Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le désert d’Atacama est un désert hyperaride situé au Chili, coincé entre la fosse océanique d’Atacama et le Cordillère des Andes. Il est bordé d’une ligne de volcans frôlant les 6.000 mètres, entourés de lagunes, de geysers et de vallées profondes.

La présence conjuguée de l’anticyclone de l’île de Pâques (Anticyclone du Pacifique sud), caractérisé par un air sec descendant, du courant de Humboldt, qui empêche l’air marin de s’élever et de former des précipitations, et les reliefs de la Cordillère des Andes, garantit un temps sec et ensoleillé … certains endroits du désert d’Atacama n’ont pas reçu de précipitations depuis les premiers relevés météo.

Les brouillards de l'Atacama - photo BBC / section Science & Environment

Les brouillards de l'Atacama - photo BBC / section Science & Environment

Etendue du désert de l'Atacama - un clic sur les photos pour les ouvrir.Etendue du désert de l'Atacama - un clic sur les photos pour les ouvrir.

Etendue du désert de l'Atacama - un clic sur les photos pour les ouvrir.

Cependant la vie reste possible étant donné la présence de quelques stratocumulus maritimes bas, et de la formation de brouillard. Des plantes, de la famille des Tillandsia, des Broméliacées, se sont adaptées à ces conditions extrêmes.

Ces plantes, épiphytes ou lithophytes, aux feuilles de couleur argentée, sont recouvertes de cellules spécialisées – appelées génériquement trichomes - dans l’absorption rapide de l’humidité ambiante, et des nutriments nécessaires à leur vie.

Désert de l'Atacama - la structure des Tillandsia maximise la capture du brouillard - le maillage et les appendices (trichomes) permettent la capture de l'eau - photo Claudio Lattore hidalgo / article BBC

Désert de l'Atacama - la structure des Tillandsia maximise la capture du brouillard - le maillage et les appendices (trichomes) permettent la capture de l'eau - photo Claudio Lattore hidalgo / article BBC

Désert de l'Atacama - les tillandsia forment une partie de cet écosystème spécial - photo  Angélica Gonzalez / Article BBC

Désert de l'Atacama - les tillandsia forment une partie de cet écosystème spécial - photo Angélica Gonzalez / Article BBC

Désert de l'Atacama - les chercheurs ont creusé les dunes à la recherche des tillandsia - photo Claudio Lattore hidalgo / article BBC

Désert de l'Atacama - les chercheurs ont creusé les dunes à la recherche des tillandsia - photo Claudio Lattore hidalgo / article BBC

Des scientifiques de l’Université catholique du Chili ont creusé profondément les dunes du désert pour mettre au jour une succession de Tillandsia multimillénaires. Les paléo climatologues ont pu reconstituer l’histoire des brouillards de l’Atacama sur une période de 3.500 ans et l’évolution de l’écosystème lié au brouillard ; ils décrivent une augmentation de ce brouillard dans le temps et une tendance : plus les plantes sont jeunes, plus un type léger d’azote (isotope) est intégré dans leurs tissus. Cet azote, présent dans le brouillard sous forme moléculaire ou d’oxyde nitreux, est d’origine marine ; il existe en effet au large des côtes du nord Chili une zone caractérisée par une teneur minimale en oxygène, à mettre en rapport avec la basse température des eaux, où s’opère un phénomène de dénitrification.

 

Le succès de ces plantes dans le piégeage et l'utilisation de brouillard ancre tout un écosystème qui soutient des créatures aussi diverses que les scarabées, scorpions, araignées et même des lézards.

Fog catcher - photo Daily Mail / Neil Hall

Fog catcher - photo Daily Mail / Neil Hall

Exploitation du brouillard pour les cultures, ou la nature comme modèle :

Différents systèmes, d’abord des filets archaïques, ont été développés par les populations locales  pour capter de l’eau à partir des brouillards du désert.

Dans les dernières décades, les apports en eau diminuant au niveau des rivières soumises à moins d’alimentation, les agriculteurs ont dû s’adapter et ont mis au point des méthodes de captage plus performantes.

Dans la vallée de la rivière Huasco, des tours de condensation hautes de 400 mètres ont été imaginées : chaque tour, d’une surface verticale de 10.000 m², pourrait produire journellement au minimum 20.000 litres d’eau, ce qui permettrait de démarrer et /ou maintenir des cultures.

Chili - projet de tours à brouillard - photo Coastal fog towers  - eVolo08

Chili - projet de tours à brouillard - photo Coastal fog towers - eVolo08

Sources :

- BBC Science & environnement - Fog history of Atacama reconstructed - By Jonathan Amos. – link

-  Coastal Fog Skyscraper - link

 

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog