Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Une méthode de datation des éruptions volcaniques passées, plus précise et moins onéreuse que celle effectuée par carbone-14, repose sur la datation de tephra. Mais jusqu’à présent, elle se limitait aux zones proches du lieu de l’éruption, où les dépôts sont bien repérables.

Ces cendres existent sous forme de très petites particules  retrouvées parfois à des milliers de kilomètres. Elles ne sont pas aisément détectables, en raison de leur petite taille d’un diamètre inférieur à 125 microns… d’où leur dénomination de cryptotephra / tephra cachés.

Le potentiel de thécamibes pour identifier les cryptotephra - résumé graphique - doc.Cinderella's helping pigeons of the microbial world: the potential of testate amoebae for identifying cryptotephra.

Le potentiel de thécamibes pour identifier les cryptotephra - résumé graphique - doc.Cinderella's helping pigeons of the microbial world: the potential of testate amoebae for identifying cryptotephra.

Un travail effectué sur les mousses et humus du sud Chili par le doctorant Leonardo Fernandez, sous la supervision d’Edward Mitchell, de l’Université de Neuchâtel, en collaboration e.a. avec Maxence Delaine, doctorant de l’Université de Lille, a montré que les coquilles de certaines amibes sont constituées de cendres volcaniques microscopiques. «Ces amibes utilisent des particules minérales de leur environnement pour construire leur coquille, sans discerner la nature minéralogique de ces particules, explique Edward Mitchell. Par cette concentration dans la coquille, les particules peuvent être analysées bien plus facilement en isolant quelques amibes plutôt qu’en analysant l’échantillon brut où le signal des particules de cryptotephra sera dilué.»

Cette méthode permet de retrouver ces marqueurs plus loin des sources volcaniques ; on peut ainsi mieux comparer l’impact des éruptions dans des régions différentes, et dater avec une plus grande précision les impacts des changements climatiques passés ou ceux des activités humaines.

 

Sources :

- Université de Neuchâtel - Des amibes témoins de l'histoire des volcans – link

- Cinderella's helping pigeons of the microbial world : the potential of testate amoebae for identifying cryptotephra - 06.06.2016 - Maxence Delaine, Leonardo D. Fernández, Eric Armynot du Châtelet, Philippe Recourt, Jean-Luc Potdevin, Edward A.D. Mitchell, Nadine Bernard

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog