Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques
 St Helens, vu de l'ouest, avec le Mt.Adams en arrière-plan ; au centre, la vallée S.Fork Toutle river - photo Rick Hoblitt 1979 - USGS

St Helens, vu de l'ouest, avec le Mt.Adams en arrière-plan ; au centre, la vallée S.Fork Toutle river - photo Rick Hoblitt 1979 - USGS

Il y a 40 ans, une éruption marquante débutait au St Helens.

Le Global volcanism Program la caractérise par un VEI de 5, et une durée du 27 mars 1980 au 28 octobre 1986 ± 3 jours.

Voici l'activité en cette fin de mars :

À l'aube du 28 mars, des impulsions de cendres sombres et denses s'élèvent à 3 km au-dessus du sommet et certains blocs sont éjectés. De petits coulées de boue se déplaçent par impulsions et déferlent le long du flanc nord-est, atteignant la limite du bois en milieu d'après-midi. Des périodes occasionnelles d'émission rythmique de cendres, d'une durée de 45 minutes à 1 heure, se sont produites tout au long de la journée, et davantage d'avalanches de cendres à basse température ont parcouru les pentes N et NE. De nombreux séismes se sont produits, dont l'un de M 4,2, concentré dans une zone d'environ 2 km de profondeur dans le quadrant nord-ouest du volcan.

Ce soir-là, le niveau d'eau dans le réservoir du lac Swift a été abaissé d'au moins 8 m par mesure de précaution, pour tenir compte de tout ruissellement de fonte des neiges ou coulées de boue induits par l'éruption.

St. Helens - faille EO coupant le sommet et renflement sur le flanc N- photo 27.03.1980 Frank David / USGS

St. Helens - faille EO coupant le sommet et renflement sur le flanc N- photo 27.03.1980 Frank David / USGS

Un nouveau cratère de 30 à 50 m de diamètre, à environ 10 m de celui formé le 27 mars, a été découvert lors de survols le 29 mars. Une flamme bleue a été observée dans les évents, scintillant parfois et sautant d'un cratère à l'autre. Aucune forte impulsion de cendres n'a été signalée entre les explosions du 28 mars à 23 h 00 et du 30 mars à 4 h 10. Pendant cette période, les séismes ont semblé migrer vers le SSE le long d'une tendance linéaire de 25 km, s'étendant à partir de 2 km de profondeur dans le quadrant nord-ouest du volcan à 15-20 km de profondeur en dessous du réservoir Swift, au pied S du mont. St. Helens. Cependant, une analyse continue des données sismiques a indiqué que la migration apparente pourrait être un artefact de la réduction des données et du modèle crustal utilisé. Le perfectionnement des déterminations d'épicentre est en cours.

Le sommet du St. Helens après plusieures petites éruptions : deux petits pit craters se sont formés le 27 mars 1980 – photo Robert Krimmel 30.03.1980 / USGS

Le sommet du St. Helens après plusieures petites éruptions : deux petits pit craters se sont formés le 27 mars 1980 – photo Robert Krimmel 30.03.1980 / USGS

Les reporters apparaissent en costumes trois pièces avec des lettres de références du Washington Post, New York Times, Los Angeles Times et National Geographic, discutant entre eux sur d'autres volcans qu'ils avaient couverts dans les îles Aléoutiennes d'Alaska et en Guadaloupe. Les médias sont prêts pour une catastrophe, pour un autre Pompéi ou Atlantis, peut-être de coulées de lave envahissant Portland. Mais l'apocalypse refuse de coopérer. Il n'y a pas de lave.

 St Helens-  Journal Oregonian (Portland, Oregon) page 10 du 29.03.1980

St Helens- Journal Oregonian (Portland, Oregon) page 10 du 29.03.1980

Croquis de la carte du mont. St. Helens. Les positions et les longueurs des fissures sommitales arquées sont approximatives, comme indiqué par des points d'interrogation à chaque extrémité. L'ancien cratère sommital est montré comme plus grand que son diamètre réel d'environ 0,5 km. Les deux évents actifs ont fusionné à la surface, mais conservent leurs identités distinctes. - mars 1980-  Courtesy of Robert Christiansen and Robert Tilling / GVP

Croquis de la carte du mont. St. Helens. Les positions et les longueurs des fissures sommitales arquées sont approximatives, comme indiqué par des points d'interrogation à chaque extrémité. L'ancien cratère sommital est montré comme plus grand que son diamètre réel d'environ 0,5 km. Les deux évents actifs ont fusionné à la surface, mais conservent leurs identités distinctes. - mars 1980- Courtesy of Robert Christiansen and Robert Tilling / GVP

La forte activité a repris le 30 mars. À 7 h 40, un nuage de vapeur et de cendres en forme d'enclume s'est développé, produisant des chutes de cendres aussi loin que Bend, en Oregon, à environ 250 km au sud. Le nuage peut être vu sur des images satellites météorologiques à haute résolution de la NOAA, mais l'altitude de son sommet n'a pas pu être estimée à partir des données satellitaires.

Une photo AP, probablement de cette explosion, montre clairement un voile de cendres se déplaçant presque tout le long du flanc SE. Décrit comme une "importante avalanche de cendres" dans le rapport original, ce n'était en fait qu'un voile de cendres qui se déplaçait lentement par gravité et déposait très peu de matière. Six autres explosions projettent des cendres à plus de 1,5 km au-dessus le sommet du 30.

 

Un changement de vent le 31 mars envoie des cendres des explosions continues du volcan sur des zones plus peuplées. La chute des cendres a commencé vers midi dans la région de Kelso-Longview (75 000 habitants), à environ 65 km à l'ouest, laissant une fine couche de matériau abrasif de couleur claire. Seule une légère ventilation s'est produite dans la nuit du 31 mars au 1er avril; trois séismes de M 4,5-4,7 ont été enregistrés, avec des foyers à seulement 1 km sous le sommet. Les cendres d'une grande explosion le 1er avril ont été collectées à Spokane, à 500 km de l'est.

 

A suivre ...

 

Sources :

- USGS – Cascades Volcano Observatory – Mount St. Helens 1980

- Global Volcanism Program – St. Helens

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog