Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Sur l'île de Kadavu, dans l'archipel des Fidji, le NDMO / Fiji's disaster management office, enjoint les habitants de ne pas pêcher, ni plonger dans les eaux proches de la côte autour du volcan Nabukelevu, connu aussi comme le Mt. Washington.

Des grondements sous-marins et des sons ressemblant à des explosions ont été entendu ; la dernière éruption enregistrée remonte à 1660.

Les avertissements suivent un séisme de magnitude 5,1 survenu le 20 octobre, suivi de nombreuses répliques, et qui ont causé des avalanches de débris jusqu'à la mer.

Effondrements/ glissements de terrain au Nabukelevu le 21 octobre consécutifs aux séismes

Les villages menacés sur l'île Kaduvu par les avalanches de débris et / ou le volcan Washington - Doc. https://fijivillage.com

Les villages menacés sur l'île Kaduvu par les avalanches de débris et / ou le volcan Washington - Doc. https://fijivillage.com

Le complexe de dôme de lave, andésitique à dacitique, Nabukelevu occupe la pointe sud-ouest de Kadavu. Le plus haut point du complexe est le Mt. Washington, un dôme andésitique.

Comme tout édifice composite en climat humide, le Nabukelevu est sujet à des effondrements, unr propension exacerbée par trois zones de failles recoupant le complexe. Des avalanches de débris durant la fin de l'holocène ont atteint la mer côtés nord et sud du volcan.

Nabukelevu / Mt Washington, sur l'île Kadavu - Doc.Journal of Volcanology and Geothermal Research

Nabukelevu / Mt Washington, sur l'île Kadavu - Doc.Journal of Volcanology and Geothermal Research

Sources :

- RNZ

- Global Volcanism Program - Nabukelevu 

- Nabukelevu volcano (Mt. Washington), Kadavu – a source of hitherto unknown volcanic hazard in Fiji - by Shane Cronin, Marie Aferland et James Pterry - Journal of Volcanology and Geothermal Research 2004

 

Rincon de la Vieja  - fracture principale dans parois du cratère actif - photo 28.08.2019  AC Guanacaste

Rincon de la Vieja - fracture principale dans parois du cratère actif - photo 28.08.2019 AC Guanacaste

Après les éruptions de juin 2017 (la plus énergique de la période éruptive actuelle (2011-2019), de nouvelles fissures ont été identifiées dans les murs des parois sud et sud-est du bord du cratère actif du volcan Rincon de la Vieja. Dans les années 2018 et 2019, il a été noté que ces fractures avaient augmenté en longueur, en ouverture et en profondeur, la plus grande ouverture pouvant atteindre 50 cm, certaines coupant verticalement les parois du bord sud-est du cratère et d'autres étant concentriques au bord sud.

Une nouvelle ascension a été effectuée le 28 août 2019 afin de surveiller les fractures identifiées il y a plusieurs mois. Les structures à portée de main ont été cartographiées et il a été déterminé que les fractures du côté sud sont concentriques au cratère. Les autres fractures cartographiées sont celles verticales trouvées dans le mur du côté sud-est.

D'après les observations et les mesures sur le terrain, il est considéré que la fracture principale coupe une grande partie de la paroi sud-est du cratère (figures 4 et 5) et génère des fractures de tension concentriques liées à l'instabilité du bloc, concrétisé par le lent affaissement du secteur des visiteurs sur le flanc sud du cratère.

Rincon de la Vieja - carte des principales fractures- Doc. AC Guanacaste 21.10.2019 / 10h56

Rincon de la Vieja - carte des principales fractures- Doc. AC Guanacaste 21.10.2019 / 10h56

Il est recommandé d'effectuer un survol en hélicoptère ou par un drone pour identifier d’autres fractures possibles; en outre, de renforcer la surveillance en installant un GPS pour voir le taux de déplacement dans ce bloc.

L'A.C. Guanacaste rappelle le respect des restrictions de sécurité, bravées par des randonneurs ces derniers mois, à la fois pour leur sécurité et celles des sauveteurs en cas d'accidents.

 

Au cours des dernières 24 heures, les sismographes ont enregistré plusieurs tremblements de terre de longue durée liés à la circulation de fluides (eau, vapeur, gaz) dans des fissures, des conduits et des fumerolles. La couleur du lac est gris-vert, ce qui indique la présence de fumerolles actives au fond du lac de cratère.

Source : Area de Conservacion Guanacaste. Et Ovsicori

 Poas - lac de cratère et fumerolles actives ; à ramarquer la teinte soufrée de la petite fumerolle - webcam RSN 22.10.2019 / 17h17

Poas - lac de cratère et fumerolles actives ; à ramarquer la teinte soufrée de la petite fumerolle - webcam RSN 22.10.2019 / 17h17

 Poas - le cratère le 12.10.2019 / 05h38, à titre de comparaison - webcam Ovsicori

Poas - le cratère le 12.10.2019 / 05h38, à titre de comparaison - webcam Ovsicori

Au Poas, les pluies des derniers jours ont permis au lac de cratère de se reformer. Cependant, les processus d'évaporation sont intenses par le système géothermique et pourraient réduire la taille du lac ou le faire disparaître à nouveau dans les prochains jours.

Un panache riche en vapeur d'eau est observé à 500 mètres au dessus du fond du cratère.

Les sismographes enregistrent de nombreux séismes LP persistants associés au transport de fluides (eau, vapeur, gaz) à travers des fissures, des conduits et des fumerolles. Le MultiGAS situé sur le bord ouest du cratère a enregistré de très faibles concentrations de SO2, autour de 1,5 ppm depuis le 21 octobre. La concentration en sulfure d’hydrogène H2S est également très faible, H2S / SO2 = 0,2.

Le détecteur de gaz SO2 ExpoGAS situé dans le belvédère des visiteurs a enregistré plusieurs fois des concentrations de SO2 dans l'air ambiant atteignant entre 1 et 5 ppm. Ces niveaux de SO2 peuvent être nocifs quand ils sont déjà maintenus dans l'ordre de quelques minutes pour les personnes très sensibles ou celles ayant des problèmes pulmonaires ou cardio-respiratoires.

 

Source : Ovsicori et RSN

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog