Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie
 Etna - coulée de lave du SEC au 18.05.2022 - Doc. Cam therm FLIR / INGV OE

Etna - coulée de lave du SEC au 18.05.2022 - Doc. Cam therm FLIR / INGV OE

 Etna -  Situation de l'activité sommitale au 17.05.2022 - Doc. INGV Vulcani (Doc. du dessus)  --  Etna - image Sentinel-2 bands 12,11,8A au 19.05.2022 / 09h40 - Via Mounts project (image du dessous)  -un clic pour agrandir
 Etna -  Situation de l'activité sommitale au 17.05.2022 - Doc. INGV Vulcani (Doc. du dessus)  --  Etna - image Sentinel-2 bands 12,11,8A au 19.05.2022 / 09h40 - Via Mounts project (image du dessous)  -un clic pour agrandir

Etna - Situation de l'activité sommitale au 17.05.2022 - Doc. INGV Vulcani (Doc. du dessus) -- Etna - image Sentinel-2 bands 12,11,8A au 19.05.2022 / 09h40 - Via Mounts project (image du dessous) -un clic pour agrandir

L'Institut National de Géophysique et de Volcanologie annonce qu'après l'ouverture d'un évent effusif sur le flanc nord du Cratère Sud-Est de l'Etna, communiqué le 12/05/2022 à 20h38 heure locale, placé à une altitude d'environ 3250 m a.s.l.

L'activité effusive s'est stabilisée dans les jours suivants, produisant une coulée de lave qui se développe vers l'ENE dans le désert Valle del Leone dont le front le plus avancé a actuellement atteint une altitude comprise entre 2400 et 2300 m a.s.l. La nouvelle coulée de lave du flanc du cratère sud-est de l'Etna flanque celle déjà en cours qui s'est formée vers 3250 m.

Dans le même temps, le cratère SE est affecté par une activité explosive strombolienne discontinue et d'intensité variable qui, dans les phases les plus intenses, produit une modeste émission de cendres qui se dilue rapidement dans l'atmosphère.
D'un point de vue sismique, par rapport au communiqué de presse de 12 cm, la tendance à laugmentation progressive de l'amplitude moyenne du tremor se poursuit dans la fourchette des valeurs élevées.

Les sources du tremor sont situées dans le cratère Sud-Est vers 3000 m. au dessus du niveau de la mer.

 

Source : INGV – communiqué extraordinaire 18,05,2022 & INGV Vulcani

 Etna - trémor , variations au 20.05.2022 / 05h  - Doc. INGV

Etna - trémor , variations au 20.05.2022 / 05h - Doc. INGV

L'essaim sismique de Svartsengi sur la péninsule de Reykjanes est toujours en cours.

Hier (19 mai), environ 370 tremblements de terre ont été détectés dans la région, le plus grand un M3.0 à 11h35. La plus grande activité sismique est maintenant au nord de Grindavík.
L'inflation des terres autour de Svartsengi et Þorbjörn atteint 4 centimètres ces dernières semaines, comme en témoigne un dernier interférogramme .
Des glissements de terrain peuvent se produire sur les pentes et les flancs des montagnes lorsque des tremblements de terre de ces magnitudes se produisent. La prudence est recommandée pour les personnes dans ces zones.

 

Source : Oroapuls

Grindavik / Svartsengi - déformation - interférogramme entre le 9 et le 19.05.2022 - Doc. IMO

Grindavik / Svartsengi - déformation - interférogramme entre le 9 et le 19.05.2022 - Doc. IMO

Les grandes éruptions volcaniques sont souvent précédées de manifestations décelables, comme de la sismicité, des émissions de gaz, ou des variations du niveau d’activité volcanique ambiant. La détection de ces changements est alors précieuse pour anticiper l’aléa et le risque volcanique. Néanmoins, ces manifestations sont difficiles voire impossibles à mesurer pour des volcans difficiles d’accès.

C’est le cas du Nyiragongo, en République Démocratique du Congo, dont les éruptions ont dévasté la ville et la région de Goma à plusieurs reprises dans le passé, jusqu’à récemment en Mai 2021.

Barrière et al. [2022] utilisent l’imagerie satellitaire, principalement radar, pour mesurer continûment les oscillations du lac de lave qui emplit le cratère sommital du Nyiragongo, et les taux d’effusion de lave au cours du temps.  Ces taux et le niveau du lac se révèlent corrélés à l’activité sismique, démontrant qu’ils sont la manifestation de changements dans la dynamique et la pressurisation du système magmatique en profondeur. Ce travail démontre ainsi l’importance des données satellitaires pour détecter et anticiper les éruptions volcaniques, au Nyiragongo et dans d’autres volcans au monde.

 

Sources : Barrière, J., Nicolas d’Oreye, , Smets, B., Oth, A., Delhaye, L., Subira, J., et al. (2022). Intra-crater eruption dynamics at Nyiragongo (D.R. Congo), 2002–2021. Journal of Geophysical Research: Solid Earth, 127, e2021JB023858. https://doi.org/10.1029/2021JB023858

Michael Poland, Associate Editor,Journal of Geophysical Research: Solid Earth; traduction par Isabelle Manighetti, Editor in Chief, JGR: Solid Earth

Niveau du lac du Nyiragongo au cours du temps. (a) Vue du volcan Nyiragongo et de son cratère sommital où s’étend le lac de lave (photos prises par l’Observatoire volcanologique de Goma, en Novembre 2013 à gauche et en Avril 2014 à droite). (b) Variation de l’altitude du lac de lave (en mètres au-dessus du niveau de la mer) au cours du temps, mesurée ponctuellement sur le terrain entre 1948 et 2020, et continûment par satellite radar depuis 2006 (trait rouge). Les changements du niveau du lac et du cratère sont liés à l’activité éruptive, avec des affaissements majeurs lors des éruptions de 1977, 2002 et 2021. L’éruption de 2021 a cependant été précédée par une montée du niveau du lac, suggérant une pressurisation du système magmatique en profondeur. Crédit : Barrière et al. [2022]

Niveau du lac du Nyiragongo au cours du temps. (a) Vue du volcan Nyiragongo et de son cratère sommital où s’étend le lac de lave (photos prises par l’Observatoire volcanologique de Goma, en Novembre 2013 à gauche et en Avril 2014 à droite). (b) Variation de l’altitude du lac de lave (en mètres au-dessus du niveau de la mer) au cours du temps, mesurée ponctuellement sur le terrain entre 1948 et 2020, et continûment par satellite radar depuis 2006 (trait rouge). Les changements du niveau du lac et du cratère sont liés à l’activité éruptive, avec des affaissements majeurs lors des éruptions de 1977, 2002 et 2021. L’éruption de 2021 a cependant été précédée par une montée du niveau du lac, suggérant une pressurisation du système magmatique en profondeur. Crédit : Barrière et al. [2022]

Commenter cet article

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog