Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Le cône intracratérique du Pacaya, le 06.12.2016  - photo Mynor Marroquin

Le cône intracratérique du Pacaya, le 06.12.2016 - photo Mynor Marroquin

Au Guatemala, l'activité du Pacaya est en augmentation dans le cratère, où un cône génère des émissions pulsatiles incandescentes à une hauteur de 25-50 mètres ; elles ont rempli une grande partie du cratère et déborde le 9 février dans la partie nord-ouest, au niveau de la fissure laissée par l'éruption de 2010 : la coulée de lave mesure 300 mètres en direction du cratère du Cerro Chino.

Selon l'Insivumeh, ce cycle d'activité caractérisé par des coulées de lave va se poursuivre et donner dans les jours à venir des explosions pouvant aller à plus de 300 mètres au dessus du cratère.

Source : Insivumeh

 

 

Pacaya – graphique RSAM résultant de l'expulsion des gaz et du magma ( gamme de 2.000-3.000 unités)

Pacaya – graphique RSAM résultant de l'expulsion des gaz et du magma ( gamme de 2.000-3.000 unités)

Au Bogoslof, l'éruption se poursuit, uniquement suivie par les sismographes et enregistreurs d'infrasons, qui ne détectent pas d'activité significative. Entre 13h30 et 14h30 UTC, une série de petits séismes de basse fréquence ont été enregistrés ; ils sont à mettre en relation avec les mouvements tectoniques régionaux.

Une image radar, prise par le COSMO SkyMed Synthetic Aperture Radar le 8 février, montre que l'évent est toujours sous le niveau marin.

Source : AVO

Bogoslof - image radar à droite versus image satellite Sentinel 2 : l'évent est toujours sous le niveau marin - NB : l'image SAR présente une distortion géométrique. - doc. AVO / Dava Schneider

Bogoslof - image radar à droite versus image satellite Sentinel 2 : l'évent est toujours sous le niveau marin - NB : l'image SAR présente une distortion géométrique. - doc. AVO / Dava Schneider

Le BNPB signale 22 épisode éruptif au Sinabung entre le 4 et le 6 février 2017.

Avec l'extension des zones dangereuses, le nombre de personnes devant être relocalisées augmente aussi. Le facteur limitatif principal est la disponibilité des terres pour le relocalisation de l'agriculture.

Source : BNPB / Sutopo Purwo Nugroho

Sinabung - 04.02.2019 / 10h34 WIB - photo F.Surbakti, via Beidar Sinabung

Sinabung - 04.02.2019 / 10h34 WIB - photo F.Surbakti, via Beidar Sinabung

Sinabung - 05.02.2019 / 9h35 WIB - photo F.Surbakti, via Beidar Sinabung

Sinabung - 05.02.2019 / 9h35 WIB - photo F.Surbakti, via Beidar Sinabung

Sinabung - 07.02.2017 / 8h01 - photo Sadrah Peranginangin

Sinabung - 07.02.2017 / 8h01 - photo Sadrah Peranginangin

Sinabung - panache de 5.000 mçtres le 09.02.2017 - photo BNPB / via Sutopo Purwo Nugroho

Sinabung - panache de 5.000 mçtres le 09.02.2017 - photo BNPB / via Sutopo Purwo Nugroho

Les " kiwis " engagent des drones pour remplacer les avions et hélicoptères utilisés pour la surveillance volcanique post-éruptive, et autres situations à hauts risques.

Ils pourront être utilisés pour prendre des photos, des mesures infra-rouge, et faire des prélèvements de roches et cendres, sans intervention humaine sur place.

Ce projet est en collaboration entre l'Université de Canterbury et des collègues Japonais

Source : New Zealand Herald - Drones recruited to spy on NZ volcanoes, including White Island.

Vidéo réalisée par un drone au cratère de White island, où le lac a disparu - doc. NZ Herald

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog