Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Vues sur les collines de Tasikmalaya et le Galunggung – photo Rossche 2011

Vues sur les collines de Tasikmalaya et le Galunggung – photo Rossche 2011

Situé au sud-est de Bandung, dans l'ouest de l'île de Java, le stratovolcan Galunggung a sa partie centrale occupée par une caldeira en fer à cheval, ouverte vers le sud-est; elle s'est formée il y a 4.200 ans, lors d'une éruption qui a décapité le cône, et formé  "les dix mille collines de Tasikmalaya", d'innombrables buttes de 10 à 80 m. de hauteur résultant d'une avalanche de débris en hummocks.

Carte du cratère du Galunggung, avec le dôme de lave Gunung Jadi, le bord du Walirang et les drainages – D’après Katili and Sudradjat, 1984 / GVP

Carte du cratère du Galunggung, avec le dôme de lave Gunung Jadi, le bord du Walirang et les drainages – D’après Katili and Sudradjat, 1984 / GVP

L'accès au Galunggung se fait par une route convenable, puis par un interminable escalier - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015
L'accès au Galunggung se fait par une route convenable, puis par un interminable escalier - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

L'accès au Galunggung se fait par une route convenable, puis par un interminable escalier - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Le cratère actuel du Galunggung - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Le cratère actuel du Galunggung - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Parmi les éruptions historiques qui ont marqué le volcan, on relève surtout celles de 1822 et 1982-83.

L'éruption de 1822 fut relativement courte, mais engendra des coulées pyroclastiques et des lahars qui tuèrent 4.000 personnes. Elle fut suivie de l'extrusion d'un dôme de lave andésitique dans le lac : le Gunung Jadi. Il atteindra vite 500 m. de diamètre et 85 m. de hauteur.

 

Le dôme du Gunung Jadi fut pulvérisé lors de la dernière crise éruptive de 1982-83.

Des explosions intermittentes ont débuté le 5 avril 1982, détruisant 90 % du Gunung Jadi, accompagnées de panaches de cendres dont le plus haut a atteint 16.500 mètres. Des chutes de cendres ont été rapportées jusqu’à la région de Yogjakarta à 300 km à l’est ; 80.000 personnes fuient le volcan déchainé ! A partir du 8 avril, des explosions plus fortes, vulcaniennes, sont accompagnées de coulées pyroclastiques et de coulées de boues chaudes, au travers de la brèche formée par les éruptions préhistoriques.

A gauche, le dôme de lave Gunnung Jadi - Galunggung - ph. Thilly Weissenborn Tropenmuseum - à droite, éclairs dans le nuage de cendres en 1982 / photo R.Hadian - USGS - un clic pour agrandirA gauche, le dôme de lave Gunnung Jadi - Galunggung - ph. Thilly Weissenborn Tropenmuseum - à droite, éclairs dans le nuage de cendres en 1982 / photo R.Hadian - USGS - un clic pour agrandir

A gauche, le dôme de lave Gunnung Jadi - Galunggung - ph. Thilly Weissenborn Tropenmuseum - à droite, éclairs dans le nuage de cendres en 1982 / photo R.Hadian - USGS - un clic pour agrandir

L'éruption de 1982 du Galunggung : à gauche, en octobre 1982 / photo Ruska Hadian, 1982 (Volcanological Survey of Indonesia).- à droite, éruption vulcanienne / photo Jack Lockwood, U.S. Geological Survey, August 16, 1982 - un clic pour agrandirL'éruption de 1982 du Galunggung : à gauche, en octobre 1982 / photo Ruska Hadian, 1982 (Volcanological Survey of Indonesia).- à droite, éruption vulcanienne / photo Jack Lockwood, U.S. Geological Survey, August 16, 1982 - un clic pour agrandir

L'éruption de 1982 du Galunggung : à gauche, en octobre 1982 / photo Ruska Hadian, 1982 (Volcanological Survey of Indonesia).- à droite, éruption vulcanienne / photo Jack Lockwood, U.S. Geological Survey, August 16, 1982 - un clic pour agrandir

De mai à octobre 82 : de fortes explosions phréatomagmatiques  sont accompagnées de panaches de cendres et gaz de 10 à 20 km. de hauteur. Au terme de cette phase, le cratère circulaire du Walirang apparait au sommet; il est considéré aujourd'hui comme un maar (800 m. de diamètre et 150 m. de profondeur)

Les explosions des 24 juin ont fait tomber de 8 à 18 cm de cendres et lapilli sur les villages situés à 7-10 km du volcan et détruit des centaines d’habitations. A 20h50, un Jumbo jet de la British Airways survole le Gallungung à 11.000 mètres d’altitude, et rencontre le nuage de cendres.

L'incident du 747 de la British Airways du 24 juin 82  - doc. Anynobody - un clic pour agrandirL'incident du 747 de la British Airways du 24 juin 82  - doc. Anynobody - un clic pour agrandir

L'incident du 747 de la British Airways du 24 juin 82 - doc. Anynobody - un clic pour agrandir

Voici le récit fait par Maurice Krafft dans son livre "Volcans du monde" éd. L'Odyssée - Flammarion 1987 :

"Un boeing 747 de la British Airways, effectuant un vol Kuala Lumpur - Australie, et ses passagers, sont témoins d'un étrange phénomène en passant à 12.300 m. d'altitude au sud de Java : les réacteurs, l'intérieur de la cabine de pilotage et les instruments sont envahis par des centaines de feux Saint-Elme dus à des décharges électriques. Les réacteurs sont si lumineux qu'on les croirait éclairés par des phares (...) Soudain le copilote signale qu'un des réacteurs vient de tomber en panne !  Quelques minutes plus tard, c'est au tour des trois autres de s'arrêter."  - Image de synthèse par Anynobody / Wikipédia

Sans poussée fournie par les moteurs, le Boeing 747-200 plane relativement bien : pour un kilomètre perdu en altitude, l'avion aura parcouru 15 kilomètres horizontalement. L'équipage détermina rapidement qu'à l'altitude où l'avion était situé (37 000 pieds, soit environ 11 000 mètres), il pouvait planer pendant 23 minutes et parcourir 169 kilomètres.

"Une poussière très fine et une odeur de soufre pénètrent à l'intérieur de l'avion. Le vrombissement des moteurs s'est tu, remplacé par un silence impressionnant entrecoupé par les craquements du fuselage et des ailes. La pressurisation dans la cabine n'étant plus maintenue par les moteurs, les masques à oxygène s'échappent de leur cache au-dessus des sièges. (...) La catastrophe semble imminente, pourtant la majorité des passagers reste apparemment calme. (...) Au bout de 13 minutes d'attente et de chute, un réacteur démarre enfin, suivi peu après des trois autres ! Mais l'avion n'est plus qu'à une altitude de 3.900 mètres et une barrière de hautes montagnes le sépare de Jakarta (...) Prudemment, le pilote zigzague entre les montagnes, puis lentement descend. Il s'étonne de n'apercevoir aucune lumière au sol. En fait, les vitres de la cabine de pilotage sont devenues opaques. Sans aucune visibilité, son appareil déséquilibré par le fonctionnement de trois réacteurs sur quatre, le pilote réussit l'atterrissage très délicat. La catastrophe a été évitée de justesse !

Les moteurs furent ensuite décortiqués et le phénomène, inexpliqué de prime abord, pu être enfin compris. Le problème est lié dans un premier temps à l’ingestion et à l’accumulation des poussières volcaniques. Outre leur action abrasive, dans un deuxième temps, ces poussières fondent à la chaleur des moteurs (1.000 ° environ), et adhèrent aux ailettes des turbines. Le réacteur s’étouffe et s’arrête !

Des explosions similaires ont lieu le 25 juin, et entre le 13 et 15 juillet ; à noter que le 13 juillet, un avion de la Singapore Airlines entre dans le nuage de cendres à 9.000 mètres environ, et perd trois de ses moteurs ; les pilotes pourront redémarrer les moteurs en perdant de l’altitude et atterrir sain et sauf à Jakarta.

Galunggung - Coulée pyroclastique du 7 août 1982 qui passe le bord du cratère et se dirige vers une station de mesure – la photo a été prise par Butik Pasir Bentag à 2 km du cratère / via Jack Lockwood, 1982 (U.S. Geological Survey).

Galunggung - Coulée pyroclastique du 7 août 1982 qui passe le bord du cratère et se dirige vers une station de mesure – la photo a été prise par Butik Pasir Bentag à 2 km du cratère / via Jack Lockwood, 1982 (U.S. Geological Survey).

Au 27 juin, le nombre des personnes évacuées atteint 40.000. On dénombre 27 décès, dont seuls 3 sont causés directement par les matériaux pyroclastiques.

Le 13 juillet, les éruptions reprennent pour culminer le 16, avec des destructions de maisons et de refuges. Cikasasah et ses environs sont recouverts d'un épais manteau gris, pulvérulent; les cendres adoucissent les formes ; les rizières et les étangs sont devenus des terrasses lisses, stériles. Leur système d'irrigation est perturbé par l'accumulation de poussières éjectées depuis des mois. A Parentas, situé à une vingtaine de kilomètres du volcan, l’accumulation de cendres menace de faire s’effondrer les toitures … les villageois les enlèvent et les entassent devant leur maison, mais cette neige minérale ne font pas et les chemins dans le village deviennent  vite impraticables, et la saison des pluies en approche, va remobiliser ces dépôts et créer flots de boue ou lahars. Partout, c'est la désolation.  

Les rizières de Pasir Haur à moins de 2 km du cratère, ensevelies sous les cendres du Galunggung - Doc. Maurice Kraffy /de son livre Volcans et Eruptions

Les rizières de Pasir Haur à moins de 2 km du cratère, ensevelies sous les cendres du Galunggung - Doc. Maurice Kraffy /de son livre Volcans et Eruptions

Village de Kadong , près du Galunggung - photo Jack Lockwood  / USGS

Village de Kadong , près du Galunggung - photo Jack Lockwood / USGS

L’activité explosive se poursuit par intermittence jusqu’en janvier 1983. Dans le cratère formé, un cône de tephra de 200 m de diamètre et de 70-80 m. de haut occupe l’emplacement du dôme de lave de 1918. Son évent d’un diamètre de 20 à 30 mètres est animé d’une activité strombolienne. L’éruption de VEI 4 est considérée comme terminée par le GVP le 8 janvier 1983, avec l’extrusion d’une petite coulée de lave.

Le changement de type éruptif s'est accompagné d'un changement de la composition du magma  qui est passé de l'andésite au basalte. En neuf mois, le Galunggung aura craché 400 millions de m³ de cendres. Cent mille hectares de terre ont été dévastés et les dégâts sont estimés à 100 millions de dollars.

Galunggung 05.02.1983 ... un mois après la fin de l'éruption, des nuages de vapeur s'échappent du cinder cone formé au centre du cratère et des bords internes de la caldeira ; un lac commence à se former qui va engloutir presque l'entièreté du cône - photo Don Peterson USGS.

Galunggung 05.02.1983 ... un mois après la fin de l'éruption, des nuages de vapeur s'échappent du cinder cone formé au centre du cratère et des bords internes de la caldeira ; un lac commence à se former qui va engloutir presque l'entièreté du cône - photo Don Peterson USGS.

Le cratère, et le lac avec les restes du cône de la dernière éruption - photos © Jean-Michel Mestdagh 2015
Le cratère, et le lac avec les restes du cône de la dernière éruption - photos © Jean-Michel Mestdagh 2015

Le cratère, et le lac avec les restes du cône de la dernière éruption - photos © Jean-Michel Mestdagh 2015

Sources :

- Global Volcanism Program - Galunggung

- Volcans du Monde - M. & K. Krafft - éd. L'Odyssée / Flammarion

- Guide des Volcans- M. Rosi & al. - éd. Delachaux & Niestlé.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog