Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyage.s
Les volcans de Ghegam ridge -  photo © Bernard Duyck 2019

Les volcans de Ghegam ridge - photo © Bernard Duyck 2019

Le champ volcanique de Ghegam Ridge est localisé entre la capitale Yerevan et le lac Sevan. Il est composé de dômes de lave et de cônes pyroclastiques, ainsi que de coulées de lave, couvrant une surface de 65 km. sur 35.

Les formations volcaniques sont grossièrement positionnées en trois axes orientés NNO-SSE. Les écoulements de lave en provenance des groupes "centraux et est" se sont produits jusque dans le lac Sevan.

Les éruptions explosives initiales furent suivies de l'extrusion de dômes et de coulées d'obsidienne rhyolitique.

La dernière activité, datée par le GVP de 1900 avant notre ère a produit une série de coulées de lave de nature andésitique à basalto-andésitique.

Le lac Sevan et Ghegam ridge (sommets enneigés) , vu par Sentinel 2 nat colors le 160.06.2019

Le lac Sevan et Ghegam ridge (sommets enneigés) , vu par Sentinel 2 nat colors le 160.06.2019

Localisation des volcans Arméniens - d'après Google 2010

Localisation des volcans Arméniens - d'après Google 2010

Arménie - le lac Sevan rive nord-est - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - le lac Sevan rive nord-est - photo © Bernard Duyck 2019

Le lac Sevan, aussi appelé mer de Ghegam, est une immense réserve d'eau douce de 1.300 km², s'étendant à près de 2.000 mètres d'altitude, au nord-est d'Erevan.

Son origine reste hypothétique : lac de cratère d'un volcan éteint, ou résultant d'un barrage naturel provoqué par de puissantes coulées de lave il y a des millions d'années.

Il est alimenté par 28 cours d'eau et sources, mais seuls 10% de l'eau entrante est drainée par la rivière Hrazdan, tandis que les 90% restants s'évaporent.

Le lac Sevan revient de loin : exploité durant l'occupation Soviétique pour l'irrigation de la plaine de l'Ararat et la production d'électricité,il a risqué l'assèchement, comme la mer d'Aral en Asie centrale.

Après la période Stalinienne, le processus d'assèchement aété enrayé, et l'on a commencé à prendre conscience de son importance écologique et de son potentiel touristique. En 1981, un tunnel d'une cinquantaine de kilomètres a été creusé sous la chaîne des monts Vardenis ausud du lac pour l'alimenter apr les eaux du torrent Arpa. Les berges ont été plantés d'arbres, pour augmenter l'humidité.

Arménie - Lac Sevan - l'église d"Hayravank (9°-12° siècle) domine le lac - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - Lac Sevan - l'église d"Hayravank (9°-12° siècle) domine le lac - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - lac Sevan - le cimétière de khatchkars de Noradouz - photo © Bernard Duyck 2019
Arménie - lac Sevan - le cimétière de khatchkars de Noradouz - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - lac Sevan - le cimétière de khatchkars de Noradouz - photo © Bernard Duyck 2019

Les khatchkars, ces stèles dentelées en pierre rouge, sculptées de croix, et datant du 9° au 15° siècle, entourent les églises rencontrées le long des berges du lac Sevan. Elles incarnent la christologie de l'Église apostolique arménienne, en ce qu'elles ne représentent pas la mort du Christ mais sa nature divine, en un "arbre de vie". 

A Noradouz, 800 stèles sont dispersées en un grand champ lapidaire aux abords d'une chapelle médiévale. Une légende locale raconte que ces stèles, camouflées en guerriers, auraient permis de faire reculer l'ennemi qui tentait de s'emparer de la région.

Arménie - la chaîne volcanique des monts Vardenis - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - la chaîne volcanique des monts Vardenis - photo © Bernard Duyck 2019

Situé sur le haut-plateau arménien, dans la chaîne volcanique de Vardenis, le volcan Porak est à cheval sur le frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, et au sud-est du lac Sevan. Le Porak s'est formé le long de la faille de décrochement "Pambak-Sevan" ; cette faille a littéralement découpé en deux les volcans Khonarassar et Tsursar, reléguant respectivement leurs deux parties à 800 et 400 mètres les unes des autres.

Le stratovolcan Porak est constitué d'un cône principal culminant à 2.800 mètres, entouré de dix autres cônes et fissures éruptives satellites. Ces nombreuses bouches éruptives ont vomi leurs coulées de part et d'autre de la frontière; en Arménie, deux coulées se sont dirigées vers le N. et le NE. sur 21 km.

Le projet de voir ces coulées à la frontière n'a pu se réaliser à cause de l'enneigement des pistes.

  Le volcan Porak - photo Jim Luhr / Smithsonian.

Le volcan Porak - photo Jim Luhr / Smithsonian.

Sources :

- GlobalVolcanism Program - Porak.

- Estimating slip rates and recurrence intervals for strong
earthquakes along an intracontinental fault: example
of the Pambak–Sevan–Sunik fault (Armenia) - Hervé Philip & al. Université de Montpellier.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog