Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Piton de La Fournaise - les cratères sommitaux Dolomieu et Bory - photo © archives 2017 Bernard Duyck

Piton de La Fournaise - les cratères sommitaux Dolomieu et Bory - photo © archives 2017 Bernard Duyck

Depuis le début de mois de juillet, une inflation (gonflement) de l’édifice du Piton de la Fournaise est de nouveau observée par le réseau de déformation de l’OVPF.
Ainsi depuis le 1er juillet une élongation de 0,5-1 cm de la zone sommitale et une élongation de 0,5-1,2 cm de la base du cône terminal sont enregistrées.

Piton de La Fournaise - Depuis le début de mois de juillet, une inflation de l’édifice du Piton de la Fournaise est de nouveau observée - Doc.OVPF

Piton de La Fournaise - Depuis le début de mois de juillet, une inflation de l’édifice du Piton de la Fournaise est de nouveau observée - Doc.OVPF

Piton de La Fournaise  - llustration de la déformation au cours des douze derniers mois (les éruptions du 14 juillet-28 août 2017, 3-4 avril 2018 et 27 avril-1 juin 2018 sont représentées en jaune). Est ici représentée une ligne de base (distance entre deux récepteurs GPS) traversant le cône terminal du nord au sud (en noir les données brutes, en bleu les données lissées sur une semaine). Une hausse est synonyme d’élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. (©OVPF/IPGP)

Piton de La Fournaise - llustration de la déformation au cours des douze derniers mois (les éruptions du 14 juillet-28 août 2017, 3-4 avril 2018 et 27 avril-1 juin 2018 sont représentées en jaune). Est ici représentée une ligne de base (distance entre deux récepteurs GPS) traversant le cône terminal du nord au sud (en noir les données brutes, en bleu les données lissées sur une semaine). Une hausse est synonyme d’élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. (©OVPF/IPGP)

Cette reprise de l’inflation de l’édifice est synonyme d’une pressurisation du réservoir magmatique superficiel par une réalimentation profonde en magma. Les fortes concentrations en CO2 dans le sol en champ lointain (secteurs Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes), qui se maintiennent depuis la fin de l’éruption le 1er juin dernier, sont en accord avec une remontée profonde de magma. Le changement de tendance observé dans les déformations de l’édifice (reprise de l’inflation) depuis le 1er juillet atteste d’un possible transfert vers de plus faibles profondeurs (réservoir superficiel). A noter que pour l’éruption du 27 Avril – 1er juin 2018, cette phase de pressurisation avait duré trois semaines environ (4-27 Avril 2018) avant que le toit du réservoir ne se fragilise et ne se rompe, donnant ainsi lieu à une injection de magma vers la surface et à une éruption.

 

Source : bulletin d'actualité du vendredi 6 juillet 2018 à 15h00 (Heure locale) / OVPF

Au Kilauea, la coulée en provenance de la fissure 8 voit son activité augmenter à l'extrémité nord du front de coulée, à cause du blocage du système de tunnels et un débordement de la coulée canalisée près du cratère Kapoho. La lave poursuit sa progression dans Kapoho Ag Lots et Kapoho Beach Lots.

En revanche, l'activité au sud s'est calmée, laissant du répis à Ahalanui Hot Pond et Kua o Ka La Charter school.

Entre ces zones, la lave entre toujours en mer en de nombreux endroits en générant des panache de laze.

Kilauea zone de rift Est  - carte des coulées au 06.07.2018 / 12pm - Doc.HVO-USGS

Kilauea zone de rift Est - carte des coulées au 06.07.2018 / 12pm - Doc.HVO-USGS

Kilauea zone de rift Est  - Entrées en mer au nord du delta de lave et panaches de laze - photo Bruce Omori

Kilauea zone de rift Est - Entrées en mer au nord du delta de lave et panaches de laze - photo Bruce Omori

Pelé a maintenant détruit 674 maisons, recouvert au passage 24,68 km² de ses laves, et agrandi Big Island de 2,25 km². Elle continue à générer 10 m³ de lave par seconde ... environ 9 millions de mètres cubes de lave chaque jour.

Des cheveux de pelé et autres fragments vitreux légers produit par les fontaines de la fissure 8 continuent de tomber dans les zones sous le vent.

Du spattering sur la fissure 22 alimente une faible coulée en direction de l'est.

Kilauea zone de rift Est  - le cône sur la fissure 8 - photo HVO-USGS 06.07.2018

Kilauea zone de rift Est - le cône sur la fissure 8 - photo HVO-USGS 06.07.2018

Au sommet, un épisode d'effondrement explosif a eu lieu ce 6 juillet à 18h04, avec une énergie développée équivalente à celle d'un séisme de M 5,3.

Sources : HVO-USGS, et Bruce Omori / Mick Kalber

El Misti - de nouvelles études vont être entreprises sur 2 volcans proches d'Araquipa - photo Ingemmet / OVI

El Misti - de nouvelles études vont être entreprises sur 2 volcans proches d'Araquipa - photo Ingemmet / OVI

Au Pérou, l'OVI lance officiellement un projet de recherche des périodes de récurrence et déclenchent des processus d'éruptions explosives récentes des volcans Misti et Chachani, et leurs implications dans la prévention du risque volcanique à Arequipa ".

 

Dans le sud du Pérou, les récentes éruptions du volcan Ubinas 2006-2009 et 2013-2016, et Sabancaya (2016-2018) ont généré un impact économique et social très négatif dans les villages situés à proximité, ce qui a motivé les spécialistes de l'Observatoire Volcanologique INGEMMET (OVI) a décidé de lancer l'enquête sur les volcans Misti et Chachani, proches de la ville d'Arequipa, qui compte une population vulnérable supérieure au million d'habitants.

Ce projet implique des chercheurs du Programme d'aide en cas de catastrophe volcanique (VDAP) de la United States Geological Survey (USGS), l'Institut de recherche pour le développement de la France (IRD), l'Oregon State University (USA) et Université technologique du Pérou.

El Misti domine la ville peuplée d'Arequipa - photo Ingemmet

El Misti domine la ville peuplée d'Arequipa - photo Ingemmet

Il permettra de clarifier l'activité passée des volcans Misti et Chachani et de déterminer le nombre et la taille des éruptions , le volume de cendres émis, les zones couvertes par des matières volcaniques, etc.

De plus, la carte des dangers du volcan Chachani sera menée pour permettre aux autorités de mettre en œuvre un plan d'utilisation des terres appropriées et ne pas exposer les populations à un éventuel danger.

Le complexe volcanique Nevado de Chachani - photo Summitpost

Le complexe volcanique Nevado de Chachani - photo Summitpost

Le Misti est un stratovolcan andésitique symétrique dominant la ville d'aréquipa au Pérou ; sa dernière éruption a eu lieu officiellement en juillet 1985.

Le complexe volcanique Nevado de Chachani, de nature andésito-dacitique, consiste en un groupe de 320 km² formé de dômes de lave, d'un stratovolcan complexe et d'un bouclier sur le flanc.

Sources : Ingemmet / OVI & Global Volcanism Program

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog