Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Depuis le 03 octobre, l’OVPF enregistre toujours des signaux témoins de deux tendances qui se produisent à des niveaux différents au Piton de La Fournaise :

1) au niveau de l’évent éruptif : enregistrements de "gaz pistons" ; et faible activité de surface, l’essentiel de l’activité se déroulant en tunnels de lave avec le 8 octobre au matin une résurgence alimentant un chenal actif sur le dernier tiers du front nord de la coulée;

2) au niveau du réservoir superficiel : mise en pression d’une source localisée sous les cratères sommitaux à 1-1,5 km de profondeur (détectée par l’inflation de l’édifice) témoin d’une réalimentation du réservoir superficiel par du magma plus profond (augmentation des concentrations en CO2 dans le sol à l’extérieur de l’Enclos).

Compte tenu de ces deux observables, aucune hypothèse n’est exclue quant à la suite de cette éruption ces prochains jours (arrêt, re-intensification de l'activité sur le même site, ouverture de nouvelles fissures, notamment plus en aval).

Piton de La Fournaise - vue du site éruptif le 08/10/2018 vers 08h00 heure locale. (© OVPF/IPGP)

Piton de La Fournaise - vue du site éruptif le 08/10/2018 vers 08h00 heure locale. (© OVPF/IPGP)

Piton de La Fournaise - Imagerie thermique du site éruptif et du champ de lave prise depuis le Piton de Bert le 08/10/2018 vers 10h50 heure locale. (© OVPF/IPGP)

Piton de La Fournaise - Imagerie thermique du site éruptif et du champ de lave prise depuis le Piton de Bert le 08/10/2018 vers 10h50 heure locale. (© OVPF/IPGP)

Piton de La Fournaise - Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre 04h00 (00h UTC) le 15 septembre et 16h00 (12h00 UTC) le 8 octobre sur la station sismique FOR, localisée à proximité du cratère Château Fort (2000 m d’altitude sur le flanc sud-est du cône terminal). (© OVPF/IPGP)

Piton de La Fournaise - Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre 04h00 (00h UTC) le 15 septembre et 16h00 (12h00 UTC) le 8 octobre sur la station sismique FOR, localisée à proximité du cratère Château Fort (2000 m d’altitude sur le flanc sud-est du cône terminal). (© OVPF/IPGP)

Les observations faites ce jour depuis le Piton de Bert et depuis les airs par des équipes de l’OVPF ont permis de localiser le front de coulée. Depuis le 30 septembre, le front nord a progressé de 1,8 km et se situait, le 8 octobre à 08h00 heure locale, à 500m des grandes pentes, les fronts sud et centraux n'ont pas bougé. Le front de coulée nord se situait ce matin à moins de 120 m du rempart Sud de l’Enclos Fouqué. Une cartographie détaillée a également pu être réalisée par le service OI2 (Université Clermont Auvergne )

Source : OVPF

Retrouvez l’ensemble des informations relatives à l’activité du Piton de la Fournaise sur les différents médias de l'OVPF-IPGP:

- le site internet (http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/actualites-ovpf),

- le compte Twitter (https://twitter.com/obsfournaise?lang=fr),

- et le compte facebook (https://www.facebook.com/ObsVolcanoPitonFournaise/)

Les informations de ce document ne peuvent être utilisées sans y faire explicitement référence.

Piton de La Fournaise - Cartographie du contour des coulées de lave entre le 30/09/2018 (en rouge) et le 08/10/2018 (en bleu) déduite d’images de cohérence InSAR. (© LMV/OPGC-OVPF/IPGP)

Piton de La Fournaise - Cartographie du contour des coulées de lave entre le 30/09/2018 (en rouge) et le 08/10/2018 (en bleu) déduite d’images de cohérence InSAR. (© LMV/OPGC-OVPF/IPGP)

Les scientifiques ont découvert une chaîne de monts sous-marins volcaniques s'élevant jusqu'à trois kilomètres du fond marin au large de la côte est de la Tasmanie, qui constituent un pôle d'attraction alimentaire pour la vie marine.

Les montagnes sous-marines, situées à près de 2 km sous la surface, ont été cartographiées par le navire de recherche Investigator du CSIRO, situé à 400 km de la côte.

Tara Martin, de l’équipe de cartographie du CSIRO, a déclaré que certains des monts sous-marins présentaient des sommets abrupts, tandis que d’autres avaient de larges plateaux plats.

Localisation au large de la Tasmanie de la chaîne de seamounts - Doc. Google Earth , via ABC news

Localisation au large de la Tasmanie de la chaîne de seamounts - Doc. Google Earth , via ABC news

Bathymétrie révélant la morphologie des seamounts au large de la Tasmanie - image CSIRO

Bathymétrie révélant la morphologie des seamounts au large de la Tasmanie - image CSIRO

"... ces monts sous-marins sont liés à l'éclatement de l'Australie et de l'Antarctique. C'était il y a environ 30 millions d'années", a-t-elle déclaré.

"Alors que l'Australie, l'Antarctique et la Tasmanie se sont tous séparés, un grand point chaud est apparu sous la croûte terrestre, a fabriqué ces volcans et a ensuite aidé la croûte terrestre à se briser afin que toutes ces régions puissent commencer à se séparer."

Les monts sous-marins offrent une diversité remarquable d'oiseaux de mer et de mammifères marins d'une abondance bien supérieure à celle des eaux australiennes. On trouve sur la chaîne de monts sous-marins des rorquals à bosse et jusqu’à 80 globicéphales noirs.

 

Source : abc.net.au/news

Ol Doynio Lengai - août 2018 - lac de lave natrocarbonatite et coulée sur le plancher du cratère - photo Patrick Marcel

Ol Doynio Lengai - août 2018 - lac de lave natrocarbonatite et coulée sur le plancher du cratère - photo Patrick Marcel

Des nouvelles de l'Ol Doynio Lengai avec cette vidéo du seul volcan à lave noire au monde.

Patrick Marcel et Régis Etienne ont escaladé en août 2018 la Montagne sacrée des Masaï. A cette occasion, l'utilisation du drone a permis de voir le stade d'évolution du plancher du cratère, rarement illustré depuis son activité explosive de 2007, et d'en détailler les parois, avec un énorme hornito adossé, actif en juin de cette année.

Le niveau monte et l'activité effusive est visible : la natrocarbonatite jaillit et forme un lac où elle bouillonne, puis forme des coulées.

Elles vont se superposer et faire peu à peu monter le niveau du plancher cratérique jusqu'à le rendre de nouveau accessible sans trop de difficultés ... dans quelques décennies vraisemblablement.

 

Source : vidéo de Patrick Marcel et Régis Etienne.

Vidéo Patrick Marcel et Régis Etienne - Août 2018./ mise en ligne 06.10.2018

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog