Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie
 Piton de La Fournaise - 02.09.2022 / 04h55 TU - CameraPartage / OVPF- IPG - un clic pour agrandir

Piton de La Fournaise - 02.09.2022 / 04h55 TU - CameraPartage / OVPF- IPG - un clic pour agrandir

L'OVPF nous communique que la période du 1er au 27 août 2022 a été marquée au Piton de La Fournaise par une faible sismicité au niveau du Piton de la Fournaise avec une moyenne de 3 séismes volcano-tectoniques superficiels par jour .

Depuis le 28 août 2022, une augmentation de la sismicité est observée sous le Piton de la Fournaise : 20 séismes volcano-tectoniques ont été enregistrés le 28 août, 24 le 29 août, 41 le 30 août et 31 le 31 août.

L'inflation du sommet s'est poursuivie.

Une diminution des flux de CO2 dans le sol a été enregistrée à la fois en champ proche et distal.

 

L’inflation qui a repris au mois de juin, et qui s’est poursuivie en juillet et août, fut le témoin d’une faible réalimentation et d’une faible pressurisation du réservoir magmatique superficiel par des remontées de fluides profonds.

L’apparition de la sismicité au toit du réservoir depuis la fin août montre que ce processus de pressurisation est en train de s’intensifier.

Ce processus de recharge depuis les profondeurs vers le réservoir superficiel peut durer plusieurs jours à plusieurs semaines avant que le toit du réservoir ne se fragilise et ne se rompe, donnant ainsi lieu à une injection de magma vers la surface et à une éruption, mais peut également s’arrêter sans donner lieu - à brève échéance - à une éruption.

 

Source : OVPF

Piton de La Fournaise -  Histogramme représentant le nombre de séismes volcano-tectoniques superficiels enregistrés depuis le 1er août 2022 (© OVPF)

Piton de La Fournaise - Histogramme représentant le nombre de séismes volcano-tectoniques superficiels enregistrés depuis le 1er août 2022 (© OVPF)

Piton de La Fournaise : Illustration de la déformation sur les six derniers mois. Sont ici représentées les variations de distance entre deux récepteurs GPS traversant l'édifice du Piton de la Fournaise, au sommet (référence BOMG ; en haut), à la base du cône terminal (référence FOAG ; au milieu) et en champ lointain (référence PRAG ; en bas) . Une hausse est synonyme d'élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan (© OVPF-IPGP).

Piton de La Fournaise : Illustration de la déformation sur les six derniers mois. Sont ici représentées les variations de distance entre deux récepteurs GPS traversant l'édifice du Piton de la Fournaise, au sommet (référence BOMG ; en haut), à la base du cône terminal (référence FOAG ; au milieu) et en champ lointain (référence PRAG ; en bas) . Une hausse est synonyme d'élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan (© OVPF-IPGP).

Le point sur l'activité sismovolcanique enregistrée sur l'île de São Jorge, dans l'archipel des Açores, au 0 1/09/2022 10:00

Le Centre d'information et de surveillance sismovolcanique des Açores (CIVISA) informe que l'activité sismovolcanique enregistrée sur l'île de S. Jorge depuis 16h05 (heure locale = UTC-1) le 19 mars se poursuit au-dessus de la normale, s'étendant, grosso modo, le long d'une bande avec direction WNW-ESE, de Ponta dos Rosais à la zone de Norte Pequeno – Silveira.

Jusqu'à présent, environ 50.146 événements de faible ampleur et d'origine tectonique ont été enregistrés. Entre 00h00 et 10h00 aujourd'hui, environ 68 tremblements de terre ont été enregistrés. Le tremblement de terre le plus énergétique de cette crise s'est produit le 29 mars, à 21h56 (heure locale = UTC), avait un épicentre à environ 2 km SSW de Velas et une magnitude 3,8 (Richter). Jusqu'à présent, environ 318 séismes ressentis par la population ont été recensés.​

Globalement, l'activité sismique des dernières semaines montre une légère tendance à la baisse, parfois interrompue par de courtes périodes de fréquence et/ou d'énergie relâchée plus élevées, les hypocentres étant actuellement situés, en général, à des profondeurs supérieures à 5 km
.

São Jorge - sismicité au 01.09.2022 - Doc. CIRISA

São Jorge - sismicité au 01.09.2022 - Doc. CIRISA

São Jorge - Fréquence quotidienne des séismes enregistrés  - Doc. IVAR - CIVISA 01.09.2022

São Jorge - Fréquence quotidienne des séismes enregistrés - Doc. IVAR - CIVISA 01.09.2022

Dans le cadre du suivi géodésique, les données existantes depuis début avril ne montrent pas de déformation significative dans la zone épicentrale.

Les campagnes de mesure des gaz et de la température dans le sol qui ont été menées depuis le début de cette crise dans la zone épicentrale n'ont pas abouti, à ce jour, à l'identification d'anomalies résultant de l'activité sismovolcanique, maintenant les prospections de terrain.

Les campagnes hydrogéochimiques dans les eaux souterraines des deux forages de surveillance (Queimada II et Ribeira do Nabo - IROA) n'ont pas révélé de variations significatives qui pourraient être associées à la crise sismovolcanique en cours.

L'intégration des informations disponibles nous permet de conclure que les structures tectoniques où ont eu lieu les éruptions historiques de 1580 et 1808, et la crise sismovolcanique de 1964, dans le Système Volcanique Fissural de Manadas, ont été réactivées, et il faut admettre qu'au début du phénomène il y a eu une intrusion magmatique profonde.

La diminution de l'activité sismique, bien que lente, et l'observation d'un tel schéma au cours des dernières semaines, ainsi que l'absence d'autres signes anormaux en termes de déformation, de gaz et d'eaux, ont conduit CIVISA à déterminer, le 8 de juin, le niveau d'alerte scientifique est passé de V4 à V3 sur l'île de S. Jorge. Cependant, l'activité sismique se poursuit bien au-dessus des valeurs de référence pour la région, de sorte que la possibilité d'enregistrer des événements ressentis demeure et la survenue éventuelle de tremblements de terre de magnitude plus élevée ne peut être exclue.

CIVISA maintient des niveaux de surveillance sur l'île de S. Jorge et assure le renforcement du réseau permanent d'observation sismovolcanique, en ce sens que, si le schéma d'activité s'inverse, il peut détecter les signes précurseurs d'une nouvelle situation pré-éruptive.

 

Source : http://www.ivar.azores.gov.pt/ - CIVISA

Revue Nature - 01.09.2022 - "Under the volcano", le mécanisme sous-jacent de l'éruption inattendu du Nyiragongo.

Revue Nature - 01.09.2022 - "Under the volcano", le mécanisme sous-jacent de l'éruption inattendu du Nyiragongo.

Un article dans la revue Nature sur l'éruption du Nyiragongo en mai 2021 révèle les dessous de l'éruption de flanc. Il est le fruit d'une collaboration entre 36 scientifiques de 11 pays différents (26 affiliations différentes). Voici le résumé :

 

" Les mécanismes classiques des éruptions volcaniques impliquent principalement l'accumulation de pression et l'ascension du magma vers la surface1. De tels processus produisent des signaux géophysiques et géochimiques qui peuvent être détectés et interprétés comme des précurseurs d'éruption1,2,3.

Le 22 mai 2021, le mont Nyiragongo (République démocratique du Congo), un volcan à évent ouvert avec un lac de lave persistant perché dans son cratère sommital, a bousculé cette interprétation en produisant une éruption de flanc d'environ six heures sans précurseurs apparents, suivi - plutôt que précédé - par un mouvement latéral du magma dans la croûte.

Nous montrons ici que cette séquence inversée a très probablement été initiée par une rupture de l'édifice, produisant des coulées de lave mortelles et déclenchant une volumineuse intrusion de digues de 25 km de long. Le dyke s'est propagé vers le sud à très faible profondeur (moins de 500 m) sous les villes de Goma (République démocratique du Congo) et Gisenyi (Rwanda), ainsi que le lac Kivu.

Cette crise volcanique soulève de nouvelles questions sur les mécanismes contrôlant de telles éruptions et la possibilité de faire face à des événements nettement plus dangereux, tels que des épanchements au sein de zones densément urbanisées, le phréato-magmatisme ou une éruption limnique du lac Kivu riche en gaz. Il met également en évidence plus généralement les défis auxquels sont confrontés les volcans à évent ouvert pour la surveillance, la détection précoce et la gestion des risques lorsqu'un volume important de magma est stocké près de la surface ".

 

Source :  Smittarello, D., Smets, B., Barrière, J. et al. Precursor-free eruption triggered by edifice rupture at Nyiragongo volcano. Nature 609, 83–88 (2022). https://doi.org/10.1038/s41586-022-05047-8 – In Nature 01,09,2022

This is an open access article distributed under the terms of the Creative Commons CC BY license, which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Nyiragongo - a, interférogramme COSMO-SkyMed (CSK) du 21 mai 2021 à 15h37 UTC au 22 mai 2021 à 15h37 UTC ne montrant aucune déformation évidente moins de 1 h avant le début de l'éruption. . b, Comparaison d'images PlanetScope46 du cratère du Nyiragongo entre le 27 mars 2021 et le 9 août 2021. c, Déplacements quotidiens vers l'est enregistrés aux stations GNSS permanentes KBT (bleu) et RBV (orange) (voir emplacement sur la carte a) du 1er avril 2021 au 30 juin 2021.  d, Comptage quotidien des événements sismiques automatiquement détectés et localisés (remplissant les critères de sélection définis dans les Méthodes) du 1er avril 2021 au 30 juin 2021 et médiane mobile sur 12 h de la mesure d'amplitude sismique en temps réel (RSAM) filtrée entre 2 Hz et 10 Hz aux stations sismiques permanentes

Nyiragongo - a, interférogramme COSMO-SkyMed (CSK) du 21 mai 2021 à 15h37 UTC au 22 mai 2021 à 15h37 UTC ne montrant aucune déformation évidente moins de 1 h avant le début de l'éruption. . b, Comparaison d'images PlanetScope46 du cratère du Nyiragongo entre le 27 mars 2021 et le 9 août 2021. c, Déplacements quotidiens vers l'est enregistrés aux stations GNSS permanentes KBT (bleu) et RBV (orange) (voir emplacement sur la carte a) du 1er avril 2021 au 30 juin 2021. d, Comptage quotidien des événements sismiques automatiquement détectés et localisés (remplissant les critères de sélection définis dans les Méthodes) du 1er avril 2021 au 30 juin 2021 et médiane mobile sur 12 h de la mesure d'amplitude sismique en temps réel (RSAM) filtrée entre 2 Hz et 10 Hz aux stations sismiques permanentes

Commenter cet article

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog