Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Kuchinoerabujima -  éruption du 3 février 2020 à 5h35 et 5h38 - webcam JMA
Kuchinoerabujima -  éruption du 3 février 2020 à 5h35 et 5h38 - webcam JMA

Kuchinoerabujima - éruption du 3 février 2020 à 5h35 et 5h38 - webcam JMA

Une coulée pyroclastique s'étendant sur environ 900 mètres a été observé du côté sud-ouest du mont Shindake, accompagnée d'un panache co-pyroclastique haut de 626 mètres, sur l'île Kuchinoerabu, dans la préfecture de Kagoshima. Cependant, elle n'a pas atteint les zones résidentielles et aucun blessé ni dommage aux résidences n'a été confirmé, selon le gouvernement local.

La hauteur du panache de cendres n'a pas pu être évaluée par le VAAC, en raison de la couverture nuageuse.

Selon la JMA, l'éruption s'est produite vers 5 h 30 du matin le 3 février 2020. De grands dépôts de cendres ont été trouvés dispersés dans des zones à environ 600 mètres du cratère.

 

Sources : JMA & VAAC Tokyo

Stromboli - débordement de lave dsns la Sciara del Fuoco le 03.02.2020, à 7h25 et 8h06 - webcam INGV - un clic pour agrandirStromboli - débordement de lave dsns la Sciara del Fuoco le 03.02.2020, à 7h25 et 8h06 - webcam INGV - un clic pour agrandir

Stromboli - débordement de lave dsns la Sciara del Fuoco le 03.02.2020, à 7h25 et 8h06 - webcam INGV - un clic pour agrandir

À partir de 08:20 h environ UTC, l'INGV a pu observer, via les caméras de surveillance, un modeste débordement de la zone nord de la terrasse cratèrique du Stromboli, qui reste actuellement confiné dans la zone sommitale.

Le front de la coulée se désintègre sur les pentes fortes et provoque le roulement de matériel le long de la Sciara del Fuoco.
L ' ampleur du trémor volcanique ne montre pas de variations significatives associées.

Le nombre quotidien de séismes VLP est élevé (18 épisodes / heure). L'activité thermique récupérée des caméras est moyenne. Le flux de SO2 se traduit par de faibles valeurs (59 t / j), comme le flux de CO2 (121 t / j).

L'activité explosive est centrée sur le secteur des cratères NE, avec l'émission de gaz, de cendres et de scories. Les secteurs des cratères Central et SW sont caractérisés par un dégazage continu

 

Source : INGVvulcani & LGS rapport journalier.

Saunders island - image Sentinel Hub 02.02.2020 bands 4,3,2 - un clic pour agrandir

Saunders island - image Sentinel Hub 02.02.2020 bands 4,3,2 - un clic pour agrandir

Saunders island - image Sentinel Hub 02.02.2020 bands 4,3,2 (zoom éclairci) - un clic pour agrandir

Saunders island - image Sentinel Hub 02.02.2020 bands 4,3,2 (zoom éclairci) - un clic pour agrandir

L'activité reste importante sur Saunders island , dans les îles sandwich du sud, comme en témoignent les images satellites du 2 février 2020 montrant un important panache blanc de gaz et vapeur.

 

Source : Sentinel Hub

La morphologie actuelle du sommet du Nevado del Ruiz (5321 m. asl.) et de son cratère principal est la conséquence de l'interaction complexe entre les processus volcaniques, effusifs et explosifs (activité après les éruptions de 1845, 1985, 1989 et 2012, l'instabilité du système volcanique produite par le cycle d'activité actuel (2010-2020)) , la distribution des dépôts volcaniques, l'érosion causée par le réchauffement climatique et la dynamique de la couverture glaciaire

Actuellement, le cratère Arenas a une morphologie irrégulière et allongée, un diamètre supérieur à 980 m dans le sens SO-NE, un diamètre inférieur à 900 m dans le sens SE-NW et une profondeur approximative de 300 m. Le cratère Arenas a de grandes dépressions contenues dans des corniches ou des terrasses plus petites, des murs internes, un fond et plusieurs champs de fumerolles avec émission de gaz et de cendres. Ces champs de fumerolles sont restés avec une activité intermittente après les éruptions de 1985 et 1989 et avec une grande intensité pendant le cycle d'activité actuel (2010-2020).

Nevado del Ruiz - à partir de 2020 (A) et 2010 (B), pris en survol avec le soutien de la Colombian Air Force (FAC). On peut observer le cratère Arenas, les eaux d'amont de la rivière Azufrado, la zone de la calotte glaciaire adjacente au cratère, le dépôt de cendres, l'émission de gaz et de vapeur et les parois des corniches intérieures. - Doc. SGC

Nevado del Ruiz - à partir de 2020 (A) et 2010 (B), pris en survol avec le soutien de la Colombian Air Force (FAC). On peut observer le cratère Arenas, les eaux d'amont de la rivière Azufrado, la zone de la calotte glaciaire adjacente au cratère, le dépôt de cendres, l'émission de gaz et de vapeur et les parois des corniches intérieures. - Doc. SGC

Nevado del Ruiz - Photographies du cratère Arenas de janvier 2020, prises en survol avec le soutien des FAC. On observe: le bord du cratère (A), un cratère secondaire de 150 m de diamètre situé à l'ouest (B), les corniches intérieures (C), le dôme de lave (D), une dépression au centre du dôme causée par un éventuel affaissement et refroidissement de la lave (E), un centre d'émission de gaz et de cendres d'un diamètre d'environ 15 m (cratère secondaire) (F) et plusieurs sources d'émission de gaz situées autour du cratère (G, H e I). - Doc SGC

Nevado del Ruiz - Photographies du cratère Arenas de janvier 2020, prises en survol avec le soutien des FAC. On observe: le bord du cratère (A), un cratère secondaire de 150 m de diamètre situé à l'ouest (B), les corniches intérieures (C), le dôme de lave (D), une dépression au centre du dôme causée par un éventuel affaissement et refroidissement de la lave (E), un centre d'émission de gaz et de cendres d'un diamètre d'environ 15 m (cratère secondaire) (F) et plusieurs sources d'émission de gaz situées autour du cratère (G, H e I). - Doc SGC

Nevado del Ruiz - croquis du cratère Arenas - Doc. SGC 31.01.2020

Nevado del Ruiz - croquis du cratère Arenas - Doc. SGC 31.01.2020

La partie supérieure (zone la plus superficielle) du conduit volcanique est située juste au bas du cratère Arenas. Cette zone du volcan est considérée comme la plus instable et jusqu'en août 2015, elle était caractérisée par la présence de multiples sources actives d'émission de vapeur d'eau, de dioxyde de soufre (SO2) et d'autres gaz volcaniques, accompagnées d'émissions de cendres.

Après les éruptions de 2012, le Nevado del Ruiz a maintenu un comportement instable avec l'occurrence de séismes associés à la fracturation des roches et à la dynamique des fluides à l'intérieur du système volcanique, d'émissions permanentes (principalement vapeur d'eau, SO2 et cendres) et l'enregistrement d'une forte inflation continue. En août 2015, un nouveau magma s'est mis en place et un dôme de lave a commencé se construire au fond du cratère Arenas. Il a continué de croître pendant plusieurs mois, atteignant en janvier 2020 un plus grand diamètre estimé à 173 m , une hauteur maximale estimée 60 m et un volume approximatif de 1.500.000 m3.

 

Source : El Nuevo Domo de Lava del Volcán Nevado del Ruiz y la Geomorfología Actual del Cráter Arenas 2020 – Servicio Geologico Colombiano

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog