Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Nevados de Chillán - changements de morphologie de la coulée  de lave L5 - Doc. Sernageomin

Nevados de Chillán - changements de morphologie de la coulée de lave L5 - Doc. Sernageomin

Une activité explosive et effusive s'est poursuivie au cours de cette quinzaine de jours au complexe Nevados de Chillán.

Les événements explosifs sont caractérisés par la génération de colonnes éruptives inférieures à 1.420 m au-dessus du niveau du cratère, avec une teneur variable en matière particulaire.

De l'incandescence nocturne est observée de manière récurrente, principalement dans le zone Est du crat!re et parfois sur la coulée de lave.

Concernant l'activité effusive au niveau de la coulée de lave L5, d'après l'analyse des images satellites SkySat, Planet Scope et Sentinel L2 A dans la vraie couleur, une plage du front de lave, estimée à 808 m. du bord du cratère, avec un développement supplémentaire de son canal central, a augmenté d'au moins 40 m. de large dans sa zone proximale.

Grâce aux caméras de surveillance, une accélération de son taux d'émission est enregistrée, accompagnée d'un changement de la dynamique avant du front, de la morphologie des " levées " latérales et du développement naissant de lobes latéraux dans la zone proximale de la cratère. La somme de ces résultats est interprétée comme un changement dans la rhéologie de la coulée de lave L5.

 

Source : Sernageomin

Sabancaya - panaches simultanés de vapeur et gaz, et de cendres - Doc. I.G.Peru

Sabancaya - panaches simultanés de vapeur et gaz, et de cendres - Doc. I.G.Peru

Entre le 1° et le 7 février 2021, l'activité éruptive du Sabancaya s'est maintenue à des niveaux modérés, avec une moyenne de 45 explosions journalières, et l'observation de panache de cendres et gaz jusqu'à 3.000 mètres de hauteur au dessus du sommet.

L'I .G.Peru renseigne la survenue de 1548 séismes d'origine volcanique, associés à la circulation des fluides magmatiques internes. Les séismes de type volcano-tectoniques, en lien avec la fracturation de roches à l'intérieur du volcan, se sont produits principalement au nord-est du Sabancaya (magnitude entre 2,2 et 2,7)

Une légère inflation du secteur sud-est du Sabancaya et du secteurnord / volcan Hualca Hualca a été observée grâce à la technique GNSS. Deux anomalies thermique faibles ont été identifiées par Mirova.

A noter : la descente d'un lahar le 4 février sur le flanc sud-est.

 

L'alerte volcanique reste Naranja, assorti d'une zone interdite d'un rayon de 12 km, et du conseil de se tenir à l'écart des drainages.

 

Source : Bulletin de l'IGP mis en ligne le 8 février 2021.

Montserrat - Soufrière Hills - Vue générale vers le sud dans la cicatrice d'effondrement de 2010 sur le côté nord du dôme de lave - photo MVO

Montserrat - Soufrière Hills - Vue générale vers le sud dans la cicatrice d'effondrement de 2010 sur le côté nord du dôme de lave - photo MVO

Une bonne visibilité sur le dôme de lave du volcan Soufrière Hills sur l'île de Montserrat, dans les Caraïbes, les 29 janvier et 2 février a permis d'imager diverses fumerolles à l'aide de la caméra thermique portable, donnant des températures comprises entre 212 et 472 ° C. Celles-ci sont conformes aux températures précédentes mesurées en décembre 2020.

Les observations visuelles de l’hélicoptère ont également révélé des preuves d’une activité continue de chutes de roches sous toutes les faces abruptes du dôme de lave, en particulier à l’intérieur de la cicatrice d’effondrement de 2010 et à la tête de Gage Fan sur le côté ouest du dôme de lave. On a également observé la formation de trois grandes dalles dans la paroi de la falaise du côté de la rivière Tar du dôme de lave, ce qui pourrait entraîner de grandes chutes de pierres à l'avenir.

Cela fait partie du processus naturel d'altération et de perte de masse et n'implique pas une diminution de la stabilité du dôme de lave.

Montserrat - Soufrière Hills - Vue rapprochée de la fumerolle principale (alias Gas Vent) dans le plancher de la cicatrice d'effondrement 2010, avec une image thermique montrant des températures supérieures à 415 ° C. - photo MVO 29.01.2021

Montserrat - Soufrière Hills - Vue rapprochée de la fumerolle principale (alias Gas Vent) dans le plancher de la cicatrice d'effondrement 2010, avec une image thermique montrant des températures supérieures à 415 ° C. - photo MVO 29.01.2021

  Montserrat -  Soufrière Hills - Vue générale vers le sud dans la cicatrice d'effondrement de 2010 sur le côté nord du dôme de lave - photo MVO 29.01.2021

Montserrat - Soufrière Hills - Vue générale vers le sud dans la cicatrice d'effondrement de 2010 sur le côté nord du dôme de lave - photo MVO 29.01.2021

En raison de la grande taille du dôme de lave, des écoulements pyroclastiques peuvent se produire à tout moment sans avertissement de n'importe quel côté du volcan, y compris les drainages (« Gages ») par lesquels ils peuvent atteindre rapidement Plymouth.

Les pistes à travers la vallée de Belham peuvent être détruites ou fortement modifiées par des crues soudaines ou des lahars, et il faut faire preuve de prudence en traversant la vallée pendant et après les pluies.

Le niveau de danger est à 1. Il n'y a pas d'accès public à la zone V, y compris à Plymouth. Les zones maritimes E et W sont en transit de jour uniquement entre le lever et le coucher du soleil (les bateaux peuvent traverser la zone mais ne doivent pas s'arrêter). Quiconque ignore ces restrictions est passible de poursuites.

 

Source : MVO

Kilauea - Helema'uma'u - Le côté ouest actif du lac présentait de nombreuses éruptions de surface et une croûte sombrante. L'épanchement de lave se poursuit dans le lac de lave à partir de la base de l'évent ouest (à gauche). Photo USGS prise par K. Lynn.

Kilauea - Helema'uma'u - Le côté ouest actif du lac présentait de nombreuses éruptions de surface et une croûte sombrante. L'épanchement de lave se poursuit dans le lac de lave à partir de la base de l'évent ouest (à gauche). Photo USGS prise par K. Lynn.

Kilauea - Halema'uma'u - l'évent ouest alimentant la partie ouest active du lac de lave, ainsi que la partie est inactive du lac de lave. Il y a quelques petites éruptions de lave pāhoehoe dans la partie ouest du lac de lave qui débordent parfois dans la partie perchée de la marge du lac de lave. - Photo de l'USGS par D. Downs / 08.02.2021.

Kilauea - Halema'uma'u - l'évent ouest alimentant la partie ouest active du lac de lave, ainsi que la partie est inactive du lac de lave. Il y a quelques petites éruptions de lave pāhoehoe dans la partie ouest du lac de lave qui débordent parfois dans la partie perchée de la marge du lac de lave. - Photo de l'USGS par D. Downs / 08.02.2021.

Le volcan Kīlauea est en éruption. L'activité de lave est confinée au cratère Halemaʻumaʻu .

L'activité éruptive se poursuit à la fissure ouest, fournissant de la lave au lac de lave via un ruisseau de lave au site d'entrée le long de la marge ouest. Hier, les géologues du HVO ont signalé une petite fontaine à dôme active sur le site d'entrée. La lave de surface active reste largement confinée à la moitié ouest du lac, comme auparavant. La partie ouest du lac continue de présenter des naufrages crustaux épars. La zone est stagnante du lac a été plusieurs mètres plus bas que la partie ouest perchée, élevée et active. Une série de fissures de surface sépare l'actif de la partie stagnante du lac. Les îles sont restées stationnaires la semaine dernière.

Au matin du 9 février, la lave dans la partie ouest et active du lac d'Halema'uma'u avait une profondeur d'environ 215 m (705 pieds), la partie orientale du lac de lave se solidifiant à la surface. Les taux d'émission de SO2 restent élevés.

 

Source: HVO-USGS

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog