Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Piton de La Fournaise - trémor au 11.02.2020 / 08h - Doc. OVPF

Piton de La Fournaise - trémor au 11.02.2020 / 08h - Doc. OVPF

L’éruption, qui a débuté au Piton de La Fournaise le 10.02.2020 aux alentours de 10h50 heure locale, se poursuit. L’intensité du trémor volcanique (indicateur de l’intensité de l’éruption), après avoir diminué de manière continue, est relativement stable depuis 20h00 heure locale (16h00 TU) le 10 février.

Depuis le début de l’éruption 3 séismes profonds (> 2 km de profondeur) ont été enregistrés sous le flanc Est du volcan.

La crise sismique qui a précédé d’une vingtaine de minute l’arrivée du magma en surface a été accompagnée de déformations rapides de relativement faible amplitude qui ont impacté uniquement le cône terminal.

Piton de La Fournaise -  Interferogramme, réalisé entre le 29.01 et le 10.02.2020 représentant les déformations au Piton de la Fournaise associées à l’éruption du 10 février 2020 --   L'interférogramme ci-dessus montre la déformation de la surface associée à l'éruption du 10 février 2020. Chaque cycle de couleur (du rouge vers le bleu) complet de l'interférogramme correspond à 27,8 mm de déplacement de la surface vers (positif) ou à l’opposé (négatif) du satellite Sentinel-1 (dont la direction est représentée par la flèche « LOS » en haut à droite de la figure).  (© OVPF-IPGP)

Piton de La Fournaise - Interferogramme, réalisé entre le 29.01 et le 10.02.2020 représentant les déformations au Piton de la Fournaise associées à l’éruption du 10 février 2020 --  L'interférogramme ci-dessus montre la déformation de la surface associée à l'éruption du 10 février 2020. Chaque cycle de couleur (du rouge vers le bleu) complet de l'interférogramme correspond à 27,8 mm de déplacement de la surface vers (positif) ou à l’opposé (négatif) du satellite Sentinel-1 (dont la direction est représentée par la flèche « LOS » en haut à droite de la figure). (© OVPF-IPGP)

Piton de La Fournaise - contour des coulées au soir du 10.02 / en noir: suite au survol - en rouge : d'après les données InSAR - Doc . OVPF / Twitter

Piton de La Fournaise - contour des coulées au soir du 10.02 / en noir: suite au survol - en rouge : d'après les données InSAR - Doc . OVPF / Twitter

Du fait des mauvaises conditions météorologiques aucune reconnaissance n’a pu être réalisée le 11.02, mais les faibles débits n’ont probablement pas permis au front de coulée de progresser de manière significative, depuis le dernier relevé de l’observatoire qui le situait vers 1.400 m d’altitude (à 16h30 le 11.02 / A.Peltier sur Réunion 1°).

Piton de La Fournaise - éruption du 10.02.2020 - contour des coulées extrapolé des données des anomalies thermiques de Mirova - Doc.OVPF

Piton de La Fournaise - éruption du 10.02.2020 - contour des coulées extrapolé des données des anomalies thermiques de Mirova - Doc.OVPF

Les données satellites de la plate-forme MIROVA montrent une anomalie thermique relevée à 09h20 le 10 de 784 MW, diminuant ensuite atténuée par les nuages.

Sources : OVPF – Sentinel-1 - Mirova

Retrouvez l’ensemble des informations relatives à l’activité du Piton de la Fournaise sur les différents médias de l'OVPF-IPGP:
- le site internet (
http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/actualites-ovpf),
- le compte Twitter (
https://twitter.com/obsfournaise?lang=fr),
- et le compte facebook (
https://www.facebook.com/ObsVolcanoPitonFournaise/)

Etna - les cratères sommitaux - photo Boris Behncke 11.02.2020

Etna - les cratères sommitaux - photo Boris Behncke 11.02.2020

Au cours de la semaine du 3 au 9 février, l'activité de l'Etna a été caractérisée principalement par une activité éruptive du cratère de Voragine (VOR), par des émissions de cendres discontinues du cratère nord-est (NEC) et du nouveau cratère Sud-Est (NSEC) et du dégazage ordinaire des autres cratères sommitaux.

L'activité intra-cratérique strombolienne au cratère VOR se poursuit, émettant des lambeaux qui dépassent le bord du cratère de quelques centaines de mètres et qui a conduit à une nouvelle augmentation du cône de cendre en particulier dans la partie nord .

L'activité effusive qui coule du flanc sud du cône intracraterial se poursuit dans la Bocca Nuova adjacente. Les observations sur le terrain et images enregistrées pendant le survol de l’hélicoptère ont révélé que la lave remplissait le secteur est (BN-2) et atteint le cratère du puits ouest (BN-1).

 Etna - image thermique du champ de lave produit par l'activité de la Voragine - Doc. INGV OE / L.Lodato survol hélicoptère

Etna - image thermique du champ de lave produit par l'activité de la Voragine - Doc. INGV OE / L.Lodato survol hélicoptère

Quant au Nouveau Cratère du Sud-Est (NSEC), les images thermiques enregistrées durant le survol du 3 février a montré principalement une activité fumarolique.

Le 4 février, NSEC a également produit des épisodes intermittents d'émissions de cendres volcaniques observées à la fois par les images enregistrées par les caméras de surveillance et par le personnel INGV-OE sur le terrain.

Enfin, le cratère nord-est a également produit des émissions de cendres discontinues observées par des caméras de surveillance.

 

Source : INGV Bulletin hebdomadaire

Volcan sous-marin de Mayotte - résumé de l'activité du 16 au 31.01.2020 - Doc. REVOSIMA

Volcan sous-marin de Mayotte - résumé de l'activité du 16 au 31.01.2020 - Doc. REVOSIMA

Évolution au cours des derniers quinze jours du volcan sous-marin de Mayotte
Le nombre de séismes a baissé de 35% par rapport à la quinzaine précédente, avec une activité sismique principale toujours concentrée à 5-15 km de Petite-Terre, à des profondeurs de 25-45 km. Cette baisse est à nuancer du fait de pannes sur le réseau de sismomètres « RaspBerry Shake » qui a eu pour conséquence une augmentation du seuil des détections automatiques. Une sismicité plus faible en nombre et en énergie (faible magnitude comprise entre 1 et 2,5), déjà visible sur les enregistrements fond de mer en février 2019, est également toujours enregistrée proche de Petite-Terre à environ 5 km à l’est (à des profondeurs de 25-40 km) voire sous Petite Terre.

Deux séismes ont été reportés comme ressentis : l’un le 26 janvier 2020 / 05h43 TU de M3,5, l’autre le 28 janvier / 11h06 TU de M4. Le REVOSIMA enregistre toujours des signaux sismiques de type très longue période VLP (très basse fréquence, entre 5 et 100 secondes) similaires notamment à l’événement enregistré le 11 novembre 2018.

Sur les derniers 15 jours 3 Séismes VLP ont ainsi été enregistrés. Ces signaux VLP sont habituellement associés dans la littérature à des résonnances et des mouvements de fluide (magmatique ou hydrothermal). Les déplacements de surface mesurés depuis le début de la crise par les stations GPS de Mayotte indiquent :

- un déplacement d’ensemble des stations GPS de Mayotte vers l’est d’env. 19 à 22 cm vers l’est ;

- un affaissement (subsidence) d’environ 9 à 16 cm selon leur localisation sur l’île.

Un ralentissement des déplacements est observé depuis avril-mai 2019.

 

Source : Bulletin REVOSIMA n°13, pour la période du 16 au 31 janvier 2020
Synthèse des observations, mesures, et conclusions préliminaires sur la sismicité, la subsidence et le volcanisme de la zone, le bulletin complet est disponible ici : www.ipgp.fr/fr/actualites-reseau

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog