Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Volcans et climat

Dans un article du journal Nature de juillet, relayé par les Actualités du CNRS-INSU, les climatologues ont pointé une réponse quasi systématique de l’Oscillation Nord Atlantique – la NAO / North Atlantic Oscillation – après les éruptions volcaniques majeures.

Principale phase éruptive du Pinatubo vue de la base de Clark / Philippines –  doc Nasa 12.06.1991

Principale phase éruptive du Pinatubo vue de la base de Clark / Philippines – doc Nasa 12.06.1991

Qu’est-ce que l’Oscillation Nord Atlantique ?

C’est un phénomène atmosphérique et océanique, concernant principalement l’Atlantique nord, caractérisé par un va-et-vient des masses d’air, nord-sud au-dessus des régions arctiques et islandaises vers la ceinture subtropicale, la région des Açores et la péninsule Ibérique. Ces mouvements de masses d’air influe sur les variations de pression au sol, sur les variations des vents d’ouest moyens et sur le climat autour du bassin Atlantique.

Il est caractérisé par un indice, l’indice NAO.

L’indice NAO est calculé chaque année à partir de la différence de pression entre deux villes : Lisbonne au Portugal et Reykjavik en Islande, en prenant l’écart moyen de janvier à mars.

Un indice Nao positif  signifie que la pression au cours de l’hiver est plus élevée que la moyenne à Lisbonne , et plus faible que la moyenne à Reykjavik … avec comme conséquence, un anticyclone des açores plus puissant et une dépression Islandaise plus creuse.

Un indice NAO négatif correspond à l’inverse à un anticyclone des Açores plus faible que la normale en hiver, et une dépression Islandaise à peine plus creuse.

Ces changements de pression influencent le climat de l’hémisphère nord, et plus particulièrement le climat hivernal Européen.

Quand la différence de pression entre l’anticyclone des Açores (A) et la dépression d’Islande (D) est plus faible que d’habitude (NAO -), la trajectoire des tempêtes se déplace vers le Sud de l’Europe --     Quand la différence de pression entre l’anticyclone des Açores (A) et la dépression d’Islande (D) est plus forte que d’habitude (NAO +), la trajectoire des tempêtes se déplace vers le Nord de l’Europe. © Pablo Ortega - un clic pour agrandir.Quand la différence de pression entre l’anticyclone des Açores (A) et la dépression d’Islande (D) est plus faible que d’habitude (NAO -), la trajectoire des tempêtes se déplace vers le Sud de l’Europe --     Quand la différence de pression entre l’anticyclone des Açores (A) et la dépression d’Islande (D) est plus forte que d’habitude (NAO +), la trajectoire des tempêtes se déplace vers le Nord de l’Europe. © Pablo Ortega - un clic pour agrandir.

Quand la différence de pression entre l’anticyclone des Açores (A) et la dépression d’Islande (D) est plus faible que d’habitude (NAO -), la trajectoire des tempêtes se déplace vers le Sud de l’Europe -- Quand la différence de pression entre l’anticyclone des Açores (A) et la dépression d’Islande (D) est plus forte que d’habitude (NAO +), la trajectoire des tempêtes se déplace vers le Nord de l’Europe. © Pablo Ortega - un clic pour agrandir.

NAO positif et NAO négatif - Source :  Heinz Wanner, Institut de géographie climatologie et météorologie, Université de Berne

NAO positif et NAO négatif - Source : Heinz Wanner, Institut de géographie climatologie et météorologie, Université de Berne

Influence des éruptions volcaniques sur le climat hivernal Européen :

L’étude a mis en évidence le fait que deux ans après chacune des onze éruptions les mieux connues du dernier millénaire, l’indice NAO devient presque systématiquement positif. La dernière éruption du Pinatubo en 1991 a donné lieu à ce genre d’observation.

Le mécanisme n’est pas entièrement compris à ce jour, mais constitue une piste de prévisions des conséquences d’une éruption volcanique majeure sur le climat hivernal Européen.

 

Sources :

- Actualités du CNRS-INSU" - Prévoir les hivers européens en décryptant 1 000 ans d’histoire climatique - link

- Nature - A model-tested North Atlantic Oscillation reconstruction for the past millenium - by Pablo Ortega, Flavio Lehner, Didier Swingedouw, Valerie Masson-Delmotte, Christoph C. Raible & al.

Nature 523, 71–74 (01 July 2015) | doi:10.1038/nature14518 - link

- Ifremer - l'Oscillation Nord Atlantique - link

 

Commenter cet article

frannyz 13/03/2016 11:40

On m'avait dit que les hivers très froids en 85/86 en europe étaient dus aux poussières d'éruptions volcaniques dans l'hémisphère nord mais les éruptions du Ste Hélène en 80 et le chichon en 82 étaient très antérieurs à ces années

Paul 06/07/2015 10:12

Bonjour Bernard
Juste pour te signaler que la revue Nature est hebdomadaire, il faut donc indiquer la date complète dans les citations.
Meilleurs saluts
Paul

Bernard Duyck 06/07/2015 11:50

Bonjour Paul, je crois bien l'avoir fait "en sources", avec le lien. Je te le remets au cas échéant.
Nature 523, 71–74 (02 July 2015) doi:10.1038/nature14518
Received 29 August 2014
Accepted 29 April 2015
Published online 01 July 2015
Cordialement, Bernard

ghislaine 06/07/2015 08:13

Article très intéressant, je partage !

Articles récents

Hébergé par Overblog