Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques


111-45

L'observatoire volcanologique du Yellowstone et l'Université de l'Utah rapportent une vague de petits séismes les 17 & 18 janvier 2010.
Le foyer est situé au NO. de Old Faithfull - SE. de West Yellowstone. Les séismes ont une magnitude comprise entre 1 et 3,3 max. Les trois plus importants sont caractérisés par une profondeur d'environ 10 km. et correspondent vraisemblablement à des mouvements de masses d'eau chaude.
Etant donné la réputation du volcan, la vigilance reste de mise.

Sources :
- YVO - Yellowstone volcano observatory
- UUSS - The University of Utah Seismograph Stations  
  website.
- USGS - Earthquake hazards program.



  MAG UTC DATE-TIME
y/m/d h:m:s
LAT
deg
LON
deg
DEPTH
km
LOCATION
MAP 3.0 2010/01/19 04:42:14 44.565 -110.975 10.2 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 3.3 2010/01/19 03:39:39 44.563 -110.977 10.0 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.8 2010/01/18 23:56:32 44.560 -110.971 0.9 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.4 2010/01/18 20:50:49 44.560 -110.966 9.2 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.9 2010/01/18 19:38:42 44.563 -110.966 9.8 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 3.1 2010/01/18 18:03:14 44.562 -110.978 10.1 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.5 2010/01/18 16:00:14 44.562 -110.973 9.0 15 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.0 2010/01/18 11:40:11 44.812 -111.523 4.5 37 km ( 23 mi) WNW of West Yellowstone, MT
MAP 2.5 2010/01/18 10:10:22 44.559 -110.970 8.5 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.5 2010/01/18 02:44:15 44.569 -111.011 14.8 13 km ( 8 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.7 2010/01/18 02:38:01 44.561 -110.973 9.8 15 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.6 2010/01/18 01:04:24 44.562 -110.972 9.0 15 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.7 2010/01/18 00:02:56 44.563 -110.970 11.3 15 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.5 2010/01/17 22:43:34 44.565 -110.972 6.5 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.6 2010/01/17 21:55:56 44.554 -110.970 0.9 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.7 2010/01/17 21:04:07 44.562 -110.967 9.7 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.5 2010/01/15 09:11:34 44.574 -110.927 4.5 17 km ( 11 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.1 2010/01/14 11:42:59 44.672 -111.971 11.7 38 km ( 24 mi) NNE of Spencer, ID
MAP 1.0 2010/01/13 17:10:37 44.330 -110.464 7.0 63 km ( 39 mi) SE of West Yellowstone, MT

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le volcan doit son nom à l'aspect désolé de ses flancs couverts de cendres suite à une éruption qui eut lieu avant l'arrivée des premiers colons, vers 1635.
La Montagne Pelée domine le nord de l'île de sa masse importante qui culmine à 1.397 mètres.

Mt-Pelee---R.Fiske-1977-Smits.inst.jpg               La Montagne Pelée - photo R.Fiske 1977 - Smithsonian institution.

Trois phases importantes ont rythmé son évolution
:

phases_mpelee00e.gif1. phase Paléo Pelée : +/- 350.000 ans: durant cette phase initiale, la Montagne Pelée est un stratovolcan "ordinaire"; son cône est formé de couches de lave et de débris volcaniques fragmentés. Les restes de cette structure sont visibles sur les flancs N. et O. de l'édifice moderne. Cette phase fut suivie d'une longue période de repos durant laquelle se creusent de profondes vallées..

phases_mpelee01e.gif2. une phase intermédiaire débute vers 100.000 ans pour se terminer vers 20.000 ans. Durant cette phase, de nombreuses nuées ardentes, résultant de l'écroulement de colonnes éruptives, empruntent les vallées creusées en première phase.
C'est durant cette période que se formera une caldeira dont ne subsiste que le rempart N : Morne Macouba.

3. La phase "récente" débute, il y a 13.500 ans, après une relative période de calme. Durant les derniers 5.000 ans, plus de 20 éruptions majeures s'y sont déroulées, avec une alternance d'émission de ponces et de nuées pyroclastiques de type péléen, associées à la mise en place de dômes andésitiques..
Une éruption péléenne est une éruption caractérisée par l'émission d'une lave visqueuse formant difficilement des coulées; la lave s'accumule au point de sortie en un dôme ou une aiguille de lave, qui peuvent exploser ou s'effondrer en formant des nuées ardentes (écoulements pyroclastiques) accompagnées d'un panache se développant en altitude.

 

Mt.Pelee----2.jpg

                      Les deux dômes de la caldeira sommitale, l'Etang sec -

                                photo W.Melson - Smithsonian institution.


Le cratère sommital - "l'étang sec" - est rempli par deux dômes qui se sont mis en place durant les dernières fortes éruptions, en 1902 et 1929.

Au 18° siècle, quatre éruptions ont répertoriées : 1792, 1851 (éruptions phréatiques ou phréatomagmatiques) , 1902 et 1929 (éruptions magmatiques)

phases mpelee05e
phases_mpelee06e.gif












Schémas : MountPelee.com

L'éruption de 1902, étudiée par le professeur Alfred Lacroix :

Après divers signes précurseurs depuis février 1902, l'éruption est entrée dans une phase magmatique à partir du 6 mai, alors qu'elle n'avait avant qu'un caractère phréatique. (S.Chretien & Brousse 1988)

"Au matin du 8 mai, les cloches sonnent le jour de l'Ascension dans un ciel clair, mais à 8 h.01 se déchaîne la colère du volcan. Une nuée ardente descend la vallée de la Rivière Blanche à 500 km/h. (140 m/sec.) et anéantit Saint-Pierre. Une onde de choc l'a précédée, en atteignant une vitesse supersonique et provoquant un écart de pression de 36 mm. de mercure en quelques millisecondes. Vingt huit mille personnes y trouvent une mort instantanée et seuls deux miraculéss survivent, le cordonnier Léandre et le prisonnier Cyparis. La nuée ardente a dévasté 58 km². D'autres nuées suivent, de moins en moins intenses et de plus en plus éloignées dans le temps les unes des autres: le 20 et 26 mai, le 6 juin et le 9 juillet.
La nuée ardente majeure du 30 août 1902 dépasse cependant en intensité celle du 8 mai. elle dévaste une superficie deux fois plus importante et tue encore 1.000 personnes à Morne Rouge. L'éruption continue durant plus d'une année. ..." (Volcanologie - J.M.Bardintzeff)

Des mélanges de magma sont considérés comme facteur possible de déclenchement d'une éruption explosive, par induction de brusques variations des conditions thermodynamiques, et à l'origine des nuées de 1902 et de 1929.
Donnée du GVP : VEI = 4 - vol. de lave émis : 140 millions de m³ - vol. de tephras émis : 200 millions de m³

Mt.Pelee---St.Pierre-1902-.jpg                      StPierre dévasté en 1902 - Archives Swisseduc.ch
               un clic sur la photo pour arriver aux photos d'archives de l'éruption.

La dernière éruption connue date de 1932. De la sismicité a été relatée en 1986.

51RD8FW12NL._SS500_.jpgA lire :

CHRETIEN S. (s.d.) - Identification et analyse des phénomènes précédant l'éruption du 8 mai 1902 de la Montagne Pelée (Martinique) d'après les documents de l'époque . - Pais : CNRS ; Institut National d'Astronomie et de Géophysique. - Thèse de Sciences Physiques. 243p.

CHRETIEN S. ; BROUSSE R. (1988) - La montagne Pelée se réveille : Comment se prépare une éruption cataclysmique . - Paris : Société Nouvelle des Editions Boubée. 243p.


Sources:
- Global Volcanism Program - Pelée
- "Volcanologie", de J-M.Bardintzeff (Ed.Dunod)
- Lave-vocans.com - suivre : Fiches - fiches scientifiques - B3
   La Montagne Pelée par S.Chrétien
- "La Montagne Pelée", par Eric Reiter, dont la chronologie détaillée  de l'éruption de 1902.
- Swisseduc.ch: "The 1902 éruption and geological background"
- "All about Mount Pelée volcano" - MountPelee.com
-  IPGP - link Observatoire de La Martinique

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Caribbean Plate map-fr
Le volcanisme de la plaque Caraïbe ne se manifeste qu'aux endroits de subduction (en bleu marine) :
- au sud-ouest, les volcans d'Amérique centrale : au Guatemala, Salvador, Nicaragua et Costa Rica , vus par ailleurs
- à l'est, les volcans de l'arc des petites Antilles.

kej 3La frontière orientale de la plaque contient 17 volcans actifs.
Les plus connus sont :
- Soufrière Hills, sur Montserrat
- La montagne Pelée, sur La Martinique
- La grande Soufrière, sur La Guadeloupe
- La Soufrière de St Vincent, sur l'île du même nom
- le volcan sous-marin Kick'em Jenny, près de La Grenade.

La plaque de l'atlantique sud s'enfonce à raison de 2 à 4 cm par an sous la plaque Caraïbe; cette subduction produit le long de cette bordure une série d'îles volcaniques formant un arc interne, et un arc externe d'accrétion.
An niveau des petites Antilles, nous avons deux arcs volcaniques :
- le plus ancien, à l'est, est issu d'un premier épisode volcanique, datant de 55 millions d'années. Les îles produites ont été érodées et recouvertes de calcaire corallien.
C'est la cas d'Antigua, de StMartin, de la Grande-Terre et de la Barbade.
- le second arc, plus à l'ouest, date de moins de 5 millions d'années et présente lui un volcanisme toujours actif.
Il s'agit de Montserrat, de la Basse-Terre, de La Dominique et de SteLucie.

volcano1_h1.jpgUne autre perspective sur l'arc antillais montre la ligne de subduction, et à gauche de la photo, la légère divergence des deux arcs volcaniques.
En haut de la photo, l'arc volcanique méso-américain. - Document Nasa.


Sources :
- Global Volcanism Program : Volcanoes of the West Indies
- IPGP - Institut de Physique du Globe de Paris
  observatoires de La Guadeloupe et de La Martinique.
- The University of the West Indies

Demain, analyse des volcans actifs et de leur éruptions historiques.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
La catastrophe haïtienne a mis en lumière la plaque Caraïbe ... c'est ce qui m'incite à analyser en détails le volcanisme et la géologie de cette région.

Extraits de "Tectonic reconstructions of the Caribbean Regions" de James Pindell 1994.


Il y a 200 millions d'années, l'Amérique du nord, l'amérique du sud et l'Afrique sont relativement "proches". Beaucoup d'incertitudes demeurent concernant les directions exactes des grands blocs... avec une émergence timide du bloc Yucatan.


Carib200 Ma

Carib175-Ma.gif
Carib130 Ma

130 millions d'années : le Yucatan se dessine, et un échange de faune N-S. / S-N. s'effectuerait à cette époque.





Carib120-Ma.gif

   Carib100-Ma.gif                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           
Carib090-Ma.gif



Carib076-Ma.gif

Entre 120 et 75 millions d'années, formation progressive de la plaque Caraïbe, avec au NE. dégagement de l'arc Caraïbe et au SO. dégagement des futurs costa rica et Panama, tandis que la subduction est active avec du volcanisme au niveau de la cordillère sud-américaine.

Carib070-Ma.gif
Carib059-Ma.gif























Mise en place de la plaque Caraïbe, qui se glisse entre les deux plaques Américaines.

Carib049.gif
Carib035-Ma.gif












Carib021-Ma.gif

Début de fermeture de l'isthme de Panama, avec au sud, la plaque Cocos subductée sous un angle plus important.

Carib010-Ma.gif


Une théorie alternative à celle présentée et intitulée "Global wrench Tectonics", qu'on peut traduire par "Tectonique globale de torsion" nous explique une représentation nouvelle, sans recourir à l'hypothèse de la "tectonique des plaques" ...
Pour ceux qui seraient intéressé par la contradiction, je joins la référence dans les "sources".

Situation actuelle communément admise:

Tectonic_plates_Caribbean.png


Sources :
-"Tectonic reconstructions of the Caribbean Region" :
 
Pindell, J.L., 1994, Evolution of the Gulf of Mexico and the Caribbean: in Donovan S.K. and Jackson,   T. A. (eds.) Caribbean Geology: an introduction, University of the West Indies Publishers Association/University of the West Indies Press, Kingston, Jamaica, p. 13-39.
- "Caribbean évolution - a new account": théorie contradictoire 
 
de  K.Storedvedt.- 2009
   http://www.geolsoc.org.uk/gsl/site/GSL/lang/en/page6816.html

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Beaucoup moins longues que les stalactites de natro-carbonatite, les stalactites de basalte ont une taille (décimétrique) et une origine différentes.
Leur situation est liée aux tunnels de lave qui en sont fréquemment "ornés".
Leur origine peut être double:
- avec la baisse du niveau de la lave dans un tunnel, le
  plafond, juste dégagé, a une consistance pâteuse et
  peut goutter.
- si par contre le niveau de la lave remonte, suite à une
  réinjection, le plafond du tunnel voit sa température
  augmenter, il se ramollit et recommence à s'écouler.
Ces stalactites sont le plus souvent de teinte noire, mais peuvent aussi être colorées pardes hydroxydes de fer.



Crater-of-the-Moon_7550-copie.jpg         Stalactites d'Indian Tunnel - Crater of the Moon - © B.Duyck
Crater of the Moon ( daté entre 15.000 et 2.100 ans) est situé dans la Snake River Plain, en Idaho. Cette zone contient une grande concentration de tunnel de lave; Indian tunnel a été formé par une éruption fissurale située dans la région de Big craters/ Spatter cones.
Crater of the Moon a été analysé sur ce site - lien


Gruta_das_Torres_Lavacicles-Acores.JPG            Açores - Ile de Pico - Gruta das Torres - photo Mike Norton.
  La Gruta das Torres est située sur les flancs ouest du Pico. Elle est formée dans une coulée de lave pahoehoe, vieille de 500 à 1.500 ans, et originaire d'un cône parasite : Cabeço Bravo. C'est la plus longue des Açores avec 5.439 m., et une hauteur allant jusqu'à 15 m.



Lavacicles_8238.jpg              Stalactites de Mushpot cave - photo W.Siegmund.
Mushpot Cave fait partie de Lava beds National Monument en Californie.
Lava Beds N.M. est situé sur la face nord du volcan-bouclier "Medicine Lake" , qui date du Pleistocène, et fait partie de la chaîne volcanique des Cascades. Sa dernière éruption remonte à 1.080.

Close-up_of_a_skylight_on_coastal_plain-_with_lava_stalacti.jpg                   Hawai - Kilauea - photo HVO/USGS.
Ce gros plan sur un skylight - lucarne dans un tunnel de lave - découvre des stalactites "en formation" au plafond de tunnel.

sources :
- Stalactites de basalte dans les tunnels de lave - Eduscol
  http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/objets/img_sem/XML/db/planetterre/metadata/LOM-Img237-2008-06-02.xml
- L'intérieur des tunnels de lave - P.Thomas
  avec schémas de construction des tunnels et structures
  internes :http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/objets/img_sem/XML/db/planetterre/metadata/LOM-Img238-2008-06-09.xml
- Kevin Allred and Carlene Allred- Tubular Lava Stalactites and Other Related Segregations. Journal of Cave and Karst Studies 60(3): 131-140.
- Lava Beds National Monument : http://www.nps.gov/labe/index.htm
- GVP - Medicine Lake
- Kevin Allred and Carlene Allred- Tubular Lava Stalactites and Other Related Segregations. Journal of Cave and Karst Studies 60(3): 131-140.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Après avoir examiné les rides de la terre, on peut se pencher sur certaines excroissances, toujours liées au volcanisme que sont :

                    Les stalactites de natrocarbonatites
                            de l'Ol Doinyo Lengai.


Lors de mon passage au sommet du Lengai, j'ai eu l'occasion de pouvoir admirer de superbes stalactites dans une cavité sous les coulées - tunnel de lave -situées au pied de géant T47B, côté est.

diap-len-062-copie.jpg

                                                                                           © B.Duyck


diap-len-064-copie.jpg

                                                                                                 © B.Duyck


Ces stalactites ne résultent pas de projections de lave liquide contre les parois, comme dans le cas de stalactites volcaniques présentes dans d'autres tunnels ou "grottes". Elles sont liées au processus de formation de stalactites calcaires ordinaires, et proviennent d'une cristallisation secondaire d'une eau chargée en carbonate de soude, ici d'origine volcanique.

album-tanz-2006-081.jpg

    Les stalactites ont été trouvées en ouverture de ce tunnel de lave, partiellement

    effondré - voir sur la droite de la photo - © B.Duyck


Cas d'une "spatter cone cave" :

Fred Belton, le spécialiste du Lengai, a analysé un cas d'école avec J.Mc Farlane et J.Lundberg en analysant l'hornito T45 abritant une grotte avec stalactites de natrocarbonatite, de la formation de l'hornito aux conditions favorisant l'apparition de ces structures.
1. Dégazage du lac de lave au travers de la croûte.
2. Formation de l'hornito (spatter cone) par projection de natrocarbonatite.
3. Réduction de l'activité volcanique et baisse du niveau du lac de lave.
4. Réaugmentation de l'activité volcanique et érosion thermique de l'hornito par l'intérieur.
5. Stade de vieillissement débutant et corrosion, condensation par l'eau.
6. stade final de vieillissement et formation de stalactites.
7. non illustré : destruction de la structure.

Lava cave - McFarlane,Belton 2004-4 copieExtrait de l'article : "An unusual lava cave from Ol Doinyo Lengai" , par McFarlane,
Lundberg et F.Belton.

Lava-cave---McFarlane-Belton-2004-3.jpgCette "grotte", qualifiée par Belton, de structure "fragile et dynamique", contient d'étonnantes stalactites de natrocarbonatite longue de plus de 3 mètres habillant les parois de l'hornito, dont la base est formée de lave pahoehoe surmontée de quelques blocs d'effondrement.
photo de l'expédition 2004 - avec référence de taille



Les stalactites proviennent de dissolution de natrocarbonatite hautement soluble ( constituée pour mémoire de Nyerereite -
(Na2Ca[CO3]2) et de Gregoryite - {Na,K,Ca}2CO3), et sont constituées de dépôts cristallins, par goutte à goutte, d'eau composée de natrocarbonate sodique - Na3(CO3)(HCO3)2H2O) - avec des traces de sulfates de soude et potasse, chlorures, fluorures en petites quantités.
Plus spécifiquement, des bandes de aphthitalite -
(K,Na)3Na(SO4)2 , de kogarkoite - Na3(SO4)F ,avec des traces de sylvite - KCl et d'halite - NaCl (détermination par diffraction R-x - R.Mitchell).

Ce modèle de formation est rare étant donné les éléments en présence : éruption active, érosion thermale d'une lave de basse viscosité et hautement soluble ... ces conditions ne se rencontrent que sur le Lengai, volcan vraiment "unique" sur la planète.

Couleurs des stalactites :

les formations que j'ai pu voir en 2006 étaient toutes exclusivement blanches; d'autres couleurs et formes pouvaient être vues avant la dernière grosse éruption du volcan, qui a tout pulvérisé.

stalactites-3---08.2003-MF-jpg               Stalactites 2003 - avec l'aimable autorisation de Marco Fulle
"Probably, the water percolating along the empty stalactites becomes rich in clorates, producing this dream green colour."

un clic sur la photo vous amène dans le monde des stalactites de natrocarbonatite sur swisseduc.ch - stromboli on line.

Sources :
- "An unusual lava cave from Ol Doinyo Lengai"- 2004
   référencé par Th.Boeckel :
   http://www.tboeckel.de/EFSF/efsf_wv/lengai_moe/article/v66n3- McFarlane.pdf
- Stromboli on line - Lengai 2001- 2003
- photos personnelles 2006.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Tungurahua_181207.jpg

Dans son bulletin du 13 janvier, l'IGEPN relate une augmentation continuelle du niveau d'activité du volcan tungurahua.
Durant les dernières 24 heures, 11 séismes Lp, 33 épisodes de trémor et 83 explosions plus ou moins importantes firent enregistrées; certaines ressemblant "à des coups de canons" ont fait trembler les vitres.
Des blocs incandescents ont été éjectés , et des fontaines de lave ont atteint jusqu'à 500 m. de hauteur au dessus du sommet. Des panaches de cendres ont atteint 3.000 m. et une colonne d'émissions d'au moins 2.000 m. est observée en permanence.

D'après certains journeaux, l'observatoire ne serait pas opérationnel à 100%, étant donné les coupures de courant. La ville de Riobamba serait concernée par un plan d'évacuation.Les retombées de cendres causent des problèmes aux agriculteurs, leur bétail ne pouvant ingurgiter des herbes souillées.

Source : IGEPN

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Bien que solidaire avec la douleur des Haïtiens, je ne relate pas ici les évolutions de la situation des habitants de l'île - beaucoup d'autres médias s'en chargent - , mais je vous transmet quelques précisions sur la tectonique régionale :


haiti_srt_2010013.jpg

Color bar for Topography Along the Enriquillo-Plaintain Garden Fault, Haiti

NASA Earth Observatory image by Jesse Allen, using earthquake and plate tectonics data from the USGS Earthquake Hazard Program, elevation data from the Shuttle Radar Topography Mission (SRTM) courtesy of the University of Maryland’s Global Land Cover Facility. Caption by Michon Scott and Rebecca Lindsey.

FAULTL'épicentre des séismes est situé juste au sud de la faille Enriquillo-Plaintain, la plus au sud des deux failles majeures orientées O-E. Bien que la majeure partie de cette faille ne soit visible que sous la mer, on peut remarquer sa présence sur la topographie d'Haïti : une vallée suit son chemin E-O. au sud de Port Au Prince.
La faille Enriquillo-Plaintain est de type "strike -slip", avec un mouvement vers l'est de la plaque Caraïbe par rapport à la Plaque nord-Américaine




Caribbean_plate2.png
Les Caraïbes sont situées sur leur propre plaque, entourée sur trois côtés par des plaques beaucoup plus importantes; les plaques nord et sud-américaines bougent vers l'ouest de 2 à 3 cm/an, par rapport à la plaque Caraïbe. Sur la côté est de celle-ci, la limite court perpendiculairement à la direction de son déplacement relatif ... engendrant compression et subduction (Montserrat est un exemple du volcanisme de subduction.
Lorsque la limite de la plaque s'incurve pour former sa frontière nord, à l'endroit du tremblement de terre d'Haïti, la plaque commence à courir parallèlement à la direction de la plaque en mouvement, et engendre des mouvements latéraux de cisaillement le long des failles orientées E-O.

Tectonique sub-régionale :

Gonave-microplate---Univ.west-india.pngJamaica, with parts of Cuba and Hispanola showing relevant plate boundaries - red dots represent past epicentres. - Document University of the West Indies.

La Jamaïque est associée à la microplaque Gonave; celle-ci est limitée par l'OFZ - Orriente Fracture Zone au nord, les failles Walton et Enriquillo au sud et le CSC - Cayman Spreading center à l'ouest.
Les failles Walton et Enriquillo, situées de part et d'autre de la Jamaïque, sont des structures "strike-slip" séparant la plaque Caraïbe de la microplaque Gonave. Des mesures GPS indiquent un déplacement latéral moyen de l'Oriente fracture zone, au sud de Cuba, égal à 18 mm/an et des différences de convergence : 3 mm/an près de Cuba et 8 à 11 mm/an sur la Jamaïque.

Ajout de dernière minute : carte de A.Rabaute & N.Chamot-Rooke de l'Ecole Normale Supérieure ( ds. Libération)

6a00e5500b4a648833012876d45bb2970c.jpg

Sources :
- Nasa Earth Observatory
- USGS Earthquake Hazards program
  http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/Quakes/us2010rja6.php#summary
- The University of the west Indies - earthquake unit
   http://www.mona.uwi.edu/earthquake/jaequake.php
- Communiqué de l'IPGP - Guadeloupe
  http://www.ipgp.fr/files_lib/819_Communiqu%C3%A9_OVSG_Ha%C3%AFti.pdf

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
De prime abord, le "nouveau-monde" présente autant de rides que les continents plus anciens !
Après une incursion au Costa-Rica, ce sera le tour du Yellowstone National Park.

costa-Rica-180-copie.jpg                     Rincon de la Vieja - Costa Rica -
© B.Duyck

Sur les flancs du massif du Rincon, une zone de forêt luxuriante abrite de lacs de boue bouillonnante, avec des parties plus sèches, des sources chaudes;  au lieu-dit "Pillas de barro" (pots de boue), une zone peu étendue composée de boue comporte des parties plus sèches et parsemées de craquelures profondes; d'autres parties sont au contraire animées de grosses bulles de boue bien onctueuse et qui glougloutent ou éclatent avec des bruits de succion.

Yellowstone-5579-copie.jpg

                                         Bonneville salt lake - ©JM. Mestdagh


A proximité de Salt Lake City, des vestiges de l'ancien lac salé Bonneville demeurent facilement accessibles. Les Bonneville Salt Flats sont d'énormes étendues ultra-plate où se concoctaient, il y a quelques années, les records de vitesse sur terre : on y a dépassé les 1.000 km/h. !
En bordure des Salt Flats, la couche plus fine se craquèle en vagues figures hexagonales brillantes au soleil.

Costa-Rica-8812-copie.jpg                    Yellowstone - Mud Volcanoes -
© B.Duyck

Cette zone du Yellowstone est truffée de trous plus ou moins grands, tous fumants et exhalants une odeur d'hydrogène sulfuré; le bord de ces marmites se strie de profondes rides d'affaissement qui côtoient des bulles et des fumerolles bien chaudes.


Ijen---Kendeng-9997-copie-JM.jpg

                  Yellowstone - Paint Pots - ©JM. Mestdagh

 

Les Paint Pots incluent, en plus des zones diversement colorées dont dérive le nom, des mares de boues agitées de soubresauts. Près des bords, juste à côté de belle grosses bulles, les berges se parent de cicatrices aux lignes bien nettes, comme découpées au scalpel.


Rincon-9089-copie.jpg

                     Yellowstone - West Thumb geyser basin - © B.Duyck


Teton-0623-copie-JM.jpg

              Yellowstone - West Thumb geyser basin - ©JM. Mestdagh



Yello.est-0612-copie-JM.jpg

               Yellowstone - West Thumb geyser basin -©JM. Mestdagh

 

Trois clichés de West Thumb, caldeira incluse dans la caldeira du Yellowstone datant de 630.000 ans. En plus de geysers et hot pools, ce bassin comporte une zone de "mudpots", très variable selon la hauteur des eaux présentes: tantôt asséchée, tantôt eau boueuse, tantôt boue bouillonnante. Les eaux sont ici très acides et dissolvent le sol en boue argileuse grasse. L'absence de soleil au moment des prises de vues rend cette boue, déjà peu colorée, tout à fait blafarde.


Yellowstone-8584-copie.jpg

            Yellowstone - Run-off du Grand Prismatic - © B.Duyck

 

Le bassin d'écoulement du célèbre et très coloré "Grand Prismatic" possède une aire moins colorée côté colline. Tout aussi intéressante, cette zone développe un camaïeu de teintes et des nervures qui la font ressembler, sous sa fine pellicule d'eau, à un marbre poli et brillant.

Comme toute belle chose, elle se mérite : il faut marcher quelques kilomètres, puis escalader une colline arborée pour bien la découvrir !

 

Merci à mon ami Jean-Michel pour son partage de photos.


Demain, toujours uniquement dans le domaine esthétique quelques autres structures...

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news
Sans relation directe avec l'activité volcanique, une série de séismes de forte intensité a frappé les Caraïbes. l'épicentre était situé à 15 km. de Port au Prince, la capitale, et à une profondeur de 10 km. sur une faille de transformation complexe proche de la zone frontière entre les plaques Caraïbe et Atlantique.
Un tsunami généré par ce séisme semble n'avoir affecté qu'une zone localisée à une centaine de km.  (source USGS)

  MAG UTC DATE-TIME
y/m/d h:m:s
LAT
deg
LON
deg
DEPTH
km
 Region
MAP  5.2   2010/01/13 05:18:03    18.386    -72.905  10.0   HAITI REGION
MAP  5.7   2010/01/13 05:02:58    18.417    -72.945  10.0   HAITI REGION
MAP  5.4   2010/01/13 01:57:35    18.459    -72.924  10.0   HAITI REGION
MAP  5.0   2010/01/13 01:55:17    18.397    -72.824  10.0   HAITI REGION
MAP  5.5   2010/01/13 01:36:32    18.363    -72.832  10.0   HAITI REGION
MAP  5.3   2010/01/13 01:32:45    18.384    -72.950  10.0   HAITI REGION
MAP  5.1   2010/01/13 01:16:52    18.431    -72.856  10.0   HAITI REGION
MAP  5.2   2010/01/13 00:59:06    18.257    -72.914  10.0   HAITI REGION
MAP  5.0   2010/01/13 00:43:28    18.541    -72.486  10.0   HAITI REGION

MAP  5.1   2010/01/12 23:12:04    18.386    -72.555  10.0   HAITI REGION
MAP  5.5   2010/01/12 22:12:05    18.485    -72.556  10.0   HAITI REGION
MAP  5.9   2010/01/12 22:00:42    18.321    -72.848  10.0   HAITI REGION
MAP  7.0   2010/01/12 21:53:10    18.451    -72.445  10.0   HAITI REGION

shakemap
neic rja6                                     la ligne de subduction est en couleur pourpre
                                     les failles de transformation en couleur verte.

Ce malheur frappe une région très peuplée et considérée comme une des plus pauvre de la planète; le manque de bois local (déforestation massive) compliquera encore plus une reconstruction post-séisme.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog