Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Les sédiments lacustres stratifiés représentent des archives idéales tant pour la datation des éruptions volcaniques passées que pour restituer les variantes naturelles du climat au cours des siècles.

Une équipe internationale patronnée par le GFZ / German Research Center for Geosciences ont étudié les dépôts sédimentaires du Tiefer See, un lac situé dans le Nossentiner-Schwinzer Heide natural park à Mecklenburg-Vorpommern, et du lac Czechowskie, 500 km. plus à l’est en Pologne.

Askja - La caldeira interne de l'Askja, formée par subsidence suite à l’éruption fissurale de 1875, est occupée par un lac, l’ Öskjuvatn (au loin, la silhouette bien connue de l'Herðubreið) - doc. Hreinn Skagfjord

Askja - La caldeira interne de l'Askja, formée par subsidence suite à l’éruption fissurale de 1875, est occupée par un lac, l’ Öskjuvatn (au loin, la silhouette bien connue de l'Herðubreið) - doc. Hreinn Skagfjord

Le challenge cette fois était de taille : les cendres volcaniques ne se sont pas déposées en couches bien visibles comme d’habitude, mais sous forme de très petites particules de verre volcanique dispersées parmi les sédiments. Un total d’une trentaine de tephras et cryptotephras ont été détectés.

La taille des échantillons est inférieure à 50 micromètres, et ils ont dû être séparés par une combinaison de méthodes microscopique et chimique. Ensuite, l’analyse géochimique de chaque fragment et leur comparaison avec des échantillons de cendres en provenance de la région source suspectée a permis d’établir une correspondance.

Cette approche permet en outre de reconstituer la distribution des nuages de cendres volcaniques depuis la source éruptive sur de vastes étendues, et ouvre de nouvelles perspectives sur la connaissance des conditions de vent dans le passé.

Photo au microscope des particules de verre volcanique de deux éruptions islandaises du centre volcanique Dyngjufjöll retrouvées dans les sédiments du Tiefer see et du lac Czechowskie – Doc Sabine Wulf / GFZ

Photo au microscope des particules de verre volcanique de deux éruptions islandaises du centre volcanique Dyngjufjöll retrouvées dans les sédiments du Tiefer see et du lac Czechowskie – Doc Sabine Wulf / GFZ

Ils ont identifié au total les traces de huit éruptions volcaniques Islandaises, dont six reconnues avec précision. Elles s’échelonnent entre il y a 11.400 ans et l’an 1875.

Trois cryptotephras appelés Askja 1875, Askja-S, et Hässeldalen, sont reliés à des éruptions de ce volcan Islandais respectivement en l’an 1875, environ 10.000 ans, et 11.350 ans avant aujourd’hui. Les deux dernières références ont été retrouvées également en Suède, et attribuées au système volcanique Veidivötn-Bardarbunga, et à celui de l’Askja-Dyngjufjöll.

Les tephras Saksunarvatn, environ 8.300 avant J-C, Lairg-B et Hekla-4, datée de 2310 avant JC, tous datés du milieu de l’holocène, sont également des points d’ancrage importants pour les comparaisons paléoclimatiques.

Schéma résumant les évènements successifs de l’épisode volcano-tectonique de l’Askja 1874-1876. - doc in The 1874-1876 volcano-tectonic episode at Askja, North Iceland : lateral flow revisited – by M.E.Hartley & Th.Thordarson

Schéma résumant les évènements successifs de l’épisode volcano-tectonique de l’Askja 1874-1876. - doc in The 1874-1876 volcano-tectonic episode at Askja, North Iceland : lateral flow revisited – by M.E.Hartley & Th.Thordarson

Note sur l’éruption de l’Askja 1875 :

Le système volcanique de l’Askja a connu entre 1874 et 1876 un épisode volcano-tectonique dont le climax fut une éruption rhyolitique phréatoplinienne à plinienne datée des 28 et 29 mars 1875. Des éruptions fissurales eurent aussi lieu en 1875avec production des laves Nyjahraun, à 45-65 km au nord de l’Askja.

Toutes ces laves seraient originaires d’une chambre magmatique peu profonde sous l’Askja, les éruptions Nyjahraun étant alimentées par des dykes.

Le petit cratère Viti, rempli par un lac aux couleurs turquoise, est un maar, formé par explosion phréatique suivant l’éruption plinienne majeure de mars 1875.  - doc. Boaworm

Le petit cratère Viti, rempli par un lac aux couleurs turquoise, est un maar, formé par explosion phréatique suivant l’éruption plinienne majeure de mars 1875. - doc. Boaworm

Sources :

- Traces of islandic volcanoes in a northeastern German lake / Precise reconstruction of regional climate changes in the past - GFZ GeoForschungsZentrum Potsdam, Helmholtz Centre  / in EurekAlert / AAS - link

- Holocene tephrostratigraphy of varved sediment records from Lakes Tiefer See (NE Germany) and Czechowskie (N Poland) – Sabine Wulf & al. - link

- Tephra horizons contemporary with short early Holocene climate fluctuations : New results from the Faroe Islands - Ewa M. Lind & al.

- G3 – The 1874-1876 volcano-tectonic episode at Askja, North Iceland : lateral flow revisited – by M.E.Hartley & Th.Thordarson – link

- Global Volcanism Program - Askja

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog