Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Au cours des deux dernières semaines, une légère augmentation de l'activité éruptive de surface a été observée au volcan El Reventador, en Equateur.

L'activité se caractérise par la génération de colonnes éruptives et de courants de densité pyroclastique (ou coulées pyroclastiques) générés à partir du cratère du volcan, qui sont dirigés préférentiellement vers ses flancs ouest, nord et nord-est du volcan, en maintenant ses dépôts à l'intérieur de l'amphithéâtre. Ceci a été confirmé par la présence d'anomalies thermiques sur le flanc Est, détectées par la caméra infrarouge située sur le flanc nord-est, tandis que grâce à des capteurs thermiques satellites (FIRMS, MIROVA) il est possible de détecter une activité sur le flanc ouest. Les hauteurs des émissions de gaz et de cendres atteignent entre 0,7 et 1,3 km au-dessus du niveau du cratère et s'étendent sur plusieurs kilomètres au nord-ouest, à l'ouest et au sud-ouest du volcan.

 El Reventador - panache de cendres de 500 m de hauteur le 16.07.2020 - photo Darwin Yánez, técnico SNGRE / via IGEPN

El Reventador - panache de cendres de 500 m de hauteur le 16.07.2020 - photo Darwin Yánez, técnico SNGRE / via IGEPN

El Reventador - 22.07.2020 /  02h46 UTC - image IR dela coulée pyroclastique - Doc. IGEPN

El Reventador - 22.07.2020 / 02h46 UTC - image IR dela coulée pyroclastique - Doc. IGEPN

L'activité du volcan El Reventador est actuellement ÉLEVÉE avec une tendance ASCENDANTE; Cependant, il est important de noter que cette variation ne dépasse pas les niveaux observés dans le volcan au cours des derniers mois et années.

Le scénario le plus probable est une poursuite de l'activité éruptive, avec des fluctuations. Le scénario principal proposé implique la génération récurrente de coulées pyroclastiques (CDP) dont les dépôts s'accumulent sur les flancs du volcan. Dans ce scénario, les principaux phénomènes susceptibles d'affecter la population sont: 

- les chutes de cendres associées à une activité explosive et à la remobilisation du matériel soulevé par les courants de densité pyroclastique. Ces cendres, ainsi générées, sont régies par la direction et la vitesse du vent, qui à cette période de l'année est typiquement fort et dirigé vers l'ouest. D'après les données dont nous disposons à ce jour, ce scénario est le plus probable à court terme.

- Un autre phénomène, moins récurrent mais probable, est constitué par les coulées de boue (lahars) dans les rivières (dont les sources naissent dans le volcan), ceci associé à la survenue de fortes pluies, typiques de cette région et capables de transporter le matériel accumulés sur les flancs du volcan.

 

Source : IGEPN

Kilauea – variations de niveau et de surface du lac du cratère Halama'uma'u-  le 2 août 2019, montre un petit étang vert d'environ 2 m de profondeur, image de gauche. L'image de droite, prise le 21 juillet 2020, montre un lac de plus de 40 m de profondeur avec des nuances de bronze à brun et une frontière de couleur nette coupant souvent le lac. - photo USGS / HVO - un clic pour agrandir

Kilauea – variations de niveau et de surface du lac du cratère Halama'uma'u- le 2 août 2019, montre un petit étang vert d'environ 2 m de profondeur, image de gauche. L'image de droite, prise le 21 juillet 2020, montre un lac de plus de 40 m de profondeur avec des nuances de bronze à brun et une frontière de couleur nette coupant souvent le lac. - photo USGS / HVO - un clic pour agrandir

Kilauea, un an après :

Au cours de la dernière année, le lac d'eau du sommet du Kilauea est passé à plus de 270 m de long et 131 m de large, avec une superficie de plus de 2,5 hectares. Le lac a une profondeur de plus de 40 m et un volume d'environ 480.000 mètres cubes, soit l'équivalent de près de 200 piscines olympiques.

 

Source : HVO

Dans la Péninsule de Reykjanes, depuis le début de l'essaim sismique intense à Fagradalsfjall le 18 juillet, l'activité diminue lentement avec le temps. L'acquisition d'images satellites récentes a permis de cartographier de nouvelles déformations de surface dans la zone associée à la séquence de grands tremblements de terre survenus entre le 18 et le 20 juillet.

Péninsule de Reykjanes – image InSAR / données Sentinel, du 16 au 22 juillet 2020 – Doc. IMO

Péninsule de Reykjanes – image InSAR / données Sentinel, du 16 au 22 juillet 2020 – Doc. IMO

Systèmes volcaniques de la Péninsule de Reykjanes
Systèmes volcaniques de la Péninsule de Reykjanes

Systèmes volcaniques de la Péninsule de Reykjanes

Le traitement des données satellitaires montre clairement un signal de déformation correspondant à environ 3 centimètres de mouvement le long d'une faille orientée NE-SW dans la région de Fagradalsfjall (voir encadré noir sur la figure ci-dessus). Cette faille a été identifiée lors de l'essaim de séismes de 2017 qui s'est également produit dans cette zone. L'activité sismique actuelle est interprétée comme faisant partie d'un événement de réactivation volcano-tectonique à plus grande échelle dans la péninsule de Reykjanes.

Les images satellites révèlent également un signal d'affaissement localisé dans la région de Svartsengi (voir photo ci-dessus - encadré rouge). L'affaissement observé a commencé entre le 16 et 18 juillet (un peu avant la survenue des grands tremblements de terre tectoniques à Fagradalsfjall) et la prochaine image satellite (prévue pour la fin de cette semaine) confirmera si la déflation est toujours en cours ou si elle s'est arrêtée . Une modélisation de la déformation sera entreprise pour vérifier l'origine de ce signal.

Aucun changement significatif n'est signalé concernant les mesures géochimiques effectuées cette semaine sur la péninsule. De plus, la centrale géothermique de Svartsengi ne signale aucun changement dans ses mesures de routine.

L'activité en cours sur la péninsule de Reykjanes, qui a débuté à la fin de 2019, reflète une réactivation volcano-tectonique généralisée d'une grande partie de la péninsule, qui s'étend actuellement d'Eldey à l'ouest jusqu'à Krýsuvík à l'est. L'activité (y compris les tremblements de terre supplémentaires et les intrusions magmatiques) est susceptible de se poursuivre, le focus basculant entre différentes zones le long de la péninsule.

 

Dangers possibles:

Les glissements de terrain et les chutes de pierres peuvent être déclenchés par des tremblements de terre, très probablement dans les régions aux pentes instables, aux falaises abruptes et aux matériaux meubles

Des tremblements de terre allant jusqu'à M5,5-6 pourraient se produire dans des zones le long de la péninsule de Reykjanes avec le potentiel d'affecter la région captiale

Une accumulation de gaz dans les dépressions peut se produire en cas de vent très calme.

 

Source : IMO

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog