Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Bordé au sud par la Fosse des Mariannes, à un endroit où la plaque Pacifique s’enfonce sous la plaque marine Mariannes-Philippine, le complexe volcanique Fina Nagu est exploré en 2016 par le navire du NOAA, l’Okeanos Explorer.

Fina Nagu signifie " commencement, ou enfant de "en Chamorro (langage austronésien des Mariannes) … tout un programme !

La Chaine volcanique Fina Nagu et la caldeira Toto -  Doc.courtesy of NOAA Office of Ocean Exploration and Research, 2016 Deepwater Exploration of the Marianas.

La Chaine volcanique Fina Nagu et la caldeira Toto - Doc.courtesy of NOAA Office of Ocean Exploration and Research, 2016 Deepwater Exploration of the Marianas.

Le complexe volcanique Fina Nagu se trouve dans une région à forte activité volcanique et tectonique ; elle est bordée au sud-est par une région de failles le long du rift de pré-arc du sud-est des Mariannes, et au nord-ouest, par une région volcanique concentrée sur la caldeira Toto et l’axe d’expansion du bassin d’arrière-arc, la dorsale Malaguana-Gadao.

Sept caldeiras s’échelonnent sur 65 km et un axe NE-SO, désignée par des lettres de A à G. Le ROV Deep Discoverer  a permis l’exploration des caldeiras de A à D.

Vers moins 2.370 mètres, la caldeira A – la plus jeune - présente en son centre deux dômes de résurgence. Le dôme Est voit ses pentes composées de sédiments volcaniques et de blocs de basalte, et est surmonté par la cheminée d’un évent hydrothermal éteint, haute de 14 mètres. Le dôme Ouest est couvert de dépôts et de cheminées hydrothermales effondrées ; à son sommet, un évent émet un faible flux diffus de 3 à 5,5°C, sur lequel vivent des vers tubicoles.

Plancher océanique photographié au cours des plongées 5 à 7 : La paroi nord de la caldeira D est composée de pillow lava fracturés et sédiments clairs (photo A) ainsi que de dykes (photo B) – La dorsale entre les caldeiras B et C est constituée de pillow lava bien conservés (photo C), dont certains forment des tubes le long des pentes (photo D) – Le dôme de résurgence Est de la caldeira A présente une grande cheminée hydrothermale éteinte (sommet en photo E), et un léger flux hydrothermal sur le dôme ouest (photo F) - Image courtesy of NOAA Office of Ocean Exploration and Research, 2016 Deepwater Exploration of the Marianas

Plancher océanique photographié au cours des plongées 5 à 7 : La paroi nord de la caldeira D est composée de pillow lava fracturés et sédiments clairs (photo A) ainsi que de dykes (photo B) – La dorsale entre les caldeiras B et C est constituée de pillow lava bien conservés (photo C), dont certains forment des tubes le long des pentes (photo D) – Le dôme de résurgence Est de la caldeira A présente une grande cheminée hydrothermale éteinte (sommet en photo E), et un léger flux hydrothermal sur le dôme ouest (photo F) - Image courtesy of NOAA Office of Ocean Exploration and Research, 2016 Deepwater Exploration of the Marianas

Fina Nagu C – affleurement isolé de pillow lava entouré de sédiments, appelé " mushroom pillow /  coussin en champignon " - Image courtesy of NOAA Office of Ocean Exploration and Research, 2016 Deepwater Exploration of the Marianas

Fina Nagu C – affleurement isolé de pillow lava entouré de sédiments, appelé " mushroom pillow / coussin en champignon " - Image courtesy of NOAA Office of Ocean Exploration and Research, 2016 Deepwater Exploration of the Marianas

La caldeira C, d’âge intermédiaire et une profondeur de moins 2.575 mètres, présente différents types morphologiques de lave : lave en coussins, coulées visqueuses, orgues volcaniques en relation avec un dyke, sédiments volcanoclastiques produits par une explosion.

La caldeira D, en principe la plus vieille, présente au robot un aspect récent, avec un encroûtement léger et peu de sédiments. Différentes morphologie de laves s’y rencontrent : laves en coussins,  laves visqueuses, coulées feuilletées, dykes. Sur les pentes, des pierriers, avec des sédiments modérés à importants, et des talus sont visibles.

 

A suivre : d'autres nouvelles de cette expédition du NOAA

 

Sources: NOAA Okeanos Explorer - 2016 Deepwater exploration of the Marianas - link

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog