Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

L'éruption de la zone de rift-est, qualifiée par l' H.V.O. d'éruption " Pu`u `Ō `ō-Kupaianaha" et caractérisée par plus de 50 épisodes, est en 2011 dans sa 28° année ; elle compte parmi les plus volumineux épanchements de lave de la zone de rift-est pour les cinq derniers siècles.

 

De 1983 à 1986 : construction du cône du Pu'u O'o.

 

L'éruption débute le 3 janvier 1983 : durant les six premiers mois, des fissures émettent des laves par intermittence le long de la zone de rift-est du cratère Napau jusqu'à Kalalua.

 

PuuOo-09.1983-J.D.Griggs-HVO.jpg   Septembre 1983, les fontaines de lave construisent un cinder-spatter-cone - photo J.D.Griggs


En juin, l'activité se localise à l'évent du Pu'u O'o qui va entrer en éruption environs toutes les 3 à 4 semaines durant trois ans ... cette période est caractérisée par de spectaculaires fontaines de lave, dont certaines attiegnent 470 mètres.

 

09.1984-PuuOo---C.Heliker-HVO.jpg

                   Fontaines de lave à l'évent Pu'u O'o en septembre 1984 - photo C.Heliker / HVO


La production des fontaines de lave se traduit majoritairement par des coulées de type "aa", épaisses de 3 à 5 mètres et avançant à une vitesse comprise entre 50 et 500 mètres par heure; en 83-84, 16 maisons sont détruites dans la zone des Royal Gardens.

Les retombées directes quant à elles forment un cône de cendres et projections, qui atteint 255 mètres à maturité ; sa forme est asymétrique, étant donné les vents soufflant dans une direction privilégiée.

 

08.1986---PuuOo-au-max.---Griggs-HVO.jpgLe cône du Pu'u O'o, à maturité en août 1986, blanchi par les sulfates - photo J.D. Griggs /HVO.

 

De 1986 à 1991 : déplacement des éruptions vers Kupaianaha.

 

Suite à des modifications de "plomberie", les éruptions se déplacent à 3 km. au NE. du Pu'u O'o, marquant le début d'une période effusive de plus de cinq ans. Un bassin de lave se forme au dessus de l'évent et ses débordements forment un bouclier bas d'une hauteur de 55 m. au bout d'un an.

Après quelques semaines, le canal d'évacuation principal du bassin développe un toit, formant un tunnel de lave véhiculant des laves pahoehoe.

 

12.1986-Kuhapainah---E.Wolfe-HVO.jpg         Le bassin de lave de Kupaianaha et le bouclier bas en décembre 1986 - photo E.Wolfe /HVO.


Kalapana4 - 01.83 - 01.91Fin novembre 1986, les coulées atteignent l'océan et causent la fermeture de la route de la côte. Un changement de direction vers l'est permettra aux laves d'engloutir 14 maisons en un jour, au NO. de Kalapana.

 

Zones recouvertes par les coulées de janvier 1983 à janvier 1991. - doc. HVO

en orange : coulées 01.1983-06.1986

en rouge : coulées 07.1986- 01.1991

en pointillés : trajet des tunnels de lave principaux.

 

 

 

 

De mi-87 à 1989, la plupart des laves de Kupaianaha coulent directement vers la mer, où elles entrent en se fragmentant  pour former un sable noir qui va former de nouvelles plages instables, qui à plusieurs reprises vont s'effondrer et se reformer.

 

En 1990, l'éruption change, marque des pauses, ce qui trouble le bon fonctionnement des tunnels de lave, qui s'écroulent par places ... et entre, en même temps, dans une phase plus destructrice. En mars, les coulées se tournent vers Kalapana, une zone appréciée pour ses sites historiques et se belles plages de sable noir ... à la fin de l'été, la communauté entière (église, magasin et 100 maisons) sera ensevelie sous 15 à 25 m. de laves.

 

19900422-JG14664_large.jpgEn avril 1990, les laves pahoehoe atteignent Kalapana et mettent le feu aux habitations - photo HVO

 

Pendant le "règne de Kupaianaha", des effondrements à répétition du conduit éruptif du Pu'u O'o ont conduit à la formation d'un cratère de 300 m. de diamètre. Dès 1987, un petit lac de lave est présent sporadiquement, puis de façon quasi permanente à partir de 1990.

 

De 1992 à 1996 : retour de l'activité au Pu'u O'o.

 

Le 7 février 1992, l'activité s'arrête à l'évent de Kupaianaha. Dix jours plus tard, elle retourne au Pu'u o'o sous forme de petites fontaines le long d'une fissure de flanc, inaugurant une série d'évents actifs sur les flancs durant 8 ans.

Un bouclier, haut de 45 m. et d'un diamètre d'un km. se construit contre le flanc ouest de Pu'u O'o. En novembre 1992, la lave entre dans l'océan à Kamoamoa, à 11 km. des évents.

De fin 1992 à janvier 1997, les tunnels de lave délivrent leurs laves en continu et aggrandissent le champ de coulées de Kamoamoa.

Depuis le début 1993, avec la lave qui s'échappe par les évents de flanc, le côté ouest du Pu'u O'o laisse apparaître des puits d'effondrement ... fin 1996, le plus large d'entre eux, appelé le "great pit" , engloutit la majeure partie du flanc ouest du cône.

 

03.06.1992---C.Heliker.jpg

Aspect du flanc ouest du Pu'u O'o avant la formation des puits d'effondrement - juin 1992 photo C. Heliker / HVO

 

01.08.1997---C.Heliker.jpg

La large trouée s'est faite le 29 janvier 1997, lorsque le magma a migré de dessous le cône vers le cratère Napau, situé sur le rift à 4 km. - A l'avant-plan , le bouclier qui a commencé sa croissance en 1992, et sur la droite de la trouée, le spatter cone de mars 1997. - photo août 1997 C. Heliker / HVO.

 

A suivre ...

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Kilauea

- Hawaiian Volcano Observatory - Kilauea - history.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Selon le dernier rapport de l'HVO, la rift zone-est montre une diminution générale d'activité.

De petites coulées de lave sortent toujours des évents situés sur le flanc est du Pu'u O'o et recouvrent la lave mise en place depuis le 3 août. Un coulée "aa" canalisée avance toujours au sud-ouest.

L'un des évents les plus productifs est chapeauté d'un petit spatter cone haut de 6 mètres; le flot de lave émis par cet évent cascade de quelques mètres avant de rejoindre la coulée émise par deux évents voisins, avant de s'écouler sous un petit pont photogénique, puis de se fonde dans la zone d'extension des laves vers l'ouest.

 

08.08.2011---event-de-flanc-PuuOo-et-coulees.jpg

Flanc est du Pu'u O'o : les coulées actives se rejoignent avant de passer sous un pont, puis de s'étaler - photo HVO 08.08.2011


Dans le cratère du Pu'u O'o, de la lave suinte sur le plancher effondré du cratère, visible sur la webcam thermique, mais cachée à l'observation par les dégagements gazeux.

La déflation (dégonflement) du flanc nord du Pu'u O'o continue à être enregistrée par les tiltmètres, mais la tendance générale de déflation semble toucher à sa fin.

Le niveau de SO2, mesuré le 05.08.2011, était de 1.700 tonnes / jour pour l'ensemble de l'east rift zone.

 

08.08.2011-cratere-fumant-du-PuuOo.jpg          Le cratère du Pu'u O'o est masqué par le dégazage intense - photo HVO 08.08.2011

 

08.08.2011---etendue-du-bassin-de-retention-des-laves.jpgLe cratère du Pu'u O'o et les évents de flancs fumants - à l'avant-plan, le bassin étendu de rétention des laves, avec une coulée plus sombre datant de l'éruption de Kamoamoa en mars 2011. - photo HVO.

 

Au sommet du Kilauea, la surface du lac de lave de l'Halama'uma'u est toujours marquée par des cycles de remplissage - vidange, avec une tendnce à la baisse de niveau.

 

L'évolution récente du Pu'u O'o est trouvable sur ce blog en cliquant sur ce lien.

 

Nous examinerons demain l'histoire de la plus longue éruption des temps historiques du Kilauea.

 

Source : HVO - Kilauea status reports

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

18 volcans Indonésiens sont en état d'alerte, 16 en alerte niveaux 2, et 2 actuellement en activité en alerte niveaux 3, sur une échelle de 4 niveaux (liste plus loin).

Le centre de surveillance volcanique de Surano a expliqué dimanche que les deux volcans qui montrent toujours une activité intense, le Gunung Lokon sur Sulawesi et le Gunung Ibu du nord de Malaku, sont en niveaux 3 et considérés comme les plus inquiétants. Ils continuent de cracher des cendres et de créer des panaches affectant leurs régions réciproques, sur un rayon de 2,5 km environ en moyenne. Néanmoins les riverains ne sont pas en danger dans l’immédiat.


Ibu-cater-et-dome---Arnold-Binas.jpg                        Cratère de l'Ibu avec le dôme fumant - photo Arnold binas 2007.

Le centre rajoute que 16 autres volcans sont actuellement en alerte 2 et tous sous très hautes surveillances, dont le Papandayan et le mont Guntur dans l'ouest de Java. Des tremblements de terre y ont été signalé, l'activité magmatique souterraine y est particulièrement intense. 

 

Guntur---Java---ph.Cipanas---indahnesia.jpg                              Le Guntur / Java ouest - photo Kandar / indahnesia.com


Niveaux d'alerte des volcans indonésiens (Badan Geologi )                            

 led_green Normal (Level 1)

 led_yellow Waspada (Level 2)
 led_orange_blink Siaga (Level 3)
 led_red_blink Awas (Level 4)
Volcans        date de mise en alerte

 

led_red Lokon 24 Juli 2011
led_orange_blink Ibu 5 Agustus 2009 
led_green Marapi 3 Agustus 2011
led_yellow Soputan 19 Juli 2011
led_orange_blink  Bromo 13 Juni 2011
led_yellowKarangetang 6 Juni 2011
led_orange Dieng 10 Juni 2011
led_yellow Gamkonora 3 Mei 2011
led_yellow_blink Merapi  13 Desember 2010
led_yellow Sinabung 7 Oktober 2010
led_yellow Talang  17 April 2010
led_yellow Kerinci 9 September 2010
led_yellow Krakatau 31 Oktober 2009
led_yellow Papandayan 16 April 2008
led_yellow Semeru 16 Juli 2009
led_yellow Sangeangapi 4 Juni 2009
led_yellow Gamalama 11 Mei 2008
led_yellow Dukono 13 Juni 2008

 

Le président Indonésien Susilo Bambang Yudhoyono a convoqué samedi toutes les équipes d'experts pour faire un point sur la situation afin d'anticiper d'éventuelles catastrophes et de pouvoir s'en prémunir.
Les experts ont réclamé au président plus de moyens humains.

Un volcanologue par volcan serait l'idéal, aujourd'hui chaque expert surveille 5 volcans en moyenne et ces conditions restent très risquées au regard de la situation et du nombre de volcans que compte l’Indonésie.

 

indonesia.gifCrise éruptive au Karangetang - Sulawesi :

 

Vendredi 5 août, le Karangetang, situé sur l'île de Siau, au nord de Sulawesi, a émis des nuages de gaz et cendres à une hauteur de 600 m. au dessus du sommet.


Ce lundi, des "chutes de cendres chaudes sur les pentes" (nuée ardente ?) ont créé la panique parmi les habitants des pentes du volcan, estimés à 600.

Le niveau d'alerte a été relevé, et une zone de 2 km. autour du volcan considérée comme dangereuse... cette zone est en principe non habitée, ce qui ne nécessite pas de mesures d'évacuation pour l'instant.

Le Karangetang est entré en éruption 40 fois depuis 1675; les épisodes les plus récents sont datés de 1997, où il fit trois morts; de 2010, où 4 personnes furent portées disparues durant une évacuation et la dernière date de mars 2011, avec des dégâts à un pont et des habitations.

 

Karangetang-19.03.2011.jpg

                                Le Karangetang en éruption le 19.03.2011 - photo Ronny Buol

 

 

Sources :

- Herald Sun

- The Jakarta post

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

Tous les volcanophiles adorent les belles images de volcans, les éruptions, les laves bien rouges, les coulées onctueuses ...

Une fois par semaine, nous ferons plus ample connaissance avec ces professionnels ou ces amateurs éclairés qui nous enchantent avec des photos ou des vidéos, volées aux monstres en colère parfois au péril de leur vie !

 

Honneur aux précurseurs et aux aînés ... nous débuterons par le pionnier de l'imagerie volcanique, notre illustre compatriote belgo-français Haroun Tazieff (1914 - 1998).

 

Biographie_haroun_tazieff---geneawiki-Cbouju.jpgHTazieff-31janv82-v3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haroun Tazieff :

photo de gauche, Cbouju / gegeawiki

photo de droite, prise en janvier 1982 / auteur non référencé.

Avant de débuter cette série, un examen de l'évolution rapide du matériel photographique et cinématographique et des équipements des hommes de terrain s'impose.

La progression a été surprenante au cours du demi-siècle précédent, avec l'apparition de nouveaux matériaux, l'informatisation et ses limites sans cesse repoussées (la performance des microprocesseurs double tous les 18 mois), le passage de l'argentique au numérique, du super 8 à la vidéo HD...

 

Quelques dates significatives ;

- 1925 : Rolleiflex inaugure les premiers systèmes de visée.

- 1935 : apparition des pellicules couleur.

- 1968 : les premiers appareils "Reflex" automatiques voient le jour.

- 1984 : naissance de la première caméra électronique compacte.

- 1990 : avènement du numérique, avec le premier appareil photo "sans film".


plattenkamera.-1952-pg-copie-1.jpgTenue vestimentaire, casque et appareil à soufflet de 1952, pour la photographie d'une fumerolle - photo archives Stromboli on line - avec l'aimable autorisation de Marco Fulle.

 

Nat-Geo-juillet-2010---Ch.Balagizi.jpgLes équipes du "National Geographic" sur le cratère du Nyiragongo en juillet 2010, accompagnées par Charles Balagizi du Goma Volcano Observatory, à qui on doit la photo   ... le matériel est un peu plus élaboré qu'en 52 !

 

Dans le domaine de l'équipement humain, la progression est semblable.

Des premiers heaumes, qui donnaient aux audacieux qui les portaient des allures de dinausaures, aux combinaisons modernes ignifugées qui permettent d'approcher quelques instants les laves les plus chaudes, le matériel a suivi l'avance technologique des dernières années.

 

haroun-tazieff--image-Fr.-Le-Guern.jpg                        Haroun Tazieff coiffé d'un heaume - photo du regretté François Le Guern.

 

Quelques mots sur l'homme, sans faire sa biographie exhaustive, puisque c'est son "côté photographe" qui nous intéresse :

Tour à tour écolier à Tbilissi, émigré à Constantinople, ingénieur agronome, " terroriste " face à l'occupant nazi, ingénieur géologue, boxeur, plongeur sous-marin, coureur cycliste, alpiniste, spéléologue, chercheur d'épaves, pilier de rugby, géothermiste, citoyen engagé, Haroun Tazieff découvre en 1948, au Congo, son premier volcan, et sa vocation.

Tazieff--une-vie-de-feu.gifAventurier très sage, savant téméraire et judicieux, il aura, à coups de piolet, de sonde et de génie, découvert une Terre qui n'aura pas été seulement une Terre qui sent le soufre, mais aussi celle qui sent le foin. " Ces lignes de Jean Lacouture ne font que survoler les mille et une vies d'Haroun Tazieff (1914-1998). L'homme appartient au panthéon de l'aventure humaine et scientifique du XXe siècle.
Son histoire se lit comme un roman de découverte et d'exploration. C'est un hommage qui lui est ici rendu par ceux qui l'aimaient, pourtant les témoignages recueillis par son épouse, France Tazieff, et par Jean Lacouture montrent bien la complexité d'un homme captivant.

(extrait "d'Haroun Tazieff, une vie de feu" - témoignages de ses nombreux amis)

 

François Le Guern, disparu récement et compagnon indéfectible de Tazieff, nous parle de ses photos et films :

 " Les images, dans cette activité scientifique, peuvent avoir ainsi une fonction de preuve pour trancher un débat entre géologues, ou encore pour conserver la trace d'observations, utilisées plus tard, lorsque de nouvelles questions apparaissent. L'autre usage, plus connu du grand public, est l'enseignement et la vulgarisation. Haroun Tazieff a d'abord tourné de nombreux cours métrages en 16 mm, dont des extraits illustraient ses cours et ses conférences. Il a également réalisé deux longs métrages en 35 mm, les Rendez-vous du diable (1948) et le Volcan interdit (1966), puis plusieurs moyens métrages ...

 

Dossier-24-0003-copie-1.JPGAffiche du film "Les Rendez-vous du Diable" - photo prise à l'exposition "Le Monde des volcans" qui se tient à Liège du 14 mai au 30 octobre 2011. - photo Bernard Duyck


A partir des années 1980, il réalise des séries d'émissions télévisuelles : " Haroun Tazieff raconte sa Terre ", 1984, " Etna 1989 " diffusé en 1991 et " Le feu de la Terre " (1994).

Cette illustration des conclusions scientifiques des missions sur le terrain a contribué au rayonnement international de la volcanologie française et suscité de nombreuses vocations. Les films ont également servi à la communication, pour convaincre des populations de quitter leur domicile menacé ou pour inciter les Etats de financer de nouvelles études de volcanologie. "

 

Sur une boutade, Haroun Tazieff a un jour dit :

 “Donnez-moi un levier et je soulèverai la Terre...”

“Donnez-moi 60 000 mètres de pellicule et je vous raconterai le monde !”

 

 

Place aux images ave cette vidéo des années 70 sur l'Etna, commentée par la voix rocailleuse du maître (excellent document, malgré une faibe luminosité, quelques "poils et griffes" ... excusables pour l'époque) - durée : 45 min.

 

                       

 

Peu de photos d'Haroun Tazieff sur le net : nous sommes à l'époque des images argentiques, et elles sont esssentiellement diffusées par ses livres

(sous copyright).

 

Garouk-sur-guyot---Ethiopie-1992---B.Barbey.jpg                        Tazieff sur un guyot Ethiopien en 1992 - photo B.Barbey / Magnum photos.

 

 

Sources :

- L.A.V.E. - Volcanologues - H.Tazieff

- François Le Guern, " Les films de volcans ", dans  Le Cinéma et la science, sd Alexis Martinet, Paris, CNRS, 1994, pp.137-147.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Un rapport récent de l’OVSICORI concerne les changements qui marquent la Laguna Caliente du Poas depuis quelques temps. C'est l'occasion d'un examen de son activité au cours de la décennie passée.

 

Un retour en arrière sur les éruptions phréatiques de la Laguna Caliente au 21°siècle :

 

24.03.2006 : aux environs de midi, le lac acide est le site de la première éruption phréatique depuis 1994. De petite taille, elle disperse boue, gaz et pluie acide sur les parties sud et sud-ouest du cratère. Dans la nuit du 24, une éruption plus forte propulse des matériaux à 200 m. de haut et arrose de pluie acide les bâtiments situés 800 m. plus au sud. Durant la journée du 25 mars, 8 épisodes ont forcé le parc à fermer temporairement.

 

25.09.2006 : au moins deux éruptions phréatiques marquent le lac, précédées d’un changement de couleur : la Laguna Caliente passe du turquoise à un gris laiteux.

La première, dans la nuit du 25, expédia des matériaux à au moins 350 m. de hauteur ; de la boue fut retrouvée à 500 m. du cratère principal. Le 26, l’éruption fut mineure.

Une visite le 27 permit de mesurer la température et le pH : respectivement 45°C et pH = 0. Les fumerolles avaient une température moyenne de plus de 95°C.

 

z---costa-Rica-229-copie.jpg          Le cratère du Poas et la Laguna Caliente en fin décembre 2007 - © Bernard Duyck

 

costa-Rica-230-copie.jpgSur la Laguna Caliente, flottent des particules de soufre , et des fumerolles s'échappent du côté interne du dôme, en avant-plan, qui présente des couleurs d'altération  - © Bernard Duyck

 

13.01.2008 : une petite eruption phréatique a éjecté eau et sédiments à 200 m. de hauteur. Selon les observateurs, le lac et le dôme étaient « calmes » avant l’éruption.

 

apres-l-eruption-phreatique-du-13.01.2008.jpgLe lac du Poas couvert par les vapeurs juste après l'éruption phréatique du 13.01.2008 - photo C.Cordero/ Ovsicori

 

12.01.2009 : Une petite éruption phréatique d’un diamètre de 50 m. et centrée sur le lac a éjecté des sédiments et de l’eau à 15 m. de hauteur.

Le 8 janvier 2009, le séisme de Chinchona, de magnitude 6,2 et épicentre localisé à 6-10 km. du Poas, fit 36 morts et une centaine de blessés, détruisant ou endommageant plus de 1.000 habitations. Plus de 1500 répliques furent enregistrées les 8 et 9 janvier.

Le séisme causa de nombreux glissements de terrain au départ des parois du cratère, détruisant une partie du chemin d’accès au fond du cratère.

 

Poas-08.01.2009-degazage-dome.jpgLe dégazage du dôme du Poas , le 08.01.2009 - photo Courtesy of Univ. of Costa Rica and Univ. of New Mexico.

 

Activité de novembre 2009 à aujourd’hui :


En novembre 2009, plusieurs éruptions phréatiques touchent la partie centrale de la Laguna Caliente, éjectant des matériaux qui retombent dans le lac, et accompagnées de panache de gaz foncés montant jusqu'à une dizaine de mètres.la température du dôme dans les zones accessibles monte à 630°C.

 

Courbes-temp.-pH--conductivite---09.2009-10.2010---Ovsicor.jpgRatios de conductivité, température des eaux et leur pH entre septembre 2009 et novembre 2010 - doc. Ovsicori-Una / GVP.


Le 25 décembre 2009, un mélange de vapeur, gaz et sédiments est projeté à 550-600 m. au dessus du lac acide pour retomber dans le cratère ; une forte odeur d’H2S est perçue.

 

Poas-25.12.2009---Ovsicori.jpg

Poas - éruption phréatique du 25.12.2009 - une grande quantité de vapeur est émise par le dôme - photo Ovsicori-Una.

 

Le 23 février 2010, l’Ovsicori signale un nouvel épisode phréatique.

Le suivi des ratio par les équipes de l’OVSICORI montre une température de fumerolle atteignant un maximum de 840°C, le 7 avril 2010  … quelques semaines auparavant, la conductivité avait baissé et le pH atteint un minimum.

Septembre 2010 : plusieurs éruptions phréatiques sont signalées dans la partie centrale du lac ; le dôme est toujours aussi chaud : 810°C.

Novembre 2010 est marqué aussi par différents épisodes phréatiques, avec des panaches éruptif montant à 1.000 mètres. Des dégâts à la végétation dus aux gaz sont signalés à 3,5 km. sur les flancs sud-ouest du volcan. La température du dôme a un peu baissé : 630°C.

Le 2 février 2011, une petite éruption phréatique éjecte des matériaux solides à 6 m. au dessus du lac … avant, pendant et après l’éruption, une zone centrale de 15 m. de diamètre est troublée par une cellule de convection, et agitée par des bulles de gaz et des remontées de sédiments.

 

Une visite approfondie par les équipes de l’Ovsicori le 23 juillet 2011 amène des constatations nouvelles (résumé traduit - texte original en "sources") :

 

Evolution-cratere-Poas---juillet-2011.jpgCarte établie le 23.07.2011 par l'Ovsicori / E.Duarte : indiquant l'extension de la Laguna Caliente en 2001 et 2011 - la localisation des éruptions phréatiques de 2006 (site 1,2 et 3) - l'affaissement actuel (site 4).


La source d’énergie semble concentrée dans le secteur nord du dôme : la fréquence et l’énergie des éruptions phréatiques a en effet diminué et le dôme est marqué par une augmentation de température et des émanations de gaz.

Le dôme présente des températures autour de 640°C , mesurées dans la paroi à 40 m. au dessus du lac et des sorties de gaz tapissées de soufre ; la roche est fracturée et montre des cercles concentriques  colorés différemment sous l’effet de la chaleur.

 

23.07.jpg           Poas, le secteur le plus chaud du dôme (760°C) - photo Ovsicori-Una 23.07.2011 - E.Duarte


Sur les bords du dôme, des fumerolles sub-aquatiques ont suffisamment d’énergie pour créer de petits geysers, qui troublent la belle couleur du lac.


23.jpg

Poas - Laguna caliente - activité fumerollienne sub-aquatique formant geyser (voir carte en 4) - doc. rapport Ovsicori-Una 23 juillet 2011.


Le niveau du lac a baissé depuis la dernière inspection, suite à une évaporation constante et à de nombreuses éruptions phréatiques marquant les mois précédents ; sa température varie entre 57°C (côté est) et 97°C (au contact du dôme).

Les émissions soutenues de gaz et vapeur par le lac et le dôme ont provoqué des effets négatifs dus à l’acidification autour du volcan.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Poas

- Des volcans au pays du Quetzal - le Poas -  link

- Rapports de l'Ovsicori-Una 2006-2011.

- Rapport Ovsicori du 23.07.2011 - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques


 

Le 5 août 2011 dans la nuit, l'Etna a été le siège du 9° épisode paroxysmal de l'année !

Selon un mode opératoire maintenant bien rodé, le cône du cratère sud-est a été marqué d'abord par une activité strombolienne ; à partir de 22h30 environ, la lave a débordé du cône de scories. Une heure plus tard, la coulée de lave a atteint la base orientale du cratère sud-est, puis s'est étalée en plusieurs branches dans la Valle del Bove.

 

05.08.2011--20h51.jpgEtna - activité strombolienne du cône du cratère sud-est - 05.08.2011 / 20h51 - photo BY SM

 

05.08.2011 23h emot                 Etna - fontaines de lave sur la webcam thermique de l'INGV - 05.08.2011 / 23h00


Le paroxysme a été atteint vers 23h50, heure à laquelle sont apparues les premières fontaines de lave ... l'activité explosive s'est intensifiée jusqu'à minuit 20 ce samedi, les fontaines de lave dépassant parfois les 500 mètres de hauteur. - belle photo sur planetearth !

Un panache de cendres et gaz s'est formé , dérivant vers l'ESE., et des retombées ont été signalées sur différentes viles à l'est et au sud-est du volcan.

L'activité s'est maintenue stable durant une heure et les fontaines ont commencé à diminuer graduellement vers 01h10, pour s'arrêter complètement aux environs d'une heure quarante.

Vers 2h, le front de la coulée se trouvait aux environs des monts Centenari. 

 

06.08.2011--6h-emot.jpgEtna - ce matin, la webcam thermique ne renseigne que des laves chaudes sur le cône de scories (et les coulées qui en dérivent) - 06.08.2011 / 06h00

 

Sources :

- EtnaWalk site

- INGV Catania - images des webcams

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

En 2010, le gouvernement Tanzanien annonçait un projet de construction d'une route commerciale asphaltée, longue de 53 km., traversant d'est en ouest la plaine du Serengeti, le plus ancien parc national Tanzanien ... projet inspiré par les Chinois, grands nouveaux exploiteurs des richesses africaines.

Cette annonce a soulevé de nombreuses protestations, car la construction de cette route pourrait avoir de graves conséquences sur les écosystèmes et venir perturber la migration des gnous, des antilopes et des zèbres, ainsi que la vie de leurs prédateurs.

 

Serengeti-Bypass-Postcard-by-NABU.jpg                     Une des affiches de la campagne contre la route traversant le Serengeti.


En juin 2011,sous les pressions, le gouvernement décidait de ne pas recouvrir de tarmac la route traversant le Serengeti ... mais annonçait en même temps, la réfection et la couverture asphaltique de la route qui s'étend sur 117 km. entre Mto wa Mbu (près de lac Manyara) et Loliondo.

Bien que cette route facilite la circulation des populations locales et leur commerce, elle risque d'apporter de nouvelles menaces sur le lac Natron et son biotope particulier. Des craintes se font jour sur une éventuelle remise sur le tapis des plans d'exploitation du carbonate de soude du lac Natron par les Indiens de Tata chemicals ltd dénoncés en 2009 (projets datant de 2007).

Le président Kikwete a proposé de déplacer l'usine en dehors du site du Natron, précisément à Loliondo et de transférer les millions de tonnes de carbonate de sodium par pipelines.

 

 

L'écosystème particulier du lac Natron :

Situé au pied de l'Ol Doynio Lengaï, le lac Natron se loge dans une dépression allongée, orientée nord-sud et délimitée par deux horsts, dans la branche orientale du grand rift africain.

Ce lac peu profond est endoréique : ses apports en eau ne sont dus qu'aux précipitations qui tombent directement dans le lac ou alimentent les quelques cours d'eau qui s'y jettent, après avoir lessivé les volcans aux alentours. Sa superficie, sa profondeur et son volume varient fortement d'après les saisons.

Le lac Natron, qui tire son nom du bicarbonate de soude, se comporte comme une immense saline naturelle; ses eaux sont très alcalines avec un pH variant entre 9 et 10,5, sursaturées en sels de soude qui donnent sa consistance visqueuse à l'eau. Son alcalinité est due à sa proximité avec le Lengaï, volcan qui produit une natro-carbonatite basique.

 

diap-len-037-copie.jpg

Ol Doynio Lengaï domine le rift Gregory et le lac Natron, dont on aperçoit le bord asséché en septembre - photo Bernard Duyck 2006.

 

 

diap-len-036-copie.jpg   Les flamants sont peu nombreux hors période de nidification - photo Bernard Duyck 2006.


Sous l'effet de températures allant jusqu'à 50°C, l'évaporation concentre les éléments chimiques jusqu'au point de précipitation; ces sels forment des croûtes parfois colorées par les micro-organismes aquatiques en rose-rouge.

Le lac Natron est aussi le site de nidification le plus important pour le flamant nain - Phoenicopterus minor - en afrique de l'est. Septante-cinq pour cent de la population globale, soit 1,5 à 2 millions d'oiseaux, y trouvent une concentration élevée en spirulines, Arthrospira platensis - cyanobactéries filamenteuses anciennement appelées algues bleues -, dont ils se nourrissent et qui leur donnent leurs belles couleurs roses.

 

owen_newman_natureplcom01171560.jpg   Nidification des flamants nains au lac Natron - photo BirdLife international / Owen Newman


Menace sur le Natron :

Le projet d'exploitation de la soude par Tata Chemicals, même transféré à Loliondo, nécessitera une infrastructure au Natron  : trains ou pistes pour acheminer le matériel, matériaux de pompage à déplacer en fonction des prélèvements, bruits et pollution des installations et présence humaine.

Tout ceci risque de déloger à jamais les flamants, susceptibles au moindre dérangement en période de nidification.

De plus, l'exploitation industrielle de la soude est gourmande en eau ... et si celle-ci est pompée dans les zones humides du lac, l'effet sur l'écosystème sera dévastateur. Tata Chemicals ne donne aucune garantie sur les techniques d'exploitation envisagées.

 

La Tanzanie ne doit pas seulement prendre en compte le traité de Ramsar qui régit le Natron depuis 2001, mais elle doit aussi considérer ses relations avec les Nations Unies. Celles-ci ont condamné les plans de la route peu après qu’ils ont été rendu publics. Elles sont en droit de le faire puisque le Parc National du Serengeti est un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

La situation n'est certes pas facile, car la Tanzanie doit pour le moment faire face à de nombreux défis : pénurie d'énergie, augmentation anarchique des prix, sécheresse aggravée, crise du Sida, éducation et alphabétisation insuffisantes ; de plus, au niveau préservation, le braconnage est en pleine explosion.

Le président et le gouvernement Tanzanien vont-ils céder aux sirènes de l'industrialisation au seul profit des multinationales étrangères, ou vont-ils essayer de conserver leurs merveilles naturelles, pour valoriser un tourisme qui pourrait entraîner des avantages directs pour les populations locales ?

Les populations Maasais du Natron sont totalement ignorées dans ce débat, et risquent de subir un développement imposé sans avoir leur mot à dire ... une fois de plus !

 


Sources :

- Du Serengeti au lac Natron : le gouvernement Tanzanien a-til pour but de détruire sa faune et ses territoires sauvages ? - fr.mongabay.com

- BirdLife international / Afrique/ Thing pink

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Petit rappel  03.08.2011 :

A partir de 14 h20, une fissure s'est ouverte à la base du flanc ouest du Pu'u O'o, avec production de coulées bilobées en direction du sud et du nord-ouest. La coulée sud est la plus alimentée et a parcouru 3 km. en une heure et demi.

Vers 15h15, le lac de lave a commencé à se vidanger.

 

03.08.2011 - collapsus PuuOoPu'u O'o - collapsus du plancher cratérique et disparition du lac de lave le 03.08.2011 - photo HVO.

 

5 août 2011 :

La lave continue à sortir d'une douzaine de points le long de la fracture sur le flanc ouest du Pu'u O'o. (animation vidéo sur news 5)

Durant la nuit, la coulée nord n'a plus avancé, tandis que la coulée sud n'a avancé que d'une centaine de mètres.

 

04.08.2011-cratere-et-coulees-PuuOo.jpg        Pu'u O'o - image thermique du cratère 'avant-plan) et des coulées - photo HVO 04.08.2011


Aujourd'hui, les deux branches ne sont plus discernables, et la lave s'accumule dans une dépression entre le flanc ouest du Pu'u O'o et l'extrémité est de la fissure de Kamoamoa (éruption de mars 2011).

Le débit de la lave est en retrait par rapport au ratio de sortie au niveau de la fracture de jeudi.

Les mesures montrent que le plancher du cratère s'est effondré de 80 à 85 mètres; les bords du cratère demeurent instables, avec des effondrements continus le long des parois.

 

Les émissions de gaz de la zone de rift-est demeurent à un niveau élevé... deux zones de VOG sont relevées direction sud-ouest de Big island.

 

plumemap.jpg                                       Zones de VOG - doc. NPS VOG webite.


Au sommet du Kilauea, le niveau du lac de lave du cratère Halema'uma'u a baissé de manière non significative.

 

30.07.2011kilauea_ali_2011211.jpg

          Kilauea - cratère Halema'uma'u vu par le satellite EO-1 de la Nasa /ALI , le 30.07.2011.

NASA image by Jesse Allen and Robert Simmon, using data from the Advanced Land Imager (ALI) aboard Earth Observing-1 (EO-1). Caption by Robert Simmon, with thanks to Matthew Patrick, USGS Hawaii Volcano Observatory.

 

Sources :

- HVO - rapport du 05.08.2011 - 03h19 UTC

- Nasa Earth Observatory.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Un essaim de micro-séismes a marqué l'île Canarienne d'El Hierro depuis le 19 juillet; le nombre de séismes atteignait plus de 1.000 le 31.07.

2011071921elhierro---19.07--21.07-IGN-AVCAN.jpgLa plupart d'entre eux étaient caractérisés par une magnitude de 2 (+/-0.5), et localisé sous l'île à des profondeurs oscillant entre 9 et 16 km., le plus superficiel d'entre eux étant à 4 km.


Localisation des séismes entre le 19 et le 21.07.2011 sous El Hierro - doc. IGN / AVCAN



 

hierro_golfo_valley_gr.jpg

El Hierro - la vallée d'El Golfo forme une dépression en fer-à -cheval, sous laquelle est localisé l'essaim sismique actuel.


Le volcanisme de l'archipel des Canaries :

 Les Canaries ont été le siège d'activités volcaniques depuis environ 20 Ma avec deux périodes plus intenses : entre 18 et 10 Ma, et depuis 5 Ma. Plus on se déplace vers l'ouest, plus les îles sont récentes.

Bien qu'on en débatte toujours, il est admis que le volcanisme de l'archipel est lié à une anomalie thermique, un point chaud.

El Hierro est l'île la plus récente; Son nom , El Hierro - "l'île de fer", vient de ses spectaculaires falaises de couleur brun-rouille.

 L'activité volcanique y remonte à 1,12 Ma et au volcan El Tinor; plus récemment, le volcan el Golfo fut actif entre 545.000 et 176.000 ans. L'éruption la plus récente remonte à 550 avant JC.

La partie la plus active du point chaud est actuellement sous El Hierro.

 

Quelle est la signification de cet essaim sismique :

Il est possible qu'ils reflètent des mouvements de magma en profondeur, peut-être au sein de la chambre magmatique... et ne sont pas nécessairement lié directement à ne éruption.

En absence de déformation du sol et d'émissions de gaz, on ne peut que surveiller et attendre ... pour mémoire, les essaims sismiques qui ont précédés d'une année l'éruption de l'Eyjafjallajökull.


Un autre risque caractérise ces îles volcaniques : les avalanches de débris.

En se basant sur l'analyse des dépôts sédimentaires marins, on a pu montrer que ces îles volcaniques avaient été le siège d'une douzaines d'effondrements de grande ampleur au cours des derniers millions d'années, le dernier datant de 560.000 ans.


Rincon-0241.jpg                        Carte des zones de dépôts d'avalanches (en brun)  sur l'archipel des Canaries.

                               in "Volcanism" de H-U.Schmincke .


Les phénomènes qui sont engendrés par les effondrements dans la mer de flancs de volcan sont parmi les plus spectaculaires que l'on puisse trouver au monde. Il faut dire que les cônes volcaniques peuvent se constituer de différentes façons. Certains sont formés par des écoulements successifs de lave très fluide, qui se solidifie. Les pentes sont alors assez douces et il n'y a pas a priori de risque d'effondrement. Il n'en est pas de même lorsque ces cônes de déjection se forment par rejet de cendres, qui retombent en pluie.

Les risques sont particulièrement importants dans l'océan Atlantique, étant donné le nombre de volcans en activité qui s'y trouvent.

El Hierro, de part sa forme et les dépôts sous-marins analysés, a été le siège de trois de ces épisodes.

Si une avalanche de débris se produit, touchera-t-elle Hierro ou La Palma (et le Cumbre Vieja) et quelle sera son ampleur ? Un tsunami géant sera-t-il généré ?

 

Quelles sont les mesures prises ?

Une réunion conjointe de l'Institut volcanologique des Canaries et du gouvernement local a débouché sur la considération que la situation est "normale", correspondante au sémaphore "vert".

L'Avcan a cependant pris des mesures préventives avec le PEVOLCA - el Plan Especial de Proteccion Civil y Atencion de Emergencias por Riesgo volcanico en la Communidad Autonoma de Canarias - et la distribution d'un folder à la population.

 

folleto-pevolca-El-hierro.jpgLe folder informatif édité par le Gouvernement local des Canaries - un clic sur la photo vous mène vers son contenu sur le site de l'Avcan, en espagnol.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Hierro

- Communications de l'Avcan - link

- Folleto informativo para la poblacion sobre volcanes en Canarias - link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L'activité évolue au Pu'u O'o' :


Le 21 juillet, la lave a débordé du cratère et rempli les pit crater MLK et Puka Nui.


21.07.2011-HVO-copie-1.jpgSituation du cratère, avec son lac de lave perché, et la lave qui envahit les pit craters le 21.07.2011 - photo HVO.

 

21.07.2011-PuuOo.jpg




Le 29 juillet, la lave s'est accumulée sur le côté sud-ouest du cratère et a commencé à "former un bouclier bas" qui a englouti les pit craters.

Ces coulées externes sont couplées à un soulèvement du plancher du catère depuis fin juin ... sur la photo, on peut voir le flanc du côté est du lac de lave (perché) : avant son soulèvemet, cette portion était quasi plate !.


29.07.2011---3-PUuOO---HVO.jpg

Le 29, la lave a englouti les pit craters et commencé à former un bouclier bas - en comparaison avec la photo ci-dessus - doc. HVO.

 

29.07.2011---2--PUuOO---HVO.jpg

                       Uplifting du plancher côté est du lac de lave - photo HVO 29.07.2011.

 

Le 3 août, le plancher du cratère du Pu'u O'o , qui s'était soulevé les jours précédents, a commencé à s'affaisserà 14h.02.

A 15h15, le planche du cratère et le lac de lave perché commencent à s'effondrer , et pendant quelques heures, le lac de lave n'est plus visible et le plancher du cratère est recouvert de décombres.

 

03.08.2011---collapsus-PuuOo.jpgle 03.08.2011, affaissement et effondrement du plancher du cratère ... le lac de lave n'est plus visible.- photo HVO


 Voici pour l'évolution dans le cratère, tandis que sur le flanc ouest du volcan, vers 14h20, la lave sort par un évent. Les écoulements forment ensuite deux branches : une plus faible s'avance vers le nord dans un kipuka recouvert de forêt en y causant des incendies, tandis que la branche sud, plus volumineuse descend les flancs du Kilauea en suivant les traces de coulées de 002-2004.

Ces coulées restent cantonnées au sein du parc national des volcans et ne posent par de problèmes pour les résidents.

 

03.08.2011-la-lave-sort-par-le-flanc.jpg

     Le 03.08.2011, vers 14h20, la lave sort par un évent sur le flanc ouest du Pu'u O'o. - photo HVO

 

20110803_torr_0182_L---03.08.2011.jpg

                 Avancée bifide de la lave, le 03.08.2011 et les incendies générés - photo HVO

 

Source : Hawaiian Volcano Observatory - rapports et photos

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog