Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

Au Mt St. Helens, l'USGS a commencé des mesures géodésiques quotidiennes à la périphérie du renflement du flanc Nord (bulge) le 25 avril, enregistrant un déplacement vers l'extérieur constant de 1,5-2 m / jour jusqu'au 17 mai. La direction du mouvement était presque horizontale, vers le NNO.

St Helens - renflement sur le flanc nord le 03.05.1980 - photo Tilling Robert / USGS

St Helens - renflement sur le flanc nord le 03.05.1980 - photo Tilling Robert / USGS

St. Helens - évolution du renflement entre avril et le 17 mai 1980  - Doc.USGS

St. Helens - évolution du renflement entre avril et le 17 mai 1980 - Doc.USGS

St Helens - Article du 03.05.1980dans le Columbian journal commentant la croissance du renflement  - un clic pour agrandir

St Helens - Article du 03.05.1980dans le Columbian journal commentant la croissance du renflement - un clic pour agrandir

La première quinzaine de mai est marquée par des explosions similaires à celles de début à mi-avril, et qui se poursuivent jusqu'au 14 mai.

Plusieurs dizaines de tremblements de terre par jour de M 3 ou plus ont continué d'être enregistrés jusqu'au 17 mai. La libération totale d'énergie sismique est restée relativement constante jusqu'à la fin avril, puis a légèrement diminué.

St Helens - 13.05.1980 - explosion de vapeur et de cendres (phréatique) au cratère sommital  - Doc. USGS

St Helens - 13.05.1980 - explosion de vapeur et de cendres (phréatique) au cratère sommital - Doc. USGS

Le 17 mai, David Johnston prend la garde de la station Coldwater, le temps est ensoleillé.

Le 18, à 7h 00, il transmet par radio au centre de Vancouver ses dernières observations : séismes, déformation, émission de SO2, tout est semblable à ce que l'on connaît depuis plusieurs semaines.
A 8 h. 32, un bref message, devenu célèbre depuis :

                       " Vancouver, Vancouver, ça y est ! "

... on ne retrouvera rien, ni des installations, ni de David Johnston ... le St Helens est entré en éruption !!!

St Helens - David Johnston au Cold Water II observation post le 17 mai 1980  - un jour avant l'éruption et son décès - photo Harry Glycken / USGS

St Helens - David Johnston au Cold Water II observation post le 17 mai 1980 - un jour avant l'éruption et son décès - photo Harry Glycken / USGS

A cette heure là, les sismographes enregistrent un tremblement de terre de M 5 environ (ses caractéristiques inhabituelles de vagues ont empêché un calcul simple de l'ampleur).

Une remarquable série de photographies montre que l'ensemble du renflement du flanc nord a immédiatement commencé à se séparer du volcan le long d'une fissure qui s'est ouverte sur sa section supérieure : Glissement de terrain

Des failles importantes mettent en contact le système hydrothermal avec le magma du volcan : l'eau souterraine saturant le dessus du volcan et chauffée par la magma au dessus de 100 °C ne peut bouillir étant donné le gradient de pression; lors du collapsus soudain du flanc nord, l'eau surchauffée se transforme instantanément en vapeur et au contact du magma, génère une éruption phréatomagmatique très violente : deux explosions simultanées, un panache monte dans le ciel tandis qu'est produit un gigantesque blast latéral. La vitesse d'expansion est inimaginable : 400 puis 1.100 km/h.; la température intérieure de la nuée est de 260°C; le souffle arrache les arbres sur près de 600 km² ... 30 secondes d'enfer.

St. Helens - 18.05.1980 / 8h32 - photo Gary Rosenquist

St. Helens - 18.05.1980 / 8h32 - photo Gary Rosenquist

L'avalanche de débris qui suit le blast transporte cendres, blocs de pierre, morceaux de glace, arbres abattus, au total plus de  3 km³ de débris qui viennent s'accumuler dans le Spirit Lake et la Toutle River, qui sera comblée sur 30 km.

La destruction est pratiquement totale dans une zone intérieure de près de 10 km de large, où il ne reste aucun arbre dans la zone auparavant fortement boisée. Au-delà de la zone intérieure, tous les arbres ont été projetés au sol, pointant vers l'extérieur depuis la source de l'explosion selon un motif radial presque uniforme. Dans les quelques centaines de mètres extérieurs de la zone de l'explosion, des arbres ont été brûlés mais sont restés debout.

St. Helens - un arbre débité par la force du blast (la pelle donne l'échelle)  - photo USGS / S.W.Kieffer

St. Helens - un arbre débité par la force du blast (la pelle donne l'échelle) - photo USGS / S.W.Kieffer

St Helens- engins de chantier balayé par le souffle de l'éruption du 18.05.1980 - photo AP

St Helens- engins de chantier balayé par le souffle de l'éruption du 18.05.1980 - photo AP

Presque simultanément avec l'éjection de l'explosion latérale, un gros panache vertical s'est élevé rapidement du cratère sommital préexistant à plus de 19 km au-dessus du niveau de la mer (tel que mesuré par le radar météorologique de l'aéroport de Portland), passant par une tropopause inhabituellement élevée à 13,5 -14 km . Une alimentation vigoureuse de la colonne verticale s'est poursuivie pendant plus de 9 heures - phase Plinienne - , avant de décliner progressivement en fin d'après-midi. Les nuages ​​de cendres se sont déplacés rapidement vers le nord-est et l'est.

St. Helens - panache éruptif du 18.05.1980 - photo USGS

St. Helens - panache éruptif du 18.05.1980 - photo USGS

La une de The Oregonian du 19.05.1981 - " Décapitation du Mt.St. helens - Le Spirit lake a disparu"

La une de The Oregonian du 19.05.1981 - " Décapitation du Mt.St. helens - Le Spirit lake a disparu"

Des lahars suivent, dues à la fonte de la glace et de la neige, qui transportent les cendres et la boue jusqu'à 45 km du sommet, en continuant le long de la rivière Cowlitz, où des sédiments en suspension, des billes et d'autres débris remplissent le chenal naviguable, bloquant de nombreux navires dans le port de Portland.

St Helens  - Coulée de boue dans la Toutle river le 18.05.1980 / 13h30 - photo  David Bruer

St Helens - Coulée de boue dans la Toutle river le 18.05.1980 / 13h30 - photo David Bruer

St. Helens - montée des eaux sur la Toutle river le 19.05.1980  - photo G.Stewart /  AP

St. Helens - montée des eaux sur la Toutle river le 19.05.1980 - photo G.Stewart / AP

St. Helens - dépôts de 2 mètres d'épaisseur sur la highway 504 - Doc. USGS

St. Helens - dépôts de 2 mètres d'épaisseur sur la highway 504 - Doc. USGS

St. Helens - 18.05.1980 - Les différentes étapes du début de l'éruption - Doc.USGS

St. Helens - 18.05.1980 - Les différentes étapes du début de l'éruption - Doc.USGS

Les écoulements pyroclastiques, générés à la fois par l'effondrement de la colonne verticale et l'émission directe à travers la grande brèche vers le nord produite par l'explosion dirigée (blast), ont laissé un dépôt ponce en forme d'éventail s'étendant dans le Spirit lake et la Toutle river, recouvrant les dépôts de flux de débris dans ce domaine.

St. Helens - un scientifique examine une coulée pyroclastique - Doc. USGS 30.05.1980

St. Helens - un scientifique examine une coulée pyroclastique - Doc. USGS 30.05.1980

St. Helens - panache de l'éruption du 18.05.1980 - photo Krimmel

St. Helens - panache de l'éruption du 18.05.1980 - photo Krimmel

De grandes quantités de cendres sont tombées sur une vaste zone de Washington, du nord de l'Idaho, de l'ouest et du centre du Montana. Les chutes de cendres à Ritzville, Washington, à plus de 300 km du mont. St. Helens, totalisent au moins 7 cm . À Spokane, à 500 km au NE du volcan, la visibilité a été brièvement réduite à seulement 3 m. vers 15h.. Une trace de cendres est tombée à Denver vers midi le lendemain, et les hydrologues de l'USGS ont détecté une légère chute de cendres jusque dans certaines parties de l'Oklahoma.

St. Helens- Trajet du panache de cendres du 18.05.1980 - Doc. USGS / Lyn Topinka

St. Helens- Trajet du panache de cendres du 18.05.1980 - Doc. USGS / Lyn Topinka

Les données les plus fiables citées par Blong (1984) totalisent 57 décès, tués par l'avalanche et le blast, ou se trouvant dans la zone de dévastation principale.

Les responsables de l'État de Washington ont estimé les pertes financières pour les entreprises privées et les États et les collectivités locales à au moins 2,7 milliards de dollars.

Mémorial aux victimes de l'éruption du 18.05.1980 et plaque commémorative à David Johnston - un clic pour agrandirMémorial aux victimes de l'éruption du 18.05.1980 et plaque commémorative à David Johnston - un clic pour agrandir

Mémorial aux victimes de l'éruption du 18.05.1980 et plaque commémorative à David Johnston - un clic pour agrandir

Carte des zones dévastées par l'éruption du 18.05.1980 au St Helens - Doc. USGS / Lyn Topinka

Carte des zones dévastées par l'éruption du 18.05.1980 au St Helens - Doc. USGS / Lyn Topinka

Sources :

 - Global Volcanism Program – bulletin report / St Helens – link

- USGS – Cascades Volvano observatory – Mt. St. Helens 1980 eruption – link

voir aussi :

- Fin Mars 1980 au St. Helens - link

- Avril 1980 au St. Helens - link

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog