Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Bathymétrie du volcan sous-marin de Mayotte et ses coulées  - Doc SHOM 07.2019

Bathymétrie du volcan sous-marin de Mayotte et ses coulées - Doc SHOM 07.2019

D'après le bulletin #9 - 16 au 30.11.2019 -  du REVOSIMA, le nouveau site éruptif sous-marin de Mayotte a produit au moins 5,1 km3 de lave depuis le début de son édification.

Sur une période de 11 mois (de juillet 2018 - début des déformations de surface enregistrées à Mayotte - à juin 2019), le flux éruptif de lave est d’environ 150-200 m3 /s.

Depuis la découverte de l’édifice volcanique, trois nouveaux points de sortie distants ont été identifiés et ont produit :

- au sud environ 0,2 km3 de lave en 28 jours (18 mai-17 juin 2019) pour un flux minimum moyen de l’ordre de 83 m3 /s ;

- à l’ouest environ 0,3 km3 de lave en 44 jours (entre le 17 juin et le 30 juillet 2019) pour un flux minimum moyen de 79 m3 /s ;

- au nord environ 0,08 km3 de lave en 20 jours (entre le 31 juillet et le 20 août 2019) pour un flux minimum moyen de l’ordre de 44 m3 /s.

Ces flux éruptifs restes élevés. Ces volumes et flux éruptifs, notamment au début de la crise, sont exceptionnels et sont, compte tenu des incertitudes, globalement les plus élevés observés sur un volcan effusif depuis l’éruption du Laki (Islande) en 1783 dont le flux moyen éruptif avait été estimé à 694 m3 /s sur 245 jours d’éruption.

Mayotte : Déplacements du sol enregistrés sur les stations GPS de Mayotte au cours des 3 derniers mois du 1-09-2019 au 30-11-2019. Les déplacements horizontaux sont représentés sous forme vectorielle et les déplacements verticaux sont indiqués par les valeurs chiffrées en couleur. Post-traitement de ces données réalisé par l’IPGP (©OVPF-IPGP / REVOSIMA).

Mayotte : Déplacements du sol enregistrés sur les stations GPS de Mayotte au cours des 3 derniers mois du 1-09-2019 au 30-11-2019. Les déplacements horizontaux sont représentés sous forme vectorielle et les déplacements verticaux sont indiqués par les valeurs chiffrées en couleur. Post-traitement de ces données réalisé par l’IPGP (©OVPF-IPGP / REVOSIMA).

Depuis le mois d’août 2019, les vecteurs de déplacements horizontaux pointent plus au nord, avec pour conséquence un déplacement relatif de la source de pression simple isotrope, pouvant expliquer ces déplacements, environ 20-25 km plus au nord-ouest par rapport au début d’année.

Plusieurs hypothèses sont formulées :

Ainsi pour les 3 derniers mois, le meilleur modèle simple (modèle à une source, milieu isotrope et élastique) pouvant rendre compte de ces déplacements serait une source en déflation localisée entre 26 et 73 km à l’est Mayotte et à une profondeur comprise entre 45 et 75 km à 95% de probabilité. Sur les derniers quinze jours les débits associés aux meilleurs modèles seraient compris entre -30 à -80 m3 /s . A noter que s’agissant d’une source en déflation, les évolutions de position de la source vers des profondeurs plus superficielles ne traduisent pas une migration de source mais pourraient être liées à l’effet de la fermeture d’un conduit (se faisant progressivement depuis le bas vers le haut).

Des modèles plus complexes, en cours d’évaluation, suggèrent que plusieurs sources de pression (en déflation et en inflation), de géométrie et de volume variable, localisées à différentes profondeurs, pourraient également expliquer les déformations observées sur différentes périodes de temps.

Néanmoins la source dominante reste une source en déflation. Quelques soient les modèles, ces déformations confirment que des transferts de fluides magmatiques se poursuivent toujours en profondeur, et qu’en l’état de l’art actuel ces fluides semblent circuler entre 20 et 60 km de profondeur sans que l’on puisse élaborer de scénarios plus affinés sur l’évolution à terme de cette activité.

 

Source : BRGM / REVOSIMA -  https://brgm.fr/content/volcan-seismes-mayotte-suivi-activite-sismo-volcanique-revosima

 Mt Michael - hot spots sur le Mawson peak le 02.12.2019 - Sentinel-2A L1C - customscript / Annamaria Luongo / Copernicus

Mt Michael - hot spots sur le Mawson peak le 02.12.2019 - Sentinel-2A L1C - customscript / Annamaria Luongo / Copernicus

Une belle image du Mt.Michael sur l'île Saunders / South Sandwich a été mise en ligne par Annamaria Luongo : on peut y détailler trois points chauds rapprochés au Mawson Peak le 2 décembre 2019. 

Les dernières observations périodiques de ce volcan réculé (GVP) par satellite, entre janvier et juillet, montrent des panaches volcaniques. La dernière anomalie thermique date du 3 avril 2018.

 

Sources : Annamaria Luongo / Sentinel-2A – Mirova - Global Volcanism Program.

 Sakurajima - image Sentinel-2 L1C bands 12,11,4 du 03.12.2019

Sakurajima - image Sentinel-2 L1C bands 12,11,4 du 03.12.2019

 Sakurajima - zoom dans l'image Sentinel-2 L1C bands 12,11,4 du 03.12.2019

Sakurajima - zoom dans l'image Sentinel-2 L1C bands 12,11,4 du 03.12.2019

Le 3 mars à 17 h 59, une éruption s'est produite à Sakurajima (cratère au sommet du mont Minamidake) et a atteint 2300 m au-dessus du bord du cratère.

Les cendres volcaniques se dispersent vers le sud et affectent Ibusuki et Kagoshima .

Une chute de Tephra est prévue dans la ville de Tarumi, dans la préfecture de Kagoshima.

Des cendres sont attendues avant 00 h le 04 dans les municipalités suivantes : .

Préfecture de Miyazaki: Ville de Miyakonojo, Ville de Nichinan, Ville de Kushima

Préfecture de Kagoshima: Ville de Kagoshima, Ville de Kanoya, Ville de Tarumi, Ville de Suo, Ville de Shibushi, Ville d’Osaki, Ville de Higashi Kushira, Ville de Kinko, Minamiosumi-cho, Kitsuki-cho.

 

Ces émissions de cendres se poursuivent ce 4 décembre.

 

Sources : JMA & VAAC Tokyo

Sakurajima - activité du 04.12.2019 / 15h42 locale - webcam JMA

Sakurajima - activité du 04.12.2019 / 15h42 locale - webcam JMA

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog