Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Deux volcans indonésiens font parler d'eux : le Marapi sur l'île de Sumatra et plus inquiétant, le Tambora sur l'île de Sumbawa, dont le niveau vient d'être relevé à 2 aujourd'hui.

 

 Status Gunungapi

Nama Gunung Terhitung Tanggal
led_yellow Soputan 14 Agustus 2011
led_yellow Papandayan 13 Agustus 2011
led_yellowKarangetang 8 Agustus 2011
led_red Lokon 24 Juli 2011
led_orange_blink Ibu 5 Agustus 2009 
led_green Tambora 30 Agustus 2011
led_green Anak Ranakah 26 Agustus 2011
led_green Marapi 3 Agustus 2011

 

 

Le Tambora :

Selon le PVBMG, l'activité du volcan est en augmentation depuis avril 2011; dès début août, une épaisse fumée blanche se dégage de la région du cône actif Doro Api Toi, dans la caldeira du Tambora.

Le 29 août, un séisme tectonique, 14 séismes volcaniques et du trémor ont été enregistrés; le 30 août, deux séismes volcaniques peu profonds sont repérés parmi les 7 enregistrés.

Cette activité sismique a poussé le PVMBG à relever, ce 30.08 - 23h00 locale - le niveau d'alerte du volcan, et à interdire l'accès à la caldeira.

 

La dernière éruption importante du Gunung Tambora, de VEI 7, remonte à avril 1815; elle fut la cause "d'une année sans été" en 1816 et de la famine qui a suivi.

Deux éruptions plus petites, de VEI 2, eurent lieu en 1819 et 1880. La dernière manifestation du volcan remonte à 1967 +/- 20 ans, selon le GVP.

  

 

Le Marapi, sur Sumatra, en alerte 2 depuis le 3 août 2011 suite à l'émission d'un nuage de poussières à 1.000 mètres de hauteur, refait l'actualité.

Le 28.08, entre 9 et 10 h. locale, il a produit successivement un panache sombre durant 10 minutes, suivi d'émissions plus claires, tous deux dispersés rapidement par le vent. Le sommet du volcan fut ensuite masqué par un brouillard dense rendant impossible les observations.

Le PVMBG n'a pas relevé le niveau d'alerte, mais maintient la zone d'exclusion de trois kilomètres et le monitoring du Marapi.

 

A noter de plus que l'Anak Ranakah, sur Flores, a vu son niveau relevé à 2, le 26 août 2011. Le dôme de lave, formé en décembre 1987 dans la caldeira du Ranakah, émet en continu un petit panache blanc, élément visible couplé à du trémor en augmentation.


 

Sources :

- Badan Geologi - PVMBG

- Indahnesia.com



Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Le 12° paroxysme marquant le nouveau cratère sud-est de l'Etna a débuté ce matin vers 6h locale pour se terminer très rapidement une heure plus tard. Le schéma a été identique aux précédents : activité strombolienne suivie d'émissions de fontaines de lave et de coulée en direc tion de la Valle del Bove.

 

29.08.2011---Emot0124.jpg

 

 

29.08.2011-EBELZ.gif

 

                                                  Trémor volcanique - doc. INGV Catania

 

Une belle photo de Marco Restivo sur le site Flickr d'Etna Walk : http://www.flickr.com/photos/marcorestivo/6092135828/in/photostream/

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Un épisode de tendinite m'oblige à quelques jours de repos ....

en espérant vous retrouver dans quelques jours, je laisse ma souris sous bonne garde !

 

Dossier-25-0255-copie.jpg

 

Vous pourrez trouver des nouvelles volcaniques sur Facebook

- VOLCANO : https://www.facebook.com/VOLCANOgroup

- VOLCANOES groupe : https://www.facebook.com/groups/75524169527/

 

A bientôt.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

 

Pour la plupart d'entre nous, la première image qui vient à l'idée quand on parle de volcan, c'est celle d'un cône fumant ... Pourquoi un cône ?

 

 

L-art-sur-les-chemins-du-feu-8661-copie.jpg

"Volcan" ... LE volcan sorti de l'imagination et de la main de mon ami Pierre George ... après un voyage en Sicile et aux Eoliennes - merci à lui de me permettre de partager son oeuvre.

 

 

L'accumulation de matériaux pyroclastiques près du point d'émission entraîne la formation et le développement progressif d'un édifice volcanique dont la forme et la structure va dépendre de l'interaction de divers mécanismes, type d'éruption, fragmentation et nature du magma, milieu de formation, hauteur de la colonne éruptive, etc...

Pour prendre le modèle le plus simple, les éruptions stromboliennes et les coulées de lave , qui sortent de la même bouche éruptive, vont former une construction régulière et graduelle d'édifices volcaniques de forme conique.

 

La connaissance intuitive, puis une éducation basique vont encrer dans le cerveau humain cette forme conique, parfois dès le plus jeune âge. Demandez à un enfant de dessiner un volcan, et cette forme surgira dans la plupart des cas.

Le site bien connu des volcanophiles, Stromboli on line, a organisé en 2000, un concours : "Children paint volcanoes", qui en témoigne.

 

L'oeuvre d'un des gagnants du concours :

 

benjaminomili.jpg

"Stromboli" , oeuvre imaginaire du jeune Benjamon Omili, de Baton Rouge (USA) - il a représenté une fontaine de lave, une colonne éruptive et une coulée sur la Sciara del Fuoco, le tout illuminé par la lune .

Un clic sur ce lien vous mène sur le site et la page de Stromboli on line, illustrant les dessins du concours.

 

L'actuelle exposition "Le Monde des Volcans", co-organisée par La Maison de la Métallurgie et de l'industrie de Liège et l'association L.A.V.E., présente un volet où on peut admirer de semblables dessins d'enfants.

 

L-art-sur-les-chemins-du-feu-9990-copie.jpg

"Dessine-moi un volcan", un volet de l'expo de Liège -  une partie des dessins exposés sur un mur "rouge-volcan" comme il se doit - photo Bernard Duyck / L.A.V.E. Belgique.

 

Quelques notions techniques concernant les cônes volcaniques,  extraites du "Guide des volcans" par M.Rosi & al. / Delachaux et Niestlé :

 

On peut distinguer deux sortes de cônes : les cônes monogéniques, résultant d'une seule éruption et les cônes polygéniques, formés par l'accumulation progressive de matériaux éruptifs mis par la même bouche.

 

Parmi les cônes monogéniques provenant d'une éruption sans apport d'eau externe, on compte les cônes de scories (cinder cones) et les cônes de scories soudées (spatter cones) ... ces derniers sont formés par l'accumulation de lambeaux de lave soudés entre eux au moment de leur expulsion. Les cinder cones proviennent de la retombée de fragments partiellement refroidis roulant sur les flancs du cône.

 

Les cônes polygéniques centraux, dont l'activité commence dans la même bouche éruptive, sont divisés en volcans-boucliers et stratovolcans.

Ces édifices se différencient par la nature des laves à la base de leur construction et le degré caractérisant leur pente : laves fluides et pentes douces pour les boucliers, laves plus visqueuses et pentes atteignant 30 à 35° dans la partie apicale pour les stratovolcans.

Les flancs des stratovolcans sont souvent ponctués de cônes adventifs, résultant d'une sortie latérale de magma.

 

Sources :

- Stromboli on line - drawing and painting contest 2000 - link

- Peintures et représentations de volcans / dessins d'enfants - sur le site d'Alain Catté - link

- Guide des volcans - M. Rosi & al - éd. Delachaux et Niestlé.


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

 

Comme l'explique le Dr. Boris Behncke volcanologue à l'Osservatorio Etneo de Catane, un épisode éruptif paroxysmal typique de l'Etna, comme ceux qui ont marqués le nouveau cratère sud-est au cours des précédents mois, se décompose en trois phases principales : 1. prélude et montée en puissance - 2. climax - 3. diminution de l'activité et arrêt.


1. la phase un est caractérisée par une reprise d'activité, avec de petites explosions stromboliennes, précédées parfois de bouffées de poussières, et accompagnées de temps en temps d'émission de laves.

2. le climax - ou réel paroxysme - voit une forte augmentation de l'activité éruptive, et le passage d'une activité strombolienne soutenue à la mise en place de fontaines de lave, montant à quelques centaines de mètres en quelques minutes. Ces fontaines sont accompagnées d'une colonne riche en poussières et lapilli, qui se développe différemment selon les conditions météorologiques. Les retombées de cendre et lapilli se font jusqu'à des dizaines de kilomètres du volcan. Presque tous les paroxysmes sont accompagnés de coulées de lave.

La durée de cette seconde phase varie entre 10-15 minutes et une dizaine d'heures.

3. le passage à la phase finale est marqué par le retour à une activité strombolienne continue et/ou des émissions de poussières; l'effusion de lave diminue rapidement pour cesser complètement ensuite. Cette phase varie entre quelques minutes et plusieurs heures, avec parfois des explosions isolées.

 

Le 11° paroxysme en détails :


1. Le prélude : 18 et 19 août 2011

Le départ est donné le 18 au matin , avec une augmentation des émissions de gaz.

Le 19, vers 3h.36 GMT, une forte explosion accompagnée de bombes incandescentes et d'un petit panache, est suivie par plusieurs autres plus petites ... parallèlement, une augmentation du trémor est remarquée; dans la journée, de petites émissions de cendres suivent les fluctuations du trémor. En soirée, une faible activité strombolienne se traduit par de petites explosions espacées d'environ 30 minutes.

 

2. Le climax :

Le 20 août à 2h.30, l'activité strombolienne s'intensifie et à 2h55, la lave commence à déborder au travers de la brèche située côté est du cratère. L'activité strombolienne va continuer ainsi durant 4 heures, avec des fluctuations de fréquence et d'intensité des explosions, tandis que la lave descend doucement les pentes ouest de la Valle del bove.

 

254681 2149770915977 1597492942 2301935 6504541 n

                Variations de l'activité strombolienne, avec coulées de lave - webcam Radiostudio7

 

20.08.2011EBELZ

                        Variations du trémor et pic repris par les instruments à 7h18 - doc. INGV


Aux environs de 7h GMT, l'activité augmente brusquement pour passer en quelques minutes à des fontaines de lave, et des chutes de matériaux pyroclastiques sur les flancs du nouveau cône sud-est. Un panache monte à 5 à 6.000 mètres en prenant la forme d'un champignon, avant de se déplacer vers le sud-ouest et de relâcher des cendres et des lapilli sur Paterno, Ragalna et Biancavilla.

 

20.08.2011---El.Ferrera-UN.Catania.jpgLa colonne éruptive est montée à 5-6 km. avant de se disperser - photo Elisabet Ferrera - Univ. catania / INGV.

 

20.08.2011-7h24-Emot.jpgFontaines jumelles à 7h24 - Thermal monitoring camera of the INGV-Catania on the Montagnola, located about 3 km south of the summit craters of Etna. 


Les intenses projections en continu de matériaux pyroclastiques génèrent des avalanches ressemblant à des coulées pyroclastiques qui descendent sur quelques centaines de mètres plus bas que la base du cône.

(voir aussi la vidéo de Klaus Dorschfeldt )

 

20.08.2011 climax - Stef.BrancaClimax de l'épisode éruptive vers 7h15 - le cône est masqué par les avalanches pyroclastiques - photo Stefano Branca / INGV Catania.


En même temps, la partie basse du cône côté est commence à glisser sous la pression de la lave pour s'effondrer ensuite ; la lave est émise en suivant plusieurs branches qui prennent le même parcours que durant les précédents épisodes.

 

3. Phase terminale :

Le fontaining commence à diminuer après 7h30 pour cesser totalement vers 7h50 ; le cratère émet encore des poussières durant quelques minutes avant de retrouver le calme.

 

20.08.2011-7h51-webcam-therm.JPG

Vers 11h59 GMT, une série d'explosions générant de la poussière démarre pour se terminer vers 12h04.

 

 

La morphologie du cône pyroclastique cernant le nouveau cratère sud-est s'est profondément modifiée, avec l'effondrement côté est, tandis que les bords nord-est et sud du cône croissaient en hauteur.

 

Sources :

- traduction du rapport de l'INGV Catania

- diverses photos parues au cours du paroxysme.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

 

La faible activité strombolienne signalée ce matin, en l'absence de renseignements s'est transformée en un évènement plus violent, avec émission d'une grande colonne éruptive et une chute de matériaux pyroclastiques tout autour du cône nouvellement formé.

Une portion de son flanc est s'est ensuite effondrée, vraisemblablement sous la pression de la lave.

Le secteur sud-est du volcan a été touché par des retombées de cendres et lapilli.

Une bonne vidéo vaut mieux qu'un long discours ... l'évènement a été filmé par Klaus Dorschfeldt - KdEtna.

Source : INGV Catania - Osservatorio Etneo.

 

On the morning of 20 August 2011, the eleventh paroxysmal eruptive episode of this year took place at the New Southeast Crater. This event was brief but very violent, generating a tall eruption column and leading to heavy fallout of large pyroclastics around the cone that is growing around the crater. Furthermore, a portion of the eastern flank of the cone collapsed, probably when being pushed by lava from above. Ash and lapilli falls occurred in the southeastern sector of the volcano.

Source : INGV Catania - Osservatorio Etneo.

 

 

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

 

Comme Boris Behncke l'indiquait le 18 août, des gaz bleutés s'échappaient du centre du nouveau cratère sud-est.


En absence de nouvelles et de webcams de l'INGV, pour raisons inconnues, je n'ai que des bribes d'informations :

ce matin, 20 août, le cratère sud-est manifeste une faible activité strombolienne et une faible effusion de lave ... comportement inhabituel du volcan, qui augmente encore son charme.

 

254681_2149770915977_1597492942_2301935_6504541_n.jpg                                       Webcam radiostudio7 - 20.08.2011 / 5h 36

 

20.08.2011---Etna-pizzo-etnatrekking.jpg                             Webcam Pizzo etnatrekking - 20.08.2011 / 8h50

 

         

Update 11 h.30 :

 

20.08.2011EBELZ                                        Trémor du 20.08.2011 - doc. INGV

 

20.08.2011 10h19 Etnatrekking schiena000M                                         Webcam  Schienna etnatrekking - 20.08.2011 / 10h.19

 

20.08.2011-Etnatrekking-schiena000M.jpg                            Webcan etnatrekking - des coulées dans la Valle del Bove


D'autres nouvelles dès que possible.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Une étude de 2008 par un team de scientifiques de la Rice University (A.Lenardic, professeur en Sciences de la Terre), de l'Université de Colombie Britannique (M.Jellinek) et de la Monash University de Clayton (L.Moresi) interpelle à divers titres : elle met en lumière les liens entre le climat et la géophysique de la Terre et de planètes similaires. Un réchauffement prolongé de l'atmosphère pourrait arrêter la tectonique des plaques et "verrouiller sur place" la croûte terrestre.

 

Planetes-telluriques.jpg                                         Les planètes telluriques - doc. Nasa

 

L'équipe de recherches a voulu comprendre les différences entre la Terre et Vénus, corps célestes de rayon planétaire et de distance relative au corps planétaire central - le soleil - proches.

Vénus a évolué différemment de notre Terre : leur composition géologique et leur taille sont similaires, la différence majeure vient de l'atmosphère de Vénus plus riche en dioxyde de carbone, plus dense, et agissant comme une couverture ... en conséquence, la température de Vénus est  très chaude, plus chaude que celle de Mercure, pourtant deux fois plus proche du soleil.

La surface de Vénus ne montre d'autre part aucun signe extérieur d'activité tectonique.

L'un des résultat de cette étude comparative est que le réchauffement de l'atmosphère nécessaire pour arrêter la tectonique des plaques est de beaucoup inférieur à la température critique régissant l'existence d'eau libre à la surface du corps céleste.

 

Revenons au moteur de la tectonique des plaques :

L'énergie nécessaire à la tectonique des plaques provient de ce que la chaleur, produite essentiellement par la radioactivité des roches de l'intérieur de la terre, est plus importante que celle que peut évacuer la conductivité thermique. Il s'en suit un déplacement des roches chaudes vers la surface ce qui permet une évacuation plus rapide et plus efficace de la chaleur.

Ces mouvements entraînent une distribution inégale des températures qui se traduisent en différences de densité à l'origine des forces mécaniques. Il n'y a donc pas un « moteur » qui serait localisé dans les zones de subduction ou sur les dorsales. C'est toute la Terre qui est impliquée.

La lithosphère joue un rôle particulier, car c'est au travers de cette couche de 100 km d'épaisseur moyenne que se fait l'essentiel de l'évacuation de la chaleur : c'est là qu'on trouve le plus important gradient thermique, depuis la surface voisine de 0°C jusqu'à l'asthénosphère, voisine de 1300 °C.

L'évacuation de chaleur est proportionnelle à la variation de température. L'asthénosphère est chaude et donc légère et déformable alors que la lithosphère est plus froide et donc plus lourde et relativement rigide. Le couple asthénosphère-lithosphère compose un système avec une couche rigide froide et lourde, le couvercle, reposant directement sur un milieu ductile chaud et plus léger, l'asthénosphère. Les variations très rapides de densité au niveau de la lithosphère, près de la surface, donnent naissance à des forces particulièrement efficaces qui agissent directement sur les plaques de lithosphère et sont la cause principale de leur mouvement.

 

LamachineTerre10.jpg                   Dorsales et zones de subduction - Cellules de convection - doc. La Machine Terre.


La première force, dite force de poussée aux dorsales, provient tout simplement de la pente topographique. La lithosphère jeune et chaude est élevée. En vieillissant, elle s'alourdit et s'enfonce. Elle a donc tendance à glisser le long de la pente des dorsales vers les bassins.

La seconde force, dite force de traction aux fosses, vient de l'instabilité gravitationnelle liée à la présence d'une couche froide et lourde reposant sur une couche chaude et légère. Si la couche superficielle commence à plonger dans la couche légère déformable, l'excès de masse qu'elle représente dans l'asthénosphère exerce une traction transmise à la lithosphère superficielle. Celle-ci est donc poussée à partir des dorsales et tirée vers les fosses de subduction.

(extrait de "Quel est le moteur de la tectonique des plaques ? " de X. Le Pichon et H-C. Nataf)

 

ethiopie-scanner-BD-050-copie.jpgUn lac de lave, comme celui du Erta Ale, peut nous permettre de visualiser les phénomènes d'accrétion et de subduction animant la croûte de lave consolidée qui forme couvercle - photo Bernard Duyck

 

Instabilité et arrêt de la tectonique :

La notion de tectonique "stable et auto-corrective" repose sur l'hypothèse que l'excès de chaleur du manteau terrestre peut s'échapper à travers la croûte.

L'étude a montré que la tectonique peut devenir instable si la température de surface augmente de 100°F (37,7°C) ou plus sur quelques millions d'années ; la période de temps et le chiffre de hausse des températures ne sont pas déraisonnables, du moins à l'échelle géologique.

Ce niveau de réchauffement dépasse de loin les changements induits par les activités humaines, et pourrait être le résultat d'une activité volcanique couplée à des variations de rayonnement solaire.

Il a été également constaté un pic d'activité volcanique accompagnant le blocage initial de la tectonique, qui pourrait expliquer le pourcentage élevé de plaines volcaniques trouvé sur Vénus.

 

Nous ne pourrons vraisemblablement pas vérifier "de visu" le bien-fondé de ces hypothèses, et les changements engendrés au niveau de la géophysique terrestre, l'échelle d'une vie n'étant pas compatible avec l'échelle de temps géologique.

 

Sources :

- Hot climate could shut down plate tectonics - Rice University 13.05.2008

/ Science Daily.

- Quel est le moteur de la tectonique des plaques ? - ENS Lyon - par X. Le Pichon ENS Paris et H-Cl. Nataf Lab. de géophysique interne et tectonophysique de Grenoble.

- Le volcanisme Vénusien - Over-blog - link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Quelques nouvelles de la planète volcan, en l'absence du serveur du GVP indisponible au moment de la rédaction ...

 

Guatemala - Santiaguito :

 

L'activité éruptive sur le Santiaguito est actuellement dominée par sa composante effusive. La galette de lave qui obstrue le cratère continue de déborder en deux langues courtes sur les flancs sud-ouest et sud-est. L'effritement régulier du front de ces coulées donne de fréquentes avalanches de blocs et, depuis peu, de véritables petits écoulements pyroclastiques.

Source : Activolcans / INSIVUMEH.

 

P1080109---CHB.JPG                      Panache éruptif du Santiguito en avril 2010 - photo Carole et Fredérc Hardy.

 

Hawaii - Pu'u O'o et sommet du Kilauea.

 

L'activité effusive située sur le flanc ouest du Pu'u O'o est à l'origine d'un "pseudo-lac de lave", qui a débordé en direction nord. Dans le cratère, deux zones affichent du spattering.

Le lac de l'Halema'uma'u n'est plus visible au niveau des webcams, étant donné sa profondeur. Le 16 août, vers 9 heures, une portion du plancher ouest s'est effondrée, en exposant de l'incandescence.

Le volcan connaît une nouvelle phase de déflation.

Source : rapports HVO.

 

08.08.2011---event-de-flanc-PuuOo-et-coulees.jpg                    Pu'u O'o - évent de flanc surmonté d'un spatter cone et coulées - HVO.

 

Costa Rica - Poas.

 

L'activité fumerollienne et l'incandescence signalée la semaine dernière au niveau du dôme du Poas est confirmée par les équipes de Teletica.

La température des fumerolles à proximité des eaux acides de la Laguna Caliente a été mesurée entre 60 et 150°C.

Des gaz toxiques, brome, fluor, soufre, dioxyde de carbone, sont émis par le dôme en plus de la vapeur d'eau.

L'incandescence n'est pas due à de la lave, mais en rapport avec des gaz chauds "qui portent au rouge" les roche du dôme émis en 1953.

Le phénomène est visible après un parcours réservé aux scientifiques qui ont accompagnés les équipes de reportage.

Source : Teletica.

 

 Poas-Telenoticias---16.08.2011.jpg

 

Indonésie - Lokon et Soputan:

 

Une nouvelle éruption a marqué le Lokon, le 17 août à 13h25, précédée de 25 épisodes de trémor entre 1et 6h. locales.

Le bruit de l'éruption a été entendu à 5 km. et des cendres sont retombées sur le village de Kinilow et dans le nord du district de Tomohon.

Malgré le retour de certains résidents fin juillet, plus de 200 personnes restent dans les camps de réfugiés, car leurs maisons sont situées dans la zone d'exclusion des 3 km.

Source : Indahnesia.

 

Lokon---Rizky-adriansyah---Tribun-Manado.jpg            Le Lokon est en éruption depuis juin 2011 - photo Rizky Adriansyah / Tribun Manado.


Au Soputan, entré en éruption le 14 août 2011, avec l'émission d'un panache dépassant 1.000 m. de hauteur, l'anomalie thermique se maintient sur la zone sommitale.

Le niveau d'alerte - 3 - et la zone d'interdiction de 6 km. sont maintenus

Source : PVMBG - Activolcans.

 

soputan-14.08.2011---1-Tribun-Manado.jpg

                                     Soputan - 14.08.2011 - photo Tribun Manado.

 


Chili - Cordon-Caulle.

 

La couverture nuageuse ne permet pas l'observation du panache actuel du Cordon-Caulle, mais les webcams montrent un panache blanc, montant jusqu'à 2.000 mètres, le 16 et gris et diffus le 18.08.

L'activité sismique témoigne de la poursuite de l'activité à un niveau qualifié de "bas et stable".

Source : Sernageomin rapport 16.08.2011 - webcam 18.08.2011.

 

18.08.2011-14h56-Cordon.jpg

 

Ce tour d'horizon ne se veut pas exhaustif ...

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Nous restons dans le volcanisme sous-marin ... 

 

Axial-seamount---NOAA.jpg

Bathymétrie (exagérée) de l'Axial seamount - doc. NOAA - U.S. National Oceanic and Atmospheric Administration.

 

Les médias ont annoncé en août que des sismologues américains avaient prédit une éruption volcanique sous-marine au niveau de l'Axial seamount, un volcan situé sur la chaîne volcanique sous-marine Cobb-Eickelberg.

Cette éruption aurait eu lieu en avril 2011, et constatée à posteriori au vu de coulées de lave et d'évents hydrothermaux nouveaux.

 

Situation de l'Axial seamount :

C'est le volcan le plus jeune et le centre éruptif actif de la chaîne de volcans sous-marin Cobb-Eickelberg, qui court jusqu'au sud de l'Alaska. Le volcan est situé à l'intersection entre cette chaîne et la "Juande Fuca ridge" à 480 km. à l'ouest de l'Oregon.

 

2301axi1---NOAA-GVP.pngPosition de l'axial seamount par rapport aux plaques tectoniques Pacifique, Juan de Fuca et Nord-américaine. - doc. NOAA - U.S. National Oceanic and Atmospheric Administration.

 

Situé à 1.400 mères sous la surface, le sommet est marqué par une caldeira de forme rectangulaire, de 3 km. sur 8, comprise entre deux zones de rift, qui s'ouvre vers le sud-est et définie par des parois de 150 mètres de hauteur relative. Les coulées dans la caldeira sont constituées essentiellement de laves en nappes, confinées dans des bassins de lave ou des cratères-puits. Les laves en coussins sont moins courantes; certaines structures ressemblent à des dômes hauts de 100 à 300 m.


Axial-seam.---pillars-in-collapse-pit-98---NOAA-NeMo.jpg

Piliers dans un cratère-puit datant de 1998, dont la lave s'est vidangée - photo NOAA NeMo explorer


L'exploration :

 

Suite à la découverte d'évents hydrothermaux au nord de la caldeira en 1983, des études cartographiques furent entreprises, des échantillons prélevés et l'endroit fut choisi pour l'installation de NeMO, un observatoire du fond sous-marin. C'est en effet un endroit d'approvisionnement en magma important et un site d'étude idéal de l'activité volcanique et des perturbations qu'elle peut occasionner au système hydrothermal pré-existant.

 

 lamppost 16776

Vue d'artiste sur un champ de Fumeurs noirs, monitoré par des senseurs posés sur le fond marin, et  visité par le ROV Jason.  - Illustration by E. Paul Oberlander, Woods Hole Oceanographic Institution.

 


 Le 25janvier 1998, une éruption fut détectée par les hydrophones du système de surveillance de l'U.S. Navy. Les séismes ont migré au début le long de la zone de rift, indiquant que le magma était en mouvement sous le sommet sous forme d'un dyke intrusif.

 

04.07.99---new-lava-at-base-of-dike-erup.98---NEMO-NOAA.jpgNouvelles laves le 04.07.1999 au niveau du dyke de l'éruption de 1998 - photo NOAA NeMO explorer

 

Durant la plupart des épisodes d'extension du plancher océanique, les dykes qui s'insinuent entre les plaques tectoniques les séparent d'un à deux mètres ... ici, pendant les deux premiers jours d'activité, le dyke s'est propagé de 50 km. le long de la zone de rift, avec une vitesse atteignant parfois 1m./sec.

Ces dykes arrivent parfois "en surface" pour nourrir une éruption, et pas toujours sur toute leur longueur. A l'Axial seamount, le dyke de 1998 a laissé une fissure éruptive de 9 km. au sud de la caldeira, découverte par une cartographie ultérieure, de même que  l'ensevelissement d'un sismomètre déployé en 1997. (NeMO explorer)

Suite à l'éruption, le volcan a montré une subsidence de 3,2 mètres, indication de la vidange d'un grand volume de magma vers une intrusion dans la zone de rift ... la profondeur de la chambre magmatique a été estimée à 3,8 km. sous la plancher de la caldeira et le volume de magma remobilisé à 200 millions de m³.

 

Inflation et prédiction : 

Les mesures en continu des senseurs de fond, transmises au continent par l'intermédiaire d'une balise de surface et de satellites, montre une inflation du volcan depuis cette éruption de 1998.

Le ratio d'inflation fut plus important dans les premiers mois suivant l'éruption - 20 cm. par mois - , déclinant ensuite pour stagner à environ 15 cm. par an en 2.000.

Les calculs basés sur ces ratios d'inflation suggèrent un intervalle de récurrence de 16 ans entre les éruptions à l'Axial seamount, et une prévision d'éruption possible quand la chambre magmatique se serait remplie de nouveau, soit quand la ré-inflation atteindra les niveaux de 1998.

 

L'éruption de 2011 :

Chadwick et ses collègues ont découvert la récente éruption de l'Axial seamount lors d'une expédition en fin juillet, à bord du R/V Atlantis, sous l'égide de Woods Hole Oceanographic Institution et utilisant le ROV Jason : De nouvelle coulées non présentes un an plus tôt ont été remarquées. Le paysage connu a changé avec la découverte d'un champ de "fumeurs noirs" sur le côté ouest de la caldeira, à proximité des nouvelles coulées. La chimie des sources chaudes présentes sur le plancher marin s'est modifiée, et si les communautés biologiques pré-existantes ont été détruites, d'autres se sont formées.

Cette éruption a causé une subsidence de plus de deux mètres. Les équipes scientifiques vont maintenant mesurer le ratio d'inflation sur les prochaines années ... ce qui permettra de mieux appréhender le comportement de ce volcan "plus prévisible que les autres" selon eux, en raison d'un approvisionnement important en magma couplé à une faible épaisseur de la croûte et à sa localisation sur une centre d'expansion sur une dorsale.

 

 

La récurrence statistique de 16 ans a ainsi amené à la "prédiction" d'une éruption avant 2014 ... ce qui laisse du champ pour toutes les spéculations.

Chacun appréciera le terme "prédiction" à sa juste valeur ... le prouesse technologique de surveiller en continu un volcan sous-marin par 1400-1700 m. de fond, et l'apport de ces observations n'en sont pas moins à souligner.

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Axial seamount

- NeMO - New Millenium Observatory - a seafloor observatory at an active underwater volcano - link

- Woods Hole Oceanographic Institution - remotely operated vehicle ROV Jason - link

- Vertical deformation monitoring at Axial Seamount since its 1998 eruption using deep-sea pressure sensors - by William W. Chadwick Jr. & al. - Journal of Volcanology and Geothermal Research

- Oregon State University - scientists find eruption at undersea volcano... after forecasting the event. 09.08.2011 - link

Lire la suite

1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog