Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

Voici sept ans, débutait une éruption soudaine et puissante, qualifiée de VEI 4, dans la caldeira du volcan Okmok , dans le centre de l’arc des Aléoutiennes.

Le 12 juillet 2008, l’activité éruptive commence, seulement quelques heures après une subtile augmentation de la sismicité, suivie d’une courte séquence d’essaim sismique, le tour remarqué rétrospectivement.

Les premières explosions ont emporté une partie du cône intracaldérique D, dans le secteur centre-est de la caldeira large de 10 km. La phase le plus énergétique a lieu au cours des dix premières heures d’activité. Les données du satellite GOES et la comparaison avec le modèle de dispersion des cendres Puff indiquent une hauteur de la colonne éruptive initiale de 16 km environ.

Okmok éruption et panache du 12 juillet 2008 - doc. AVO

Okmok éruption et panache du 12 juillet 2008 - doc. AVO

Okmok - émissions du dioxyde de soufre cumulées du 12 au 20.07.2008 - doc. NILU /  Nasa Earth Observatory

Okmok - émissions du dioxyde de soufre cumulées du 12 au 20.07.2008 - doc. NILU / Nasa Earth Observatory

Au cours des cinq semaines suivantes, plusieurs centaines de millions de mètres-cubes de téphras et de dépôts de lahars vont recouvrir une grande partie du nord-est de l’île Umnak. Au sein de la caldeira, des explosions hydrovolcaniques presque en continu vont accumuler plusieurs dizaines de mètres de téphras humide et à grains fins. L’activité explosive va complètement perturber la nappe phréatique et les eaux stagnantes dans la caldeira ; un nouveau cône de téphra va s’édifier, atteignant au final 200 mètres de haut. Cette éruption est le premier évènement volcanique à dominance phéatomagmatique marquant les Etats-Unis depuis l’éruption du maar Ukinrek (au nord de l’arc des Aléoutiennes) en 1977.

Le 23 juillet, de nombreux lahars sont remarqués par un fermier ; leur formation n’est pas identifiée avec certitude : remobilisation des cendres par la pluie,  condensation de vapeur d’eau syn-éruptive, perte d’eau lors de chutes de cendres humides, fonte des neiges, ou combinaison de plusieurs facteurs ?

Le panache éruptif , vu le 3 août 2008 d’un avion d’Alaska Airlines volant à une altitude de 10,7 km – photo Burke Mees

Le panache éruptif , vu le 3 août 2008 d’un avion d’Alaska Airlines volant à une altitude de 10,7 km – photo Burke Mees

Les 2 et 3 août, le panache éruptif augmente en hauteur, en force et en charge de cendres ; ceci coïncide avec une hausse de l’amplitude du trémor. Ce rehaussement d’activité fait élever le niveau d’alerte aviation au Rouge par l’AVO. Durant les deux premières semaines d’août, l’intensité de l’éruption et la hauteur du panache diminuent, et les émissions de cendres cessent le 19 août. Un survol laisse voir un unique évent contenu dans un cône de téphra aux parois abruptes.

Des observations de terrain en septembre, combinées à l’analyse des photos vont cependant indiquer que l’éruption s’est produite au départ d’une série d’évents, qui se sont ouverts au cours des deux premières semaines, et disposés sur une ligne de 2 km dans la caldeira. Un cône de téphra s’est édifié au-dessus de l’évent 2008 actif le plus longtemps. L’explosion et l’effondrement des cratères à l’ouest du cône D ont formé une dépression qui s’est rempli d’eau et formé un lac de 0,6 km².

Plus de détails sur le site de l’AVO.

Caldeira de l'Okmok - le cône et le lac nouvellement formés - doc. AVO

Caldeira de l'Okmok - le cône et le lac nouvellement formés - doc. AVO

Sources :

- AVO / Alaska Volcano Observatory - link

- Global Volcanism Program - Okmok

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog