Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Semisopochnoi - image archives  Waythomas, Chris - AVO /  ESA Sentinel-2

Semisopochnoi - image archives Waythomas, Chris - AVO / ESA Sentinel-2

Les émissions de cendres de faible niveau ont repris le 30 mai vers 17h45 UTC (09h45 AKDT) au Semisopochnoi et se sont accompagnées d'une augmentation du trémor sismique (secousses continues).

EIles sont visibles dans les données satellitaires géostationnaires et se poursuivent jusqu'en 20h50 UTC (12h50 AKDT). Le trémor sismique reste élevé à l'heure actuelle et son intensité varie. Le nuage de cendres se déplace vers le sud au-dessus de l'île d'Amchitka à une altitude d'environ 5 000 pieds asl.

 

Semisopochnoi - RSAM des 30-31.05.2021 / CERB_EHZ_AV_5 / AVO

Les données à haute résolution spatiale du 29 après-midi montrent des températures de surface fortement élevées dans l'évent actif (le plus au nord) du mont Cerberus. Les données infrasons ne montrent aucune preuve d'événements explosifs puissants. La sismicité au cours de la dernière journée a été caractérisée par des périodes de tremblements élevés qui ont augmenté et diminué sur des périodes de plusieurs heures, entrecoupées de périodes d'amplitude beaucoup plus faible.

Le niveau d'alerte reste à Watch et le code aviation à Orange.

 

Source : AVO

Colline d'observation du site éruptif dans Geldingadalur - photo mbl.is/Einar Falur

Colline d'observation du site éruptif dans Geldingadalur - photo mbl.is/Einar Falur

Au site éruptif de Fagradalsfjall, la colline d'observation panoramique, qui se trouve sur une crête entre Geldingadalur et la vallée au sud de Meradalur, a été évacuée ce 30 mai afin que les gens ne soient pas piégés par la lave à cet endroit. La coulée de lave devrait entourer la colline aujourd'hui ou demain. C'est ce que déclare Gunnar Schram, officier de police en chef de la police de Suðurnes, lors d'une conversation avec mbl.is.

 Vallée de Nátthaga -  la coulée sous la pluie émet de la vapeur -  30.05.2021 / 16h27 webcam_slaga Norðnorðaustur

Vallée de Nátthaga - la coulée sous la pluie émet de la vapeur - 30.05.2021 / 16h27 webcam_slaga Norðnorðaustur

Hier la pluie et une mauvaise visibilité en journée, n'a pas permis une bonne observation. Le front de coulée dans la vallée de Nátthaga a été observé fumant, suite à l'évaporation de la pluie tombée sur la coulée très chaude.

Sur la côte, les travaux de pose des câbles à fibre optique le long de Suðurstrandarvegur va se faire dans un gros tube à une profondeur inhabituelle de un mètres avant que la lave n'atteigne la zone côtière. Le tube est prévu pour résister à une température de 190 °C, ce qui devrait suffire à maintenir le réseau de communication opérationnel.

 

Sources : Mbls et RUV

Goma - les habitants franchissant la coulée de lave encore très chaude - photo Dr. Charles Balagizi

Goma - les habitants franchissant la coulée de lave encore très chaude - photo Dr. Charles Balagizi

En RDC, les données de sismicité et de déformation du sol du 29 mai 2021 continuent d'indiquer la présence de magma sous la zone urbaine de Goma avec une extension sous le lac Kivu. La sismicité et la déformation continuent. Le nombre de séismes détectés en 24 heures diminue légèrement, de même que les taux de déformation. Cependant, cette diminution de la phénoménologie à ce stade ne peut pas encore être interprétée comme la fin de l'activité.

Pendant les phases d'activité volcanique, des périodes d'activité sismique plus élevée alternent souvent avec des phases de sismicité plus faible. l'activité sismique alterne souvent avec des phases de sismicité plus faible. Une sismicité au-dessus de la ligne de base est toujours enregistrée. Ces observations sont toujours cohérentes avec la présence de magma en profondeur.

Des retombées de cendres peuvent se produire à la suite de l'effondrement de pièces à l'intérieur du cratère.

Les données de stabilité pour le lac Kivu ne montrent actuellement aucun changement significatif (les dernières données disponibles datent du 27 mai 2021).

Plate-forme d'extraction du méthane dans la Lac Kivu, avec en arrière-plan, le volcan Nyiragongo - photo archives RDC électricité

Plate-forme d'extraction du méthane dans la Lac Kivu, avec en arrière-plan, le volcan Nyiragongo - photo archives RDC électricité

Corentin Caudron, volcanologue à l’Institut des sciences de la terre à Grenoble, a déclaré dans une interview à la 1° / RTBF : "Pour l’instant, les séismes sont situés autour de cinq à sept kilomètres sous le lac. Il y a donc un risque, c’est sûr, que ça sorte au niveau du lac Kivu. Ça s’est produit dans le passé, donc à nouveau, tout ça est bien étudié et documenté. Il y a un problème lié au lac Kivu, c’est qu’il y a énormément de gaz dissous dans le lac et il y a plein de choses qui sont mises en place pour justement essayer de surveiller ça. Actuellement, les données qu’on a montrent qu’il n’y a pas eu de déstabilisation du lac. Donc ça, c’est plutôt une bonne nouvelle. On va suivre ça très précisément avec l’Observatoire volcanologique de Goma, qui fait un super boulot sur place. Mais oui, effectivement, on est dans un cas un peu particulier avec un lac au-dessus et on ne peut pas exclure ce risque à ce stade".

 

Sources : Africa Georiska Museum & &RTBF 1° radio

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog