Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Dans la journée de Dimanche, l'activité du volcan s'est un peu ralentie :

La bouche n°1 (celle située à plus grande altitude) n’est plus active, on aperçoit encore des petites projections de lave dans la bouche n°2, mais seule la bouche éruptive n°3 alimente désormais la coulée, avec une diminution marqué du débit.

 

17.10.10-bouche-3-active.jpg

En avant-plan, la bouche n°1 est éteinte, on distingue encore un peu d'activité dans la bouche n°2, la bouche n°3 reste active. Photo aérienne d'Andréa Di Mauro - 17.10.2010 - OVPF/IPGP.

 

La coulée a été déviée vers le sud par l'obstacle que constitue le cône du Gros Bénard. "Le Gros Bénard" est le nom du cratère né d’une éruption qui remonte à 1972, nommé de façon facétieuse en hommage à Roland Bénard, ce photographe qui a longtemps immortalisé le Piton de la Fournaise et a été de toutes les expéditions réunionnaises des Krafft. C’est l’allure massive de ce cône volcanique, par analogie avec la stature du photographe, qui a inspiré ses parrains.

Le front le plus avancé de la coulée arrive dans une zone sableuse claire avec lequel la coulée de lave contraste, on peut ainsi distinguer les contours à l'oeil nu.

 

coulees-et-gros-menard.jpg

A droite, le "Gros Bénard", cône qui a dévié les coulées - photo A.Di Mauro OVPF/IPGP.

 

Le front le plus avancé est froid, aux alentours de 130°C. Un autre lobe situé plus en amont constitue maintenant la partie la plus chaude de la coulée, aux alentours de 250°C.
De manière générale, l'avancée de la coulée s'est ralentie du fait de sa progression sur un terrain moins pentu et d’une décroissance du taux d’émission de lave à la source.

Le volume de lave total émis est estimé à environ 600 000 m3. Pour mémoire les éruptions post-2007 ont produit des volumes moyens inférieurs à un million de mètres m3.

 

Ce matin, l’écoulement du magma se poursuit et se stabilise. Dans cette phase la formation de tunnels dans le champ de lave est possible.

Le trémor (vibration liée à l’écoulement du magma) a fortement diminué (1/7 par rapport au début de l’éruption). Un faible nombre d’événements volcano-tectoniques (liés à la fracturation des roches) a été enregistré (7/jour). L’événement de plus grand magnitude (énergie) (M : 1.4) a eu lieu à 23h:53. Sa localisation a été à 1600 m de profondeur sous le cratère sommital Bory.

Le gonflement du volcan reste stable, avec la base et le sommet du volcan en inflation.

Une diminution des émissions de gaz et de l’énergie thermique irradiée est à mettre en corrélation avec la diminution du trémor éruptif.

 

Source : OVPF - Observatoire Volcanologique du Piton de La Fournaise - rapports du 17 et 18 au matin.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Gobustan State Reserve 04 azaerbaidjan

                            Volcans de boue Azeri - gobustan state reserve

 

_1626310_volcano300.jpg« Une grosse explosion, suivie d’une énorme flamme couronnant la colline … une flamme incroyablement grande, haute d’environ 300 mètres, entourée d’une épaisse fumée noire, et de projections de boue.

Cet incendie gigantesque a duré cinq minutes ; puis une nouvelle explosion importante, qui a calmé l’incendie … les flammes diminuant à hauteur de 10 à 20 mètres. Elles pouvaient être vues à 15 km. le jour de l’explosion, mais brûlaient encore, bien qu’à un niveau inférieur, trois jours plus tard. »

C’est ce que relate le correspondant de la BBC à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, le 29 octobre 2001 .

Ce récit correspond en fait à l’explosion d’un volcan de boue, comme cela se produit tous les 20 ans environ dans ce pays qui compte 400 de ces structures, soit plus de la moitié des volcans de boue existant au monde. Ils ont ici fort variés : du petit cône métrique à d’autres plus importants de 4 m. de haut, ils atteignent parfois les dimensions d’une colline de plusieurs centaines de mètres. La boue émise, en même temps que des gaz et de l’eau, est froide.

112_381_map_mud_volcano.jpgLes principaux sites sont le cratère Firuz, la réserve d’état du Gobustan, Salyan et la Caspienne.

 

Les volcans de boue ne sont que le signe visible de la présence de grandes réserves de gaz et pétrole dans le sous-sol de l’Azerbaïdjan et de la mer Caspienne. Les infiltrations gazeuses constituent un phénomène annexe, et il n’est pas rare de constater des flammes qui habillent les collines environnant Bakou.

 

azerbaidjan - Lokbatan mud volc. - BGR                          Azerbaïdjan - Lokbatan mud volcano - doc. BGR


Ces flammes ont été considérées comme objet surnaturel dès l’antiquité et l’apparition de la religion Zoroastrienne il y a plus de 2.000 ans dans cette région est fortement en relation avec ce phénomène géologique. Le nom même de l’Azerbaïdjan dérive du mot perse signifiant « feu ».

La religion initiée par Zarathoustra est une nouvelle conception de la religion basée sur la tolérance, le respect d’autrui, l’encouragement au bien et la lutte contre le mal … elle date de 2.500 ans, bien avant Bouddha, Confucius et Lao Tseu. Première tentative monothéiste, le zoroastrisme a profondément influencé les religions révélées du moyen orient : judaïsme, christianisme et islam, tout en gardant la tradition du culte du feu.

 

Caspienne - téthys -Fermeture de la Téthys et formation de la mer Caspienne - Mouvements tectoniques et failles associées - (ndlr : il faut lire "Tectonic plate movement ...)


Comme vu dans le cas des volcans de boue européens, les volcans Azeri sont tributaires des réserves de boue et de sable formées à plusieurs kilomètres sous terre et remontées par des forces compressives. Ceci se passe dans un contexte ancien de fermeture de la Téthys suite à la remontée de l’afrique. Il y a moins 5 millions d’années, suite à une intense évaporation, la Téthys va s’assécher avec production de dépôts de sels (évaporites) atteignant jusqu’à 3.000 m d’épaisseur. Suite à la compression tectonique, l’Azerbaïdjan et la Caspienne sont parcourus de nombreuses failles.

 

azerb. GM - rita WillaertVolcan de boue Azéri - boue liquide, bulles de gaz, boue craquelée - photo Rita Willaert

   

Toutes les conditions de formation des volcans de boue sont réunies :

Zone de faiblesse dans la croûte terrestre, associée à des dépôts sédimentaires et des niveaux de sel importants, à la présence de gisements d’hydrocarbures, et une mise sous pression par des gaz.

 

caspian_sea_oil_gas-2001-copie.jpg          Infrastructures gazières et pétrolières de la région de la mer Caspienne

   

"Montagne de feu et volcans de boue" ... un résumé azéri par morolau /YouTube.

 

 

Sources :
- Azerbaïdjan - mud volcanoes
- Azer.com

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

La situation du volcan a évolué un peu ce samedi :

De quatre bouches éruptives émettant des projections et de petites fontaines (rapport de 10h.30), on est passé à seulement deux bouches émettrices. Les bouches aval et amont se contentent de dégazer.

 

cameraBert-16.10.10-13.42.jpg               Webcam du Piton de Bert  ne laissant voir qu'un dégazage.

                                       - 16.10.2010 13h42 - OVPF


Niveau sismicité : le trémor, vibration liée à l'écoulement magmatique, était continu mais modérément fluctuant. Les séismes volcano-tectoniques, liés à la fracturation des roches, étaient de niveau faible (2/jour).

Les coulées ont progressé de 1.600 mètres, pour un dénivelé de 220 mètres, à une vitesse estimée de 40 mètres par heure, sans formation de tunnels de lave, qui auraient permis une progression plus rapide.

 

mesure-temp.-cam.therm.-a.Di-Muro---Clicanoo.jpgMesures de températures à la caméra thermique par Andrea Di Mauro, directeur de l'OVPF  -  photo Clicanoo.re


La température de la lave à la source est de 1.100°C; par contre, les coulées se refroidissent rapidement, présentant une croûte sombre, de température moyenne mesurée à 150°C ...ce qui les rend peu visible de jour.

 

cam.therm.-16.10.10.jpgImage thermique de la coulée de lave (vue depuis le sud-est) prise le 16/10/2010 depuis l'hélicoptère. On aperçoit au fond les projections et le dégazage associés à la zone éruptive. Le trajet des coulées actives se traduit par des températures plus élevées. Les coulées se rejoignent pour former un unique front actif visible au premier plan. (ADM  OVPF/IPGP)


L'utilisation d'images thermiques permet par contre de bien repérer les contours de la coulée unique et de différencier les zones chaudes : croûte à 150°C, fissures en bordure de coulée à environ 400°C.

 

Ce Dimanche, le rapport matinal de l'OVPF rapporte une éruption "en cours et alimentée" avec des projections et fontaines de lave d'une dizaine de mètres sur deux bouches.

Le trémor est continu, mais en baisse; Le nombre de séismes VT, volcano-tectoniques, est en hausse avec 10 évènements/jour.

Niveau déformations : tendance à l'inflation dans la portion sommitale du Piton de La Fournaise, déformations stables sur le site éruptif et faible dans les "grandes pentes".

Les émissions gazeuses (SO2, CO2, HCl et vapeur d'eau) concernent les secteurs sud et ouest de l'enclos et sont en diminution.

 

Source : OVPF - rapports de samedi et dimanche

Images : OVPF et Clicanoo.

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La Sicile possède plusieurs sites où s’illustrent le volcanisme boueux ; le plus célèbre d’entre eux est connu sous le nom de Maccalube di Aragona ( macalube, Occhiu di Macalubi).

 

Vulcanelli_di_Macalube_near_Aragona_Sicily_--Mjobling.jpg                               Vulcanelli di Macalube - photo Mjobling.

 Les textes anciens et la légende confirment le côté « remarquable » attribué depuis l’antiquité au phénomène, vraisemblablement connu depuis l’âge de bronze puisque situé à proximité de nécropoles datées de cet période. Platon le mentionne dans ses écrits, le Timée, où il relate un voyage effectué en 367 avant JC sur une invitation du tyran Denys de Syracuse. D’autres écrivains anciens mentionnent le site : Aristote, Pline l’ancien.

De nombreuses légendes parlent du phénomène ; l’une d’entre elles rapporte qu’à cet emplacement, une cité aurait été engloutie suite à une offense faite à une divinité locale. Tous les sept ans à minuit,un coq chanterait au centre de la colline, ce qui ferait resurgir la place du marché. La légende prétend que si une personne, se trouvant là, parvient à surmonter sa peur et se rend sur la place du marché sans se retourner, tout ce qu’elle achètera se transformera en or.

Les Arabes, puis les Normands qui ont occupé tour à tour la Sicile, décrivent le phénomène : le nom de Maccalube dérive de l’arabe Maqlub signifiant chavirement.  

Le site ne sera analysé géologiquement qu’au 18° siècle par le géologue Déodat Gratet de Dolomieu. (description sur le site de Dominique Decobecq ). 


934940004.jpg

Topographie shématique du site Vulcanelli di Macalube - doc. Riserva Naturale Macalube di Aragona.


Maccalube-di-Aragona.jpgSchéma simplifié d'alimentation du volcan de boue - doc. Riserva Naturale Macalube di Aragona. 


La zone se trouve, comme dans le cas des volcans de boue de Berca (Roumanie) , à l’axe d’un anticlinal, bordé au nord et au sud , respectivement par les synclinaux d’Aragona et d’Agrigento. L'anticlinal montre des affleurements de marnes argileuses et d’argiles du Tortonien (fin du Miocène - entre 11,60 et 7,24 Ma).

La Collina dei Vulcanelli - photo aérienne Google.

foto_aerea_macalube.jpgAu centre de cette zone, les Maccalube forment une colline, la collina dei Vulcanelli, de teinte grise variable, à la surface découpée par des fissures de dessiccation et hérissée de petits cônes tronqués d’une largeur et hauteur pouvant aller jusqu’à un mètre, vides ou remplis d’une eau boueuse, montrant des pulsations témoins d’une alimentation intermittente. Des coulées s’en échappent, qui présentent des fissures longitudinales, séparant la zone centrale « à écoulement rapide » des bordures « à écoulement plus lent ».

 

Maccalube---il-giornale-di-pachino.jpgCône émettant une coulée fluide , sur base d'anciennes coulées craquelées - doc. il giornale di pachino.

 ARAGONa-fotografia.jpg

Cône "strombolien" avec une coulée récente qui se craquèle sous l'effet de la chaleur ambiante - doc. Fotografia Aragona.


Les émissions boueuses sont froides ; la température des eaux est voisine de 17°C en surface.

La boue remonte sous l’effet d’émissions spontanées de gaz, principalement du méthane (94-97%)  associé à du CO2, du CO, de l’argon, de l’azote, de l’oxygène, de l’hélium.

L'origine des gaz n'est pas précisée et selon diverses hypothèses, ils pourraient provenir d'une roche-mère située vers 5 km. de profondeur, ou d'émissions dues à la décomposition d'hydrates de méthane piégés dans les argiles tortoniennes.

Cette activité "tranquille" est parfois interrompue par des périodes d'éruptions pouvant remanier le site ; la dernière a eu lieu le 11 août 2008 dans l'après-midi : les projections atteignirent une quarantaine de mètres de hauteur et se déversèrent sur 4 km², déclenchant la panique dans la bourgade de Santa Barbara, déjà secouée la matin par un séisme.

 

Les volcans de boue du versant sud-ouest de l'Etna : les Salinelles de Paterno et Belpasso.

Les Salinelles de Paterno occupent trois sites autour du village du même nom:

- Simeto, le site n°1,est situé à l'ouest du bourg près de la rivière Simeto.

salfig6- Stadio, site n°2, jouxte le terrain de sport, facilement accessible, mais bordé d'ordures. L'instabilité du sol requiert de la vigilance, sous peine de prendre un bain de pied désagréable.

- le site n°3, Vallone Salato, est situé au sud-est de Paterno.

Chaque site couvre plusieurs milliers de m².

Comme aux Maccalube, les boues sont froides, de température moyenne égale à 17°C; par contre, les gaz porteurs diffèrent en composition : les gaz principaux sont du CO2, majoritaire, du méthane, de l'azote et de l'hélium; une odeur d'H2S imprègne les salinelles.

L' Etna est statistiquement un gros pollueur, du fait de son dégazage important. Les cratères émettraient 10% du CO2 planétaire d'origine volcanique. Ce gaz émane aussi des régions situées en altitude plus basses, où une épaisseur moindre des couches imperméables à dominante argileuse favoriserait son passage.

Au 19° siècle, les rapports d'époque mentionnent des fontaines d'eau boueuse allant de 50 cm. à 3 mètres, avec une température moyenne de 46°C. Ces paroxysmes "boueux" correspondent à des évènements sismiques régionaux. Aujourd'hui, l'activité se résume à l'émission de quelques bulles et des mofettes.

La forte salinité, la faible teneur en sulfates et l’absence de variations saisonnières dans la composition chimique indique qu’il s’agit d’eaux associées à des dépôts d’hydrocarbures.

L'étude de ces gaz pourrait cependant se révéler être une indication précieuse du processus évolutif du volcan... en phase pré-éruptive, les micro-fractures rocheuses accroissent en effet la perméabilité du sol , favorisant le passage des gaz accumulés sous l'édifice volcanique.

 

nuovo-28.jpg    Schéma hydrogéologique de la partie sud-ouest de l'Etna - document Ninni Gallina

 

Paterno---BB-2008---2.jpg   Salinelles de Paterno - photo avec l'aimable autorisation de Boris Behncke 2008.

 

Sicilia---Colata-di-Fango-dalle-Salinelle-del-V_ne-Salato-2.jpg     Belpasso - Salinelle del Vallone Salato - coulée boueuse - doc. geositi.net

 

 

  Sources :

- Riserva naturale Macalube di Aragona - lien

- Les volcans de boue - par D.Decobecq

- I vulcani di fango del basso versante sud-occidentale dell'etna - Pietro Carveni & al. - geositi.net

- Vulcani di fango del basso versante sud - P.Carveni & al. - univ. Catania. - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les volcans de boue de Berca - Vulcani noroioşi en roumain - sont situés près de la ville de Buzau, dans l'est des Carpates. Ce site est le plus important parmi les nombreux sites de volcans de boue de la Roumanie. Bien que relaté au 19° siècle, suite à leur découverte en 1867 par un prospecteur pétrolier français, H.Cognand, ces volcans n'ont vraiment été étudiés que dans le début des années 2000.

 

15 schniukov BT-2

Schéma topographique des champs de volcans de boue (d'après Dicu 2005 in Schniukov)

 

5030335834_4b0a7d1052_b-JMM.jpg

                       Berca - vue générale - ©J-M. Mestdagh

 

Le site d'une superficie de 30 hectares abrite deux champs importants, séparés de 3 km; ils sont appelés:

- Pâclele mari ("grands brouillards" en roumain) - 338 m. - 45,20N-26,42E, situé au sud

- et au nord, Pâclele mici ("petits brouillards") - 327 m. - 45,21N-26,42E.

Ils se situent tous deux à la verticale de l'anticlinal appelé Berca-Arbănaşi, d'une longueur d'environ 20 km.

Le sous-sol y est caractérisé par des formations salines imperméables et riches en hydrocarbures, traversées de failles, voies d'échappement de la boue (eau mélangée aux argiles) vers la surface sous la pression des gaz. Ces gaz  proviennent des couches pétrolifères situées à 200-300 m. de profondeur et sont constitués principalement de méthane et gaz organiques.

Les émissions sont constituées de boue froide et sont émises de façon permanente; les structures formées sont des cratères qui surmontent une formation en plateau due à l'accumulation des boues éruptives.

La formation de ces boues est due à un lessivage des marnes et grès pétrolifères par de l'eau salée propulsée par des gaz émanants des profondeurs (3.000 m.). Une fois transformées en boues chargées en hydrocarbures, elles sont stockées sous pression à une profondeur moindre avant d'être remobilisées.

 

coupe-volcans-boue-Roumains.gifCoupe au niveau des champs Paclele, situés à l'aplomb de l'anticlinal Berca-Arbănaşi - doc. coupe d'après G. Etiope et al., in Terra Nova 16, 2004.

 

Cette activité est à relier au contexte de subduction de la plaque africaine sous la plaque Eurasienne, à raison de quelques millimètres par an, qui engendre une mobilité tectonique importante dans la région de l'arc des Carpates. Des mouvements de subsidence concerne la plaine de Buzau, où 2 mm. de tassement par an sont remarqués. Cette subsidence a changé le cours de la rivière en 1969 et provoqué un affaissement des nappes phréatiques, accélérant ainsi la remontée de la boue.


5029742775_ab517676ed_b-JMM.jpg

Selon la texture de la boue, se forment des "cônes" où glougloute la boue (ci-dessus) ou

si elle est plus fluide, des coulées "cordées", qu'on pourrait qualifier "d'hawaiienne, si pas de coulée pahoehoe" (ci-dessous) - ©J-M. Mestdagh

 

5029731961_192bf07aa6_b-JMM.jpg

                                                                                ©J-M. Mestdagh


5030375330_32b7800a16_b-JMM.jpgLes boues se dessèchent ensuite en se craquelant, parcourues par des coulées, qui respectent le déplacement sinueux des fluides, en y créant des méandres. -

©J-M. Mestdagh

 

5029729499_1c690bddd4_b-JMM.jpg         Convulsions au sein d'une bulle en formation - ©J-M. Mestdagh

 

  A la surface de la boue se forme des efflorescences où se retrouve du borax, caractéristique des processus de volcans de boue roumains

 

5029749927_229f8793d4_b-JMM.jpg

      Sommet d'un gryphon, terme qualifiant ce cône de boue - ©J-M. Mestdagh


Outre le risque possible d'une "éruption" qui pourrait projeter boues et brèches en hauteur, la dégradation des paysages est certaine ... seules y poussent quelques plantes, dont la RO_BZ_Berca_Mud_Volcanoes_nitraria_schoberi_fruit.JPG"garduraritsa" - Nitraria Shoberi, plante hermaphrodite halophile (qui a besoin de fortes concentrations salines pour vivre) originaire d'asie centrale et ici en limite extrême ouest de distribution. photo Radu Ana Maria.

D'autres halophiles, telles que l'Obione verrucifera, s'y rencontre aussi.

 

5029741645_84909b1e53_b-JMM.jpgMessage expressif mais éphémère, sur ce résumé de structures boueuses : boue craquelée, coulée onctueuse et petit cratère égueulé. - ©J-M. Mestdagh

 

Merci à mon ami, Jean-Michel Mestdagh, pour son partage de photos toutes récentes.

 

 

Sources :

- Mud-volcanoes of Romania. Preliminary data on the mineralogy of Pâclele Mari and Pâclele Mici Mud-Volcanoes - by E.F.Schniukov & al.

- Etude des volcans de boue Paclele Mari et Mici de Berca (Buzau) à partir d'images RSO Envisat à l'aide de la technique d'interférométrie différentielle (DinSAR) - par K.Hachemi, A.Abdellaoui, F.Grucu, A.Ozer et G.Visan.

- SVT Nancy-Metz - les volcans de boue de Berca - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

L’éruption en cours sur le Piton de la Fournaise est stable.

L’activité volcanique se traduit par de petites fontaines de lave reparties le long de la fissure éruptive et qui alimentent une coulée de lave qui progresse en direction de l’est, sud-est.

 

Jouissez du spectacle grâce à cette vidéo mise en ligne par Clicanoo - images de Guy Abalain, qui précise que le "tremblé" des images est du aux mouvements de la terre !

 

 

 


 

Une visite effectuée vendredi par les équipes de l'OVPF nous donne des détails sur la situation au site de l'éruption:

 

"Quatre petits cônes se sont installés le long de la fissure éruptive qui s’est ouverte hier soir à 19h10, formant une boutonnière. L’activité de fontaine de lave se concentrait principalement sur trois d’entre eux. Plusieurs bras de coulées de lave émergeants à la base de ces cônes se rejoignent en une seule coulée qui a parcouru environs 1,6 kilomètre de distance en direction de l’est, sud-est. Cette coulée de lave est alimentée lentement mais de manière soutenue. Même si la topographie de la zone lui permet de s’étaler (en moyenne 2 mètres d’épaisseur), la coulée s’approche lentement du haut des Grandes Pentes.
Les températures les plus importantes mesurées aux points d’émission de lave sont de l’ordre de 1100 °C.
Enfin, les quantités de gaz volcaniques émis a proximité immédiate des bouches éruptives étaient importante, compliquant les opérations de mesures et de prélèvement."

Depuis 2007, c'est la première éruption à se produire hors du cratère Dolomieu.

 

carte_sentier_cratere_dolomieu.jpg            Localisation du site éruptif -Chateau fort - au sein de l'enclos Fouqué.

                         D'après doc. Fond cartographique.

 

L'enclos Fouqué reste fermé et le point d'observation officiel est fixé au Piton de Bert.

 

Sources :

- OVPF rapport du 15.10 - 19 h 45 locale

- Clicanoo.re - journal de la Réunion.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Fournaise-15.10.10.jpg

                         Premières photos de l'éruption - 15.10.10 - ImazPress.


Rapport explicite de l'OVPF du Vendredi 15.10 :

 

VENDREDI 15 OCTOBRE - 05h40 (GMT+4)

(toutes les heures citées correspondent à l’heure locale)

BILAN : éruption en cours à proximité du site du "Château Fort" dans le secteur secteur sud-est du volcan, dans l’enclos Fouqué.
Cette éruption est associée à la remontée d’un dyke (conduit d'alimentation) sous le cratère sommital Dolomieu, suivi par sa migration latérale en direction sud-est.
L'éruption à commencé hier, jeudi 14 octobre 2010 à 19h11 (GMT+4).

Sismicité :
- Le trémor (vibration liée à l’écoulement du magma) est stable et continu aujourd'hui 15 octobre.
- La sismicité volcano-tectoniques (liés à la fracturation des roches) est a un niveau moyen avec environ 3 séismes par heure depuis 3h00 (GMT+4) aujourd'hui 15 octobre.

Déformations :
Le gonflement associé à l’intrusion du magma a atteint 20 cm au sommet (bord sud du Dolomieu) et 30 cm dans le secteur affecté par l’éruption.
Depuis le début de la journée du 15 octobre les réseaux de mesure indiquent une tendance à un léger dégonflement au sommet ainsi qu'une tendance au gonflement dans le secteur du Château Fort.

Gaz :
Des mesures en situ devraient être réalisés par l’équipe de l'OVPF dans la journée du 15 octobre. L'objectif de ces mesure est d'identifier un possible apport de magma profond.

TENDANCE POUR LA MATINÉE DU 15 OCTOBRE : Éruption stable et en cours.

 

Fournaise-2---15.10.10.jpg

Les coulées sont importantes - l'échelle est donnée par l'hélicoptère, à droite -  photo ImazPress.

 

Sources :

- OVPF - Observatoire Volcanologique du Piton de La Fournaise

- Imazpress - "Volcan : le grand spectacle".

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

En 2006, un volcan de boue est apparu sur l’île de Java ; sa force destructrice et l’énorme impact écologique de ce phénomène ont monopolisé un temps les médias.

Bien que connus et vénérés depuis des millénaires, les volcans de boue demeurent un phénomène peu analysé jusque dans la dernière décennie.

 

Home_sunk_by_mud_flow-Sidoarjo.JPG         Indonésie, Java - volcan de boue Lusi - doc. Geological society.


Les volcans de boue sont le résultat de phénomènes géologiques particuliers, ...on parle ici de "volcanisme sédimentaire", donc rien à voir avec le volcanisme traditionnel

Qu’ont-ils alors de commun avec les volcans ?

Une morphologie commune, bien qu’à échelle différente : ils présentent tous deux un cône, un cratère, des émissions, et leur dynamique est liée aux gaz. Le matériel expulsé est cependant de la boue et non de la roche en fusion ou des cendres ... la qualité rhéologique de la boue va déterminer l'apparence du volcan : de type strombolien, si la boue est pâteuse, de type hawaiien, si elle set liquide.

Comme les volcans, ils sont présents tant sur les continents, où on a identifié plus de mille structures, que dans les océans, où les plaines abyssales et les pentes continentales en contiendraient dix fois plus.

 

photo.JPG

     Roumanie - Berca - cône volcanomorphe et coulées de boue - ©J-M. Mestdagh

 


z-IMG_8982-copie.jpg                   Etats-Unis - Yellowstone - Mud volcano - © Bernard Duyck

 

 

Où les trouve-t-on ?

 Pour l’Europe, les principales zones connues sont l’Italie, avec les Apennins, la Sicile et les îles Eoliennes, l’Islande, la Roumanie, la mer Noire, la mer Méditerranée au large de l’Egypte. En Asie, on en trouve en Iran, en Azerbaïdjan, au Baloutchistan, en mer Caspienne, aux îles Andaman, en Chine et en Indonésie. L’océanie n’est pas en reste, avec ceux de Nouvelle-Zélande. Et les Amériques en présentent sur leur partie nord, en Alaska, au Yellowstone (avec ici une nuance : on aurait affaire à des pots de boue - mud pots - et pas à des volcans de boue - mud volcanoes -), à Salton see et dans le golfe du Mexique ; en Amérique centrale, les Caraîbes et le Costa Rica en sont pourvus et en Amérique du sud, c’est vers la Colombie ou le Vénézuela qu’il faut se tourner.

 

kopf2002-2                   Distribution continentale des volcans de boue - Kpof 2002.

  Gas hydrate bearing sediments - USGS

Carte de distribution des zones off-shore de sédiments porteurs de gaz hydrate- doc. USGS.

Worldwide distribution of confirmed or inferred offshore gas hydrate-bearing sediments.


Ce petit tour d’horizon, non exhaustif, nous montre différentes structures, les unes froides, les autres chaudes et bien fumantes. Une association à des dépôts pétrolifères, au méthane et autres gaz d’hydrocarbures caractérisent les volcans de boue froids. Les boues plus chaudes sont quant à elles associées au géothermalisme lui-même dépendant du volcanisme, soit de point chaud, soit de zones de subduction, et à des émissions de sulfure d’hydrogène, de CO2 et d’hélium e.a.


Les volcans de boue apparaissent préférentiellement dans deux types de milieux.

- Tout d'abord, dans les zones de subduction. L'espace laissé libre entre les deux plaques est naturellement comblé par des sédiments qui s'accumulent, formant un prisme d'accrétion. Ensuite, les sédiments piégés sont expulsés : c'est l' éruption de boue. Des volcans de lave aussi apparaissent dans ce contexte.

mode-elimination-des-fluides---subduction.jpg
- Un autre contexte d'apparition est possible dans les deltas des grands fleuves. L'accumulation de couches successives de sédiments amène une compaction des couches profonde; selon le taux d'élimination de l'eau, on peut avoir un niveau boueux qui sera progressivement mis sous pression jusqu'à "éruption".

 

 

Sources :

- "Rien à voir avec le volcanisme traditionnel" - interview de béatrice Ledésert, université de Cergy-Pontoise / Journal du net.

- LAVE - revue n°139 / juillet 2009 - divers articles.

- Géol'images - fiche n°12

- USGS mud volcano - lien


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Autrement dit, le volcan est entré en éruption.

Le piton de la Fournaise est entré en éruption ce jeudi 14 octobre 2010 à 19 heures 10. L’observatoire volcanologique indique que la fissure éruptive se situe dans l’enclos au niveau du site Château Fort, c'est à dire au sud du cratère Dolomieu. Les volcanologues devraient effectuer une reconnaissance sur le terrain ce vendredi matin. Les premiers signes de réveil de la Fournaise ont été notés par l’observatoire le samedi 14 août. L’agitation est plus ou moins constante depuis cette date.

En conséquence, le préfet de la Réunion a déclenché à 20h, l’alerte 2-2 du plan ORSEC Volcan : "Eruption en cours". Une reconnaissance plus complète aura lieu ultérieurement
L'accès du public à l’enclos Fouqué, que ce soit depuis le sentier du Pas de Bellecombe ou depuis tout autre sentier ainsi que le poser d’hélicoptère dans la zone du volcan sont interdits jusqu’à nouvel avis.

 

Voici le rapport lacunaire de l'OVPF :

" JEUDI 14 OCTOBRE 2010 - 19:11 (GMT +4)

Une éruption volcanique est en cours depuis 19h10. Elle est localisée à proximité du site de Château Fort situé à l'intérieur de l’enclos Fouqué, au sud-est du cratère Dolomieu.

L'éruption présente pour l'heure un débit stable.

Plus d'informations disponibles dans un prochain bulletin."

 

05.04.2007-DSC03427.jpgPhoto d'archives de l'OVPF / TH.Staudacher 05.04.2007 - Fissure éruptive dans l'enclos ... la situation va-t-elle se reproduire ?

 

Le Piton de La Fournaise est toujours aussi imprévisible ... comme rien ne se passait vraiment, le journal de l'île posait, le 13, la question de savoir s'il ne fallait pas rouvrir l'enclos, et mettait en balance l'intérêt touristique ...pour ne pas dire la pression des intérêts commerciaux en période d'affluence touristique.

 

Sources :

- OVPF - Observatoire Volcanologique du Piton de La Fournaise.

- divers média : Clicanoo - Zinfos 974 - Associeted Press

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Petit break avec une superbe vidéo à regarder en HD et avec le son "à fond". (lien vers l'original)

 

 


 

 

Source : Arkadius  - site à consulter par tous les amateurs de "belles images en musique".

Un bonus pour mettre de la couleur dans la journée qui débute :

 


                         

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog