Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Sangay - les retombées de cendres affectent la population - photo EGU 23.09.2020 - Un clic pour agrandir.

Sangay - les retombées de cendres affectent la population - photo EGU 23.09.2020 - Un clic pour agrandir.

L' explosion à 4 h 20 le 20 septembre au Sangay a été l'événement le plus important de ces derniers mois.

Sangay - photo @dani100sweet twitter 20.09.2020

En 10 minutes, plusieurs images satellites montraient un gros nuage de cendres s'élevant de 6 à 10 km au-dessus du sommet; Les parties à haute altitude du nuage ont dérivé vers l'est tandis que les parties inférieures ont dérivé vers l'ouest. Trente deux districts des provinces de Chimborazo, Bolívar, Guayas et Los Ríos ont été touchés par des chutes de cendres. Les autorités des districts de Bucay et Cumandá ont limité la conduite, l'ouverture d'entreprises et les activités de plein air en raison des chutes de cendres. L'aéroport José Joaquín de Olmedo de Guayaquil a suspendu ses opérations pendant sept heures pour nettoyer les pistes. Les chutes de cendres étaient les plus importantes à Chimborazo, en particulier dans les districts de Guamote, Alausí, Chunchi, Pallatanga et Cumandá, avec des photos montrant une mauvaise visibilité et des chutes de cendres couvrant les rues, les voitures et les maisons. Ashfall a eu un impact significatif sur les champs agricoles.

 

Les autorités ont inspecté le confluent de la rivière Volcán (flanc SE) et de la rivière Upano, et ont observé d'importants gisements de téphra, dont certains avaient condamné la rivière et créé une immense lagune. Normalement, l'Upano mesurait environ 25 m de large dans cette zone, mais à cause des dépôts, il faisait plus de 250 m et était presque à sec. Après l'explosion, IG a noté que l'activité est revenue à des niveaux similaires aux mois précédents avec des panaches de cendres s'élevant à 1 à 2 km au-dessus du volcan du 20 au 22 septembre.

 

Du dimanche 20 au mercredi 23 septembre de cette année, un groupe de chercheurs de l'Institut géophysique de l'École nationale polytechnique (IGEPN) et de l'Institut français de recherche pour le développement (IRD) a visité les provinces de Chimborazo, Cañar et Guayas . Lors de cette visite, les techniciens ont mesuré le débit de gaz, prélevé des échantillons de cendres, donné des explications aux autorités locales et entretenu les stations du réseau de surveillance du volcan.

 

Source : IGEPN & GVP

Fuego - empreinte sismique du lahar dans la barranca Ceniza - Insivumeh bulletin 23.09.2020 / 18h35

Fuego - empreinte sismique du lahar dans la barranca Ceniza - Insivumeh bulletin 23.09.2020 / 18h35

Au Guatemala, les pluies constantes sur le complexe volcanique du Fuego ont généré un lahar modéré dans la barranca du rio Ceniza, un affluant du rio Achiguate ; il est constitué de matériaux fins, branches et troncs d'arbres et de blocs entre 30 cm et 1,5 m. de diamètre.

D'autres lahars pourraient se former dans les autres barrancas, les dépôts volcaniques étant saturés d'eau.

 

Ce 23 septembre, le schéma d'activité reste pareil aux jours précédents, avec des explosions faibles à modérées, au rythme de 12 à 18 par heure, accompagnées de colonnes de cendres atteignant 4.700 mètres asl. Des avalanches constantes depuis le bord du cratère sont observées en direction des nombreux drainages. Des chutes de cendres sont rapportées sur les zones de Panimache, Morella, Santa Sofia, Porvenir,Yucales, Sangre de Cristo et San Pedro Yepocapa.

 

Source : Insivumeh

Piton de La Fournaise - le flanc Est le 12.08.2020 - photo OVPF

Piton de La Fournaise - le flanc Est le 12.08.2020 - photo OVPF

Depuis le 20 septembre une reprise de la sismicité est observée sous le Piton de la Fournaise. Entre le 20 et le 22 septembre, 21 séismes, de magnitude inférieure ou égale à 1, ont été enregistrés et localisés sous le cratère Dolomieu entre 1,7 et 2,2 km de profondeur 

Cette sismicité est accompagnée d’une reprise de l’inflation (gonflement) de la base et du sommet de l’édifice du Piton de la Fournaise. Cette inflation de l’édifice reste pour l’instant d’intensité très faible et devra être confirmée sur la durée ces prochains jours.
Cette sismicité et cette déformation sont synonymes d’une pressurisation du réservoir magmatique superficiel localisé à environ 2-2,5 km sous le sommet.

Piton de La Fournaise - Histogramme représentant le nombre de séismes volcano-tectoniques superficiels enregistrés depuis le 1er septembre 2020 (© OVPF-IPGP).

Piton de La Fournaise - Histogramme représentant le nombre de séismes volcano-tectoniques superficiels enregistrés depuis le 1er septembre 2020 (© OVPF-IPGP).

Carte de localisation (épicentres) et coupes nord-sud et est-ouest (montrant la localisation en profondeur, hypocentres) des séismes enregistrés et localisés par l’OVPF-IPGP entre le 20 et le 22 septembre 2020 sous le massif du Piton de la Fournaise. Seuls les séismes localisables ont été représentés sur la carte (© OVPF-IPGP).

Carte de localisation (épicentres) et coupes nord-sud et est-ouest (montrant la localisation en profondeur, hypocentres) des séismes enregistrés et localisés par l’OVPF-IPGP entre le 20 et le 22 septembre 2020 sous le massif du Piton de la Fournaise. Seuls les séismes localisables ont été représentés sur la carte (© OVPF-IPGP).

Les flux de CO2 dans le sol montrent également une inversion de tendance depuis la mi-août. Après une longue phase continue de diminution des émissions en CO2 dans le sol suite à la dernière éruption (2-6 avril 2020), une nouvelle phase d’augmentation est observée depuis la mi-août et se poursuit depuis. Cette augmentation de CO2 en champs lointain est en accord avec une remontée profonde de magma.
En parallèle, les flux de SO2 enregistrés dans l’air restent en dessous du seuil de détection. Les concentrations en H2S et SO2 dans les fumerolles de la zone sommitale restent faibles et malgré une légère tendance à l’augmentation de la concentration en SO2 depuis août 2020, les concentrations sont extrêmement faibles.

 

A noter que ce processus de recharge du réservoir superficiel peut durer plusieurs jours à plusieurs semaines avant que le toit du réservoir ne se fragilise et ne se rompe, donnant ainsi lieu à une injection de magma vers la surface et à une éruption, mais peut également s’arrêter sans donner lieu à brève échéance à une éruption.

 

Source : OVPF

Retrouvez l’ensemble des informations relatives à l’activité du Piton de la Fournaise sur les différents médias de l'OVPF-IPGP:
- le site internet (http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/actualites-ovpf),
- le compte Twitter (https://twitter.com/obsfournaise?lang=fr),
- et le compte facebook (https://www.facebook.com/ObsVolcanoPitonFournaise/)

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog