Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La visite de la Lava-keller ("la cave de lave") de Mendig, c'est une intrusion dans le coeur d'une coulée basaltique.


Actu---3-1858-copie-jm.jpg

                                                                                                                     ©JM. Mestdagh

 

Equipés de cirés et de casques, il faut descendre 152 marches pour parvenir à 32 mètres sous la surface dans une des caves creusée dans une grande coulée de 3 km², sur laquelle repose la ville. Seule une partie est accessible, à la fois pour des raisons de sécurité, mais aussi de protection des colonies de chauve-souris qui y gîtent.

 

Actu---3-0300-copie.jpg

            Premières explications au bas de l'escalier ... impressions humides et froides.

                        © B.Duyck  

 

Actu---3-0301-copie.jpg    Notre guide nous montre un schéma des coulées du Wingertsberg ; la Lava-keller se trouve  dans la coulée au centre de la photo

© B.Duyck

La coulée de Niedermendig provient d'un cône de scories vieux de 200.000 ans, le Wingerstberg; celui-ci a produit deux grosses coulées basaltiques, la dernière recouvrant partiellement la première. C'est dans la zone la plus épaisse que la Lava-keller a été creusée, à mains nues : il a fallut pénétrer les dépôts éruptifs laissés par le Laacher See - couches de ponces, de scories, entrecoupées de loess - avant d'atteindre le basalte, qui présente en partie supérieure de petites colonnades (gloches) et plus bas, de grosses colonnades exploitables (schienen).

 

Actu---3-0441-copie.jpg

Coupe schématique du sous-sol de Mendig au niveau de la coulée basaltique. D'après un document du Lava-Dome.

 

Actu---3-0303-copie.jpgParois et piliers de soutènement basaltiques; le mur chaulé à droite date de l'exploitation brassicole.

© B.Duyck

 

 

Actu---3-0305-copie.jpgDessus d'une colonne de soutènement - hauteur 6 à 8 mètres ; au plafond, la face inférieure de l'entablement, avec des colonnes de petite dimensions - voir photo suivante. -

 

Actu---3 0302 copie

                        © B.Duyck

 

Les coulées basaltiques, qui ont détruit la région à l'époque, lui ont en revanche donné des moyens de subsistance : la matière première et son exploitation en meules à grains. Les conditions de travail étaient cependant très pénibles : 12 heures par jour, six jours sur sept, dans la pénombre, à la lueur des bougies puis de lampes dont il fallait respirer les émanations, dans une température de 6 à 9°C et une humidité forte (72% d'humidité relative) ... à ce régime, les mineurs ne vivaient pas vieux !

Ce qui n'a pas empêcher d'heureux évènements de s'y dérouler : dans un coin de la cave, une salle "sculptée" en témoigne, où se déroulaient des cérémonies de mariage.

L'accès à la cave et l'extraction des meules se faisait grâce à un système de treuils mus par la traction animale et humaine.

 

Actu---3-0309-copie.jpg

                        © B.Duyck

 

 

En fin d'exploitation carrière, les caves ont servi à la fermentation et au stockage de la production des 28 brasseries locales, au 19°siècle. La basse température et l'humidité des caves ont justifié la localisation ce stockage, un coup de pouce étant donné si nécessaire par l'apport de glace et une aération dynamique. Cette activité a cessé avec l'invention de la réfrigération par Linde. Une seule brasserie utilise encore sa propre cave à cet effet, et délivre une "Vulkan beer".

 

A l'entrée de la Lava-keller, des meules rappellent l'activité première, dont une meule commémorative de quatre expositions internationales.

 

Actu---3-0294-copie.jpg

                              © B.Duyck

 

Sources :

-explications du guide de la Lava-keller.

- Vom magma zum mühlstein, eizeitreise durch die lavaströme des Bellerberg-vulkans - Ed.Harms & F.Mangartz.


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

 

Selon le rapport conjoint de l'IMO / IES, le volcan était caché par les nuages les 31.05 et 01.06; les caméras web ont permis de voir un nuage blanc de vapeur montant à 2 km.

La poussière existante est mobilisée par les vents dans le sud-ouest islandais et la visibilité limitée à 500-700 mètres. On a remarqué une forte concentration de poussières dans l'air durant la journée et la nuit suivant le 1° juin; A Hvolsvöllur, les enfants ont été renvoyés chez eux en raison du taux de pollution aérienne, un brouillard recouvrant la partie est du conté de Rangarvallasysla.

La direction du "Soil Conservation service" estime que la surface touchée par les retombées de cendres avoisine les 3.500 km², soit 3,4% de la surface Islandaise.

 

article-0-0991A8E9000005DC-590_634x363.jpgDes enfants jouant dans la cendre volcanique ... rage du jeu, ou faculté d'adaptation islandaise - Reuters.

 

En raison d'un trémor de niveau supérieur à celui du débit d'éruption, et de petites pulsions de celui-ci dans les basses fréquences, la surveillance du volcan reste active.

 

Selon le géophysicien M.Gudmundsson, on ne peut toujours pas dire que l'éruption sous-glaciaire de l'Efjafjallojökull soit terminée !

 

Sources :

- IMO/IES

 - Iceland Review. 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Le front de taille du Wingertsberg, haut d'une trentaine de mètres, permet d'observer la succession phonolitique de l'éruption du Laacher See tout proche.

 

Actu---3-0317-copie.jpg          Carrière du Wingertsberg - Le grand front de taille stratifié  - © B.Duyck 2010


Dans le bas, les ponces blanches éjectées en premier  - LLST , Lower Laacher See Tephra - forment des strates horizontales, chaque strate correspondant à une explosion. Elles sont fortement vésiculées et contiennent peu de phénocristaux (dont de la sanidine).

 

La couche moyenne - MLST, Middle Laacher See Tephra -  présente des échantillons plus hétérogènes et de couleur variable. On y trouve deux types de strates:

1. des couches massives à toit plat et base ondulante, issues de coulées pyroclastiques dans lesquelles la concentration en éléments est forte; les grains les plus gros se soutiennent mutuellement  et les plus petits décantent ... les gros blocs se situent sur le toit de la couche.

Ces éléments sont déposés par un flux laminaire; le front de la nuée ardente érode le terrain, d'où une base ondulante.

 

Actu---3 0316 copie

                         © B.Duyck 2010

 

2. des niveaux à stratification internes fines et obliques, à base ondulée et toit plat, issus de déferlantes dans lesquelles les éléments sont plus isolés les uns des autres. Les grains en suspension dans un nuage gazeux sédimentent et sont alors transportés par traction ... d'où stratification oblique.

 

On trouve par endroit des blocs de basalte anguleux avec figure de charge : les blocs ont suivi une trajectoire balistique avant de s'écraser sur une surface plus molle.

 

Actu---3 0324 copie-copie-1           Blocs de basalte  et figure de charge - © B.Duyck 2010

 

Si la force de la déferlante est forte, on observe des antidunes, où les processus d'accrétion et d'érosion sont inversés par rapport à ce qui est observé pour une dune de désert.

Un des meilleur exemple d'antidune est observable dans un front de taille perpendiculaire au précédent et situé dans le sens des émissions du volcan.

 

Actu---3-0330-copie.jpg

  Notre volcanologue de service, Robin Campion, de l'Université Libre de Bruxelles, commente le site et l'antidune située derrière lui. - © B.Duyck 2010

 

Actu---3 1928 jm

                                                                                                           ©JM. Mestdagh

 

L'ULST - Upper Laacher See Tephra - est la zone la plus riche en phénocristaux et en minéraux mafiques . Elle est constituée de strates à toit plat, base ondulante et à stratifications obliques dues à des déferlantes.

 

A la fin de l'éruption, les pluies ont rapidement lessivé la zone, formant des lahars, dont on peut voir une trace sur la photo ci-dessous, où la stratification régulière est interrompue.

 

Actu---3 0333 copieLa stratification est interrompue par des dépôts provenant vraisemblablement de lahars.

© B.Duyck 2010

 

Des lahars ont, de plus, envahi la vallée du Rhin après la destruction du barrage de ponces (le Brohl-Damm) au début de la phase ULST-B. (voir la carte dans le précédent article)

 

Laacher-See-105-copie.jpg

       Coulée d'ignimbrites non soudées, qui a descendu la Brohltal en direction du Rhin

           à Bad-Tönnistein (hauteur : jusque 60 m.) - © B.Duyck 2007

 

Sources :

- Volcanism & Vulkane der Eifel - livres de H-U.Schmincke

- La carrière du Wingertsberg - par Eric Reiter


Merci à mon ami Jean-Michel Mestdagh pour son partage de photos.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Des nouvelles d'Amérique centrale, où les glissements de terrain et les inondations ont causé la mort d'au moins 150 personnes et fait des milliers de sans-abris; les routes et ponts coupés ne facilitent pas les secours.

Au Guatemala, déjà touché par l'éruption du Pacaya, qui semble s'être calmé entretemps, on compte 123 morts, plus de 90 disparus ; dans le département de Chimaltenango, des glissements de terrains ont ravagés des villages indiens au moins 60 personnes. Au total, 112.000 personnes ont du être évacuées.

Le Salvador voisin a lui aussi été touché, avec 10 morts et 11.000 déplacés.


 

guatemala-city-31.05.10-L.Echeverria----AP.jpg                   "Les portes de l'enfer"   ... une doline au centre de Guatemala City !

                                                   photo L.Echeverria - AP


Au centre de Guatemala City, un énorme trou - 30 mètres de diamètre et 60 mètres de profondeur - s'est formé engloutissant un immeuble de 3 étages. Les journeaux titrent : "Les portes de l'enfer se sont ouvertes"... il s'agit en fait d'une doline d'effondrement, qui s'est formée après endommagement du sous-sol calcaire par les trombes d'eau. Ce phénomène s'était déjà produit en février 2007, où un trou béant d'une centaine de mètres de profondeur avait perforé le sol de la capiitale guatémaltèque.

 

Dolines_plaquette-2.jpg                Document R.Wenger - Institut Suisse de spéléologie et karstologie.

 

Une doline est une dépression dans le paysage, formée de manière naturelle par l’érosion chimique (dissolution) ou mécanique de la roche .
La formation d’une doline est favorisée par une fracturation intense de la roche , qui en fait un lieu privilégié pour l’infiltration de l’eau.
Les dolines se forment sur des roches karstiques, telles que les calcaires, les dolomies ou le gypse . Leur dimension est très variable, allant de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres.

La coalescence de plusieurs dolines donnent un ouvala.

Doline est un mot d'origine slave : dolina signifiant vallée en Slovène et Russe.

 

Sources:

- 20 minutes.fr

- Institut suisse de spéléologie et karstologie.

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Bezymianny-19.04.10-Y.Demyanchuk-KVERT.jpg

                          Le Bezymianny, le 14.04.2010 - photo Y.Demyanchuk - KVERT.

 

Kamchatkan and Northern Kuriles Volcanic Activity
KVERT INFORMATION RELEASE 26-10
June 01, 2010, 02:40 UTC (20:40 KDT)


KAMCHATKA:

BEZYMIANNY VOLCANO: 55°58'N, 160°36'E; Elevation 2,895 m
AVIATION COLOR CODE IS
RED

 

Le volcan Bezymianny a été placé en code aviation rouge, suite à une forte explosion le 31 mai, entre 12h30 et 12h50; celle-ci n'a pu être directement observée en raison de la couverture nuageuse.

Ce matin, rien n'est visible sur les webcams mais un panache de cendres s'étendait sur une surface de 127 km. sur 93, selon les images satellites ... l'activité du volcan pourrait causer des problèmes aux vols internationaux et locaux de basse altitude.

 

Le Bezymianny est coutumier de ces éruptions explosives ... des évènements de VEI 2-3 ont eu lieu annuellement au cours des 20 dernières années.

Des détails dès que possible.

 

 

 

Sources :

- KVERT

- AVO

  

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

La visite du Wingertsbergwand - la paroi du Wingertsberg - un ancien cone de scories estampillé par les dépôts de l'explosion du Laacher See nous livre une explication chronologique du déroulement de l'éruption.

 

sch-mas-011-copie-copie-1.jpg            Ratio d'émission en m³/s. et hauteur de la colonne éruptive - H-U.Schmincke

 

Actu---3-0439.JPGCette éruption a été la plus puissante du Quaternaire en Europe centrale et similaire par ses émissions à celle plus récente du Pinatubo; la dispersion des tephras émis par l'explosion du Laacher See atteignit au nord, la Suède, et au sud, le Piémont italien.

Le montage photo mixant le panache du Pinatubo et le paysage de l'Eifel donne une idée du cataclysme - doc. H-U.Schmincke.

 
sch-mas-016.jpg                Aire de distribution des tephras en Europe - H-U.Schmincke.

 

"" Tous les échantillons observés montrent un taux de vésiculation assez important. Par conséquent, l'expansion des gaz est en partie le moteur de l'éruption.
De plus, il existe un moteur externe qui est la rencontre entre le magma et l'aquifère. Cette rencontre provoque d'une part une trempe et une vésiculation du magma et d'autre part, une vaporisation et une énorme dilatation de l'aquifère. Ce processus de rencontre est le phénomène débutant de ce début d'éruption. La dilatation de l'aquifère provoque, tout au moins en partie, le débourrage du conduit volcanique. L'éruption du Laacher See est de type phréatique.



                                        Phase de débourrage du conduit - éruption phréatique


                                                            Formation du maar après l'éruption.
                                                           Documents Vulkanpark - de

Le front de taille de la carrière du Wingerstberg est la succession la plus complète de l'éruption de ce volcan. On n'y observe aucun sol intercalé, ni figure de ravinement. On peut en conclure que l'éruption s'est faite en une seule fois, sans interruption notable. Elle doit avoir duré entre 3 et 6 jours, d'après les ratios d'émissions.

 
        Le front de taille du Wingertsberg , avec situation approximative des couches.

                   © B.Duyck 2007

 

Ces observations permettent de reconstituer les différentes phases de l'éruption :
- le débourrage du conduit s'est fait au moment de la rencontre du magma et de l'aquifère
- ensuite, un  panache ascendant de cendres et de gaz - de type plinien - s'est formé, montant à plus de 30 km.d'altitude.Il est à l'origine des dépôts classés dans la LLST (Lower Laacher See Tephra) et d'une partie de l'anneau de tuff présent autour du lac.
- Suivent des nuées ardentes qui sont soit des coulées pyroclastiques, soit des déferlantes...selon la concentration en éléments : elles forment les couches MLST (Médium Laacher See Tephra) et ULST (Upper Laacher See Tee phra)

                     - détail des couches dans article suivant -

- les pluies qui ont suivi ont lessivé la zone, formant de nombreux lahars, ainsi qu'un grand lac sur le Rhin à la suite d'un barrage formé par la masse de pierres ponces émises. ""
( références bibliographiques en fin d'article)

 

Actu---3-0436.JPG

           Zones de dispersions des dépôts de cendres, d'ignimbrites et barrage de ponces
             sur le Rhin (Brohl dam) et des inondations consécutives à sa rupture.

             document extrait de "Vulkane der Eifel" de H-U Schmincke.



La zonation chimique et minéralogique plaide pour l'existence d'une seule chambre magmatique.

On peut reconstituer le chambre magmatique AVANT l'éruption !
Ce qui a été émis en premier et constituait le dessus de la chambre magmatique se retrouve dans les dépôts les plus bas ( couches LLST).
Ce qui vient ensuite  se retrouve successivement dans les dépôts moyens et supérieurs (MLST & ULST).
L'analyse des cristaux de sanidine dans les téphras émis rend compte de l'origine spatiale de ceux-ci dans la chambre magmatique AVANT l'éruption.

                                      Document : Journal of Petrology - C.Ginibre 2004

Un excellent article de Catherine Ginibre, G.Wörner & A.Kronz dans le "Journal of Petrology" : "Structure and dynamics of the Laacher See magma chamber from major and trace element zoning in sanidine.
vol 45, number 11, pp.2197-2223.

A l'heure actuelle, la surface du lac représente la surface supérieure de l'aquifère à l'origine du phénomène phréatique.


A deux endroits, on y rencontre des "mofettes" (*): ces émanations de gaz - principalement du CO²et des gaz rares - ici d'origine mantellique, d'après les analyses effectuées, témoignent de l'activité volcanique actuelle.

 

Laacher-See-039-copie-1.jpg

               Le dégagement de gaz au niveau du lac en automne 2007 - © B.Duyck

 

Actu---3 0356 copie

            Mai 2010 : plus de turbulences, moins de grosses bulles ! - © B.Duyck

 

(*) : Une mofette (de l'italien mofetta, du latin mephitis, « exhalation pestilentielle ») est par définition une fissure, un trou ou un puits de taille réduite, parfois terrestre, parfois sous une source d'eau ou de sédiments; d'origine volcanique et émanant certains type de gaz, souvent toxiques, principalement du dioxyde de carbone, mais aussi de l'azote ou du méthane.


Sources :
- "Volcanism" de Hans-Ulrich Schmincke - Ed.Springer

- Vulkane der Eifel - H-U.Schmincke - Ed. Spektrum
- "Le Laacher See : un volcan allemand" - Eric Reiter - Futura
   Sciences.

- "Journal of Petrology" : article de C.Ginibre et al. réf ci-dessus.
- "Eruption dynamics during plinian eruptions..." : thèse de doctorat
    de N-A.Urbanski 2003.

- documents divers du "Vulkaneifel european geopark" et
   "www.vulkanpark.com"

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5

Articles récents

Hébergé par Overblog