Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualité volcanique

A l'Anak Krakatau , en niveau II (Waspada) ; la sismicité du 18 mars,est caractérisée par :

- 2 séismes d'éruption, avec une amplitude de 20 à 42 mm et une durée de tremblement de terre de 44 à 608 secondes.

- 5 séismes de souffle, avec une amplitude de 3-6 mm, et une durée de tremblement de terre de 12-15 secondes.

- 2 épisodes de trémor harmonique avec une amplitude de 3-5 mm et une durée de tremblement de terre de 1080-21600 secondes.

- 1 séisme de basse fréquence d'une amplitude de 6 mm et d'une durée de tremblement de terre de 7 secondes.

- 2 séismes volcaniques avec une amplitude de 12-22 mm, S-P 2-2,5 secondes et la durée du tremblement de terre 8-16 secondes.

- 3 épisodes de trémor continu avec une amplitude de 0,2-25 mm, principalement 2 mm.

 

Sources : Magma Indonesia et Volcano YT / PVMBG

Anak Krakatau - sismogramme du 18.03.2020 / 20h - 19.03.2020 - Doc. Magma Indonesia

Anak Krakatau - sismogramme du 18.03.2020 / 20h - 19.03.2020 - Doc. Magma Indonesia

Krakatau (Crater) Timelapse (18/03/2020)

Après quatre semaines au niveau d'alerte 2 l'activité du Taal aux Philippines présente une activité sismique volcanique de faible intensité, une stabilisation de la déformation du sol de la caldeira et de Volcano Island , et une faible activité de surface dans le cratère principal et la fissure de Daang Kastila.

Taal par Landsat / Nasa EO le 6 décembre 2019 (avant l'éruption) et deux mois après l'éruption. Selon l'Observatoire de la Terre de la NASA, la chute de cendres résultant de l'éruption du volcan Taal le 12 janvier dernier a été particulièrement problématique car elle s'est suffisamment humide pour avoir une sorte de texture boueuse puis elle a séché et durci en un matériau qui ressemble à du ciment.- voir les atteintes aux zones d 'aquaculture (à gauche) et aux zones de culture/fermage (à droite) - un clic pour agrandirTaal par Landsat / Nasa EO le 6 décembre 2019 (avant l'éruption) et deux mois après l'éruption. Selon l'Observatoire de la Terre de la NASA, la chute de cendres résultant de l'éruption du volcan Taal le 12 janvier dernier a été particulièrement problématique car elle s'est suffisamment humide pour avoir une sorte de texture boueuse puis elle a séché et durci en un matériau qui ressemble à du ciment.- voir les atteintes aux zones d 'aquaculture (à gauche) et aux zones de culture/fermage (à droite) - un clic pour agrandir

Taal par Landsat / Nasa EO le 6 décembre 2019 (avant l'éruption) et deux mois après l'éruption. Selon l'Observatoire de la Terre de la NASA, la chute de cendres résultant de l'éruption du volcan Taal le 12 janvier dernier a été particulièrement problématique car elle s'est suffisamment humide pour avoir une sorte de texture boueuse puis elle a séché et durci en un matériau qui ressemble à du ciment.- voir les atteintes aux zones d 'aquaculture (à gauche) et aux zones de culture/fermage (à droite) - un clic pour agrandir

- Les séismes volcaniques sont passés de 141 événements / jour entre le 26 janvier et le 14 février à 31 événements / jour entre le 14 février et aujourd'hui. La majorité de ces séismes étaient associés à des processus de fracturation des roches et seuls six (6) événements de basse fréquence associés à une activité magmatique ou hydrothermale ont été détectés jusqu'au 6 mars. Ces paramètres sont cohérents avec le dégazage du magma en bassin plutôt qu'avec le transport actif du magma vers et depuis le réservoir de magma peu profond sous Volcano island.

- Au niveau déformation, un soulèvement très lent et léger du secteur nord de la caldeira du Taal mais un affaissement continu du secteur sud de la caldeira et du sud de Volcano island sont enregistrés, globalement cohérents avec la relaxation post-éruptive du Taal.

- Le flux de dioxyde de soufre est passé sous le niveau de détection, situation compatibles avec une source de magma peu profonde à faible dégazage et une absorption ou un «lavage» du gaz volcanique par un lac en cours de récupération dans le cratère principal et par le système hydrothermal de récupération de Volcano island.

- L'activité de surface a diminué à une faible émission de panaches chargés de vapeur de 50 à 100 mètres de haut provenant de fumerolles ou de conduits de gaz actifs sur le cratère principal et le long de la fissure de Daang Kastila sur le flanc nord de Volcano island.

 

Compte tenu de ce qui précède, DOST-PHIVOLCS abaisse le statut d'alerte du volcan Taal du niveau d'alerte 2 au niveau d'alerte 1 ; le niveau d'alerte 1 signifie que le volcan est toujours dans un état anormal et ne doit pas être interprété que les troubles ont cessé ou que la menace d'une éruption a disparu.

DOST-PHIVOLCS rappelle au public qu'au niveau d'alerte 1, des explosions soudaines à vapeur ou phréatiques, des tremblements de terre volcaniques, des chutes de cendres mineures et des accumulations ou expulsions mortelles de gaz volcanique peuvent se produire et menacer des zones au sein de TVI. DOST-PHIVOLCS recommande vivement que l’entrée dans Volcano island, la zone de danger permanent de Taal ou PDZ, en particulier les environs du cratère principal et de la fissure de Daang Kastila, reste strictement interdite.

 

Sources : Phivolcs & Nasa

Péninsule de Reykjanes - localisation et magnitude des séismes au 18.03.2020 / 12h50 - Doc. IMO
Péninsule de Reykjanes - localisation et magnitude des séismes au 18.03.2020 / 12h50 - Doc. IMO

Péninsule de Reykjanes - localisation et magnitude des séismes au 18.03.2020 / 12h50 - Doc. IMO

Le 18 mars à 10 h 32, un tremblement de terre de M4.2 a été détecté à environ 3 km au nord-ouest de Gunnuhver dans la péninsule de Reykjanes.

L'IMO a reçu de nombreux rapports de ressenti de Reykjanes et du siège del'IMO. Peu de répliques ont suivi.

Les derniers résultats de déformation autour du mont Thorbjorn sur la péninsule de Reykjanes indique que l'inflation provoquant un soulèvement dans la région a recommencé. Le soulèvement est plus lent que lorsqu'il était mesuré en janvier, mais semble être au même endroit. L'explication la plus probable du signal est que l'afflux de magma a recommencé.

 

Source : IMO / Écrit par un spécialiste à 18 mars 10:48 GMT

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog