Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

sinabung-reuters-30-aug-2010-Tarmizy-Harva.jpg

       Eruption du Sinabung - panache bifide du 29.08.2010 -AFP/BBC gallery.

                          D'autres photos sur le site de la BBC.


Cette photo du Sinabung est interpellante à plus d'un titre :

deux panaches bien chargés en cendres simultanés ! L'un sort bien verticalement, l'autre horizontalement, mais sans trop de vigueur ...puisqu'il se redresse vite.

Le conduit d'évacuation serait-il partiellement bloqué, ce qui nécessiterait une évacuation secondaire ?

"Le volcan continue à émettre de la fumée et de la cendre mais le nuage n'atteint que 50 mètres contre 2.000 hier", a indiqué aujourd'hui de son côté Agus Budianto, volcanologue. "Mais nos instruments ont enregistré des secousses qui se poursuivent dans le volcan, ce qui signifie qu'il y a une poussée du magma", a-t-il ajouté.

Les volcanologues indonésiens estiment maintenant qu'une nouvelle éruption est possible !

Toutes les conditions sont en effet remplies : un volcan qui n'est pas entré en éruption depuis longtemps, des signaux sismiques concordant avec une intrusion magmatique, un conduit qui ne semble pas totalement libre ... à suivre donc.

 

Entretemps trente mille habitants sont toujours bloqués dans des refuges, et subissent les effets négatifs d'émissions de poussières par le volcan.

 

Sinabung-enfants---AFP.jpgCes écoliers ne semblent pas trop affectés par l'éruption en cours - doc.AFP

 

Sources :

- Romandie news  31.08.2010

- AFP & BBC News 30.08.2010


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

topo.jpg

Les caldeiras d'Uzon-Geysernaia : la partie est des caldeiras est remplie de dômes de lave; la vallée des geysers est localisée à l'extrême est - SRTM elevation model from Nasa/JPL/Nima.

 

Les caldeiras jumelles d'Uzon et Geysernaia forment une large dépression de 7 km. sur 18. Elles furent découvertes tardivement lors d'une exploration russe, par T.Dikmar en 1852. Elles font maintenant partie de la Réserve naturelle Kronotsky, région sauvage et naturellement préservée de la péninsule du Kamchatka.

 

Un volcanisme de type bouclier s'est installé, de 750.000 à 370.000 ans, sur un plateau de roches sédimentaires daté du tertiaire. Entre 370.000 et 225.000 ans, le stratovolcan primitif de l'Uzon s'est formé; ses flancs sont encore visibles à l'ouest de la caldeira : le sommet Baranii en constitue le point haut, avec 1.617 mètres.

 

Caldeira-d-Uzon---Ph.Kyle--inst.volc-.-Petrop.jpgPhoto aérienne de la caldeira d'Uzon, avec leBaranii (16.17 m.) dominant de 300 m. le plancher de la caldeira, et le lac Dalneye. - doc. institut volcanologique du Kamchatka / Ph.Kyle.

   

Suite à l'éruption cataclysmique d'ignimbrites (325.000 - 175.000 ans), le volcan s'est effondré formant la caldeira, qui se remplira de dépôts lacustres. Vingt-cinq kilomètres-cube de tephra ont recouvert une surface de 1.700km².

L'activité post-caldeira, durant le pléistocène, consiste en formation de dômes de lave, coulées de lave et maars dans la caldeira Geysernaia.

Les sols gorgés d'eau ont favorisé un volcanisme de type phréatomagmatique, avec la formation du maar du lac Dalneye, situé près du bord nord de la caldeira; daté de 7.600-7.700 ans, ce maar a un diamètre d'environ 1.000 mètres. D'autres sont plus récents : le lac Khloridnoe date de 2.000-1.500 av.JC. et le lac Bannoede 3.500 av.JC.

 

P1110005.JPGBord nord de la caldeira d'Uzon - lac Dalneye - © Carole et Frédéric Hardy  

 

Le géothermalisme de la caldeira est fort différencié : les eaux bouillonnantes de la partie axiale du champ hydrothermal sont riches en silice, bore et chlorure ammonique, et contiennent du lithium, du rubidium, du césium, de l'arsenic, de l'antimoine et du mercure; les gaz émis sont le dioxyde de carbone, l'azote, l'hydrogène, le méthane et le sulfure d'hydrogène. De fortes concentrations de radon sont aussi détectées.

Deux types de minéralisation peuvent être distingués : le type sulfureux, avec des dépôts de soufre, contaminés par de l'opale et des minéraux argileux (kaolinite, smectite); le type mercure-antimoine-arsenic avec du réalgar, de l'alacranite, de l'uzonite et de l'orpiment.

 

P1110011.JPG

 

P1110012.JPG

 

P8020227.JPGEaux opalescentes chargées en silice et mares bouillonnantes se côtoient dans la caldeira d'Uzon. - © Carole et Frédéric Hardy


Des micro-organismes thermophiles de type Archéobactéries (Thermoproteus uzoniensis sp) ou de bactéries "sulfureuses" (Desulfurella acetivorans) vivent dans cette zone thermale. Ils sont particulièrement étudiés car ce sont les fossiles vivants des premiers organismes qui ont colonisés la Terre quand le taux d’oxygène était très faible.

L'activité hydrothermale est favorable aussi pour de plus gros organismes : le micro-climat convient aux ours et permet aux cygnes en migration d'y trouver de l'eau libre et de la nourriture.

 

A l'extrême est de la caldeira Geysernaia, un canyon abrite la "vallée des geysers" : 30 geysers, des sources chaudes, des "mudpots" ... nous en parlons demain.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Uzon

-Institut de volcanologie du Kamchatka - Uzon-Geysernaia caldera

- Uzonite,Alacranite, Réalgar from the Uzon caldeira - Mineral museum on line

- Hyperthermophile in the history of life - Karl Stetter

 
   

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Sinabung---reuters-30.08.2010.jpg

           Le panache chargé de cendres du Sinabung - Doc.Reuters 30.08.2010

 

"Le volcan a connu une nouvelle éruption à 06 h30 locales (23 h30 GMT) qui a duré environ 15 minutes. La fumée et les cendres sont montées au moins à 2000 m", a indiqué Agus Budianto, volcanologue.

Selon d'autres sources, on compte deux décès attribués à une attaque cardiaque et des complications respiratoires. La population est invitée à se protéger des poussières volcaniques en portant les masques mis à disposition.

L'éruption d'aujourd'hui a été plus forte que celle de Dimanche.

Il a été conseillé aux compagnies aériennes de dérouter leurs avions de la zone. Plusieurs vols intérieurs, en provenance et à destination de la zone, ont été annulés dimanche.Aujourd'hui, "le trafic aérien pourrait être affecté, cela dépend de la direction du vent", a précisé Bambang Ervan, porte-parole du ministère des Transports.

 

Sinabung-30.08.10.jpg  Le Sinabung noyé dans les émanations - crédit AFP-Getty images /30.08.2010.


Le nombre de personnes accueillies dans des refuges est passé de 3.000 à 21.000 alors que 16 refuges ont été ouverts pour accueillir les villageois qui fuient les flancs du volcan, a indiqué un responsable des services de secours.

 

Sources :

- agences de presse : AFP sud-est asiatique - Reuters - TSR info.ch

- Jakarta post

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

En restant aux abords du Karymsky, le Maly Semiachik se laisse découvrir de l'hélicoptère.

 

P1100849-copie.jpgSemiachik - cratère et lac acide Troitsky ; en arrière-plan, le Karimsky - © Carole et Frédéric Hardy


C'est un stratovolcan complexe avec trois cônes alignés sur une distance de 3 km., localisé dans une caldeira de 10 km de large , elle-même positionnée dans la caldeira Stena-Soboliny (15 km. sur 20).

 

massif-Semiachik---Dan-Miller-USGS.jpg            Le massif du Semiachik - photo dan Miller / USGS.


Au nord, le Paléo-Semiachik en est le point culminant, bien qu’il soit le plus ancien et le plus érodé : sa formation a débuté 20.000 ans avant JC.

L’activité a migré ensuite en direction du sud-ouest pour donner naissance au Méso-Semiachik – entre 11.000 et 9.000 avant JC).

Puis c’est au tour du Céno-Semiachik de se former, à partir de 8.000 avant JC. Deux périodes marquent son histoire : un stade de construction initial, à dominante explosive , dura 3.500 ans ; un second stade plus long est caractérisé quant à lui par un processus alternatif de construction et destruction par explosions majeures. Le cratère actif Troitsky, formé il y a 400 ans, est occupé par un lac acide (mesuré en 1969 : 41°C – pH inf.à 0,4)



P1100845.JPGCéno-Semiachik - le lac acide - notez les bords internes du cratère plus clairs et altérés hydrothermalement - l'échelle est donnée par l'abri situé, à gauche, devant le lac - © Carole et Frédéric Hardy


P1100847-copie.jpg

                                                       © Carole et Frédéric Hardy


Ce cratère, qui renferme comme un joyau ce lac, a un diamètre de 860 m. au niveau de sa ligne de crête. Le niveau du lac se situe vers 1280 m., mais son niveau évolue selon les années. 

Eruptions historiques : Une éruption importante eut vers 1804 - VEI 3. En 1852 et 1854, les éruptions de VEI=2 furent phréatiques.
De nouveau en activité dès juin 1945, avec en septembre-octobre, deux importants nuages de cendres noirs (éruption(s) phréatique(s) et centrale)

 

Autre volcan dans la même zone : le Kizimen.

 

Le Kizimen est un stratovolcan isolé ; son sommet est formé de dômes de lave qui se recouvrent mutuellement; il culmine à 2.376 m.

 

Kizimen.jpg                     Le Kizimen - 2009 - photo Tembrel & Ovsyannikov.


Sa formation a débuté il y a 12.000 ans pour se terminer entre 2.000 et 3.500 ans.

Les principales grandes éruptions prennent place entre 10.000 et 8.400 ans; trois périodes longues sont caractérisées par la croissance de dômes.

Une éruption explosive, datée de 1.100 ans, a produit un blast latéral et créé un cratère de 700 m. sur 1.000, avec une brèche vers le nord-est; dans celle-ci, le quatrième dôme du Kizimen a commencé sa croissance.

Le volcan est situé dans une zone structurellement complexe, soumise à une déformation extensive; il est localisé sur le flanc SE. du graben Shchapinsky et confiné dans un système de failles coulissantes incluant la jonction du graben avec le horst de Tumrok.

 

Une seule éruption explosive a été enregistrée au cours des temps historiques , en 1927-28.

Une crise sismique a frappé le Kizimen entre juillet 2009 et avril 2010, au cours de laquelle 1.940 séismes ont été enregistrés. En août 2009, les températures des fumerolles du champ situé sur le flanc nord-ouest variaient entre 170 et 340°C.

 

Kizimen---Alexander-Ovsyannikov.jpgKizimen 08.2009 - Prise de température des fumerolles; les volcanologues donnent l'échelle, au centre gauche. - photo A.Ovsyannikov.

 

Demain, la caldeira d'Uzon.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Maly Semiachik

-                                            - Kizimen

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Etna_Summitmap.jpg

                       Carte des cratères sommitaux de l'Etna - GVP.


Ce 29 août, deux émissions de cendres consécutives à des explosions ont été enregistrées à la Bocca Nuova. La première a eu lieu à 7 h.40 locale, la deuxième à 9 h.31 locale.

Suite à cette activité, l'accès aux cratères sommitaux a été interdit pour raisons de sécurité.

 

Source : Boris Behncke - INGV Catania

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Sinabung-29.08.2010-AFP.jpg

                     Gunung Sinabung - 29.08.2010 - photo de presse AFP.

 

Le Gunung Sinabung, situé au NO. de Sumatra, est entré en éruption peu après minuit ce 29 août, après un repos de 400 ans. Un panache noir de cendres est monté à 1500 mètres accompagné de projections de lave et matériaux volcaniques.


Le niveau d'alerte a été porté à son maximum quelque minutes avant son éruption, déclenchant l'évacuation d'au moins 12.000 personnes. Il n'y a pour le moment pas de pertes humaines ...de nombreux villageois vivant à proximité avaient en effet évacué spontanément la zone après les premiers signes de réveil du volcan dès vendredi.

 

Sinabung---Tom-Casadevall.jpg                       Gunung Sinabung - photo Tom Casadevall / USGS.

 

Le Sinabung est un stratovolcan haut de 2460 mètres, peu surveillé étant donné son "calme" depuis 400 ans et moins fréquenté que son voisin, le Sabayak. Ce volcan conique domine le plateau agricole de Kato; il possède 4 cratères sommitaux et une impressionnante épine au sommet. Ses flancs sont parcourus de coulées de lave importantes.

 

Sinabung---Sumatra----S.Wikartadipura.jpg

Gunung Sinabung - photo d'archives 1982  montrant l'épine sommitale - Wikartadipura.


Sources :

- Global Volcanism Program - Sinabung

- Thousands flee volcanic eruption in Indonesia - EarthTimes

- Le volcan Sinabung en éruption à Sumatra, alerte rouge - AFP

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

 

tolb-space.jpg

Les deux volcans coalescents, l'Ostry Tolbachik et le Plosky Tolbachik, et le champ volcanique du Tolbachik, avec ses cinder cones et coulées de lave. Doc. inst. volcanologie de Petropavlosk - sur base modèle Nasa/JPL/Nima.

 

P1110969.JPGLe massif du Tolbachik et le champ de cinder cones et coulées de lave. -

© Carole et Frédéric Hardy

 

 

Le massif basaltique du Tolbachik est situé dans le groupe volcanique Klyuchevskaya, à dominante andésitique.

 

Le massif du Tolbachik se compose de deux volcans fort différents et coalescents : le Plosky Tolbachik, au dessus plat. Ce volcan-bouclier possède une caldeira de 3 km. de large de type Hawaiien; sa caldeira sommitale s'est formée de façon concomitante avec une effusion majeure de lave, il y a 6.500 ans.

 

P1110847.JPGLa caldeira du Plosky Tolbachik  - © Carole et Frédéric Hardy

 Simultanément se produisait un effondrement du secteur sud de son voisin, l'Ostry Tolbachik, stratovolcan plus vieux et plus élevé.

 

P8080732.JPGLe sommet de l'Ostry Tolbachik se cache sous les nuages  - © Carole et Frédéric Hardy

 

P8070553-copie.jpgEchancrure sud vers le champ volcanique (coulées de lave et cinder cones)  - © Carole et Frédéric Hardy

 

Le champ volcanique du Tolbachik est le produit d'une activité fissurale semblable à celle rencontrée sur les zones de rift à Hawaii; il est formé de coulées de lave basaltique et de cinder cones. Deux séries de basalte, l'une à haute teneur en potassium et aluminium produite à l'holocène, l'autre à teneur moyenne en potassium et haute teneur en magnésium produite depuis 1700 avant JC.

 

P8070556-copie.jpgLes cinder cones alignés sur une zone de fissure - © Carole et Frédéric Hardy

 

L'éruption de 1975 :

activite-subplinienne-d-un-cone-groupe-N-1975-76.jpgLe volcan et son champ volcanique sont célèbres comme ayant été le siège de la plus grande éruption basaltique du Kamchatka.

L'éruption débuta le 28 juin 1975 avec de petites explosions au cratère sommital du Tolbachik; le 6 juillet, à 18 km. au sud-ouest du volcan, des cônes commencèrent à se Cinder-cone-riift-zone-flank-S-07.1975---Oleg-Volynets.jpgformer. Au cours d'une période de 72 jours, 3 grands cônes  se formèrent et de nombreuses coulées de lave furent produites, transformant une zone de 400 km² en désert sans vie. Les coulées émises du 6 juillet au 10 septembre 1975 des cônes Nord furent de nature basalte alcalin. En revanche du 11 au 15 septembre la lave émise toujours par ces cônes du nord était de type basalte intermédiaire. L’activité volcanique migra ensuite à 10 km plus au sud avec la mise en place d’un quatrième cône de cendre  (165 m de haut) et l’émission d’une coulée de lave de type basalte intermédiaire à partir du 18 septembre, puis du 1er décembre 1975 jusqu’à la fin de l’éruption les laves émises étaient plus évoluées de nature basalte subalcalin.

Le volume total érupté par les cônes, situés sur une fissure longue de 28 km, est estimé à 1,18 km³.

Doc d'archives institut de volcanologie du Kamchatka - à gauche, éruption subplinienne 1975 , Nik. Smelov - à droite, éruption fissurale 07.1975, Oleg Volunets.

 

P1110742.JPGTolbachik lava field - cône de scorie actif en 1975 - © Carole et Frédéric Hardy

 

P1110756-copie-1.JPG


 

P1110735.JPG Tolbachik lava field - Lave basaltique datant des éruptions de 1975 - © Carole et Frédéric Hardy.

 

P1110958.JPGTolbachil lava field - le soleil couchant sublime les teintes rouilles des cinder cones

 

© Carole et Frédéric Hardy

 

Découverte de nouvelles espèces minérales :

La bradaczékite, NaCu4(AsO4)3,  fut découverte dans une fumerolle dans la partie nord de la grande fissure éruptive en 1975-76. Cet arsénate se présente en plaquettes bleu foncé allongées.  

On y a découvert également de la burnsite, et de la filatovite.    

Pour de plus amples renseignements , voir en "sources".

 

P8080676-copie.jpg                    Surprenante cicatrice  -  © Carole et Frédéric Hardy

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Tolbachik

- Institut de volcanologie du Kamchatka - Plosky Tolbachik

- KVERT - Plosky Tolbachik

- Bradaczekite, a new mineral species from the Tolbachik volcano - Canadian mineralogist - lien

- Mineral data - Bradaczekite.

- Mineral data - Filatovite.

- Minearal data - Burnsite

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

kl-group.jpg

Le Klyuchevskoy est le plus haut volcan du Kamtchatka, avec ses 4835 mètres.

Il fait partie de l' ensemble volcanique "Klyuchevskaya", qui comprend le Kamen (Pierre), le Bezymyanny (sans nom) , le Plosky (plat), le Tolbachik, l'Zimina, l'Udina, l'Ushkovsky.

 

 

klch1.jpg

Vue aérienne du groupe Klyuchevskaya: de gauche à droite, le Zimina, le Tolbachik le Bezymianny (fumant), le Klyuchevskoy, le Kamen, et le Ushkovsky.

Le flanc NE du Klyuchevskoy est parsemé de cônes pyroclastiques.

Doc. VAPodtabachny / A. Khrenov - inst.Volcanologie Petropavlovsk.

 

P1110443-copie-2.jpgLa neige Klyuchevskoy, et des cônes pyroclastiques parsèment les flancs E, vu de la terre ferme. - © Carole et Frédéric Hardy

 

Depuis sa création il ya 6.000 ans, ce stratovolcan symétrique a produit de nombreuses éruptions effusives et explosives d'intensité modérée, entrecoupées de longues périodes d'inactivité.

Plus d'une centaine éruptions de flanc se sont produits pendant les 3000 dernières années, parsemant le flanc est de cratères et de cônes répartis le long de fissures radiales entre 500 m et 3.600 m. d'altitude.

Les éruptions qui ont eu lieu au 17ème siècle ont considérablement modifié la morphologie du cratère sommital.

 

Klyuchevskoy---Sh.Rose-Pittsburgh-University.JPG

 cratère sommital du Klyuchevskoy - Photo Sh.Rose - Université de Pittsburgh.

 

Un bref examen de certaines éruptions des 20 et 21 siècles  permet de se rendre compte des différents types d'activité - en résumé dans le tableau ci-dessous:

 

Klyu-.-historique.jpgLocalisation des éruptions et changements dans les hauteurs fond du cratère (points noirs) entre 1968 et 2007. - Doc. Zahrinov & Demyanchuk 2008 / KVERT.

 

1980 : éruption à la fois au sommet et le flanc, avec l'ouverture d'une fissure de plus de 1 km. sur le flanc NE.

1985 : 1-2 Décembre, la lave fait fondre la glace et produit un lahar qui descend la rivière Kamchatka sur 35 km., le panache a atteint 5.200 mètres en 6 minutes, le 1° décembre.

1993 : des fontaines de lave, typiques du Klyuchevskoy sont observés à 400 m. de hauteur au-dessus du cratère, les 04-05.07.93

2005 : en Janvier, les éruptions stromboliennes propulsent des bombes à 300 m. de hauteur, et en Mars un panache s'élève à 7000 m.

 

Kliouchevskoi-05.2007---3206kli2.jpgKliouchevskoy 31.05.2007 - 3206kli4

 

Photo de gauche: l'activité strombolienne et les coulées de lave 05,2007

Photo de droite: deux panaches distincts - le panache sommital est responsable du nuage noir ; à la jonction coulées et glace, se développe un panache de vapeurs blanches.

doc. Y. Demyanchuk / KVERT.

 

 2007 : entre Février et août, l'activité strombolienne est intense, avec des coulées de lave, des lahars et des panaches de cendres. Point culminant, le 29.06.2007, une éruption  "vigoureuse" produit un panache de cendres atteignant 8000 mètres au cours d'une période de 8 heures, et provoque de profonds changements dans la morphologie du sommet; le cône de scories qui était présent disparait au profit d'un profond cratère.

Août 2010 : activité strombolienne modérée.

 

P1110258-KL---CH-copie.jpg

                 08,2010  activité strombolienne nocturne - Carole et Frédéric Hardy ©

P1110391.JPG

 Le panache se mélanges aux nuages pour assombrir le ciel, créant une atmosphère dramatique 08,2010 - © Carole et Frédéric Hardy

 

Sources:

- Global Volcanism Program - Klyuchevskoy

- KVERT - volcan Klyuchevskoy - lien

 

 

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

  Cette revue des volcans du Kamchatka se fait dans le cadre de la rubrique "Parole aux lecteurs" et grâce aux photos du couple d'amis volcanophiles Carole et Frédéric Hardy, qui viennent de visiter la péninsule avec "Aventure et Volcans", et que je remercie pour son partage d'images.


P1120338.JPGCarole et Frédéric, au Gorely, en août 2010. - doc. © Carole et Frédéric Hardy


                                                     *     *     *     *     *     *     *


Situé au nord de Petropavlosk, le Karymsky est un stratovolcan régulier dont le flanc nord est nappé de coulées de lave récentes; il présente un cratère sommital de 200 m. de diamètre.

Karimsky---map-aeic.alaska.edu.jpgCe cône régulier d'une hauteur relative de 900 mètres (1.549 m. au dessus du niveau marin) est au centre d'une caldeira de 12 km² - 6,5 sur 5 km. - entourée de remparts de 50 à 150 mètres.

Sa caldeira recoupe le côté sud du volcan Dvor, daté du Pléistocène et se trouve au nord de la grande caldeira Polovinka, qui contient elle-même les caldeira Akademia Nauk (ou Akademii Nauk) et Odnoboky.

Carte Aeic.alaska.edu.

 

P1110108.JPGLe cône et la caldeira du Karymsky - activité strombolienne régulière du cône toutes les 20 à 40 minutes - © Carole et Frédéric Hardy

 

La caldeira qui abrite le Karymsky résulte d'un évènement cataclysmique, daté de 6.600 ans, et qui a produit 5-7 km³ d'éjectats dacitiques à rhyodacitiques. (le GVP renseigne : 7.600-7.700 ans et des volumes de 13-16 km³)

Le cône actif s'est construit au cours des derniers 5.100-5.300 ans, avec une période de repos entre 2.800 et 500 avant JC.

Il se compose majoritairement d'andésite (59-62% SiO2), contenant un assemblage assez constant de clinopyroxène, orthopyroxène, plagioclase et magnétite.

Son activité au 20°siècle révèle des cycles d'activité moyens d'environ 8 ans (1908-1915, 1921-1925, 1929-1935, 1943-1947, 1952-1967, 1970-1982, 1996-en cours). - selon Pavel Izbekov, Université d'Alaska - Fairbanks.

 

P1100829.JPG

Depuis l'hélicoptère, seul moyen pour atteindre la zone, le volcan Karymsky, à l'avant-plan et plus loin, le lac Karymsky (Akadamia Nauk) et les rives des caldeiras imbriquées. - photo © Carole et Frédéric Hardy

 

L'Akademia Nauk , aussi connue comme le lac Karymsky, localisée 9 km. au sud du Karymsky, est une caldeira située au sud du volcan Karymsky, sur une même faille.

C'est aussi une caldeira de 4 km. de diamètre,occupée par un lac, construite dans la caldeira Polovinka, 15 km. de large, et datée du milieu du Pléistocène ( il y a entre 28.000 et 48.000 ans).

La caldeira Polovinka abrite donc trois structures : le stratovolcan érodé Beliankin, actif durant la période postglaciaire, la caldeira Odnoboky (5 km.sur 4) et la caldeira Akadamia Nauk.

Deux maars, dénommé Akadamia Nauk et Karymsky, ce qui prête à confusion, se sont formés ensuite, respectivement sur les bords sud et nord du lac de caldeira. Le maar Karymsky est consécutif à une éruption datée de 6.500 ans et forme une petite baie.

 

L'éruption commune de 1966 complique encore la compréhension de cet ensemble : le Karymsky, en repos depuis 13 ans, a vu son activité sismique augmenter graduellement, pour culminer, le 1 janvier 1966, avec un séisme de magnitude 6,9.

 

2105kar3.png

L'éruption simultanée du Karymsky, à droite et de l'Akadamia Nauk, à gauche.

Doc.archive inst.volcanologique et sismologique du Kamchatka.

 

Le 2 janvier, une éruption simultanée (moins de 12 h. d'intervalle) touche le cratère sommital du Karymsky et un nouveau centre éruptif, situé à 6 km. dans la caldeira Akademia Nauk. Cette phase hydroclastique courte produit en une petite journée 40 Mm³ de tephras. Le lac a perdu sa couche de glace; les explosions y engendrent des vagues hautes de plusieurs mètres qui s'abattent sur les bords. Pendant ce temps, l'activité effusive et/ou strombolienne de type andésitique du Karymsky continue son chemin.

Les volcanologues constatent que les produits des deux éruptions diffèrent au niveau composition chimique : andésite pour le Karymsky, et basalte pour Akademia Nauk.

Des mesures géodésiques montrent une extension perpendiculaire à la faille reliant les deux évents éruptifs, avec une amplitude maximale de 2,3 mètres. Cet endroit d'extension maximale est interprété comme étant l'axe d'un dyke de nature basaltique qui s'est introduit, en suivant la ligne de faille, entre les deux centres éruptifs.

Voir carte ci-dessus : ligne de faille en rouge, extension en orange.

L'hypothèse a été avancée de la pénétration de la portion crustale du système magmatique du Karymsky par un dyke basaltique, action qui a déclenché la libération de magma andésitique à partir d'un réservoir placé à un niveau plus élevé.

 

P1100824.JPG

Le cône du Karymsky, dégagé entre deux explosions, est recouvert de coulées de lave émises au cours des 200 dernieres années. - © Carole et Frédéric Hardy  

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Karymsky

-                                            - Academia Nauk

- Eruption Karymsky 1996 Detailed petrologycal study of a single basalt-triggered eruption cycle -Pavel Izbekov

- Lave-volcans, Karymsky - fiche

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Liens web et bibliographie

 

 

Galeras :

L'Ingeominas a rabaissé le niveau d'alerte à l'orange hier soir, suite à une baisse de la sismicité; l'épisode éruptif a permis la libération partielle de la pression accumulée au sein du système volcanique ... toutefois, une vigilance particulière reste de rigueur, étant donné la présence superficielle de matériel magmatique.

Les chutes de cendres ont affecté des localités situées à moins de 30 km. du volcan.

Un survol par les volcanologues a permis de mesurer le taux de SO2 élevé et de relever la présence d'un nouveau cratère, responsable des émissions de cendres. Celui-ci doit faire l'objet d'une évaluation de terrain.

Les recommandations officielles d'évacuation, qui concernaient 8.000 personnes, n'ont pas été suivies; seulement 300 personnes se sont déplacées vers les refuges prévus.

 

Etna :


Etna-25.08.2010---Elia-Finocchario.jpgEtna - épisode éruptif du 25.08.2010 - photo Elia Finocchario - Etnaest.com/Facebook.

 

Quelques commentaires du Dr.Boris Behncke de l'INGV - Catania, sur divers sites web (Eruptions - Facebook) :

l'évènement d'hier semble de nature "phréatomagmatique", ce qui selon ses dires, serait "un cauchemar", puisque ce type de manifestation volcanique ne présente que peu de signes sismiques précurseurs. Le 5 juillet et le 8 août, la Bocca Nuova fut marquée cependant par de petites explosions et effondrements. Des retombées de cendres ont été remarquées à Trecatagni, où il a élu domicile.

Il rappelle aussi, qu'en 1979, neuf touristes furent victimes d'un pareil épisode imprévu.

 

Autre nouvelle : le site de l'INGV comprendra dorénavant des mises à jour en anglais/italien, ce qui facilitera leur lecture par le plus grand nombre.

Lire la suite

1 2 3 4 5 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog