Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le Stromboli et l'Etna se manifestent :

 

Etna :

Ce 22 décembre à 4h.46 GMT, une forte explosion a secoué l'évent ouest de la Bocca Nuova, générant un petit panache qui a dérivé instantanément en direction nord-est; une petite retombée de cendres a affecté Linguaglossa.

Ci-dessous, vue de la webcam thermique de la Montagnola, et de l'anomalie thermique vue de Nicolosi.

 

 

Etna_20101222_thermal_hrz.jpg

 

Stromboli :

Au moment où un rapport prétend "modéliser l'activité du Stromboli", il nous rappelle qu'il est seul maître à bord !

Le 19 décembre, à 9h.56, l'évent "S" situé dans la partie sud de la terrasse a démenti toute prédiction : une première explosion a éjecté des matériaux à plus de 250 m. au dessus de la terrasse.

Une seconde explosion, quelques secondes après, et une troisième à 9h.56 avec un jet pyroclastique à 180-200 m. de hauteur. De la cendre a été dispersée sur les secteurs ouest et nord-est de l'île.

 

Stromboli_20101219_Pizzo.jpg

 

Source : INGV - Catania.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers


 

05.02.10-ThB-4-jpg.jpg

Soufriere Hills / Montserrat - coulée pyroclastique dévalant jusqu'à la mer, suite à l'effondrement du dôme - avec l'aimable autorisation de Thorsten boeckel, le 05.02.2010 - un clic sur la photo vous mène à son site.

 

Les coulées pyroclastiques sont des émissions violentes d'un mélange de gaz magmatiques, de vapeur d'eau, de laves, de pyroclastites (cendres, blocs et débris) projetés latéralement sur les flancs du volcan sous l'effet de la détente des gaz. Ce mélange chaud, >500°C, dévale les pentes sur des distances importantes, et à grande vitesse, 200 à >500 km/h., au voisinage du sol avec un flux plutôt laminaire.

Ce phénomène fut décrit par Alfred Lacroix, utilisant pour se faire l'exemple de l'éruption de la Montagne Pelée, à la Martinique en 1902-1903 : " coulée à pyroclastites chaudes formée de deux parties: une partie basale dense, qui épouse le relief, et un nuage de cendres superficiel, qui masque la précédente ".

 

p-366-flow-section-crop----Fisher-1982.jpeg                       Coupe d'une coulée pyroclastique - doc. Fisher 1892.

 

Elles peuvent résulter de l'écroulement partiel ou total d'un dôme, ou de l'effondrement d'un panache volcanique émis lors d'éruption de type plinien ou peléen.

La zone exposée dépend du type d'éruption :

- l'effondrement d'une colonne plinienne alimente des coulées pyroclastiques qui concernent tous les flancs du volcan.

- l'effondrement d'un dôme donne des coulées pyroclastiques orientée dans une direction principale, du fait de l'orientation du phénomène explosif initial; l'énergie se trouve concentrée dans un angle faible, ce qui augmente son pouvoir destructeur.

La morphologie de l'édifice va conditionner les trajectoires : interviennent la présence d'un dôme, la pente, la dénivellation. La nuée ardente peut remonter aussi à contre-pente, selon sa ligne d'énergie.

 

Bardintzeff distingue 4 grands types de nuées ardentes, selon deux paramètres, granulométrique et morphologique :

- les nuées d'avalanches (distinctes des nuées ardentes sensu sticto) de type :

* Merapi, où le dôme s'écroule, plus ou moins pulvérisé par une explosion phréatique. ex : Mont Unzen au Japon, Merapi sur Java.

* Arenal (Costa-Rica) avec écroulement d'un dôme à blocs de lave, dont l'intérieur est encore liquide; avec l'éboulement, le magma neuf est libéré sous forme de microponces.

- les nuées ardentes sensu stricto en deux types également:

* Santiaguito (Guatémala), l'explosivité de l'éruption est due à la viscosité du magma et sa richesse en gaz.

* les types Péléen et St Vincent (Caraïbes) , déclenchés par un mélange de magmas et se différenciant selon la morphologie de l'édifice au moment de l'éruption, soit dirigée et associée à une aiguille de lave visqueuse, soit dispersée à partir d'un cratère ouvert.

 

actu-11-9769.JPG            Classification des nuées ardentes - in Volcanologie de JM.Bardintzeff.

 

En pratique, les choses se compliquent; les éruptions passent souvent d'un type à l'autre, comme au Vésuve en 79 de notre ère. Elles peuvent aussi se trouver dans un régime intermédiaire où les deux types d'écoulement coexistent.

 

Ces coulées pyroclastiques constituent un danger majeur; toute fuite s'avérant inutile, la prévision devient capitale !

Rappelez-vous la mort des époux Krafft tués par une nuée ardente qu'ils voulaient filmer à l'Unzen au Japon.

Les causes de décès apparaissent multiples : onde de choc, traumatismes majeurs dus aux bombes et blocs déplacés, effet thermique, asphyxie.

 

D'autres types éruptifs se caractérisent par une mise en place sous forme d'écoulement explosif dirigé : surge et blast.

Les surges ou déferlantes sont considérés comme étant d'un dynamisme éruptif intermédiaire entre retombées et coulées pyroclastiques. Il s'agit d'un écoulement très turbulent, lié souvent à l'effondrement d'une colonne éruptive, et responsable de dépôt recouvrant la topographie avec une épaisseur variable, s'accumulant dans les dépressions.

 

actu-11-9771.JPGSchéma comparatif des dépôts de matériaux volcaniques fragmentés dans les cas de retombées de cendres, coulées pyroclstiques/surges et lahars. - in Volcanism by H-U.Schimncke 


Les blasts sont générés par un glissement de terrain, du à une avalanche ou une coulée de débris, affectant tout le flanc d'un volcan sur plusieurs centaines de mètres d'épaisseur et allant parfois jusqu'à le décapiter. Le magma, en cours d'ascension, se retrouve soudain en subsurface et jaillit d'un coup; des nuées ardentes succèdent au blast initial ... l'exemple type est la phase initiale de l'éruption du St Helens en 1980.

 

Les exemples historiques :

En 79 de notre ère, l'éruption du Vésuve raye Pompeï et Herculanum de la carte.

L'éruption du Vésuve a eu deux phases distinctes; une première phase "plinienne", la colonne atteignant le 24.08.79 la hauteur de 20 km. et créant une pluie de ponces et poussières sur le sud du volcan, recouvrant Pompeï sous 2,5 m. de ponces (diamètre moyen 1 cm.)


dobran-simul-1996.jpeg

Simulation numérique des écoulements pyroclastiques résultant de l'effondrement colonne éruptive du Vésuve. Les couleurs indiquent la température et de concentration pyroclastique, avec indication rouge vif pour les hautes concentrations et bleu pour les faibles. - Flavio Dobran 1996


Une seconde phase, péléenne, est responsable des coulées pyroclastiques du 25.08; les dépôts révèlent que Pompeï fut atteinte d'abord par un surge pyroclastique, laissant un dépôt de 10-20 cm.. Puis s'en suit une coulée pyroclastique responsable d'un dépôt variant de 2 m. à 50 cm. suivant les endroits; peu après, un second surge laisse une couche de 10-20 cm. riche en calcaire et roches volcaniques denses. Le tout est recouvert d'une couche de 70 cm. de retombées de cendres et lapilli accrétionnés (petites boules faites de cendres cimentées par interaction entre la cendre chaude et l'humidité atmosphérique) - observations de Sigurdsson 1982 - et McDonald 1972.

 

vesuve-eruption-79-fig16.jpg           Moulage d'un corps enseveli à Pompeï suite à l'éruption du Vésuve en 79.

 

L'éruption de la Montagne Pelée en 1902 à La Martinique: l'éruption du 8 mai 1902 fut décrite par Alfred Lacroix; elle engendra une nuée ardente qui détruisit la bourgade de Saint Pierre faisant près de 28.000 victimes. D'après ses calculs, la nuée ardente se déplaça à 110 m./sec., les plus gros blocs suivant les vallées, alors que gaz et cendres brûlantes déferlaient sur la ville, n'épargnant que deux personnes. Les températures n'ont guère dépassé 350°C, les victimes retrouvées étant brûlées mais pas carbonisées.

 

8.jpgLa Martinique - Saint Pierre après l'éruption de la Montagne Pelée - doc. archives MHN.Paris

 

En 2010, l'éruption du Merapi a tué plus de 300 personnes, principalement à cause des fortes coulées pyroclastiques; celle-ci ont parcouru des distances énormes, 18 km. le 05.11.2010, à cause de la morphologie convexe des pentes du volcan, qui a permis une accélération de la coulée et un plus long parcours.

 

2010_merapi_16---29.10.10-indahnesia.jpg             Merapi - coulée pyroclastique du 29.10.2010 - photo indahnésia.com

 

27.10.10-Kinahrejo-Beawiharta-Rey-uters.jpgLes environs de Kinahrejo sont entièrement calcinés après le passage de la coulée pyroclastique; les sauveteurs parcourent un village fantôme - photo Beawiharta / Reuters 27.10.2010.

 

 

Sources:

- Volcanologie - de JM.Bardintzeff - éd.Dunod

- Guide des volcans - M.Rosi & al. - éd.Delachaux & Niestlé

- Volcanism - de H-U.Schmincke - éd.Springer

- L'éruption du Vésuve en 79 après JC - par Kaminski et Jaupart / IPGP .

- Phénomènes volcaniques à Pompeï - K.Martini / Virginia.edu

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck

--AFP-29.11.2010.jpg                          Le nuage de cendres du 29.11.2010 au Gunung Bromo - doc AFP


L'éruption du Bromo, toujours en cours, cause des chutes de cendres sur tout le district de Probolingo; diverses localisations sont plus touchées que d'autre ... c'est ainsi que par endroits, la couche dépasse 10 centimètres à Sukapura et Sumber.

La hauteur du panache de cendres oscillait dernièrement entre 600 et 1.000 m. au dessus du cratère. Le trémor a toujours une amplitude de 8 à 30 millimètres.

Selon le PVMBG, il n'y a pas de raisons de faire remonter le niveau d'alerte ; il est simplement recommandé de garder une distance de sécurité par rapport au cratère du Bromo.

 

Au niveau sanitaire, les cendres posent les habituels problèmes respiratoires : des masques sont distribués, ainsi que de la poudre de lait, et la population peut se rendre dans les centres médicaux pour y passer des examens.

Les vents du nord-ouest déplacent le nuage de cendres vers le district de Lumajang, où la cendre est si épaisse par endroit que les récoltes sont perdues. A Argosari, 132 hectares de terrres agricoles ont été endommagées.

 

Cette nuit, deux vols entre l'Australie et Bali ont été interrompus; il s'agit de vols vers ou en provenance de Denpasar. La présence de cendres à une altitude de 6 km a été annoncée par le VAAC Darwin.

 

Sources :

- indahnesia.com

- The Age Traveller 21.12.10

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

C'est quand même mieux que de prédire l'apocalypse pour cette date !

 

aurora over Norway - salomonsen                              Aurore sur la Norvège - photo Salomonsen.

            Les aurores peuvent avoir des teintes variant du vert au rouge-violet.


Notre étoile, vénérée depuis des siècles par diverses civilisations humaines, poursuit lentement son avancée dans le cycle solaire en cours; celui-ci devrait atteindre son maximum en 2012-2013 (Cette mention de l'année 2013 n'est pour le moment (en 2010) que prévisionnelle. Seul un bilan effectué a posteriori vers 2014-2015 pourra permettre de confirmer ou d'infirmer la justesse de cette prévision.) et nous créditer de splendides aurores boréales (et australes), comme en 1958, quand à trois reprises, elles ont pu être apperçue à Mexico. Pour 2013, elle devraient être visibles jusqu'à Rome, au lieu de se cantonner dans leurs latitudes habituelles.

 

Le nombre de taches solaires augmente régulièrement et avec elle, l'éjection de matière coronale dans l'espace. Ce plasma solaire parvient jusqu'à la Terre quelques jours plus tard.

 

Littke-SDO-soleil-er.-versus-terre.jpgComparaison de taille entre la protubérance solaire et la terre, ou Jupiter - la dimension de ce récent filament solaire est gigantesque : 400.000 km. 

Crédit : Frank Reddy - Goddard Space Flight Center, Nasa SDO, Cassini and Apollo 17 (SDO = Solar Dynamic Observatory)

 

La Nasa explique le phénomène :

 

"Tandis qu'elles capturent et stockent l'énergie du vent solaire, les lignes du champ magnétique de la Terre s'étirent très loin dans l'espace. Une reconnexion magnétique libère l'énergie stockée dans ces lignes de champ magnétique, catapultant des particules chargées vers l'atmosphère terrestre. La «reconnexion magnétique» à l'origine des mouvements des aurores polaires est un phénomène commun qui peut être comparé à un élastique qui revient brusquement à sa position initiale après avoir été étiré ".

 

vent-solaire.png

L'entrée de ces particules énergétiques dans notre haute atmosphère se traduit entre autre par l'ionisation des atomes d'oxygène, ce qui donne cette belle lumière verte caractérisant les aurores polaires.

 

Filament_breakDec6-2010---1Mkm.jpg

Les satellites jumeaux du programme "Stereo / Nasa" ont photographié ce filament long d'un million de km. (0,5 radian solaire), le 06.12.2010 - Nasa gallery Stereo.

 

Fin novembre, de superbes aurores boréales ont été photographiées par les observateurs nordiques.

 

2009-2-Orvaratli.jpg

Aurore islandaise - photo d'Orvaratli (rappelez-vous ses superbes photos de l'éruption de l'Eyjafjallajökull.)

Auroramax.jpg                      Aurore Canadienne - sur le site d'"Auroramax".


Outre la beauté du spectacle généré par ces "tempêtes magnétiques", il ne faut cependant pas oublier leurs effets néfastes : elles affectent les télécommunications, les réseaux électriques, les satellites... et risquent de perturber gravement notre mode de vie moderne.

 

Update 07.01.2011 : un fort vent solaire a rencontré le champ magnétique terrestre dans les premières heures du 7 janvier 2011 ... l'impact a créé une tempête géomagnétique de classe G1 (Kp=5) et de belles aurores boréales.

 

Trmoso-novege-2011.01.07.jpg              6-7 Janvier 2011 - Norvège / Tromso - photo Kietil Skogli - Nasa little SDO

 

Sources :

- 421306main_SDO_Logo_flat_full.jpgNasa Little SDO - lien 

- Global eruption rocks the sun - Nasa   Science News

- Auroramax : nouveau site de l'agence spatiale canadienne et sa webcam : aurores en direct. (la nuit au Canada ...tenez-compte du décalage horaire)

- Les éruptions solaires sur ce blog : 27.04.10 - 24.06.10 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

Voir une éclipse de lune n'a rien d'exceptionnel, ce phénomène se reproduit deux à trois fois par an ... cette année, l'éclipse lunaire va cependant coïncider avec le solstice d'hiver, ce qui est plus rare.

 

Fakatselis1.jpgCourtsey of jim Fakatselis - 2003 photo from north shore of Long Island at Makamah Beach, Northport, NY. - d'autres photos sur la Nasa Lunar eclipse gallery - 4 pages.

 

Petit rappel: une éclipse lunaire se produit lorsque la pleine lune n'est plus éclairée par le soleil, suite à son passage dans l'ombre produite par la terre.

 

LEDiagram1c.JPG                           Courtesy of Fred Espenak, www.MrEclipse.com


L'ombre produite par la Terre se compose de deux cônes imbriqués : le cône intérieur est nommé "zone d'ombre", le cône extérieur porte le nom de "zone de pénombre" .L'éclipse peut être partielle si elle passe seulement dans le cône de pénombre, ou si une part de l'astre passe dans le cône d'ombre. Elle est qualifiée de totale, si elle passe entièrement dans le cône d'ombre.

Chaque type d'éclipse est unique et diffère par son apparence.

 

TLE2010Dec21-GMT.GIF

Le trajet et l'horaire des phases de l'éclipse lunaite totale du 21.12.2010 - Courtesy of Fred Espenak, www.MrEclipse.com


 

L'éclipse débutera le 21 décembre, à 1h.33 am EST - soit 6h.33 GMT - et sera visible entièrement en Amérique du nord, Groenland et Islande; en Europe, la fin de l'éclipse ne sera pas visible, car elle va coïncider avec la "disparition" de l'astre nocturne.

Durant 72 minutes, une lumière ambrée va habiller la nuit et créer une ambiance particulière, surtout si la neige est encore présente. Il est cependant impossible de prédire l'exacte coloration : elle peut aller du gris foncé au brun, en passant par tous les stades du rouge à l'orangé. La couleur est en effet dépendante du taux de poussières présentes dans l'atmosphère terrestre au moment de l'éclipse.

 

TLE2010Dec21-Map2.GIF

Carte de visibilité globale de l'éclipse du 21.12.10 ( U1 : début de l'éclipse partielle - U2 : début de l'éclipse totale - U3 : fin de l'éclipse totale - U4 : fin de l'éclipse partielle)   -  Credit: F. Espenak, NASA/GSFC.


Ce phénomène est observable en toute sécurité sans équipement spécial, contrairement aux éclipses solaires. Une bonne paire de jumelles suffit - 7x50 - à défaut de télescope. Seule condition : s'habiller chaudement en fonction des conditions hivernales et de l'heure.

 

Les amateurs se référeront à l'excellent site de Fred Espenak : MrEclipse.com - références en sources - très complet et présentant de superbes photos des précédentes éclipses.

 

N.B. : l'unité de temps "EST", utilisée en Amérique du nord , trouve sa correspondance en unité de temps universel coordonné - "UTC" - en y ajoutant 5 heures. L'heure "GMT" est celle de notre fuseau horaire (Greenwich Meridian Time)  ... c'est aussi l'ancien nom pour l'appellation "UTC", et donc heure UTC = heure GMT, hors complications générées par les heures d'été et d'hiver.

 

 

Sources :

- Nasa Science News - Solstice lunar eclipse

- Nasa Lunar Eclipse Gallery

- MrEclipse.com : Total lunar eclipse of decembre21, 2010 - lien

- MrEclipse.com : Lunar eclipse for beginners - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les thundereggs sont considéré comme "the Oregon State rock" depuis 1965.


On trouve ces "oeufs de tonnerre" - "Thundereggs" -, formés dans des flots de lave rhyolitiques, dans des régions volcaniques telles que l'Oregon aux Etats-Unis, en Allemagne (St Egidien, Gehlberg), au Mexique, en Australie, en France (dans le massif volcanique de l'Estérel - voir article sur "les litophyses de l'Estérel").

Selon les légendes des amérindiens, lorsque les esprits du tonnerre, qui vivent retirés sur les sommets enneigés des monts Hood et Jefferson, sont fachés, ils déclenchent de violents orages  avec des éclairs qui jettent avec violence ces masses de roches sphériques. Ces dieux hostiles obtiennent leurs armes en dérobant les oeufs de "l'oiseau du tonnerre" (Thunderbird) , de là le nom d'oeufs du tonnerre.

Qu'est-ce qu'un "thunderegg" ou une lithophyse ?
Littéralement, une bulle de pierre, du grec lithos, pierre et phusa, bulle.
Les lithophyses sont une des formes de la silice, qui se rencontre communément sous divers aspects : quartz, agate, opale, silex, calcédoine.

D'aspect extérieur non engageant, et ayant une surface irrégulière, pustuleuse, de teinte terne (brunâtre, grisâtre, verdâtre, rosâtre, blanchâtre), ce sont des "objets pétrographiques" de formes sphérique à ellipsoïdale de diamètre variant de quelques centimètres à plus de 20 cm., exceptionnellement plus.


Oregon-thunderegg500.jpg                                             Un thunderegg dégagé et entier - Oregon

thunder-eggs-in-rock.jpg                      Des thundereggs (3 ex.) dans leur contexte minéral  - Oregon .

Ces structures, une fois coupées et polies, révèlent alors leur magnificence: chatoiement des couleurs, variété des formes dessinées par la nature, richesse des incrustations.

Oregon---Lucky-strike-mine---127-112-66-1-07-kg.jpg  Cette litophyse, coupée en deux, provient de la    "Lucky Strike mine" en Oregon.
    ses dimensions :
                    127 x 112 x 66 mm.
                    poids : 1,07 kg.
  Faites bien le rapport !

La même une fois polie et vue de face. Oregon - Lucky strike mine - 127-112-66-1,07 kg - face










Oregon-Friend_ranch-thunderegg---D.Rix.JPG
                           Thunderegg "yellow jacket" - Fried Ranch, Oregon
                                           photo David Rix - Wikipedia.

6-531_Richardsons_Ranch.jpg                     Thunderegg jumelé - Richardson ranch /Oregon

 
Formation des lithophyses :
Les coulées de lave contiennent des vacuoles de gaz, de plus ou moins grandes tailles. C'est à l'intérieur de celles-ci que la silice se dépose en leur donnant dureté et inaltérabilité.
Lorsque la rhyolite se désagrège, ou s'altère avec le temps et les conditions, les lithophyses s'en trouvent dégagées.
La cavité formée au départ - l'ancienne bulle de gaz - se retrouve pleine d'une "eau chaude" intersticielle qui s'est chargée de minéraux par diffusion en passant dans les roches, soit au moment de l'éruption, soit plus tard. Dans cette eau, un gel colloïdal de silice précipite en remplissant plus ou moins la cavité ... il se transformera en calcédoine par le suite.
Ensuite, dans des conditions devenues favorables, les autres minéraux se déposent.
Lorsqu'il reste de l'espace, du quartz (silice cristalline) peut migrer de l'extérieur vers l'intérieur de la cavité et former des cristaux orientés vers son centre. En plus du quartz, d'autres minéraux peuvent venir remplir les lithophyses : l'améthiste, la calcite, la fluorite, la chlorite, l'hématite, etc...

 

actu-12-0086.jpg

 

Cet "objet pétrographique" , en rapport avec le volcanisme, n'est ni une formation métamorphique, ni magmatique, mais hydrothermale (cristallisation à partir de substances dissoutes dans l'eau chaude)

Oregon ---Friend Ranch May 2005 006                 Des chasses aux thundereggs sont organisées en Oregon .
                  Photo D.Thielbar , Ashwood Oregon - Oregon rock club. 
 

 

Conseils de récolte et de traitement :

wp-08.JPGL'ouverture de l'oeuf au lapidaire doit se faire selon un plan perpendiculaire à l'axe de celui-ci; un relevé précis est à faire au moment du prélèvement pour pouvoir obtenir une belle face de présentation.

 

Dangers des thundereggs :

Ne pas commencer de collection ... vous n'en trouverez pas deux pareils !

 

Picture-096thundereggs.jpg

 

Sources :
- Géodes et hydrothermalisme , par P.Thomas
    http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/objets/img_sem/XML/db/planetterre/metadata   /LOM-Img61-2003-11-24.xml
- Oregon thundereggs
- Thunderegg, Oregon's state rock
- Where to find thundereggs in Oregon - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Quelques curiosités botaniques de l'Oregon.

 

La Darlingtonia californica, "the Cobra lily", une plante carnivore


usa-3543-copie.jpg                                            ©JM. Mestdagh

800px-Darlingtonia.jpgDe la famille des Sarrcéniacées, cette plante carnivore a comme aire de répartition, quelques stations en Californie et Oregon, dans des zones humides e.a. des marais spongieux à sphaignes. Elle est vivace et peut être acclimatée en France, à condition de respecter ses exigences au niveau de l'humidité et de la nourriture.

Elle doit son nom à un botaniste américain, William Darlington, qui l'a décrite en 1841.

 

usa-3556-copie.jpgBiotope du Darlingtonia - milieu humide et mi-ombre - ©JM. Mestdagh 

Haute de 40 cm. à 1 mètre, elle présente des feuilles érigées, disposées en rosettes, terminées par une sorte de crosse prolongée par un opercule formé de deux lobes pendants.

800px-Darlingtonia_californica_ne8---N.Elhardt.JPG

 

L'entrée du piège et les fenêtres leurres -doc. Noah Elhardt

 

Les insectes, attirés par le nectar, pénètrent dans l'urne  ... Une fois prisonniers, ils vont chercher à s'échapper en se dirigeant vers la lumière mais vont être trompés par les "fenêtres" (tâches blanches) qui tapissent la partie haute. Ils vont peu à peu s'épuiser et tomber au fond du piège situé dans la crosse tapissée intérieurement de poils qui empêchent la proie de remonter. Ils y seront digérés par des bactéries commensales.

 

DC01DarlingtoniaCalifornicaFlower---jkcarnivores.jpg

            La fleur du Darlingtonia s'épanouit en mai-juin - doc. JK Carnivores

usa-3545.jpgLes feuilles en crosse qui lui ont valu le nom de "plante cobra" - les plantes situées au nord de l'aire de répartition sont plus vertes  -               ©JM. Mestdagh

 

Des souches ... vivantes !


usa-2944-copie.jpg

                               ©JM. Mestdagh

Une forme de vie en groupe marque les "Douglas" qui vivent sur les anciennes coulées de lave, à proximité de Crater Lake. Leurs racines se sont interpénétrées ... chaque arbre, ainsi réuni par les racines, fournit, à un ou plusieurs autres, eau et nutriments. Une fois coupé, la souche reste vivante et présente un bourrelet de cicatrisation net et une écorce en pleine santé.

 

usa-2945-copie.jpg

                           ©JM. Mestdagh

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

... ou quand la Rogue River compose avec le volcan !

 

Déjà son nom évoque la "filouterie" : la région était habitée par les indiens Takelma, qui durent employer la ruse pour défendre leur pays natal contre l'invasion des trappeurs Franco-Canadiens ... ceux-ci les appelaient "les coquins" - "the rogues".

La Rogue River National Forest, dont le statut fut établi en 1908 par Th. Roosevelt, portait anciennement le nom de "Crater National Forest" . Elle fait partie de la Siskiyou Forest, nom Cree pour désigner un cheval à la queue écourtée, animal de trait employé par les Canadiens de l'Hudson Bay Company.

 

usa-2940-copie.jpg

                               ©JM. Mestdagh

La Rogue River prend sa source sur les pentes du Mt. Mazama . Auparavant, le lit de l'ancienne Rogue river  trouvait 198 mètres plus bas ... la vallée fut remplie par des couches de lave superposée (intra-canyon basalt flows) il y a quelques 1,25 Ma., suivies de couches de ponces.

usa-2949-copie.jpg

 

Après avoir coupé la couche de ponce, la rivière a entamé le basalte; elle forme par endroit des gorges, aidée dans son travail érosif, par l'effondrement de tunnels de lave. On en voit des traces sur les parois.

 

©JM. Mestdagh

usa-2950-copie.jpgTraces de tunnel de lave partiellement effondré (centre en haut) et du bouchon de basalte le fermant (en bas - voir le croquis didactique), sur les parois de la gorge entamée par la Rogue River. - ©JM. Mestdagh

 

 

usa-2953-copie.jpgLa Rogue River entaille le basalte pour y former une gorge - ©JM. Mestdagh

 

 

Le courant violent charrie des blocs rocheux qui vont éroder le basalte (étoiles rouges) et en tourbillonnant sur place, y créer des "marmites de sorcières" (étoile jaune).

 

usa 3017 copie 2

                                                                             ©JM. Mestdagh

Lorsque sur son passage, la rivière trouve une portion de tunnel de lave placé dans le sens de sa progression, pourquoi ne pas "jouer à cache-cache" ?

 

usa-3002-copie-2.jpg

 

 

C'est ce qu'elle fait à "Natural bridge"... son passage souterrain peut en faire augmenter la pression lorsque les eaux sont hautes, et elle peut générer de "mini-geysers" lorsqu'un trou se présente dans le toit du tunnel.

 

usa 3003 copie 2

©JM. Mestdagh

 

 

 

 

 

 

 


usa-3007-copie.jpg

La Rogue river s'engouffre dans le tunnel de lave - ©JM. Mestdagh

  usa 3008 copie

Sortie sous pression - ©JM. Mestdagh


usa 3028 copie

Entre les deux, Natural Bridge : le dessus du tunnel de lave en partie entaillé par le torrent - ©JM. Mestdagh

 

Pour suivre, quelques curiosités botaniques, puis géologiques de l'Oregon.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

 

Une petite pause, tout en restant en compagnie des volcans de l'Oregon, et plus spécialement le Mont Mazama, avec son évocation par une peinture de Paul Rockwood.

 

Avant---P.Rockwood.jpg"Mount Mazama just before the destruction of its summit" - Paul Rockwood, 1940

Doc. courtesy of USGS/ Crater Lake Naturel History Association.

 

Comma l'indique son titre, Paul Rockwood a peint le Mont Mazama dans la phase initiale de l'éruption de 5.677 avant JC.

Cette éruption plinienne a développé une énorme colonne de gaz et cendres, dont les cendres ont recouvert l'Oregon, et les états de Washington, de l'Idaho, du Montana et une partie de l'Alberta Canadien. Dans un second temps, la colonne va s'effondrer sous son propre poids et engendrer des coulées pyroclastiques dont les affleurements, baptisés Wineglass Welded Tuf, sont encore visible sur les flancs du volcan.

 

Bien que ce tableau ne reflète pas la réalité, impossible à rendre des milliers d'années après l'évènement, il fait preuve d'une parfaite maîtrise des lumières qui mettent en valeur les reliefs et le panache avec ses volutes en choux-fleur ... un peu trop clair à mon goût. Les gaz bleutés qui envahissent les drainages sont bien dépeints.

Les éclairs liés aux décharges électrostatiques sont bien vus, ainsi que les retombées de cendres à distance du cône.

 

D'autres tableaux du même peintre sont visibles sur le site de "Crater Lake Artwork" / Flickr - Crater Lake Institute.

où vous trouverez des oeuvres exécutées entre 1920 et 1960.  

 

Le Crater lake est lui aussi mis à l'honneur de diverses façons : pour n'en citer que deux, un "quarter" de l'état de l'Oregon et une affiche le célèbrent.

 

Crater_Lake.jpg

 

Ce poster, utilisant le bleu - normal pour le "deep blue lake" -, le violet et les verts, est rendu dans le style des années quarante ... obtenable auprès de Vintage Natural Park posters, il constitue une idée de cadeau à l'approche des fêtes pour ceux qui ont eu la chance de visiter ce site.

 

 La série de posters sur les parcs nationaux fut produite de 1938 à 1941; les noms des artistes et les dates d'émission ne sont pas connus. Les posters originaux, distribués aux Chambres de Commerce locales, étaient uniquement destinés au marketing interne et ne furent pas mis en vente.
Leur nature fragile n'a permit qu'à quelques milliers d'exemplaires de survivre jusqu'à ce jour. De rares images furent sauvées et restaurées à partir de photos en noir et blanc d'époque, par Ranger Doug à partir de 1993.

 

48fe2f1d-00302-05b26-400cb8e1.jpgCe "quarter" , qui a été réédité en 2005, sera apprécié des numismates, qui trouveront ici la description du volcan et de son érption historique.

 

Sources :

- "Crater Lake Artwork" - site du Crater Lake Institute / Flickr

- Vintage Natural Park posters - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Une semaine d'activité au Tungurahua - Equateur :

Entre le 7 et le 14 décembre, des panaches de cendres ont été émis à une altitude variant entre 6 et 9 km. dérivant vers une hémisphère ouest, avec des retombées de cendres entre 8 et 30 km selon les directions.
La nuit du 7 au 8 a vu des explosions stromboliennes éjecter des blocs à 600 m. au dessus du cratère.
Le 9 décembre, suite à une explosion de taille modérée, une partie du matériel volcanique accumulé sur la lèvre nord du cratère s'est effondré et a provoqué une petite coulée pyroclastique qui est descendu dans la quebrada (vallée) de Cusua. Elle a parcouru près de 4 km sur le flanc du volcan mais n'a pas atteint les zones habitées. (Benjamin Bernard sur place, qui a filmé le panache et la coulée pyroclastique.) 


Vidéo d'une explosion suivie d'une coulée pyroclastique au Tungurahua le 09 décembre 2010 à 17:30

 

Les 9 et 10, et le 12 des chutes de blocs incandescents ont marqué les flancs et les 12-13 décembre, l'activité strombolienne a été responsable de l'éjection de blocs à 500 m. de hauteur.
L' IGEPN signale que la topographie du cratère a changée, facilitant la sortie de matériel volcanique; d'où une tendance, pour les semaines à venir, à la génération de panaches de cendres de moins en moins énergétiques.

Une coulée de lave, estimée à plusieurs centaines de milliers de mètres cubes, est descendue sur un km. sur le flanc ouest. Ce serait le deuxième évènement de ce genre depuis la réactivation du volcan en 1999.

 

Tungurahua-15.12.2010-JLEN.jpgUne belle vue du Tungurahua recouvert de glace et émettant un panache moins vigoureux, le 15.12.2010 à 08h.00 - © José Luis Espinosa Naranjo

 

Sources :

- IGEPN rapport spécial du 14.12.2010

- Global Volcanism Program - weekly report 14.12.2010

- Blog de Benjamin Bernard

 

Kamchatka :4 volcans en alerte orange :


KIZIMEN, KLYUCHEVSKOY, SHEVELUCH and KARYMSKY: ORANGE
GORELY and BEZYMIANNY: YELLOW


Kizimen : après le passage en code rouge, le 13 décembre, suite à l'activité explosive responsable d'un panache qui est monté à 3.000-3.500 m. et des chutes de cendres jusqu'à plus de 300 km., l'activité sismique du volcan s'est réduite et son code d'alerte revu : orange.

 

Le Klyuchevskoy présente un niveau de sismicité légèrement supérieur au niveau basal et une anomalie thermique visible par satellite les 3, 6,7 et 8 décembre; des panaches de gaz, vapeur et cendres ont été observés les 3 et4, puis les 8 et 9 décembre.

 

P1110392-copie.jpg

                        Le Klyuchevskoy  -  © Carole et Frédéric Hardy - 2010

 

Source : KVERT rapport 13.12.2010

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog