Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck

À 22 h.41 locale le 21 mars, un épisode éruptif s'est produit au Sakurajima (cratère sommital du Minamidake), et le panache s'est élevé à 2.400 m au-dessus du bord du cratère.

Des cendres volcaniques s'écoulent du cratère vers le nord-est (direction Fukuyama, ville de Kirishima), et en moins d'une heure, une petite quantité dans la ville de Kagoshima (Sakurajima)

Il y a une chute de cendres qui devrait tomber à Soo City, dans la préfecture de Kagoshima.

 

Source : JMA 22h49 le 21 février 2002

Sakurajima - 21.02.2020 / 7h10 JST -

L'essaim sismique dans la péninsule de Reykjanes est toujours en cours, avec des séismes de magnitude inférieure à 3,0 ; l'IMO donne des indications d'une inflation en décroissance mais toujours présente et la situation sera réexaminée par le conseil scientifique de la Protection Civile le 25 février.

Peninsule de Reykjanes  - localisation (plus en direction de la pointe) et magitude des séismes de l'essaim en cours au21.02.2020 / 12h15 - Doc. IMO
Peninsule de Reykjanes  - localisation (plus en direction de la pointe) et magitude des séismes de l'essaim en cours au21.02.2020 / 12h15 - Doc. IMO

Peninsule de Reykjanes - localisation (plus en direction de la pointe) et magitude des séismes de l'essaim en cours au21.02.2020 / 12h15 - Doc. IMO

L'IMO met en garde, ce 21 février à 10h59 GMT, contre les excursions dans les grottes dans la région d'Eldvörp dans la péninsule de Reykjanes.  Les mesures d'hier ont montré des niveaux mortels de dioxyde de carbone (CO2) et un manque d'oxygène dans une grotte. De nombreuses grottes sont présentes dans la région, la grotte en question est proche d'un stationnement qui est un arrêt populaire pour se lancer dans l'explorer les cônes volcaniques et les cratères.

Eldvörp - cratères alignés sur une fissure - photo Iceland Review

Eldvörp - cratères alignés sur une fissure - photo Iceland Review

La rangée de cratères de la péninsule de Reykjanes, appelée Eldvörp,s'est formée lors d'une éruption entre 1211 et 1240.

Un champ de lave de l'éruption couvre une grande zone à l'ouest des petites montagnes Svartsengi et Þorbjörn. Le champ de lave s'étend du cratère le plus septentrional jusqu'au rivage sud. Les cratères sont similaires au célèbre Lakagigar dans les hauts plateaux islandais bien que tout soit à plus petite échelle. La rangée de cratères mesure environ 10 kilomètres de long et se compose de nombreux cratères, et certains sont même encore chauds avec de la vapeur s'évaporant du sol, indiquant que les cratères sont toujours actifs et que le magma se cache encore en dessous.

 

https://www.youtube.com/watch?v=MLJdAFR4Seg

 

Sources : IMO & Icelandic volcanoes

Chaparrastique - anomalies thermiques au 22.02.2020  /04h40 - Doc Mirova

Chaparrastique - anomalies thermiques au 22.02.2020 /04h40 - Doc Mirova

À partir de 19h00 d'hier 20 février à 7 h 50 Vendredi 21, le Réseau d'observateurs locaux a signalé la survenue d'une série de grondements provenant du volcan Chaparrastique . Les données de surveillance indiquent que le volcan a présenté un changement de comportement, mis en évidence par l'augmentation de l'amplitude des microséismes et de légères émissions de gaz par son cratère central. La sismicité enregistrée dans le volcan montre des signes qui peuvent être liés à des fractures et de petites explosions internes du volcan, ce qui indique une augmentation de sa pression interne, avec la possibilité de l'apparition d'un dégazage plus important qui peut être accompagné de petites émanations de cendres, qui , s'ils se produisent, ils seront de préférence transportés vers le flanc sud-ouest du volcan.

 

Sources : MARN & Mirova

 Sismicité du volcan Chaparrastique enregistrée du 14 au 21 février 2020, associée à des fractures et de petites explosions internes dues au mouvement des gaz et des fluides. Le nombre de tremblements de terre oscille entre 10 et 15 tremblements de terre par heure, ce qui est normal dans ce volcan. - Doc. MARN

 Sismicité du volcan Chaparrastique enregistrée du 14 au 21 février 2020, associée à des fractures et de petites explosions internes dues au mouvement des gaz et des fluides. Le nombre de tremblements de terre oscille entre 10 et 15 tremblements de terre par heure, ce qui est normal dans ce volcan. - Doc. MARN

Au cours de la semaine dernière, les sismomètres du HVO ont enregistré 44 tremblements de terre de faible magnitude sous les altitudes supérieures du volcan Mauna Loa. Le plus fort a été un événement de magnitude 2,2 le 16 février, à environ 7 kilomètres sous la surface. La plupart des événements se sont produits à des profondeurs peu profondes de moins de 5 kilomètres sous la surface du volcan.

Les mesures du système de positionnement mondial (GPS) montrent une lente inflation continue du sommet, compatible avec l'approvisionnement en magma du système de stockage peu profond du volcan.

Les concentrations de gaz au site de surveillance du cône de soufre dans la zone de rift sud-ouest restent stables. Les températures des fumerolles mesurées à la fois au cône de soufre et au sommet n'ont pas changé de manière significative.

Ces signaux montrent que le magma pénètre dans le système de stockage peu profond. Cependant, ces données, ainsi que la sismicité et les taux d'émission de SO2 ne suggèrent pas une éruption imminente.

 

Sources : HVO et ESA / Sentinel 1A & 1B

Hawaii- Big Island - données des satellites Sentinel-1A et Sentinel-1B de l'Agence spatiale européenne (ESA) au 31 mars 2019 et au 31 janvier 2020 ont produit cet interférogramme. Chaque frange, ou bande de couleurs, représente 2,83 cm (1,1 pouces) de changement de portée ( la distance entre le satellite et le sol). Le comptage des franges donne le changement de portée totale entre deux passages de satellites. Au point (A), le sol s'est rapproché du satellite de 7 cm (2,75 pouces) entre les deux passages en raison du l'inflation de la chambre magmatique peu profonde sous le sommet du Mauna Loa.  Les franges près du point (B) au sommet de Kīlauea reflètent l'inflation de la chambre peu profonde de magma Halema'uma'u.

Hawaii- Big Island - données des satellites Sentinel-1A et Sentinel-1B de l'Agence spatiale européenne (ESA) au 31 mars 2019 et au 31 janvier 2020 ont produit cet interférogramme. Chaque frange, ou bande de couleurs, représente 2,83 cm (1,1 pouces) de changement de portée ( la distance entre le satellite et le sol). Le comptage des franges donne le changement de portée totale entre deux passages de satellites. Au point (A), le sol s'est rapproché du satellite de 7 cm (2,75 pouces) entre les deux passages en raison du l'inflation de la chambre magmatique peu profonde sous le sommet du Mauna Loa. Les franges près du point (B) au sommet de Kīlauea reflètent l'inflation de la chambre peu profonde de magma Halema'uma'u.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog