Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

 

Une étude publiée dans le "Journal of Geophysical research" par des chercheurs allemands - Université de Hambourg - montre que les cendres volcaniques pourraient amener une prolifération d'algues marines capable d'influer positivement sur le climat.

La croissance des algues a comme facteur limitatif, la concentration en fer de l'environnement... les sels de fer présents dans les cendres volcaniques pourraient favoriser le développement du plancton, avec comme corollaire une plus grande capture du dioxyde de carbone et une réduction de la concentration de ce gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

 

La démonstration a été basée sur une prolifération massive d'algues dans le golfe d'Alaska en 2008, à mettre en liaison avec l'éruption du volcan Kasatochi dans l'archipel des Aléoutiennes. Une balise a enregistré en 2008 une baisse de la concentration en CO2 dans le golfe d'Alaska.

A titre indicatif, le taux de fer mesuré lors de l'éruption de l'Eyjafjöll : 9,75 à 9,93 % de FeO, mesurés sur des cendres le 15.04.10 (IES).

Cette éruption du Kasatochi fut importante : VEI - volcanic explosivity index - de 4, et un panache allant à une altitude supérieure à 10,4 km., créant des annulations multiples de vols aériens. Un nuage contenant une quantité estimée à 1,5 mégatonne de SO2 a été enregistré par le satellite Aura de la Nasa.

A titre de comparaison, le taux de cendres relâchées par unité de temps par la dernière éruption de l'Eyjafjöll a été 10 fois inférieur... mais les scientifiques rappellent qu'il convient d'étudier l'impact possible de cette éruption sur le climat global, étant donné que l'éruption s'est étendue sur plus d'un mois.

  Kasatochi copie

       Le cratère sommital du Kasatochi - photo Dan rogers  1961 AVO/USGS.


Le Kasatochi se présente comme une petite île inhabitée, large de 2,7 km. et longue de 3,3km., coincée entre les îles aléoutiennes Atka et Adak. Ce volcan, qui ne dépasse des eaux que de 314 m, est excentré par rapport à l'alignement d'édifices volcaniques qui constitue l'arc volcanique principale des aléoutiennes. Il fait partie d'une ride volcanique sous-marine perpendiculaire à l'arc volcanique principal, et dont il constitue la pointe nord.


Aléoutiennes  L'arc des Aléoutiennes, avec le volcan Kasatochi décentré - Document GVP.


Son sommet est ouvert par un large cratère empli d'un lac dont le niveau ne se trouvait, avant l'éruption de 2008, qu'à une soixantaine de mètres au-dessus des eaux de la Mer de Bering. Sa première éruption historique s'est produite en 1760, et fait partie de l'Alaska Maritime National Wildlife Refuge, dans lequel il est un site privilégié pour l'étude les oiseaux marins de l'île.

(description "Activolcans")

 

L'éruption de 2008 a fortement modifié et la taille de l'île, l'augmentant de 200 mètres en certains endroits, et la taille du cratère sommital.

 

Kasatochi éruption 2008

                    document John Eichelberger / USGS.

 

Kasatochi - SO²

            Nuage de SO2 repéré par le satellite Aura de la Nasa, le 08.08.2008.

 

Pour l'anecdote, deux biologistes, qui passaient l'été sur l'île pour observer les oiseaux marins, furent évacués par bateau à peine quelques heures avant l'éruption.

 

Sources : 

-  "Nach dem Vulkan explodieren die Algen", Die Welt - 19/05/2010

- Activolcans - Kasatochi

- Global Volcanism Program - Kasatochi

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Une dernière réunion de LAVE-Belgique, avant les vacances, s'est tenue à Mouscron, le 19 juin.

Nous étions 17 passionnés, dont 2 nordistes, et quelques sympathisants pour partager en toute convivialité des photos de volcan. Trois continents ont été mis à l'honneur : L'Europe avec l'Etna et Lanzarote, l'Afrique avec l'Ethiopie et l'Amérique du nord avec la Snake river plain et le Yellowstone.

 

Rémi Gaudfrin nous a présenté l'éruption effusive de l'Etna en 2006 : C'est le 14 juillet 2006, qu'il s'est réveillé. Tout a commencé par l'apparition d'une fracture au pied du cratère sud-est, située dans l'alignement de l'éruption de 2004. Deux bouches effusives localisées respectivement à 3000 et 3050 mètres d'altitude ont alors déversé de la lave, avant qu'un cône ne se forme et ne dégaze bruyamment en crachant de la lave et des débris. Le lendemain, le débit  de lave rejeté par les bouches effusives était en moyenne de 5 mètres cube par seconde, et la coulée prenait lentement – à la vitesse de 50 centimètres à l'heure - le chemin de la Valle del Bove.

 

etna_coulee---INGV-14.07.2006.jpg                          Coulée effusive du 14.07.2006 - document INGV


Seconde île volcanique européenne : Lanzarote, présentée par Jean-Michel Mestdagh, qui en revient.

De superbes vues sur le volcan Corona et ses productions, dont le tunnel de lave "La Cueva de los Verdes" datée de 4.000 ans, le parc national de Timanfaya ... images minérales entrecoupées de photos de cactées aux fleurs colorées.

 

Lanzarote CuevaDeLosVerdes - G.Keller                             Lanzarote - Cueva de los Verdes - ph. Keller.

 

Philippe Thiran nous a parlé de l'Ethiopie, sur un montage de Thierry Sluys, du Dallol et ses geysérites colorées, son geyser jaune, son exploitation du sel, et de l'Erta Ale, volcan-bouclier au deux pit craters, dont son célèbre lac de lave bien actif en ce début d'année. Rencontre également avec les éthiopiens lors de cérémonies religieuses à Lalibella.

 

ethiopie-2007-449-copie.jpg                                     Le site géothermal de Dallol - © B.Duyck

 

J'ai eu ensuite le plaisir de partager les photos prises, par Jean-Michel Mestdagh et moi-même, lors d'un voyage en amérique du Nord, et des commentaires sur le volcanisme varié de la Snake River plain et du Yellowstone, lié à un point chaud intraplaque. Nous sommes ainsi passé des sites désertiques comme "Crater of the Moon", aux buttes rhyolitiques, aux anneaux de tuff, pour finir au Yellowstone, ses geysers et sources chaudes colorées par les thermophiles.

 

Geysers_8901-copie-copie-1.jpg           Yellowstone National Park - White Dome geysersur fond d'orage.

                                - © B.Duyck 2009

 

-cid_16E5993C-24DA-4E99-8C1A-8B864B00C849-lan.jpgLes organisateurs de la réunion, Jean-Michel et Bernard - photo Sylvie Chereau.

 

Vous pouvez retrouver des articles sur l'Erta Ale, le Dallol, la Snake River plain et le Yellowstone sur ce blog, en cliquant sur les liens ou en recherche via l'onglet de droite.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

 

Le volcan RAGANG, aussi appelé Mount Piapayungan, et Blue Mountain, est un stratovolcan situé sur l'île de Mindanao, au sud de l'archipel Philippin. Il termine une chaine de jeunes cônes volcaniques au sud-est du lac Lanao, sur l'arc central de Mindanao, principalement basaltique.

Haut de 2..815 m. et d'une base de 32 km. de diamètre, cet imposant édifice n'a plus connu d'éruption depuis 1873. Les épisodes de 1915-16 sont considérés comme "incertains".

 

Ragang - Space Shuttle 1985

Peu de photos de ce volcan, mis à part cette vision aérienne du Space shuttle prise en 1985 - Crédit Nasa.

Le Ragang est situé au centre droit; les volcans Makaturing et Latukan sont à gauche de la photo, au SO. du Ragang.

 

Notez que beaucoup d'éruptions historiques ont été attribuée au Ragang, alors qu'elles émanaient de ses voisins.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Ragang

 

Ceci clôture notre escapade sur les Philippines, archipel qui mérite une visite tant pour ses volcans que pour ses habitants, "sculpteurs de montagne".

 

Rice_Terraces_Banaue.jpg

Les rizières en terrasses de Banaue, 10.360 km² sur les flancs de la Montagne Ifugao, établies depuis 2.000 ans - photo Magalhaës /wikipedia.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

 

Canlaon---skyscrapercity.jpg

                         Le volcan Canlaon - photo Skyscraper city.


Phivolcs.gif

Le volcan composite CANLAON (qui s'écrit aussi Kanlaon) occupe une partie du nord de l'île de Negros, et la partage avec deux volcans voisins beaucoup moins actifs le Silay et le Mandalagan.

 

Du haut de ses 2435 m d'altitude, il est le point culminant de l'île, et ses 30 km de diamètre à la base font de lui un édifice imposant. Sa forme, allongée du Sud Ouest au Nord Est, trahie une histoire volcanique complexe, marquée par la migration de différents centres d'activité. Le dernier de ces points, portant la plus haute altitude, se trouve à l'extrêmité Sud du complexe. L'étude de la stratigraphie de l'édifice montre qu'il est à l'origine de la plus volumineuse avalanche de débris qu'ais connu l'archipel Philippin, cette dernière ayant parcouru 33 km vers le Sud Ouest. Toutefois, puisque la cicactrice d'avalanche n'est que difficilement visible dans la topographie actuelle de l'édifice, on peut en déduire qu'elle est déjà relativement ancienne.

 

6a00e398b1142000050100a8028de4000e-500pi.jpg                         Le Canlaon - photo Kiotoobserver.com.

 

Canlaon-2003---Nasa-Landsat----Univ.Hawaii.jpg    Le Canlaon vu de l'espace - Nasa Landsat 2003 - Hawaii Univ. / GVP.

 

Le sommet du Canlaon possède une caldeira allongée de 2 km. de large contenant un lac de cratère, située vers le nord, et un évent actif plus petit mais plus haut, le Lugud crater au sud.

 

Les éruptions historiques du volcan, enregistrées depuis 1866, a consisté principalement en explosions phréatiques, accompagnées de chutes de cendres mineures à proximité du volcan.

Ce genre d'éruption peut être soudaine et inattendue : le 10 août 1996, une éruption phréatique brutale tua 3 personnes.

Deux groupes étaient sur le sommet à ce moment, dont un groupe de 17 étudiants d'une Université belge. Caroline Verlinde, une des belges, raconte : "nous quittions le cratère quand l'éruption a débuté ... soudainement, il a éjecté cendres et bombes; j'ai couru vers un abre pour me mettre à l'abri et j'ai vu mes compagnons touchés par des pierres qui tombaient ". Elle ajoute que le guide Philippin lui a confié que les fumées émises par le cratère étaient "juste ordinaires". Une PDZ - Permanent Danger Zone - de 4 km. est maintenue depuis, à cause de l'imprévisibilité des explosions.

 

La dernière manifestation du volcan, en alerte 1 à ce moment, est datée du 3 juin 2006, aven émission de cendres et vapeur. L'activité retomba fin juillet.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Kanlaon

- Activolans - Canlaon

- Mt Kanla-on climbing guide - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Selon le Phivolcs, 15 séismes volcaniques ont été répertoriés durant les dernières 24 heures au Taal.

L'inflation du volcan se poursuit, signe d'un accroissement de l'activité. Le niveau d'alerte est maintenu.

 

Taal lake,volcano island, Mt Macolod                       Le lac Taal et Volcano island - document wikipedia.

 

Le conseil provincial de coordination en cas de désastres rappelle que le volcan est interdit pour tous ... y compris les médias ! Toute personne désireuse de jeter un oeil au volcan devra être accompagnée d'une personne autorisée, policier, coast guard ou représentant du comité provincial.

Ceci après qu'un journaliste soit tombé jeudi dans le cratère;  Joshua Garcia, reporter auprès de Global News Network, était arrivé avec son caméraman à Talisay vers 10 h. jeudi. Ils ont été escortés jusqu'à Volcano island par les coast guards, mais Garcia s'est éloigné en direction du cratère ... où il est tombé. Il a pu avertir son compagnon par téléphone. Au bout de six heures, il a pu être ressorti du cratère. Souffrant de contusions multiples, il a été conduit vers l'hopital de Talisay pour y être examiné.

 

Source : Inquirer.net - volcano monitor

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Bulusan---Bantayan-beach-in-Gubat---Skyscrapercity.jpg

   Le Bulusan, vu de Bantayan beach à Gubat - photo Skyscrapercity.

 

Le volcan BULUSAN, le volcan le plus au sud-est de l'île de Luzon, s'élève excentriquement dans la caldeira dacitique à rhyolitique d'IROSIN, d'un diamètre de 11 km. et formée il y a 36.000 ans.

 

Bulusan - C.Newhall GVP        Le sommet dénudé du Bulusan, vu de l'ouest - Photo C.Newhall / GVP.


Le Bulusan est situé à l'extrême SE. de l'arc volcanique Bicol. Ce stratovolcan, haut de 1.565 m., a un cratère sommital large de 300 m. et profond de 50 m. Trois autres petits cratères sont localisés sur son flanc SE. 

Le Bulusan est flanqué de nombreux dômes de lave et cônes intracladeiriques, dont le Mont Jormajan, un dôme de lave situé sur le côté SO. et le Sharp Peak au NE.

Son système hydrothermal consiste en une solfatare sommitale et quatre sources chaudes sur ses flancs : San Benon, Mapaso, San Vicente et Masacrot springs, qui déchargent une eau de pH neutre  à une température inférieure à 65°C.

Son activité est principalement de type phréatique et strombolien. Son histoire éruptive récente indique que les principaux dangers liés au volcan dans cette région sont des coulées de boues et des chutes de tephras. Une zone de 4 km. autour du sommet est considérée comme zone de "danger permanent".

 

bulusan pf hazards small

  Zone de risques liés aux coulées pyroclastiques et surges - Doc. Phivolcs.

 

Ses dernières éruptions datent de 2006-2007; après 11 années de repos, une éruption sommitale eu lieu le 21.03.2006, suivie d'une dizaine d'autres jusqu'au 28 juin. Ces éruptions résultent de la rencontre de petits volumes de magma avec une zone proche du sommet saturée en eau.


Bulusan 31.05.06 - Phivolcs

 Un épisode éruptif du Bulusan, daté du 31.05.2006 - Document Phivolcs.

 

Des éruptions explosives, accompagnées de chutes de cendres, s'inscrivent dans une période octobre 2006-mai 2007. Le 31 juillet 2007, un panache de cendres est éjecté à 6,6 km.

 

Bulusan---Mt-Jormajan---C.Newhall-USGS.jpg              Le dôme de lave Jormajan - photo C.Newhall USGS/GVP.

 

La caldeira d'Irosin, plus de 13.000 hectares de terres, est habitée.

 

Bulusan-dans-Irosin-caldeira---C.Newhall-USGS.jpg

  La caldeira d'Irosin dominée par le Bulusan - Photo C.Newhall USGS/GVP.


La répartition des terres est la suivante :

- 16 % : zones protégées (volcans) et forêts

- 1% : aires habitées, bien souvent proches des édifices volcaniques

- 83% : zones dédiées à l'agriculture, principalement riz et noix de coco.

 

map-caldeira-d-Irosin---Phivolcs-Dost.jpg   La caldeira d'Irosin. Son côté nord a été "mangé" par le complexe Bulusan.

                                Document Phivolcs-Dost / Irosin.gov

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Bulusan

- Phivolcs - Bulusan volcano

- Volcano Live- John Seach - Bulusan volcano

- Caldeira d'Irosin - Irosin.gov.ph

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le volcan MAYON, situé à l'est de l'île de Luzon, constitue l'un des meilleurs exemples de stratovolcan conique symétrique. Il côtoie la fosse des Philippines, qui fait frontière entre la plaque océanique Philippine en subduction sous le "Philippine Mobile Belt" (voir article sur la Tectonique des Philippines).

 

Mayon_Volcano-_Luzon_Islands-_Philippines---wallpaper.jpg

Le volcan Mayon et la ville de Legazpi sur le golfe d'Albay - Wallpaper.


Légende locale :

Ici vivait un homme nommé Magayon, qui avait pour nièce une princesse d'une extrême beauté; de nature jalouse, il était possessif au point que personne n'aurait songer approcher sa nièce de crainte de subir son courroux. Un brave serviteur fut amené à escalader la fenêtre de sa chambre, et à lui proposer de fuir avec lui "afin de vivre heureux". L'oncle Magayon n'en fut pas content et les tourtereaux implorèrent l'aide des dieux pour se protéger de sa vengeance.

Brutalement, un glissement de terrain emporta l'oncle colérique ... depuis ce jour, on dit que les colères de Magayon se manifestent par des explosions accompagnées de poussières, de lave et de gaz.

 

Mensurations : altitude: 2.462 m. - couvrant entre 250 et 314 km² - diamètre du cône : 14-20 km. pour un diamètre de cratère sommital de seulement 200 m. (Phivolcs)
Ses pentes accusent une déclivité de 35-40°.
Activité volcanique :
Le début d'activité du Mayon devrait remonter, d'après des études géochronologiques, à moins 25.000 ans.
Les éruptions historiques de ce stratovolcan basaltique à andésitique datent de 1616; l'activité est strombolienne à plinienne, avec un cycle commençant par des éruptions basaltiques suivies à plus long terme par des coulées de lave andésitique, en provenance  principalement du conduit central. Coulées pyroclastiques et lahars ont couramment dévalés ses flancs le long d'une quarantaine de ravines pour dévaster les zones peuplées plus basses.
On compte au moins 45 éruptions historiques dont la dernière remonte à fin 2009-début 2010. Les plus violentes eurent lieu en 1814 (VEI = 4) et 1875, tuant respectivement 1.200 et 1.500 personnes.
Les grandes éruptions du 20°siècle ont eu lieu en 1928, 1968 et 1984, où une explosion détruisit le côté sud-est du cratère et créa une gorge large et profonde de 250 mètres, courant sur près de 3,5 km., qui canalisa les coulées pyroclastiques.

Pyroclastic_flows_at_Mayon_Volcano.jpg     Coulées pyroclastiques de l'éruption de 1984. - photo USGS.

Le volcan est sous surveillance active de trois structures : l'observatoire Santo Domingo et Lignon Hill, situés respectivement à 7 km. à l'est, et 12 km. près de l'aéroport de Legazpi. L'observatoire Mayon resthouse est situé au NE. à une altitude de 760m.
La principale difficulté rencontrée par les autorités est de convaincre les paysans locaux de quitter la zone en cas de risques d'éruption.

--Mayon---18.12.09-AFP-Getty-im.-C.Sayat.jpg    Les paysans continuent leurs tâches pendant l'éruption  - 18.12.2009
                photo C.Sayat / Getty images.                MAyon-Noel-D.Amaranto-AP.jpgNoël 2009, cérémonies catholiques sur fond d'éruption - D.Amaranto / AP.

31.12.09-AP-B.Marquez.jpg

         Veille de l'an, 31.12.2009 - photo Bullit Marquez / AP.

 

L'éruption de fin 2009-début 2010 peut se suivre sur ce blog en suivant ce lien , du 18.12.09 au 02.01.10.

Premiers signes d'une possible éruption dès le 11.07.09


Sources :

- Global Volcanism Program - Mayon

- Phivolcs - Mayon

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Quelques nouvelles de la planète-volcan, grâce à l'indispensable "Global Volcanism Program":

 

Colombie - Nevado del Huila : alerte orange

Depuis le 13 juin, un changement est observé dans l'activité sismique du volcan, avec une augmentation du niveau énergétique des séismes localisés à un niveau superficiel; sur une semaine, 1096 séismes ont été enregistrés : 19 en relation avec des fragmentations rocheuses, 1077 concernant la dynamique des fluides et le "plomberie" du volcan,  43 à du trémor de faible magnitude.

Source : Ingeominas bulletin 15.06.10

 

Nevado-del-huila--12.04.2010.jpg            L'activité du Nevado del Huila, le 12.04.2010 - photo Ingeominas

 

 

Equateur - Tungurahua

Malgré la couverture nuageuse, des panaches de cendres et vapeur sont montés à 5,5 - 8 km., avec des retombées journalières de cendres  sur le grand ouest du volcan, entre le 9 et le 15 juin.

Des blocs incandescents ont été éjectés et ont roulés sur les flancs sur 1 km.

Source : IGEPN

 

 Tungurahua-2673- 30.05.2010 Bigben

         Superbe cliché de l'activité nocturne du Tungurahua, le 30 mai 2010.

Avec l'aimable autorisation de Benjamin Bernard, travaillant à l'observatoire du Tungurahua 

 

Papouasie - Nouvelle-Guinée : Manam.

Le satellite EO-1 Ali a enregistré un panache mixte : des nuages blancs pourraient provenir du volcan (vapeur d'eau) ou être indépendant de celui-ci; ils sont associés à un léger paanche bleu-gris, certainement volcanique celui-là, dérivant sur le mer de Bismarck.

Source : Nasa Earth Observatory


manam EO-1 Ali 2010.06.16NASA Earth Observatory image created by Jesse Allen, using EO-1 ALI data provided courtesy of the NASA EO-1 team. Caption by Michon Scott.  Instrument : EO-1 - ALI - 16.06.2010

 

Papouasie - Nouvelle-Guinée : Ulawun

Durant la période du 9 au 16.06, une alternance de panaches blancs à gris a été émise, montant à 8-900 m.

De fines retombées de cendres ont affectés les flancs ouest du volcan; des bruits de roulement et de l'incandescence nocturne repérés les 9,10 et 13 juin.

Sources : Rabaul volcano observatory et Nasa Earth observatory.

 

ulawun_ali_2010.06.10-EO-1-Ali.jpgNASA Earth Observatory image created by Jesse Allen, using EO-1 ALI data provided courtesy of the NASA EO-1 team and the United States Geological Survey. Caption by Michon Scott.

Instrument: EO-1 - ALI  - 10.06.2010.

 

map_papua_new_guinea_volcanoes.gif

 

Divers :

- Kouriles - Tiatia :l'anomalie thermique persiste

- Iles Mariannes - Sarigan : l'éruption sous-marine a cessé.

- Guatémala - Pacaya : activité fumerollienne le 09-10.06

- Chili - Melimoyu : l'alerte a été relevée à "green-2" le 08.06, suite à une augmentation de la sismicité à une profondeur située entre 2 et 14 km.

- et "last but not least" : le trio Kamchatkien est toujours en code aviation orange avec une mention spéciale pour le Shiveluch sur "Rianovosti", qui signale un panache à 4 km. et une douzaine d'épisodes de trémor au cours des dernières 24 heures. (17.06.2010 - 07 h.34)

Sans autre nouvelles du KVERT, muet depuis une semaine, les Klyuchevskoy et Karimsky étaient classés en code orange le 10.06, le Bezymianny en code jaune.

 

Shiveluch---Rianovosti-Y.Demyanchuk.jpg                 Le panache du Shiveluch  -  Photo Y.Demyanchuk / KVERT .

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Le comité s'occupant de la toponymie a proposé des noms le 15 juin, pour les nouvelles structures volcaniques du printemps ; celles-ci ont été acceptées par le Ministère de l'Education et de la Culture.

Les deux nouveaux cratères formés à Fimmvörduhals ont été baptisés respectivement "Magni" et "Modi", et le champ de lave "Godahraun".

Ces noms proviennent de la mythologie nordique : Magni et Modi sont les fils du dieu du tonnerre, Thor. Le comité responsable de la toponymie a voulu que les nouveaux noms choisis coïncident avec les noms de l'endroit préexistants.

La proximité de la vallée de Thorsmörk y est pour quelque chose.

D'après la mythologie nordique, Thor, fils d'Odin et de Jörd; il est l'époux de Sif, avec laquelle il eut pour fille Thrud. Avec sa maîtresse, Jarnsaxa, il eut deux garçons : Modi et Magni.

 

 

Godahraun dérive de Godaland, l'endroit où coula la lave.

 

04.04---cld100326_1348.jpg

 

Sources : Iceland review.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Malgré qu'il ressorte peu du paysage, le volcan TAAL, situé au sud de Manille, est l'un des plus actif des Philippines.

 

USGS - Chris Newhall

            Le lac Taal, avec Volcano island, et au fond le Mont Macolod.

             Photo C.Newhall/ Global Volcanism Program.


Il est formé d'une caldeira de 25 km sur 30, occupée par un lac de 267 km² et dont la surface n'est qu'à trois mètres au-dessus du niveau de la mer. Le lac Taal a pour profondeur maximale 160 mètres et recouvre divers centres éruptifs.

"Volcano island" est un îlot de 5 km. sur 6, siège de toutes les éruptions historiques : c'est un complexe volcanique composé de petits stratovolcans coalescents, de tuff rings et de cônes de scories, qui possède son propre lac de cratère, profond de 70 m.

 

07taa05f.png             Le Taal entouré de nombreux édifices volcaniques - carte GVP.

 

Ce volcan est un "tueur": ses éruptions comptent parmi les plus violentes et les plus meurtrières de tout l'archipel Philippin. La première éruption pour laquelle on dispose de témoignages date de 1572; elle fut suivie par plus d'une trentaine d'autres ... la dernière date de 1977, la période d'accalmie maximale étant de 62 ans.

Il s'agit le plus souvent d'éruptions de type strombolien, avec coulées de lave. Lors d'interaction avec les eaux du lac, de violentes explosions hydro-magmatiques se produisent, comme en septembre 1965 : cette date correspond à un tournant dans l'histoire de la volcanologie, car c'est la première fois que l'on observa et décrivit le phénomène de "déferlante basale" - un "base surge":

Base-surge-2----iles-Tonga-copie.jpgc'est une nuée très instable de cendres et gaz volcaniques, d'air et de vapeur, qui se dilate en rayonnant à grande vitesse à la base de la colonne éruptive; ce phénomène est comparable à l'anneau de souffle qui se forme à la base des champignons atomiques.

Base Surge - éruption phréatomagmatique

Iles Tonga 18.03.2009 - D.Stephenson.

 

base_surgesA4_small.jpgCarte de danger avec aire touchable par un base surge - celle-ci dépasse les limites du lac Taal et touche des zones habitées - carte Phivolcs.

 

Taal_Crater---Vulcan-point.JPG  Le cratère du Taal, vu de Vulcan Point - photo Wescameron / wikipedia.


Vulcan point est situé sur le bord du lac de cratère, situé sur Vulcano island, située dans la lac Taal, lui-même dans l'île de Luzon ... histoire de "poupées russes" : un lac situé sur une île, elle même dans un lac situé dans une île plus grande.

 

Taal---Binintiang-Malaki-cone-pyrocl.1707---K.Frederickson.jpgBinintiang Malaki, cône pyroclastique haut de 263 m., connecté à la partie NO. de volcano island par un isthme; il résulte de l'éruption de 1707. - photo Kurt Frederickson / Smithsonian.

 

Taal---cinder-cone-1968---K.Frederickson.jpgCinder cone fumant et coulée de lave datant de l'éruption de 1968; ces structures se sont construites à l'intérieur d'un cône de tuff, lui-même datant de l'éruption de 1966.   -  photo Kurt Frederickson / Smithsonian.

 

Situation actuelle : le volcan vient d'être placé en alerte niveau 2, par le Phivolcs depuis le 08.06.2010 - détails dans l'article annoncant cette alerte.


Sources :

- Phivolcs - Taal volcano

- Global Volcanism Program - Taal

- History of Taal's activity to 1911 - lien

- USGS - Philippines volcanoes and volcanics.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog