Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Un accord provisoire donne un sursis au KVERT :

" KVERT has reached a temporary funding agreement and the KVERT Project has returned to full operations. KVERT will provide daily analysis and evaluation of activity of volcanoes of Kamchatka and Northern Kuriles to ensure safe air services. The temporary agreement will fund the KVERT Project until 30 April 2010  "

kamchatka-Modis-06.01.10.jpg                      Une belle photo "dégagée" du Kamchatka - Modis 06.01.2010

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le premier endroit qui vient à l'esprit, à la fois pour son volcanisme particulier et ses paysages fabuleux est l'ISLANDE.

L’Islande est traversée par la dorsale médio-atlantique, et donc partagée entre les plaques américaine et eurasienne.

Cette dorsale est totalement immergée dans l’Atlantique et forme une gigantesque chaîne de volcans sous-marins

(15 000 km). L'Islande est la seule partie de la dorsale apparaissant à la surface de l’eau.

Ces deux plaques s’écartent à raison de 2 cm par an.

L’activité volcanique tout le long de la dorsale est assez intense.

Evidemment, la frontière n’est pas nette entre ces deux plaques mais se composent d’une multitude de failles. On peut avoir un aperçu à Thingvellir. Là, on peut observer une faille d’une trentaine de kilomètres.

 

726px-Volcanic_system_of_Iceland-Map-fr.svg.png

 

Deux mécanismes entrent en ligne pour expliquer la formation de l'île : accrétion et point chaud.

 

Phénomène d’accrétion : la dorsale se forme à partir de l’écartement des plaques pour laisser places à de la roche magmatique. Cette roche vient de la lave en fusion. Elle s’engouffre dans les fissures et se solidifie.
islande-fig04Un point chaud se superpose à la dorsale au niveau de l'Islande,
permettant aux matériaux surchauffés et à la lave de remonter vers la surface.
Image tomographique du point chaud
islandais. Le panache de matériaux
 mantelliques fondusa été détecté
jusqu'à 400 km. de profondeur.



Kirkjubaejarklaustur, ce village du sud de l'Islande au nom imprononçable, abrite une formation appelée "Kirkjugolf", le "sol de l'église".
Il s'agit de colonnes basaltiques rabotées par l'érosion glaciaire pour former un pavage régulier.

KirkjubaejarklausturFloor.jpg                                               Document Wikipedia.

L'endroit évangélisé au 12°s. par des moines et religieuses Irlandais a gardé des noms ayant trait aux religieux pour désigner ses lieux-dits. Une cascade et un lac gardent dans leur nom islandais le radical systir = soeur, en souvenir des Bénédictines qui y installèrent un couvent.

Svartifoss est une cascade entaillant une formation d'orgues volcaniques, située dans le parc national de Skaftafell.
elle tire son nom de la couleur du basalte : noir = svart en islandais.

skaftafell---G.Putinier-2002---SVT-Geologie.jpg                                          Photo G.Putinier - SVT Géologie.

Les orgues volcaniques sont célébrés par les Islandais dans leurs légendes : les plus gros rochers d'orgues y sont considérés comme étant le demeure des Trolls. 

Dans la mythologie nordique, les trolls sont des géants, symbolisant les forces naturelles, et vivant dans les montagnes. La christianisation a essayé d'éradiquer ces croyances populaires, sans y parvenir, et a diminué la taille des trolls , devenus des êtres de petite taille, bêtes et naïfs.

En hommage à cette nature dont l'île est empreinte, ils ont bâti la cathédrale de la capitale Reykjavik en strates verticales.
 Hallgrimskirkja_transposed-wiki-.jpg
          Les orgues de la facade de la cathédrale, "Hallgrimskirkja", à Reykjavik.
                                           photo wikipedia.

Les îles HEBRIDES, au nord de l'Ecosse, abritent aussi des orgues volvcaniques.
Staffa est l'une de ces îles; constituée d'un plateau rocheux herbeux, elle mesure 1 km. de long sur 500 m. de large.

Staffa beside 14624
      Orgues érodées par la mer des Hébrides - photo Hartmut Josi Bennöhr.

Staffa_WE_14685.JPG      L'île de Staffa - dans les Hébrides - photo Hartmut Josi Bennöhr.

Ndlr : cette liste n'est nullement limitative ... si vous avez de bonnes photos du sujet, merci de me les envoyer ...je peux les faire connaître à d'autres.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Je relaie le site "Eruptions" du Dr Klemetti pour signaler une éruption en Azerbaidjan ; celle du volcan de boue Lok-Batan.

Cette éruption a couvert d'une boue noire une surface d'un hectare et demi.

Lok-Batan---Kamala-guliyeva---Baku.jpg                                                  Photo APA - Kamala Guliyeva.

Le pays est riche en volcans de boue et en poches de gaz à fleur de terre, activés le plus souvent suite à une activité sismique à proximité. Le Lok-Batan, ou Lokbata, est entré en éruption pour la première fois en 1829. Depuis, 21 épisodes éruptifs se sont succédés.


Sources :
- Eruptions - blog du Dr Klemetti
- Lok-Batan, mud cone sur le site de l'Unesco.
- Azerbaijan, land of mud volcanoes - lien
- The amazing mud volcanoes of Azerbaijan - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le 3 février, à 7 h 45 locale, une éruption sous-marine est survenue à 5 km. au N-NO. de l'île japonaise d'Iwo-Jima.

 

J'ai attendu des photos avant de communiquer la nouvelle, espérant des images dignes de la dernière éruption sous-marine en date : Hunga Tonga Ha'apai, il y a environ 1 an.

Celle-ci fut signalée par les coast-guards qui ont vu un panache d'une centaine de mètres au dessus de l'océan. Le panache de vapeur contenait un peu de poussière grise mêlée et l'eau avait prise une teinte brune ... peu de bonnes photos, et une vidéo floue circulent sur le net.

 

Fukutoku-05.02.10.jpg

 

 

Le Fukutoku est un volcan actif; sa dernière éruption date de 2005 ... la mer se décolore souvent au large du volcan et dans les dernières 100 années, son activité a produit des îles éphémères : entre autres, en 1904, l'île Shin-Iwo-Jima (en anglais New Sulfur Island) est née d'une éruption de VEI 3, qui a produit cendres et laves andésitiques; elle git maintenant à 14 m. sous la surface.


Fukutoku-Okanoba.jpg

                 Eruption de 1986 - photo G.Iwashita - Japan Meteorogical agency.

 

Fukutoku.jpg

                        Document Japan Coast Guards - 1999.



Sources :

- The Mainichi daily news

- Global Volcanism Program - Fukutoku-Okanoba

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

sidoarjo-29.05.08---Porong-2---Reuters---Sigit-pamungkas.jpg                           Sidoarjo - 29.05.2008 - photo Reuters.

Des images satellite ASTER, les unes d'archives, d'autres récentes, nous montrent une évolution morphologique profonde de la zone d'émission de boues.

Les photos sont prises en fausses couleurs: la végétation est colorée en rouge, les zones rectangulaires sur la droite des images sont des fermes d'élevage de crevettes, la rivière dans le bas est nommée "Kali Porong".

sidoarjo-28.08.2004.jpg                     Sidoarjo le 28.08.2004 - AVANT le problème. - Nasa Aster

Lusi-11.11.2008-Aster.jpg                  11.11.2008  les boues sont contenues par des digues, l'évent d'émission
                                    des boues est signalé par des vapeurs.

Lusi-20.10.2009-Aster.jpg        
NASA Earth Observatory image created by Jesse Allen, using data provided courtesy of NASA/GSFC/METI/ERSDAC/JAROS, and U.S./Japan ASTER Science Team. Caption by Holli Riebeek.
         Le Lusi a pris l'allure d'un volcan occupant de plus en plus de place au sein
           des bassins de retenue - Nasa aster 20.10.2009.- posted 04.02.2010.

Le volcan de boue de Sidoarjo, que les indonésiens appellent "Lusi" - pour Lumpur Sidoarjo, "boue de Sidoarjo" - est une éruption continue de gaz et de boue, située sur Java-est, à environ 20 km. au sud de Surabaya.

L'éruption a débuté la 22 mai 2006; alors qu'un forage de la société "Lapindo Brantas" visait un gisement de gaz, la tige de forage traverse une épaisse couche argileuse entre 500 et 1300 m. de profondeur, puis des sables, des débris volcaniques et des roches carbonatées. Lorsque la tige de forage atteint 2.834 m., de l'eau , de la vapeur et des gaz sont éjectés à 200 m. au SO. du forage; d'autres éruptions se produisent les 2 et 3 juin à 800 et 1000 m. au NO. du puit.

porong-1.jpg
Depuis "Lusi" éjecte un volume environnant les 50.000 m³ de boue par jour (selon certaines sources, il s'agirait aujourd'hui de volume 2 à 3 fois supérieurs); cette boue a recouvert plus de 25 km², englouti 5 villages, déplacé plus de 15.000 personnes vers des villages voisins où ils vivent dans des conditions déplorables.
Des conséquences désatreuses en résultent : une pollution massive des eaux par les boues, un engorgement de la rivière proche, une menace pour les pêcheries de crevettes proches et un affaissement du sol de la région, avec comme corollaire un incessant travail de consolidation et de rehaussement des digues et des lignes électriques qui passent au milieu du lac de boue.

sidoarjo-29.05.08---AFP---maintenance-work.jpg              L'incessant travail sur les digues - photo prise le 29.05.2008 -  AFP
Ces digues sont constituées de sacs emplis de terre et "maçonnées" en les recouvrant de boue puisée sur place; elles sont élevées suivant la technique des "pyramides à degrés".

Qu'elle est la cause de ce désastre ?

La thèse initiale a été celle d'un accident de forage attribuable à la société Lapindo, qui aurait mal maitrisé la décompression d'une poche d'hydrocarbures.
Des géologues avancent une explication "naturelle", la thèse initiale n'étant pas compatible avec les volumes de boue rejetés. La zone est de fait géologiquement active et associe des phénomènes de subduction, d'hydrothermalisme et volcanisme; les volcans de boue ne sont pas rares dans la région et seraient situés sur la même faille que Lusi.
De plus, la région a été touchée, deux jours avant l'éruption initiale, par un séisme de magnitude 4, qui aurait fragilisé la zone et ouvert des failles permettant la remontée des gaz ... le forage aurait pu agir comme élément déclencheur.
Etant donné les liens entre les ministères et la société Lapindo, des rumeurs de corruption touchent ces analyses; la bataille juridique fait rage et aucun dédommagement sérieux n'a été envisagé entretemps pour les habitants.


Photos du volcan de boue sur les sites de :
- Lave-Belgique : photos de Thierry Sluys 2007
- Volcanodiscovery : photos 2008
- Indahnesia.com : photobook

A lire ! : la revue LAVE n°139 de juillet 2009 consacrée e.a. aux volcans de boue indonésiens, siciliens et du Baloutchistan.

Sources :
- Nasa Earth Observatory - images aster.
- Fault Structure Effect in Sidoarjo Mud Volcano (Lusi)
Juliana, Visitasi Maria Femant. 2009.
Undergraduate thesis, Diponegoro University, Semarang.
abstact.
- "Did an eartquake trigger the eruption of the Sidoarjo mud volcano ?" - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Avant de situer, puis voir de nouvelles orgues, examinons le mode de formation de ces structures.

Petite précision : on devrait parler d'orgues volcaniques.
Le terme orgues basaltiques est trop restrictif, d'autres types de coulées et de laves pouvant présenter le même type de prismation, e.a. rhyolitique ou trachitique.

Les coulées prismées sont formées par une seule émission de matière volcanique; leur aspect "multicouches superposées" n'est en effet lié en rien à la présence de plusieurs coulées différentes.
Après sa mise en place, le corps de la coulée, lors du refroidissement, se solidifie et peut parfois former des prismes hexagonaux disposés en colonnes verticales semblables à des orgues. Ces figures se forment par une diminution du volume de la lave, qui se rétracte selon des formes géométriques ... mais pourquoi des hexagones ?
La fissuration de la roche nécessite de l'énergie; plus une fissure est longue, plus son coût énergétique est grand. Or, à surface égale, un hexagone présente le plus petit périmètre possible ... la nature sélectionne donc la forme la moins dispendieuse en énergie : l'hexagone  ( autre ex. : la forme hexagonale des alvéoles dans les ruches. Un petit périmètre nécessite moins de cire pour sa construction).
Les colonnes prismées sont disposées perpendiculairement à la surface de refroidissement. Ce qui revient à dire verticalement dans le cas de coulée subhorizontale, et horizontalement dans le cas de dyke ou d'intrusion verticale à oblique.
Un refroidissement lent favorise la régularité des prismes formés.

Staffa_ahead_14608---Fingal.JPG          Staffa - Ecosse  - double prismation et entablement -document wikipedia.

De nombreuses coulées montrent une double prismation : grossière dans la partie supérieure (zone d'entablement) et géométrique en partie inférieure (colonnade).

 

 orgues-volcaniques-fig06.jpg

 

 

Prismation dans la zone des colonnades :


A partir de la base de la coulée, des cellules de convexion se mettent en place, et, lors du refroidissement, il y a formation de prismes par rétraction de la lave solidifiée. Chaque prisme représente en largeur la taille d’une cellule de convexion. La base des prismes est déjà formée, alors que la partie supérieure n’est pas encore prismée et liquide, ou tout du moins sous forme d’un gel.

 

schema05.jpgDébut de la prismation de la zone des colonnades ; a. Substratum ; b. Alluvions ; c. Semelle scoriacée ; d. Début de la formation des prismes ; e. Zone encore liquide ou sous forme de « gel » avec mouvements de convexion ; f. Zone de l’entablement.

          Schéma A.Guillon, que je remercie pour son aimable autorisation

                                       - réf. à son article ci-dessous -

 

 

orgues-volcaniques--2----Panska-skala.jpgEn cas de refroidissement homogène, on obtient des orgues régulièrs.

 

Orgues volcaniques tchèques

site de Panska Skala.

Eduscol.





Basalti colonnari - Acitrezza (CT)Dans le cas contraire, suite à des mouvements au sein de la coulée encore fluide, les orgues présenteront des sections correspondant chacune à une cellule de convexion.




Colonnes basaltiques siciliennes.
Acitrezza - CT.


Les prismes peuvent aussi s'agréger ... jusqu'à fusionner.
un exemple de fusion :

Columnar_basalt_Sudurarhraun---L.Deschodt-wiki.jpg                       Orgues basaltiques sur le fleuve Skjafandafljot - Islande
                                         photo L.Deschodt - wikipedia.

Après érosion, la surface de la coulée révèle une texture pavimenteuse, constituée d'éléments vaguement hexagonaux et de dimensions variables.
Voir les "pavés" de la chaussée des géants dans le comté d'Antrim en Irlande illustrés hier, ou ci-dessous, une cellule de convection après durcissement, séparée suite à l'effondrement d'une colonne consécutif à cette même érosion, sur le site du Yellowstone - Cheepeater Cliff.

Les geysers du Yellowstone. 8105 copie

                 Cheepeater cliff - Yellowstone N.P. - zone d'éboulis -  © B.Duyck


Les laves constituent des unités massives, résistant bien à l'érosion. Celle-ci peut les déchausser en tables magmatiques.
Cette inversion de relief est classique des paysages volcaniques : une ancienne coulée située jadis au point le plus bas, peut se retrouver, quelques illions d'années plus tard, au sommet, surplombant des coulées plus récentes qui empruntent les vallées de part et d'autre de l'entablement.

schema03a.jpgschema03b.jpg

A gauche, mise en place de la coulée dans une vallée  fluviale.
A droite, entablement après érosion.
Schémas Volcanogeol.com - A.Guillon

Sources :
- "La prismation des roches magmatiques" , par Alain Guillon, animateur de la commission volcanisme de SAGA - Soc.Amicale des Géologues Amateurs.
http://www.volcanogeol.com/prismation/
- "Volcanologie" , par J-M.Bardintzeff - Ed.Dunod.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
En complément au tableau d'hier sur l'essaim de séismes qui frappe le Yellowstone, l'YVO a enfin publié une synthèse du phénomène.

swarmmap02022010.jpg
Les séismes de janvier 2010 sont indiqués en rouge, ceux de 1995 à 2009 en vert.
Les limites de la caldeira sont lignées en orange et les dômes de résurgence lignés en
jaune. L'histogramme indique le nombre de séismes entre le 15.01 et le 01.02.2010.
Composition J.Farell et Robert B.Smith - University of Utah.

La situation au 2 février se résume ainsi :
- l'essaim de séismes a comporté 1.660 séismes localisés, depuis le 17 janvier à 13 h. jusqu'au 2 février.
- Concernant la magnitude : il y a eu ...
  12 épisodes de magnitude supérieure à 3
  121 épisodes de magnitude 2,0 à 2,9
  1.106 épisodes de magnitude 1,0 à 1,9
  511 épisodes de magnitude inférieure à 0,9.
Les épisodes les plus marquants : 3,7 et 3,8, respectivement à 23 h 01 et 23 h 16, le premier jour.

Les séismes sont considérés comme étant le résultat de glissement sur des failles pré-existantes; le code d'alerte aviation est maintenu au vert.

L'affaire continue, si on se réfère à la carte de ce jour.

Yellowstone-03.02.2010.gif

Source :
YVO - Yellowstone Volcano Observatory
http://volcanoes.usgs.gov/yvo/publications/2010/10swarm.php

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Un article de "BBC news" a récemment remis cette vieille "rock star" en lumière : un projet de visitor's center, ainsi qu'un plan de dynamisation touristique de la région devrait se finaliser en 2012. Des guides, de nouveaux trails... et peut-être la renaissance de l'antique tramway sont au programme.

800px-Causeway-code_poet-4.jpg               Giant's causeway - "the honeycombs" - Ireland - Wikipedia

Quarante mille colonnes basaltiques prismées, érodées par la mer, évoquent un pavage, débutant près de la falaise pour disparaître dans l'eau. Ces "orgues basaltiques" sont aussi visibles dans la falaise haute de 28 mètres, qui constitue la bordure du plateau d'Antrim.
Pendant le Paléogène - début du Cénozoïque - la région d'Antrim a connu une intense activité géologique liée à l'ouverture du nord de l'océan atlantique. des laves basaltiques ont forcé le passage à travers de couches calcaires pré-existantes et datées du Mésozoïque, pour former un plateau basaltique : un trapp, où on peut distinguer trois séries d'épanchements volcaniques, "Lower, Middle et Upper basaltic flows"
; elles sont entrecoupées de périodes de calme caractérisée par des couches rouge-brun riches en argile, oxydes de fer et d'aluminium provenant de la désagrégation du basalte.
La chaussée des Géants fut formée durant le début de l'ère tertiaire, il y a 62 à 65 millions d'années et appartient à la série des basaltes moyens.

Ces structures ont été formées en climat chaud et humide (tropical) et ont subi une "latérisation", caractérisée dans la couche rouge décamétrique située entre les basaltes inférieurs et moyens ... la dérive des continents les a amené à cette localisation après un voyage de plusieurs millions d'années.

giants-causeway-c2a9ntpl-joe-cornish-copie.jpg    Lower, Middle et Upper basaltic flows ; la couche de latérite et les prismations.
                                       d'après une photo de Joe Cornish.

Costa-Rica-2101-balades-irlandaises.JPG                            Vue opposée, offerte par "Ballades Irlandaises".

La contraction thermique rapide de la lave lors de son refroidissement a créé la fracturation hexagonale en colonnes, perpendiculairement à la surface du sol où la coulée s'est épanchée (comme cette surface n'était pas rigoureusement plane, certaines colonnes sont légèrement obliques).

Par la suite, les côtés des prismes ont servi de surface de refroidissement, et une fracturation transversale, horizontale, est apparue. C'est cette dernière qui a été mise à profit par l'érosion marine pour aplanir les orgues basaltiques.


photo03-3.jpg
Giant-s_Causeway_2006_08-Man-Vyi---wiki.jpg
                               Prismations  - photo Man Vyi, Wikipedia.


La légende :

La "découverte" du site fut annoncée à la "Royal Society" en 1693; à cette époque, un furieux débat fit rage : la chaussée des Géants avait-elle été construite par des hommes, par la nature, ou par les efforts d'un géant légendaire ?

Selon la légende, deux géants ennemis vivaient de chaque côté de la mer, l'un en Écosse et l'autre en Irlande. Le géant écossais, Benandonner,traitait son rival irlandais de froussard jusqu'au jour où celui-ci, piqué au vif, dit à l'écossais de venir se battre pour lui prouver qu'il était le plus fort ! Mais comment franchir la mer ? L'Irlandais, Finn McCool,jeta des pierres dans l'eau pour construire un chemin praticable, une "chaussée" entre l'Écosse et l'Irlande. Mais quand il vit approcher son adversaire, l'Irlandais fut pris de panique car il était beaucoup plus petit que son adversaire ! Il courut demander conseil à sa femme, Oonagh, qui eut juste le temps de le déguiser en bébé avant l'arrivée du géant écossais. A ce dernier, elle présenta son "fils", qui n'était autre que son mari déguisé. Le géant écossais, voyant la taille de ce "bébé", prit peur. Affolé à l'idée de la taille du père et par conséquent de sa puissance, il prit ses jambes à son cou et s'en retourna dans ses terres d'Écosse en prenant soin de démonter la chaussée pour que l'Irlandais ne risque pas de rejoindre son île.


Giants_Causeway_cellules_polygonales.JPG                                    Photo Wikipedia - Patrice 78500.

Ce site fait partie, depuis 1986, du "Patrimoine mondial de l'Unesco" et est devenu réserve naturelle l'année suivante.
Son nom irlandais, Clochan na bhFomharach, signifie "le petit tas de pierres de Fomoires"... nul n'est prophète en son pays !


Sources :
- The new giant causeway visitor's center - BBC news
- The Causewey coastal route - lien
- Giant's causeway visitor center - lien


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Tungurahua : activité en hausse.

L'IGEPN rapporte 32 explosions - vulcaniennes ? -, 30 séismes LP , 20 épisodes de trémor volcanique durant les dernières 24 h.
Des retombées de cendres, en provenance d'un panache qui est monté à 2 km., ont atteint Pillates et Choglontus.
Punapi et des villages avoisinants ont été contacté, vendredi,  par les autorités qui les enjoignent à quitter la zone, "en raison d'une éruption massive possible". Les récalcitrants resteront à leurs risques et périls, ou seront expulsés de force ... ceci doit être décidé sous peu. (Examiner.com)

tung.-26.01.10-P.Ramon--IG.jpg        Activité du Tungurahua le 26.01.2010 - photo P.Ramon - IGEPN.

Yellowstone : les séismes continuent
, mais sont de faible magnitude.



Earthquake List for Map Centered at 45°N, 111°W

Update time = Tue Feb 2 17:25:37 UTC 2010

Here are the earthquakes in the Map Centered at 45°N, 111°W area, most recent at the top.
(Some early events may be obscured by later ones.)
Click on the underlined portion of an earthquake record in the list below for more information.

  MAG UTC DATE-TIME
y/m/d h:m:s
LAT
deg
LON
deg
DEPTH
km
LOCATION
MAP 1.5 2010/02/01 23:55:03 44.556 -110.969 9.9 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.2 2010/02/01 23:46:39 44.555 -110.962 10.5 17 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.1 2010/02/01 23:45:25 44.557 -110.959 9.5 17 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.5 2010/02/01 23:44:59 44.554 -110.963 10.0 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.0 2010/02/01 23:43:44 44.554 -110.961 10.5 17 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.8 2010/02/01 17:38:27 44.584 -110.981 7.2 13 km ( 8 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.9 2010/02/01 12:17:52 44.583 -110.981 7.2 13 km ( 8 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.1 2010/02/01 09:01:32 44.584 -110.973 7.8 14 km ( 8 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.3 2010/02/01 08:48:19 44.572 -110.898 6.7 19 km ( 12 mi) ESE of West Yellowstone, MT
MAP 1.6 2010/02/01 08:23:13 44.565 -110.905 5.8 19 km ( 12 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.6 2010/02/01 08:10:42 44.583 -110.983 6.9 13 km ( 8 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.1 2010/02/01 00:51:12 44.554 -110.962 10.0 17 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.9 2010/01/31 19:49:34 44.584 -110.616 4.0 40 km ( 25 mi) ESE of West Yellowstone, MT
MAP 2.8 2010/01/31 06:55:02 44.572 -110.961 10.3 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.4 2010/01/30 19:17:06 44.567 -110.898 4.2 20 km ( 12 mi) ESE of West Yellowstone, MT
MAP 2.4 2010/01/30 15:47:35 44.573 -110.967 10.0 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.4 2010/01/30 15:15:56 44.560 -110.963 10.4 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.1 2010/01/30 15:09:49 44.558 -110.963 10.0 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.2 2010/01/30 15:05:02 44.557 -110.960 10.8 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.0 2010/01/30 03:06:34 44.562 -110.951 11.0 17 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.6 2010/01/30 00:10:13 44.561 -110.968 8.1 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.5 2010/01/29 23:27:33 44.565 -110.898 5.0 20 km ( 12 mi) ESE of West Yellowstone, MT
MAP 1.1 2010/01/29 20:11:53 44.574 -110.978 8.4 14 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.1 2010/01/29 19:01:10 44.550 -110.961 9.5 17 km ( 11 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.3 2010/01/29 17:23:22 44.564 -110.974 10.0 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.3 2010/01/29 16:57:03 44.576 -110.968 9.2 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.1 2010/01/29 10:02:13 44.554 -110.962 10.1 17 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.3 2010/01/29 07:24:43 44.560 -110.975 9.4 15 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.3 2010/01/29 07:21:06 44.570 -110.973 10.2 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.5 2010/01/29 07:17:09 44.575 -110.982 9.2 14 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.1 2010/01/29 07:01:03 44.565 -110.972 12.2 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.3 2010/01/29 07:00:20 44.562 -110.970 9.6 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.5 2010/01/29 06:49:39 44.573 -110.975 6.9 14 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.7 2010/01/29 06:49:20 44.569 -110.976 9.2 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.7 2010/01/29 06:01:44 44.572 -110.982 9.0 14 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.9 2010/01/29 03:53:24 44.563 -110.957 10.0 16 km ( 10 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.3 2010/01/29 02:22:02 44.571 -110.352 1.0 59 km ( 37 mi) SSE of Gardiner, MT
MAP 1.1 2010/01/29 01:35:15 44.572 -110.963 10.6 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 2.0 2010/01/29 00:15:47 44.566 -110.971 9.4 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT
MAP 1.0 2010/01/29 00:01:38 44.568 -110.967 9.4 15 km ( 9 mi) SE of West Yellowstone, MT


Turrialba : niveau d'alerte 2 sur 3.

Une carte des zones à risques a été établie récemment et un périmètre de 2 km. est considéré comme "étant à haut risque" pour les cendres et les gaz, en cette phase d'activité phréatique.
La webcam ne laissait voir que des fumées ou nuages, aujourd'hui.

Vanuatu : Yasur et Gaua actifs.

Yasur : selon acitvolcans, relayant le Modvolc, des anomalies thermiques confirment l'activité éruptive en cours.

vanuatu.gif
Gaua : l'éruption s'est intensifiée au cours du mois de janvier, avec une augmentation du dégazage et des explosions; les panaches atteignent 3 km. , des bruits d'explosions sont entendus le 29.01 et des projections incandescentes observées. certaines rivières,alimentées par le lac sommital, ont vu leur niveau monter de 20-30 cm. depuis une semaine et les réservoirs d'eau potable sont acidifiés. Le Geohazards note un risque accru de lahars si l'activité monte en puissance.


Japon : le Sakurajima émet des panaches de cendres, relevés plusieurs fois par jour selon le VAAC - Tokyo.

Rift africain : le Nyiragongo et le Nyamuragira sont dans le colimateur du Modvolc, qui relève des anomalies thermiques le 30.01, importantes pour le Nyiragongo - le niveau d'activité du lac doit être confirmé de visu - et sur les flancs SE. du Nyamuragira, signe que l'éruption se poursuit.

Last but not least, Soufrière Hills sur Montserrat conserve une activité élevée : durant la semaine écoulée, les phases explosives se sont succédées toutes les 5 à 7 h., avec écoulements pyroclastiques, principalement canalisés par la Tar River valley ; ils ont atteint la mer -  source MVO.



Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

chaiten5.jpg             Emission d'éclairs lors de l'éruption du volcan Chaiten le 06.05.2008.
                                   "Best picture of the year 2008" .


Sakura-Jima-09.01.2010-ThB.jpg      Eclairs formés lors de l'éruption du Sakura Jima (Japon) le 09.01.2010 .
                       Avec l'aimable autorisation de Thorsten Boeckel.
       Un clic sur la photo vous dirige vers ses images de l'expédition sur les îles
                        Kyushu et Tokara ... "Sakurajima - High voltage ! "

Depuis quelques années, de spectaculaires photos rapportent l'émission d'éclairs peu après l'éruption d'un volcan et observé dans le panache de poussières et gaz. Ce phénomène connu depuis longtemps, mais peu documenté, est explicable dans les grandes lignes : les poussières émises par le volcan sont chargées électriquement et le nuage formé peut se décharger comme le ferait un cumulonimbus d'orage.

Un article de "Geology.com" nous donne un schéma illustrant "une séquence idéale d'évènements conduisant à la genèse d'éclairs" ...



lightning-science-lg.jpg
1. stade initial : les particules et le nuage sont "neutres"  (ou  des particules peuvent aussi être déjà chargées par un processus préalable)
2. la collision des particules engendre des charges. Pour que ce soit possible, il doit exister quelques différences au niveau propriétés électriques des particules entrant en collision.
3. des différences dans les propriétés aérodynamiques des particules provoquent la séparation des particules chargées positivement et négativement ... des portions de nuage deviennent plus positives - ou négatives - que d'autres.
4. quand la différence de charge devient trop grande, un flot d'électrons peut être généré entre les régions positive et négative, formant un éclair qui neutralise la charge.

Une nouvelle sorte d'éclair a été récemment étudiée : des éclairs provenant directement de la bouche du volcan.

En 1992, Stephen McNutt, professeur à l'institut de géophysique de l'Université d'Alaska à Fairbanks, a enregistré d'étranges signaux sismiques lors de l'éruption du Mont Spuur.
Des volcanologues de l'Alsaka Volcano Observatory se sont associés à de véritables chasseurs d'éclairs professionnels, en l'occurrence l'équipe de Ronald Thomas, du Langmuir Laboratory (université New Mexico Tech), qui traque les manifestations radioélectriques de l'atmosphère partout dans le monde et travaille aussi avec la Nasa.

Les 11 et 13 janvier 2006, le Mont Augustine, un volcan actif, situé sur l'île du même nom, dans le détroit de Cook, en Alaska, est entré en éruption. Profitant d'une accalmie, les chercheurs ont sauté dans un hélicoptère, emportant deux récepteurs spéciaux pour les installer sur deux sites, à moins de cent kilomètres du volcan, à Homer et à Anchor. Mis au point au laboratoire Langmuir et d'ailleurs baptisé LMA, pour Langmuir Laboratory's Lightning Mapping Array, cet instrument a déjà servi à cartographier une multitude de phénomènes orageux, en enregistrant une activité radioélectrique sur une large bande de fréquences.


 

683114956.jpg

                      Eclairs lors de l'éruption du Redoubt, le 28.03.2009 -

                                         photo Bretwood Higman - AVO

 

seismogram-copie-1

         Sismogramme avec "anomalies" et heures de prises de photos - Geology.com

 

Lors de l'éruption du Redoubt en début 2009, McNutt se mit en rapport avec Ronald Thomas et Sonja Behnke, une étudiante en physique de l'atmosphère, pour étudier ce phénomène; ils équipèrent le volcan de 4 unités LMA.

Et en mars lorsque débuta réellement l'éruption, ils jubilèrent : "nous avons vu plein d'éclairs - 20 à 30 minutes d'éclairs ! ... nous avons vu plus d'éclairs  que ceux qui sont vus dans un gros orage" raconte Thomas.

Mais ce qui fut atypique, ce n'est pas le nombre d'éclairs, mais la nature des éclairs produits par le volcan : "lorsque débuta l'éruption, il y a eu un jaillissement d'éclairs de la bouche éruptive du Redoubt qui n'a duré que quelques millisecondes" nous dit McNutt ... ces éclairs étant de nature différente à ceux vus avant.

Ce nouveau type d'éclairs est toujours à l'étude ... de prochaines éruptions sont attendues avec impatience pour parfaire les connaissances.



Sources :

- "A new kind of lightning discovered" - Physorg.com.
- "A new kind of lightning" by E.Lorditch - Inside Science News Service - 26.01.2010
- "Lightning mapping observations of the mt.Redoubt" - lien
- "Photos of lightning in the Redoubt volcano ash cloud" - Geology.com
- les sites de Thorsten Boeckel : "Japan, Kyushu and Tokara   islands" et celui de son complice Martin rietze : "Japan - 29.12.2009-10.01.2010".
- "Rotation is key to understanding volcanic plume " - Physorg.com - lien

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog