Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages


La péninsule du Kamchatka, située à l'extrémité est de la Sibérie, et bordée d'une part par la mer d'Okhotsk, d'autre part par la mer de Béring, est entièrement d'origine volcanique. Elle s'étend sur 1.250 km. de longueur et 450 km. de largeur, pour une superficie avoisinant les 400.000 km².

Sa formation est liée à la subduction de la plaque Pacifique sous la plaque Eurasienne, à raison d'une moyenne de 10 cm. par an. La subduction a engendré la formation de deux chaînes volcaniques parallèles, orientées NE-SO., séparées par une vallée où coule la rivière Kamchatka.

Dans un contexte de confrontation géopolitique entre les deux grands blocs "ennemis" au moment de la mise en place de la théorie des plaques tectoniques, on se trouve en présence de deux interprétations : subduction sous la plaque Eurasienne ou sous la plaque Nord-américaine.

 

Okhotsk_Plate_map-fr.pngSubduction de la plaque Pacifique sous la plaque Eurasienne - notion de micro-plaque Okhotsk (associée à la plaque eurasienne) - Doc.Sting / sous CC-BY-SA - 2006

 

Pour comparaison, ci-dessous le schéma de l'USGS 2006 qui inclut la péninsule du Kamchatka dans la plaque Nord-Américaine. A noter : ces deux schémas datent de 2006.

L.A.V.E. retient aussi cette interprétation.(voir Photothèque L.A.V.E.)

 

Tectonic_plates-fr-copie.png

 

Peu importe qu'on englobe le Kamchatka dans la plaque Eurasienne ou Nord-Américaine, l'essentiel, pour expliquer la présence de volcans à cet endroit faisant partie de la ceinture de feu du Pacifique, est le mécanisme de SUBDUCTION d'une plaque sous une autre.

La subduction a entraîné également la formation de la fosse Kouriles-Kamchatka, profonde de 10.500 mètres, entre la péninsule et l'océan Pacifique.

 

EGE076.F1 - Petrology Oxford journal
                Doc. Journal of Petrology - réf. en sources - usage non commercial.


 
General plate tectonic position of the Kamchatka arc and the location of the transect in northern Kamchatka (shaded band). The depth to the Benioff zone is from Gorbatov (1997)Go. Sampled volcanoes are marked by shaded symbols. CKD borders are from Masurenkov (1991). SR, Sredinny Ridge; CKD, Central Kamchatka Depression; EVF, Eastern Volcanic Front. Inset shows detail of the NCKD (North Central Kamchatka Depression).

 

L'activité sismique y est importante (pour témoin, le dernier séisme de 6,5 le 24.08.2010 à 200 km. de Petropavlosk), ainsi que l'activité volcanique, marquée par   volcans actifs, des sources chaudes, des solfatares et des geysers, les seuls de la plaque Eurasienne.

 

holocene.jpgKamchatka - les 2 chaînes volcaniques, la dépression centrale, la limite de subduction, la fosse Kouriles-Kamchatka. Doc.  Institute of Volcanology and Seismology


Les volcans anciens du groupe ouest sont inactifs, à l'exception de l'Ichinsky; la chaîne est possède une trentaine de volcans actifs, appelés "groupe Klyuchevskoy" du nom de l'édifice le plus élevé.

 

La péninsule du Kamchatka fut "découverte" au 18° siècle par l'explorateur danois Vitus Bering, pour le compte du tsar Pierre 1°. Déclarée zone militaire après la deuxième guerre mondiale, elle est restée interdites aux étrangers jusqu'en 1992, en raison de la présence d'infrastructures militaires ultra-secrètes.

La majorité des 402.500 habitants est russe; les koriaks - 13.000 personnes - forment la minorité la plus nombreuse et vit au nord, en Koriakie. La densité de population y est très faible : 0,7 habitant au km²; sa répartition est inégale, 300.000 personnes résidant à Pétropavlosk, la capitale.

 

Petropavlovsk_Kamcatskij_Volcan_Koriacky_in_background.jpgPetropavlosk - le port et la ville sont dominé par l'imposant volcan Koriacky. - doc. english wikipedia.

 

Pygargue-Steller.jpgLe climat y est rude, froid et humide. La couverture neigeuse perdurant 10 mois sur 12, le Kamchatka reste le domaine de la nature sauvage où l'on trouve l'ours brun arctique, des saumons à profusion, quelques rares oiseaux dont l'aigle de mer de Steller (Haliaeetus pelagicus).

Pygarge de Steller - doc.wikipedia

Découvrir toutes ces merveilles se mérite, et les camions 6x6 ainsi que l'hélicoptère sont les bienvenus pour accéder au pied de certains volcans isolés.

 

46136_10150260051620495_528465494_15549184_2059006_n.jpg

                                                              © Frédéric & Carole Hardy


 

Sources :

- Global Volcanism Program - volcanoes of Kamchatka - la liste

- Sources and fluids in the mantle wedge below Kamchatka, evidence from across-arc geochimical variation -

T.Churikova, F.Dorendorf & G.WörnerJournal of Petrology Volume 42 Number 8 Pages 1567-1593 2001 © Oxford University Press 2001

- Oiseaux.net - Pygargue de Steller.

- Steller's sea eagle -lien

- répertoire de liens sur le Kamchatka - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Etna_20100825_Emot_13090900.jpg

 

Les affaires reprennent... deux éruptions sur  la journée !


Cette fois, c'est au tour de l'Etna de se manifester :

selon l'INGV, une forte explosion a secoué la Bocca Nuova aujourd'hui à 15 h.09 locale avec émission d'une panache montant à plus de 1.000 mètres ; elle a été suivie d'une série d'émissions de cendres, qui a diminué au bout de 20 minutes.

Les matériaux émis en début d'activité sont qualifiés de "chaud" : la caméra thermique de la Montagnola a enregistré une température supérieure à 170°C.

Cet évènement est le plus important d'une série qui a secoué la Bocca Nuova depuis le 5 juillet.

 

Source : INGV - rapport du 25.08

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

2009-11-02-05.57.01-Galeras---Ingeominas.JPG

                            Galeras - photo Ingeominas 11.2009

 

L'Ingeominas signale dans son rapport du 25.08 - 7 h. que le Galeras est entré en éruption. La nouvelle est reprise par les agences de presse Reuters et Associeted Press.

Un panache de gaz, vapeur et cendres a été expulsé ce matin à 4 h. locale (9 h. GMT). Cette éruption a été qualifié de "faible niveau d'explosivité".

D'après la croix-rouge Colombienne, 278 personnes ont été évacuées des environs du volcan.

De Pasto, situé à proximité du volcan, on peut voir des émissions pulsatilles de gaz et cendres atteignant environ 300 m. au dessus du sommet. Des chutes de cendres ont été enregistrées jusqu'à 12 km. du volcan.

L'activité sismique se maintient depuis l'éruption, ce qui caractérise une situation "instable" et fait craindre une autre éruption.

 

Galeras-01.08.2010-Ingeominas.jpg                       Galeras - sommet le 01.08.2010 - Ingeominas.

 

Sources :

- Ingeominas - rapport du 25.08

- Bulletins AP et Reuters

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L'utilisation de Google maps pour des explorations morphologiques de notre planète par les airs se généralise, étant donné que ce processus est fourni gratuitement en comparaison du coût élevé des photos aériennes et la résolution insuffisante des photos satellites.

 

Bayuda_crater_2.jpgBayuda desert - Soudan - structure de type cratérique de 10 km. de large - document Google maps / ABC Science.

 

Des scientifiques de l'institut polytechnique de Turin ont découvert une structure de type "cratère" dans le désert de Bayuda au Soudan. Si elle se confirme ce serait, d'après eux, le deuxième découverte assistée d'un cratère d'impact.

Mais est-ce bien un cratère d'impact, ou est-ce une caldeira d'origine volcanique ?

 

Le désert de Bayuda (Bayouda) est situé au Soudan, au nord de Khartoum, dans la partie est du sahara. Il occupe une boucle du Nil, entre les 4° et 6° cataractes.

436px-GD-EG-Cataractes_du_Nil-copie.jpg                                             Dessin de Gérard Ducher (user : Néfermaat)


Le GVP signale pour sa part que le "Bayuda volcanic field" est situé dans le désert de Bayuda. Plus de 90 centres éruptifs, alignés grossièrement sur une ligne ONO-ESE. furent construits, sur un socle granitique datant du précambrien et du paléozoïque, près de la zone centrale du désert de Bayuda. La plupart des évents sont des cônes de scories égueulés; 10% sont des cratères d'explosion, dont le plus grand, nommé Hosh ed Salam, a des mensurations importantes : 1.300 m. de large et 500 m. de profondeur.

Les basaltes jeunes de ce champ volcanique sont datés de moins de 5.000 ans, âge de la fin de la période "humide" au Soudan ... une coulée de lave la moins érodée est datée d'il y a 1.100 ans seulement.

 

Bayuda-volc.field---Nasa-space-shuttle.jpg

Le champ volcanique de Bayuda, construit sur un socle granitique, zone sombre visible en bas à droite de la photo - document NASA Space Shuttle image ISS004-711-20, 2002 (http://eol.jsc.nasa.gov/).

 

Bayuda-desert---salt-lake----inognidove.it.jpgBayuda volcanic field - lac de cratère, salé, fréquenté par les tribus nomades.

Doc. inognidove.it.


Volcan ou caldeira, quoiqu'il en soit, ceci nous suggère que la seule façon d'en avoir le coeur net, c'est d'aller examiner sur place le type de roche en présence ... une analyse de terrain primera toujours sur une photo.

Mais la polémique aura eu comme avantage de mettre en lumière le volcanisme peu connu de cette région intéressante à plus d'un titre.

 

Des prospections archéologiques récentes ont montré que cette région abritait, entre moins 2.500 et moins 1.500, un état prospère  comprenant le Gebel Barkal, et peut-être Kourgous, la frontière égyptienne sous Thoutmôsis, ainsi que la route "des 40 jours", Darb el-Arbain, route reliant la mer Rouge à l'Afrique profonde à la période méroïtique.

 

gebelbarkal11a.jpg à gauche, détail du mur sud de la grande salle d'Abou Simbel

 

 

 

 


 

Gebel Barkal Felsnadelà droite, le Gebel Barkal avec sa tour de pierre symbolisant l'Uraeus à couronne blanche.

Documents Egyptologie Forum - Gebel Barkal.

Plus de détails sur ce site.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources :

- ABC Sience - 16.08.2010 - Scientist googles crater find

- Global volcanism Program - Bayuda volcanic field

- Egyptologie Forum - Gebel Barkal

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Galeras-2010-01-03-08.05.18.jpg                       Le Galeras en janvier 2010 - photo Ingeominas.

 

L'Ingeominas a relevé le niveau d'alerte du volcan Galeras du jaune - changement de comportement - à l'orange - éruption probable en terme de jours ou semaines, hier vers 15 h.

Après un séisme de 4,3 le 22.08, on en a enregistré hier, à 11 h.02,  un autre de magnitude 3,4 localisé à 1,97 km. sous le sommet.

Ces séismes sont liés à une intrusion magmatique sous le dôme actif; celui-ci semble ne plus avoir qu'une activité fumerollienne réduite ... et les conditions sont donc réunies pour la mise en place d'une activité de type explosif.

 

A suivre de près !

 

Source ;

Ingeominas

  - reporte extraordinario del 23.08.2010

  - reporte evento sentido 23.08.2010

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Juste pour le plaisir des yeux, je vous propose "une symphonie volcanique en rouge et noir", qui sublime le volcan Equatorien Tungurahua, grâce au partage d'images du Dr. José Luis Espinoza Naranjo, médecin et photographe amoureux de son pays et de ses paysages.

 

29683_413586454296_800854296_4023262_3565639_n.jpg

 

 

29683_413586544296_800854296_4023274_7224749_n.jpg

 

 

29683_413586634296_800854296_4023283_7552070_n.jpg

 

 

29683_413586524296_800854296_4023270_4034314_n.jpg

 

 

29683_413586414296_800854296_4023257_7367366_n.jpg

 

En point d'orgue, grâce au jeu du temps de pose, du diaphragme et d'une vitesse adéquate, un tableau impressionniste de l'éruption du Tungurahua :

 

29683_413041624296_800854296_4012234_5142820_n-copie.jpg

 

Merci à José Luis de nous avoir permis de rêver en "negro y 41675 800854296 9369 nrojo", couleurs qui collent à la peau des volcanophiles.

 

D'autres belles photos de l'Equateur dans un prochain article de "l'art sur les chemins du feu".

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

L'activité de Sakurajima est intense en 2010, avec une recrudescence depuis mi-août. Le satellite Earth Observatory 1 de la Nasa nous procure une photo du volcan, avec simultanément un panache chargé de cendres dérivant vers l'ouest et une coulée pyroclastique qui emprunte le flanc est. Le panache est monté, selon le VAAC Tokyo, à 2.700 mètres.

 

sakurajima_ali_2010231.jpg

NASA Earth Observatory image by Robert Simmon, using ALI data from the NASA EO-1 team. Caption by Robert Simmon.- 19.08.2010

 

Le Sakurajima est un îlot volcanique de 80 km²situé à quelques emcablures de l'île de Kyushu, dans le sud de l'archipel Nippon. Sa construction a débuté il y a 13.000 ans sur le périmètre sud de la caldeira Aira, résultante d'une éruption massive datée de 22.000 ans. Ce volcanisme est à inclure dans le schéma général de la subduction de la plaque Philippine sous la plaque eurasienne.

Ce jeune stratovolcan est formé de deux édifices alignés N-S. , le Kita-Dake et le Minami-Dake. Sur le flanc de ce dernier, un évent latéral s'est installé, le Naka-Dake.

 

aG-Kita-Dake---aD-Mina-Dake---S.Takeuchi.JPG         Sakura-Jima :  à gauche , le Kita-Dake et à droite, le Mina-Dake.

             photo Geological Survey of Japan - Takeuchi S.

 

Cratère Kita-Dake et àD Naka-Dake        Sakura-Jima :  le cratère du Kita-Dake et à sa droite, le Naka-Dake

         Doc. Geological Survey of Japan - H.Seo 2004

 

Activité volcanique :

Le "vieux" Kita-Dake eut une activité brève, il y a 22.000 ans; il fut suivi par le "jeune" Kita-Dake actif entre 11.500 et 3.500 avant JC.

Ensuite, les nombreuses éruptions sont à la base de l'édification du Minami-Dake, qui recouvre partiellement le flanc sud de son ainé. 

Trois éruptions majeures ont marqué son activité dans les temps historiques : 1471, 1779 et 1914.

Celle de 1914 , la  plus démonstrative, la plus récente, et la plus connue, interrompt brutalement un siècle de sommeil. Le 12 janvier 1914, après plusieurs alertes, un énorme nuage de fumées, accompagné de détonations, s’élève à 18 kilomètres au dessus du volcan. A Kagoshima, de l’autre côté du détroit, un séisme associé tue une dizaine de personnes, et fait quelques centaines de blessés. Retour sur l’île-volcan où deux énormes coulées de lave, échappées de fissures ouvertes à Est et à Ouest, avalent les villages et les cultures, avant de plonger dans la mer. Cette lave qui s’écoule dans l’eau comble partiellement le détroit qui sépare le volcan de la ville de Kagoshima. Et depuis l’éruption de 1914, le Sakurajima est relié à l’île de Kyushu par un isthme, ce qui n’empêche pas de prendre un ferry pour aller à Kagoshima, en vingt minutes de traversée. En 1914, sur la – désormais – presqu’île, les dégâts sont énormes, maisons enfouies sous les cendres, bâtiments écroulés, brûlés par les nuées ardentes, aux toitures crevées par les bombes de feu. Sur les 18 villages voisins du volcan, 7 ont disparu. Il n’y pas de victime parmi les habitants, évacués à temps. Le volcan est à peine calmé que la population commence à regagner Sakurajima,  pour y vivre à nouveau.

 

Sakurajima-eruption-01.1914---coll-R.Wilson.jpg   Sakura-Jima : l'éruption de janvier 1914 - Doc. collection R.Wilson (1926-27)          conservé à Swarthmore College Peace Collection.


Trois décennies plus tard, en 1946, le volcan récidive. Une coulée de lave s’échappe vers la mer, de fortes explosions accompagnent ce réveil. Et depuis 1955, les habitants de Sakurajima composent avec les très fréquentes manifestations du volcan, plus de 200 explosions par an, une moyenne qui peut grimper jusqu’à 400. 

En 2009, il y a eu 669 avertissements, contre 80 l’année précédente.

 

3204sak3.jpg     Cartographie des coulées de lave - doc. Geological survey of Japan.

 

Quelques excellentes photos de l'activité du volcan fin 2009-début 2010, par le trio M.Rietze- Th.Boeckel- R.Roscoe, illustrent l'activité récente (en cliquant sur la photo ci-dessous) :

 

2009-10---Sakura---Th.B.jpg

 

Sources:

- Geological survey of Japan - Sakura-Jima - lien

- Global Volcanism Program - Sakura-Jima

- Decade volcano SakuraJima - lien

- From Etna to Stromboli - Kyushu island 2009/2010 - par Th.Boeckel, que je remercie.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Galeras-2001-crateres-Ingeominas.jpg

                          Cratères du Galeras en 2001 - Ingeominas.


L'augmentation de la sismicité dans la partie sommitale du volcan Galeras a fait l'objet de son placement en statut "amarillo -III".

Dans son rapport spécial du 22 août, il résume les différents séismes volcano-tectoniques qui ont secoué l'édifice, en relation avec une intrusion et une montée magmatique, accompagnée de fracturation des roches.


Reporte_extraordinario_actividad_volcan_galeras_22_ago_2010.jpg


Reporte_extraordinario_actividad_volcan_galeras_22-copie-1.jpg

 

Ces séismes sont tous caractérisés par une profondeur superficielle, un à deux km. de profondeur par rapport au sommet; cinq d'entre eux ont été ressenti dans la région (voir tableau annexe - attention, il s'agit de l'échelle d'intensité de Mercali).

L'état actuel de réactivation du volcan est similaire à celui de 2004.

 

Galeras-2005.png  Carte des risques établie en 2005 par l'observatoire de Pasto /Ingeominas

  Seul le flanc sud est peu concerné par les coulées pyroclastiques.

 

Source :

- Ingeominas - instituto Columbiano di geologia y mineria

  rapport spécial du 22.08.10 - lien.

- Global Volcanism Program - Galeras.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Une gigantesque explosion a été enregistrée par les radio-télescopes de la Nasa : elle provient d'une galaxie elliptique faisant partie de la constellation de la Vierge, située à 50 millions d'années-lumière de notre terre.

 

m87---05.08.2008.jpg          M87 - image du 05.08.2008 - Nasa's Chandra X-ray observatory.

 

m87_xray_radio.jpg          M87 - image du 18.08.2010 - Nasa's Chandra X-ray observatory.

 Credit: X-ray (NASA/CXC/KIPAC/N. Werner et al); Radio (NRAO/AUI/NSF/W. Cotton)

 

Une image de synthèse, fournie par le Nasa's Chandra X-ray observatory & NSF's VLA (very large array), nous donne une vague idée du phénomène.

Elle combine une image basé sur l'émission de rayons X (image bleue) et une image radio (image rouge-orange) .

 

m87_xray.jpgm87_radio.jpg

 

La constellation entourant M87 est emplie de gaz chauds - irradiant en lumière X - qui se condensent au centre de la galaxie pour former de nouvelles étoiles.

La constellation est parcourue de "jets" de particules très énergétiques produites par un trou noir, qui interfèrent avec les gaz en cours de refroidissement; cette rencontre produit des ondes de choc dans l'atmosphère galactique.

Le trou noir, découvert par Hubble, a une masse équivalente à un milliard de soleil; une spirale de gaz géante y est chauffée à des millions de degrés, produisant ainsi une grande quantité de rayons X.

 

m87_label_sm.jpg             Schéma interprétatif de l'image combinée radio/ X-ray.

 Credit: X-ray (NASA/CXC/KIPAC/N. Werner et al); Radio (NRAO/AUI/NSF/W. Cotton)

 

 

p-scale3_flip.gif.jpgLongueur d'ondes des rayonnements par rapport à une échelle de température en Kelvin.

 

Cette explosion montre que le volcan alimenté par le trou noir est d'une efficacité totale pour débarrasser la galaxie des gaz qui auraient formé, en se refroidissant, de nouvelles étoiles.

 

Un phénomène comparable, à une échelle beaucoup plus petite, permet de comprendre le phénomène : L'éruption de l'Eyjafjalajökull en Islande a été caractérisée par des émissions de gaz chauds, générant des ondes de choc perceptibles au passage dans le brouillard de cendres.

On s'aperçoit ici d'une application terrestre et galactique des mêmes lois physiques.

 

Sources:

- Galactic supervolcano in action - lien

- The very large array - radiotélescopes du Nouveau Mexique - lien

- Chandra X-ray observatory - 18.08.2010 - lien

- Black hole found in unexpected place - Wired Science - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Mythes et légendes.

 offrande.jpg

          Offrande matinale dans les fumées du Bromo - photo JM Kiener .


Les Tengger, peuple d'agriculteurs vivant dans les montagnes de Java-est, sont d'obédiance indo-bouddhique, Mahayana.

Chaque année, ils célèbrent la céremonie dite du Kesada au cratère et à la mer de sable du Bromo.

 

Cette cérémonie date du règne du roi Braijaya, du royaume de Majapahit. Elle est conduite par un prêtre et un chamane et se passe, hors temple en grande partie, dans la caldeira du Tengger. Cette gigantesque caldeira abrite, outre le Bromo toujours actif (2.392 m.), d'autres volcans : le Segarawadi Kidul (2.661 m.), le Segarawadi Lor (2.650 m.), le mont Kursi (2.581 m.) et le Batok (2.470 m.).

 

BromoCloseup.jpgLe cône fumant du Bromo - on remarque l'escalier permettant de gravir la pente finale (centre de la photo) et le temple au pied du Batok, dont on ne voit qu'une pente à droite.


Les fidèles, accompagnés des officiants, gravissent les marches menant au cratère du Bromo, chargés d'offrandes. Après quelques prières, les offrandes de riz, légumes, victuailles diverses et volailles en tout genre sont jetées dans le cratère, perpétuant ainsi la légende.

 

La légende à l'origine du Kesada :

La reine du royaume de Mojopahit donna naissance à une fille , prénommée Roro Anteng; elle se maria avec Joko Seger, un jeune homme de la caste des Brahmanes.

Les jeunes gens durent s'exiler vers l'est du royaume, fuyant l'avancée islamique au 15° siècle. Dans leur exode, ils rencontrèrent un énorme massif de montagne, défendu par l'âpreté de ses pentes et là, une terre riche se prêtant bien à la culture. Le nom "Tenger" dériverait d'ailleurs des dernières syllabes de leur noms respectifs : Anteng et Seger.

La région d'adoption prospéra sous le règne du couple Roro et Jaka. Mais ceux-ci n'étaient pas pleinement heureux, ne sachant pas avoir de descendance.

Peiné de la chose, ils gravirent le mont Bromo et implorèrent l'aide du dieu. Celui-ci les assura d'une nombreuse descendance, à la condition expresse de sacrifier leur dernier né, en le jetant dans le cratère du volcan.

Après avoir donné naissance à 25 enfants, le moment fut venu d'honorer leur promesse. Comme ils ne pouvaient se résoudre à sacrifier leur fils préféré, le dieu s'est impatienté ... une série de calamité s'abbatit sur la région; les récoltes séchèrent sur pied, le volcan fit pleuvoir des cendres. Ils essayèrent bien de se cacher, mais partout où ils allaient, ils étaient poursuivis par la colère divine. Passant à proximité du Bromo, le feu sortit du cratère et s'empara de Baden Kusuma.

Avant s'être entrainé dans le cratère, le jeune prince dit : "Mes bien-aimés frères et soeurs, j'ai été sacrifié par nos parents pour me présenter devant le dieu Hyang Widi. Soyez en paix et vivez en toute prospérité sans oublier de perpétuer le culte. En souvenir de ce jour, je vous demande de vous livrer à une cérémonie annuelle le 14° jour du Kesada, au moment de la mi-lune, en faisant des offrandes de nourriture et de bétail ".

Cette cérémonie était et est faite en souvenir de lui, qui avait été offert au dieu pour que les calamités déjà connues ne se reproduisent pas.

 

20081101110204.jpg

                        Bromo - prières sur l'étroite plate-forme sommitale.

 

DSC05013-01.jpg               Préparation des offrandes, en équilibre au bord du goufre.


L'imprévisible volcan Bromo :

Le Bromo est un volcan très actif : au 20° siècle, il est entré 22 fois en éruptions, qualifiées de VEI 2-3 pour la plupart des évènements.

Le 21°siècle n'est pas en reste : en 2002, éruption de VEI 2

et la dernière en 2004 : le 8 juin, une éruption phréatomagmatique a tué trois personnes et blessé de nombreux visiteurs; cette éruption a duré 20 minutes, expulsant un panache de cendres et poussières à plus de 3.000 mètres; les retombées de cendres et lapilli furent concentrées sur un rayon de 300 m. autour du cratère, mais le panache détecté à plus de 75 km., au mont Kelud. (source VSI)

 

08.06.2004--Kyosho-Nisi.jpgBromo - éruption de juin 2004 - photo du panache mixte, prise par Kiyoshi Nishi, volcanologue, 9 minutes après le début de l'éruption; on devine le temple hindouiste au pied du Batok, à droite de la photo. / GVP.

 

Mtbromo-crater.jpgLe fond raviné du cratère - remarquez la teinte jaune des dépôts soufrés à gauche de la base du panache. - doc. Wikipedia.

 

Le cratère, large de 1.000 m. et profond de 300 m., est accessible au prix d'une "veritable descente aux enfers", dans de la cendre molle et glissante ; dans le bas, la chaleur et le fort dégazage soufré (H2S et SO2/ vapeur d'eau) limite l'exploration ... masque conseillé ! La remontée s'effectue le plus souvent à quatre pattes.

 

Sources :

- Des volcans et des hommes - Ph.Bourseiller & J.Durieux.

- Global Volcanism Program - Bromo - Tengger caldera

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog