Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck

Quel est l'effet des éruptions Islandaises et de l'émanation de cendres volcaniques sur les populations d'échassiers nicheurs?
 

Un effet négatif à court terme :

Un team formé de scientifiques des universités Islandaise, d'Aveiro au Portugal et d'East Anglia au Royaume-Uni a analysé les relations entre les températures au printemps, les éruptions volcaniques et la productivité des échassiers.

Les scientifiques ont tout d'abord déterminé un effet positif d'une température printanière élevée sur la reproduction.

Taux de reproduction des barges à queue noire en fonction de la température au printemps - doc. Effects of spring temperature and volcanic eruptions on wader productivity. - Tómas Grétar Gunnarsson & al.

Taux de reproduction des barges à queue noire en fonction de la température au printemps - doc. Effects of spring temperature and volcanic eruptions on wader productivity. - Tómas Grétar Gunnarsson & al.

 Barge à queue noire / Black-tailed Godwit -  photo Andreas Trepte, www.photo-natur.net.

Barge à queue noire / Black-tailed Godwit - photo Andreas Trepte, www.photo-natur.net.

D'autre part, un effet négatif des cendres volcaniques a été rapporté : elles recouvrent les zones humides et les pièges d'échantillonnage des invertébrés ... ces effets négatifs, heureusement à court terme, ont une action au travers de la mortalité des invertébrés, et par là sur le faible nombre de couvées réussies l'été suivant.

Les éruptions de l'Eyjafjalajökull en 2010, et celle du Grimsvötn en mai 2011, ont permis de vérifier cette influence sur les populations de limicoles.

Cendres émises lors de l'éruption de l'Eyjafjalajökull - photo 17.04.2010 Ingolfur Juliusson / Reuters

Cendres émises lors de l'éruption de l'Eyjafjalajökull - photo 17.04.2010 Ingolfur Juliusson / Reuters

Panache de cendres du Grimsvötn en mai 2011 - photo Björn Oddsson

Panache de cendres du Grimsvötn en mai 2011 - photo Björn Oddsson

Un effet positif à plus long terme :

Les effets de l'activité volcanique sur les échassiers en Islande sont plus susceptibles d'être positifs à long terme, comme la poussière volcanique recharge les terres végétalisées avec des nutriments et tamponne le pH. Les densités d'échassiers à travers l'Islande sont généralement plus élevées lorsque les apports de poussière volcanique sont plus élevés (Gunnarsson et al., 2015).
 

Les poussières volcaniques en Islande sont principalement basaltiques et soumises à une altération rapide, ce qui permet une libération des minéraux importants pour le fonctionnement des écosystèmes terrestres.

Limicoles et leurs habitudes d'alimentation en fonction des espèces - schéma Alban Larousse

Limicoles et leurs habitudes d'alimentation en fonction des espèces - schéma Alban Larousse

Les zones sèches et les zones humides, qui connaissent les dépôts de cendres les plus importants, abritent plus de limicoles que les régions où est pratiquée l'agriculture. Le nombre d'individus peut tripler dans les zones humides, entre les périodes de dépôts faibles et plus importants. Par contre, les effets locaux des dépôts de cendres en zones agricoles sont masqués par les engrais artificiels.

La distribution des poussières volcaniques n'est pas limitée aux périodes d'activité volcanique : l'érosion éolienne des sols intervient , et durant la fonte printanière et estivale, les glaciers fondent, reculent, et libèrent / redistribuent les cendres piégées. Les cendres volcaniques rejetées par les éruptions peuvent avoir des effets à grande échelle et durables sur les réseaux alimentaires.

 

Sources :

- Wadertales blog

- Effects of spring temperature and volcanic eruptions on wader productivity – by Tómas Grétar Gunnarsson & al.

- Ecosystem recharge by volcanic dust drives broad-scale variation in bird abundance - Tómas Grétar Gunnarsson, Ólafur Arnalds, Graham Appleton, Verónica Méndez and Jennifer A. Gill Ecology and Evolution 2015; 5(12): 2386–2396

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog