Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Turrialba - le sommet sous les cendres et les gaz le 06.07.2020 / 09h02 - webcams Ovsicori

Turrialba - le sommet sous les cendres et les gaz le 06.07.2020 / 09h02 - webcams Ovsicori

Turrialba - dégazage passif le 07.07.2020 / 15h38 - webcam Ovsicori

Turrialba - dégazage passif le 07.07.2020 / 15h38 - webcam Ovsicori

L'Ovsicori rapporte de petites émissions à une faible hauteur et presque journalières par le Turrialba entre le 1 et 7 juillet, à l'exception du 3 juillet.

Le 6 juillet à 9h., un panache de gaz et cendres a atteint quelques centaines de mètres, causant des chutes de cendres localisées.

Le 7 juillet, aucun changement significatif dans les gaz n'est observé. Cependant, le rapport CO2 / SO2 a fluctué de 12,3 à 10,3; tandis que le rapport H2S / SO2 reste entre 0,3 et 0,4. En revanche, la concentration de SO2 varie entre 3,3 et 4,6 ppm. Pendant les premières heures d'aujourd'hui, un dégazage passif a été observé. Cependant, il y a des émissions sporadiques de cendres, la dernière signalée hier matin.


 

Source : Ovsicori-UNA

 Cleveland - photo 22.06.2020 22h53 UTC / Matt Loewen /  AVO

Cleveland - photo 22.06.2020 22h53 UTC / Matt Loewen / AVO

Image satellite de Clevaland - GeoEye-1, 22 juin 2020. Les points oranges indiquent l'emplacement des bombes et des blocs éjectés par ballist associés à l'explosion du 2 juin 2020 du cratère sommital. Les bombes les plus éloignées se trouvent à environ 1300-1400 m de l'évent. Des dépôts de flux massique s'étendant du cratère sommital sont également évidents sur l'image. Certains d'entre eux peuvent avoir résulté de l'atterrissage de débris chauds sur la neige, provoquant la fonte et la remobilisation du mélange débris / neige. - photo Chris Waythomas / AVO

Image satellite de Clevaland - GeoEye-1, 22 juin 2020. Les points oranges indiquent l'emplacement des bombes et des blocs éjectés par ballist associés à l'explosion du 2 juin 2020 du cratère sommital. Les bombes les plus éloignées se trouvent à environ 1300-1400 m de l'évent. Des dépôts de flux massique s'étendant du cratère sommital sont également évidents sur l'image. Certains d'entre eux peuvent avoir résulté de l'atterrissage de débris chauds sur la neige, provoquant la fonte et la remobilisation du mélange débris / neige. - photo Chris Waythomas / AVO

L'Alaska volcano Observatory a mis en ligne une image satellite GeoEye-1 qui documente les conséquences d'une explosion début juin au volcan Cleveland.

Les capteurs régionaux d'infrasons ont enregistré une explosion pendant les heures de nuit du 1-2 juin 2020. Un petit nuage de cendres a été observé à 22,000 pieds au-dessus du niveau de la mer dérivant vers le sud. L ' éruption a explosé le dôme de janvier 2019 et une grande quantité de matière du cratère du sommet. Les débris volcaniques s'étendent également sur le flanc est du volcan et sur le flanc nord. Les points orange sur l'image satellite indiquent l'emplacement des bombes et blocs éjectés balistiquement associés à l'explosion de juin du cratère du sommet.

Au volcan de Cleveland, des épisodes d'effusion de lave et d'explosions peuvent se produire sans avertissement préalable. Les explosions sont normalement de courte durée et ne présentent qu'un risque pour l'aviation à proximité immédiate du volcan. Aucune activité n'a été vue sur des images satellites nuageux ou détectée sur les réseaux géophysiques régionaux au cours de la dernière journée.

 

Source : AVO

Nishinoshima - image Nasa Eosdis Worldview 09.07.2020

Nishinoshima - image Nasa Eosdis Worldview 09.07.2020

L'éruption se poursuit sur Nishinoshima ;

Selon l'agence NHK news, qui reprend une annonce des chercheurs du Geospatial information authority of Japan, la partie sud de l'île se serait agrandie d'au moins 150 mètres entre le 19 juin et le 3 juillet.

Le satellite Geos-5 montre un sérieux tourbillon de dioxyde de soufre, géré par un noyau de haute pression sur le Pacifique à l'est du Japon ; ce nuage de SO2 se dilue plus au nord sur les Aléoutiennes puis suit les côtes du Canada. ( via windy.com) 

 

Sources : Mirova, Nasa Worldview, NHK, Windy

Nishinoshima - Volcanic ash advisory 09.07.2020 - Doc. VAAC Tokyo

Nishinoshima - Volcanic ash advisory 09.07.2020 - Doc. VAAC Tokyo

 Tjörnes FZ - localisation et magnitude des séismes au 09.07.2020 / 07h05 - Doc. IMO
 Tjörnes FZ - localisation et magnitude des séismes au 09.07.2020 / 07h05 - Doc. IMO
 Tjörnes FZ - localisation et magnitude des séismes au 09.07.2020 / 07h05 - Doc. IMO

Tjörnes FZ - localisation et magnitude des séismes au 09.07.2020 / 07h05 - Doc. IMO

En Islande, des perturbations affectent les fjords du nord et le Myrdalsjökull au sud.

 

Tremblement de terre à l'embouchure d'Eyjafjörður - Tjörnes fracture zone

Le 8 juillet à 17:41, un tremblement de terre de magnitude 4,2 s'est produit à environ 13 km du CP de Gjögurtá. L'Office météorologique islandais a reçu des informations selon lesquelles le tremblement de terre s'est produit dans de nombreuses parties de la région d'Eyjafjörður.

L'essaim sismique est toujours en cours. Depuis le début de la crise, le 19 juin, l'IMO a localisé plus de 10.000 tremblements de terre. Trois tremblements de terre de taille supérieure à 5 ont été détectés dans la hryvnia, le plus important étant le 21 juin, de la taille de 5,8 lits à 30 km NNA de Siglufjörður. D'autres séismes de magnitude supérieure à 5 ont été de 5,6 et 5,4 de magnitude le 20 juin et ont été localisés à plus de 20 km au nord-est de Siglufjörður.

Il y a encore beaucoup de petits tremblements de terre dans la région, et des tremblements de terre plus importants sont susceptibles de se produire.

  Múlakvísl - le flux de l'été 2019 - Doc.  Mbl.is

Múlakvísl - le flux de l'été 2019 - Doc. Mbl.is

Myrdalsjökull

La conductivité électrique à Múlakvísl a augmenté lentement ces derniers jours et on pense que l'eau géothermique émise par le glacier Mýrdalsjökull s'infiltre dans la rivière.

En raison de la chaleur géothermique dans certaines zones sous le glacier, l'eau s'accumule dans des poches sous le glacier, mais trouve finalement son chemin vers les rivières glaciaires. L'eau contient des substances et des gaz dissous qui dégagent des odeurs et expliquent la conductivité de l'eau.

Einar Bessi Gestsson, spécialiste de la météo au Bureau météorologique islandais, explique que cela se produit presque toujours chaque été. "Cela peut être accompagné d'une pollution par les gaz, nous envoyons donc une notification comme celle-ci." Les agriculteurs de la région sont habitués à l'odeur, qu'ils appellent généralement l'éléphant des glaciers. La majeure partie de la pollution par les gaz est à l'origine de la rivière, à Kötlujökull, dans la partie orientale de Mýrdalsjökull, où la vigilance est de mise dans les zones plus basses.

 

Source : IMO

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog