’étendent du plancher jusqu’à quelques mètres de son bord, de façon ininterrompue. Une discordance se produit au sein de la formation, avec des dépôts généralement plus vieux dans les secteurs nord de la caldeira, et plus jeunes  dans les secteurs sud et est des parois.

Le Gunung Tambora - photo boguairadek

Le Gunung Tambora - photo boguairadek

Tambora - lecture des couches interlitées, sur les parois de la caldeira actuelle  - photo Rizal Dasoeki / VSI

Tambora - lecture des couches interlitées, sur les parois de la caldeira actuelle - photo Rizal Dasoeki / VSI

La morphologie des flancs suggère la préexistence d’un cône important (environ 4.300 m. de hauteur), avec un évent central émettant des laves qui ont descendu en coulées les flancs abrupts. La plupart des pyroclastes ont été produits par fragmentation au cours des coulées, laissant des lits importants de scories. Des éruptions explosives intermittentes ont produit des coulées pyroclastiques, dont les dépôts sont retrouvés dans les ravines à l’écart.

Schémas reconstituant la forme originelle du Tambora, à gauche - et sa forme actuelle, à droite - doc.Armstrong Sompotan Schémas reconstituant la forme originelle du Tambora, à gauche - et sa forme actuelle, à droite - doc.Armstrong Sompotan

Schémas reconstituant la forme originelle du Tambora, à gauche - et sa forme actuelle, à droite - doc.Armstrong Sompotan

L’évolution du stratovolcan s’est arrêtée avec la formation d’une première caldeira dans la partie ouest du stratocône, approximativement de 4 à 5 km de diamètre et profonde de 700 mètres, asymétrique par rapport à la caldeira de 1815. La formation de cette première caldeira est supposée être liée à une éruption explosive, ou un épisode ignimbritique.

Cette première caldeira est en partie remplie par une série d’épaisses coulées de lave horizontales confinées entièrement dans la caldeira. On compte 16 coulées différentes, la plupart épaisses de 15-20 mètres, et séparées par des scories et des tufs épais de plusieurs mètres. A total, ces formations sont épaisses de 300 à 400 mètres. Elles ne comportent pas de dykes intrusifs, et ne sont pas hydrothermalement altérées. Leur composition est typiquement porphyriques à clinopyroxène, souvent avec des phénocristaux de plagioclase et d’olivine.

Une formation de tuff brun est la dernière qui a précédé l’éruption de 1815, produite par une activité subplinienne  et un surge pyroclastique. Les dépôts sont gris-brun à brun, épais de 5 à 10 mètres, constitués de tuff semi-consolidés en couches interlitées de ponces gris-jaunâtre et scories.

Tambora 2013 - fumerolles sur le plancher de la caldeira - photo Morten Haan / Georesearch Volcanedo Germany

Tambora 2013 - fumerolles sur le plancher de la caldeira - photo Morten Haan / Georesearch Volcanedo Germany

Après l’éruption de 1815 :

Les dépôts proximaux, bien exposés sur les parois de l’actuelle caldeira, sont constitués  de dépôts pyroclastiques et de nuées ardentes. Leur déposition a été influencée par le morphologie de la première caldeira, non encore remplie lors du début de l’éruption de 1815.

Pendant ou juste après la formation de la caldeira, les bords de celle-ci ont connus différents effondrements formant des coulées de débris qui se sont étendus sur un ou deux kilomètres sur son plancher. Le plancher de la caldeira a ensuite été recouvert de sables et graviers par érosion des parois, et coulées de boue.

Tambora 07.2014 - Gaz sous pression s'échappant dans la région nord-est de la caldeira et dépôts soufrés - photo Georesearch Volcanedo Germany

Tambora 07.2014 - Gaz sous pression s'échappant dans la région nord-est de la caldeira et dépôts soufrés - photo Georesearch Volcanedo Germany

Au cours des 19° et 20° siècles, des coulées de lave et de petits dômes de lave ont été extrudés sur le plancher de la caldeira.

Le Global Volcanism Program relève trois épisodes éruptifs depuis 1815 :

- En août 1819, une éruption de VEI 2.

- En 1880 ± 30 ans, une éruption de VEI 2  marque la partie sud-ouest de la caldeira.

- En 1967 ± 20 ans, la partie nord-est de la caldeira est le siège d’une petite éruption.

Tambora - Sismicité cumulative par mois entre avril et août 2011, hors trémor - doc PVBMG / GVP

Tambora - Sismicité cumulative par mois entre avril et août 2011, hors trémor - doc PVBMG / GVP

En 2011, une hausse d’activité est rapportée entre avril et le 8 septembre (PVMBG), avec augmentation du niveau d’alerte du Tambora à III ( augmentation de la sismicité, trémor, et émissions de vapeurs). Des panaches blancs hauts de 50 à70 m. au dessus du bord de la caldeira sont signalés.

En 2013, le niveau d’alerte est relevé à 2, sur base des données sismiques et d’observations visuelles par le PVMBG.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Tambora

- Vulcanological Survey of Indonesia - Geology of Tambora volcano (2006)

- Armstrong Sompotan - Tambora

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog