Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

 

ETNA---Th.Reichart-2008.jpg     Photo symbôle de son amour de la vie et de sa passion pour l'Etna -   ╬Thomas Reichart ╬  2008. 

 

Le 30 novembre 2008, Thomas Reichart disparaissait sur les pentes de l'Etna, qu'il avait arpenté des dizaines de fois.

 

Parti seul pour photographier les coulées de lave de l'éruption en cours, il a glissé et fait une chute d'une cinquantaine de mètres sur la route de retour dans la Valle del Bove.

Un SMS parvenu à l'INGV à l'un de ses amis et collaborateur stipule simplement : "Help ".


 

                          "Arrivederci Thomas. Ci mancherai."  - hommage de Klaus Dorschfelt / YouTube.

 

 AFP :

Thomas-Reichart-2008---ph.Reuters.jpgUn photographe allemand a été retrouvé mort ce matin sur l'Etna, en Sicile (sud de l'Italie) où il était parti samedi observer les phénomènes éruptifs de ce volcan toujours en activité, a annoncé l'agence Ansa. Le corps du photographe, Thomas Reichart, 32 ans, originaire de Stuttgart, a été retrouvé à 2.780 mètres d'altitude sur les flancs du volcan.

Le jeune homme avait envoyé samedi un message de détresse avec son téléphone portable mais sans préciser sa localisation.

Les recherches au sol et par hélicoptère aussitôt déclenchées par les services de secours avaient été gênées par les mauvaises conditions météorologiques. Les températures négatives enregistrées sur le volcan étaient encore aggravées par un vent violent.

photo Reuters 2008.

Cette dépêche laconique de l'AFP confirme la mort de Thomas Reichart , retrouvé par un guide de Volcanodiscovery, Rosario Basile.


thomas_reichart_800.jpg

 

 


Thomas est né en Allemagne, à Sindelfingen le 13 novembre 1976 ; après des études à l'Université de Stuttgart, il obtient son "master's degree en biotechnologie" en 2004, et son doctorat en 2008. Il travaille ensuite à l'institut technique de biochimie de Stuttgart.

 

Th.Reichart-2-.jpg             A Stuttgart, dans son labo  -  photo de sa page Flickr / ╬Thomas Reichart ╬

 

Ses hobbies et domaines d'intérêts sont liés aux phénomènes naturels : volcans, éclipses solaires, plantes et fleurs, photographie.

Ses passions le mène à voyager et à randonner sur la planète ... mais il

il voue un attachement particulier au massif volcanique de l'Etna, magnifiant le volcan et sa nature par de superbes clichés.

 

Montagnola-and-glow-of-Etna---Th.R.2006.jpg   Etna - La Montagnola et les lueurs des coulées dans la Valle del Bove - ╬Thomas Reichart ╬ - 2006

 

Etna-Th-Reichaert.jpg    La première photo d'une série de cartes postales de l'Etna - EtnART par   ╬Thomas Reichart ╬ .

 

Th.Reichart-er-2008.jpg

  Amoureux des volcans, il savait magnifier leurs laves - coulée de l'Etna en 2008 - ╬Thomas Reichart ╬

 

Th.Reichart---Alcantara-river-2008.jpgIl parcourait aussi les abords de l'Etna - ici, les effets de l'érosion de la rivière Alcantara - ╬Thomas Reichart ╬

 

 

Th.Reichart-Ice-cristal---de-.jpgSes photos-nature sont autant de chefs d'oeuvre - cette photo intitulée "Ice cristal" a été prise en Allemagne près de chez lui -  ╬Thomas Reichart ╬

 

Th.Reichart---derniere-photo-30.11.2008.jpg       Sa dernière photo : l'Etna, en bordure de la Valle del Bove - le 30.11.2008 - ╬Thomas Reichart ╬ 

 

 

Il continue à nous accompagner et à partager sa passion pour le Mongibello grâce à ses photos, que vous pouvez retrouver sur sa page Flickr, tenue à jour par ses parents et son frère, que je remercie pour leur autorisation de partage des photos jointes à l'article.

 

Sources :

- Flickr - page de Thomas Reichart - link

- Photo medvekoma - une sélection de ses meilleures photos - link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

L'éruption se poursuit au Tungurahua, avec l'émission permanente d'un panache chargé en cendres, qui atteint une hauteur variant entre 3.000 et 4.000 mètres, et même 5.000 m. à 17h35 locale lundi.

Les flancs supérieurs du volcan sont recouverts de cendres, qui n'ont pas donné de lahars malgré la pluie dans l'après-midi.


28.11.2011---Pablo-cozzaglio.jpg

Tungurahua -  activité strombolienne nocture le 28.11.2011 - photo Pablo Cozzalio


Les bonnes conditions météorologique en soirée ont permis d'observer une activité strombolienne, avec expulsion de blocs incandescents à plus de 300 m. au dessus du cratère, retombant ensuite sur les flancs en roulant sur 400 à 500 mètres.

 

La sismicité observée est assez faible et contraste avec le démarrage brusque de l'éruption et les phénomènes intenses produits... il est donc nécessaire, d'après l'institut de gépophysique, que les habitants restent hors des zones définies à haut risque, en particulier les barrancos, d'autant que les observations visuelles et de contrôle thermique sont bien souvent rendus impossibles en raison de la couverture nuageuse.

 

Les volcanologues ont classés les retombées de l'éruption en deux groupes distincts : des cendres claires, presque blanches et des bombes de texture scoriacée à ponceuse sombres, appelées localement "cascajos ".

 

Source : IGEPN - rapport du 28.11.2011

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Der-basanitgipfel-des-Hoherodskopfs---der-vogelsberger-geop.jpg

              Un des sommets du Vogelsberg : le Hoherodskopf - Naturpark Vogelsberg

 

Le Vogelsberg, "la montagne aux oiseaux", est un massif montagneux d'origine volcanique situé en Allemagne dans l'état de Hesse.

C'est le plus grand massif basaltique européen et le seul volcan-bouclier Allemand; de taille comparable à l'Etna, il a un diamètre de 60 km. et une surface de 2.500 km².

Fortement érodé, ses sommets les plus élevés sont le Taufstein avec 773 m. et le Hoherodskopf avec 763 m.

 

Il est principalement recouvert de feuillus et entouré par ce qu’on appelle la ceinture Grünland-Fichten, un paysage de haies caractéristique du Vogelsberg. Des prairies, des champs, des forêts, un univers végétal aux multiples espèces ainsi que des étangs et des lacs en constituent le décor naturel. Avec un dense réseau de sentiers de randonnée, le Parc naturel de Hoher Vogelsberg vous permettra d’admirer une faune et une flore très diversifiées.

 

Dossier-27-0445.JPGSituation du graben du Rhin par rapport au massif rhénan (Rheinischer Schild) et ses champs volcaniques (EEVF : east Eifel volcanic field ... )  et le Vogelsberg (entouré de jaune)

 

europetit.jpg                               Zones de rift et volcanisme alcalin tertiaire péri-alpin.

 

Située dans la cadre général du graben Rhénan et du volcanisme tertiaire péri-alpin, l'activité volcanique est datée principalement de -18,2 Ma à - 16,3 Ma, une période "courte", géologiquement parlant.

A cette époque, le climat de cette région était de nature tropicale à subtropicale. Latérite, bauxite et lignite en sont les témoins.


Les magmas émis ont une composition allant de la basanite au quartz tholéitique; d'après les oligo-éléments et la composition isotopique en Nd, Sr et Pb, on en déduit trois sources mantelliques différentes.

- une source typique d'un panache asthénosphérique, enrichie en oligo-éléments, similaire au niveau composition à celle du réservoir asthénosphérique européen en relation avec le volcanisme tertiaire.

- une source mantellique appauvrie, située dans le manteau lithosphérique ou l'asthénosphère supérieure,

- une source mantellique veinée (persillée).

 

On en déduit trois étapes de formation :

1. des mélanges en fusion en provenance du manteau remontent vers la chambre magmatique et évoluent vers des éruptions caractérisées par des laves différenciées.

2. les roches en fusion proviennent d'une source mantellique appauvrie, et d'un mélange progressif avec une source asthénosphérique.

3. après épuisement de la source mantellique appauvrie, les roches en fusion viennent d'une source asthénosphérique.

... évolution vers des sources de moins en moins profondes.

 

Manteau-et-croute-sous-le-Vogelsberg---oxfordjournal.jpgReprésentation schématique des composants de la croûte et du manteau sous le Vogelsberg - d'après Boggard et Wörner - référence en sources.

  1, Upwelling asthenosphere (EAR - European Asthenospheric Reservoir - signature); 2, lower lithospheric mantle (depleted); 2a, metasomatized regions of the TBL (anhydrous); 3, hydrous mineral bearing veins (∼70 Ma?); 4, upper lithospheric mantle (depleted); 4a, metasomatized regions of the MBL (Hercynian, hydrous); 5, veins related to Tertiary volcanism; 6, lower crust; 7, Tertiary intrusions (alkalic and/or tholeiitic); 8, middle and upper crust; 9, magma chamber (alkaline differentiates); 10, Vogelsberg.

 

Après cette période volcanique "courte", l'érosion a façonné le Vogelsberg : des plateaux et des cuvettes, où se sont déposé des sédiments, sont séparés par des zones où affleurent les roches plus dures.

 

Kloshorst--au-dessus-de-Grebenhain---basalte-PN-Vogelsberg.jpg

                    Klöshorst, près de Grebenhain : basalte - photo Vogelsberg, der Naturpark.

 

Schmitterberg-au-sud-de-Gedern---basalte---PNV.jpg

                                       Basalte au Schmitterberg - Naturpark Vogelsberg

 

Uhuklippen-monument-naturel---ph.Pulv.jpg

                                 Uhuklippen natural monument - photo Pulv.

 


Sources :

 

- Petrogenesis of basanitic to tholeiitic volcanic rocks from the Miocene Vogelsberg, Central Germany - by P.J.F. Bogaard & G. Wörner / Journal of Petrology.

- Petrogenesis of tertiary continental intra-plate lavas from the Westerwald region, Germany  / Journal of Petrology.

- Der Vogelsberg - Geotope im grössten vulkangebiet mitteleuropas - Th. Reischmann & Ad. Schraft.

- Faszination-Vulkane - volkanismus in Deutschland - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Dans l'après-midi et la soirée du 27.11.2011, le volcan Tungurahua a produit une éruption accompagnée d'explosions, des coulées pyroclastiques, avec des retombées de cendres et de blocs incandescentes, affectant principalement le flanc ouest.

 

Tungu-27.11.2011-coulee-pyroclastique---IGEPN.jpg                   Tungurahua : éruption et coulée pyroclastique du 27.11.2011 - photo IGEPN

 

Vers 16h50 locale, quatre séismes volcano-tectoniques ont été suivis de deux petites explosions à 17h01 et 17h05. Des explosions plus conséquentes (17h18, 17h31 et 17h35) ont été accompagnées de chutes de blocs incandescents jusqu'à 1 km. sous le cratère, et de coulées pyroclastiques (17h30) descendant les quebradas (ravines) d'Achupashal, Chotanpamba et Mandur, sur les flancs NO. et O. du volcan.

Des chutes de cendres ont été signalées à Bilbao et Manzano, et des lapilli et "cascajos" sur Pillate.

D'autres coulées pyroclastiques sont enregistrées sur les flancs SO. à 18h58 et 19h05.

 

TUNG-VAAC-Washington-28.11.2011.jpg

Le volcan ayant le tête dans les nuages, le panache éruptif n'a été repéré qu'en partie à 100 km. à l'ouest du Tungurahua et une altitude de 10.000 mètres, sa plus grande partie se trouvant d'après le VAAC Washington vers 7.500 mètres.

 

Ce paroxysme s'est produit avec une mise en place très rapide hier, alors que la sismicité du Tungurahua était considérée comme faible et l'activité caractérisée uniquement par des fumerolles dans le cratère.  

 

Sources : 

- IGEPN - rapport du 27.11.2011 - 19h locale - link

- VAAC Washington / NOAA - link

   

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le Kaiserstuhl, qui culmine au Totenkpof à 559 mètres, est situé dans le graben rhénan, à l'est du Rhin.

 

Kaiserstuhl---kais-breisgau.jpg                 Vue aérienne du complexe du Kaisersthul - photo Kaisersthul-Breisgau.de

 

Cet ensemble, le complexe volcanique du Kaiserstuhl, "le trône de l'Empereur", a manifesté une activité entre -19 et -16 millions d'années.

Il a une superficie de 150 km², un diamètre approximatif de 12-13 km.

Sa mise en place au tertiaire supérieur, après la phase de fracturation et d'effondrement du fossé rhénan.

Il est malaisé de distinguer les grands domaines géologiques, car le massif est recouvert à 85% de loess d'âge quaternaire.

Environ une trentaine d'affleurements de roches volcaniques alcalines existe autour du Kaiserstuhl. Ces roches forment des petits affleurements sur les deux bords du sud du fossé Rhénan .

En France, notamment à Trois Epis et Le Valtin (mélilitites à néphéline), à Orbey, Riquewihr, Tannenbach et Vordermarbach (néphélinites à olivine).

En Allemagne, entre autres, à Zähringen, Attental, Uhlberg et Reutebach, en Forêt Noire. Toutes ces roches forment des intrusions, filons ou necks, dans les roches encaissantes.

 

schauenberg_coupe_geol_fosse---lithotheque-alsace.jpg                                                     Doc. Schauenberg / lithothèque Alsace

 

carbonatites-Kaiserstuhl-11-Eduscol.jpgCarte des centres volcaniques du sud du fossé Rhénan - D'après Keller et al., 2002 / éduscol ENS Lyon.

 

Pourquoi le volcanisme est-il centré à cet endroit ?

En raison de la faible profondeur du Moho - la discontinuité de Mohorovicic, séparation entre la croûte terrestre et le manteau - qui ne se trouve ici qu'à 24-25 km., contre une moyenne de 30 km. sous les continents "stables".

 

On distingue trois unités géologiques :

- à l'est, on a une zone recouverte de sédiments datés du jurasique à l'oligocène, où percent trois dômes phonolithiques : le Fohberg (324m alt.), l'Endhalden (336 m. alt.) et le Käferholz (346 m.alt.), alignés sur une fracture N-S.


- au centre, une masse intrusive riche en filons et enclaves, avec le Badberg (435 m.) et l'Orberg (403 m.)

 

Totenkop---vues-sur-Badberg-et-Hochberg--kais-breisgau.jpgPoint de vue, du haut du Totenkop, sur le Badberg et le Hochberg - photo kaisersthul-breisgau.de


Diverses sources chaudes existent au Badberg (température de 20°C).


- à l'ouest, on retrouve divers stratovolcans : à Breisach am Rhein (225 m.), au Humberg (246 m.), au Lützelberg (230 m.), au Limberg (272 m.) - et un dôme de phonolithe, le Kirchberg (295 m.)

 

carbonatites-Kaiserstuhl-04.jpg  Carte géologique simplifiée du complexe éruptif du Kaiserstuhl, hors couverture de loess -

D’après “Erläuterungen zur geologischen Exkursionskarte des Kaiserstuhl”, Freiburg, 1959 / éduscol ens-Lyon.

 

Karte_Eisenlohr---1829-jpg

                   Carte du Kaiserstuhl datée de 1829 - Eisenlohr - moins précise que la précédente.


Evolution et dates des éruptions :

Sur base d'études géologiques, pétrographiques, géochronologiques, on a pu reconstituer l'histoire de ce complexe. Maurice Krafft considère son développement en trois périodes.

1. avant -18 Ma : A l'éocène, une sédimentation se développe jusqu'à l'oligocène, tandis que des mouvements tectoniques soulèvent certaines zones de plusieurs centaines de mètres, en donnant naissance à un réseau de failles  N-S. Au début du Miocène, une activité volcanique explosive marque l'est du massif, avec émission de tuffs et brèches phonolitiques.

2. de -18 à -16 Ma : édification de plusieurs stratovolcans, et alternance de coulées de téphrites, de limburgites et néphélinites ou encore phonolites.

La manifestation la plus récente du volcanisme se fait au stratovolcan de Limberg-Lützelberg. 

3. Durant la seconde période, il y a -17 Ma, le Kaiserstuhl est le siège d'une intense activité intrusive surtout dans sa partie centrale :

- filons et extrusion de dômes phonolitiques

- injection d'une masse centrale essexitique

- montée des carbonatites au sein des essexites

- injection de filons d'essexites et phonolites dans l'ensemble formé précédemment,

avec une dilatation générale du volcan dans les sens est-ouest.

 

Oberbergen-im-Kaisersthul.jpgOberbergen im Kaiserstuhl : un village-rue dans l'unité géologique centrale, entouré de terrasses cultivées. - photo kaisersthul-breisgau.de

 

Pétrographie :

Les types de roches y sont très variés; ils se déclinent en

- une série potassique, depuis les néphélinites et limburgites, jusqu'aux phonolites.

La , portant le nom d'un lieu-dit du Kaiserstuhl, est une basanite.

 

Limburgite---geowiki.jpg                                               Limburgite (basanite) - doc. geowiki.


- une autre série plutonique, ayant cristallisé lentement en profondeur, des théralites et essexites aux syénites néphéliniques.

- les rares carbonatites, composée essentiellement de calcite (CaCO3 ) : ces carbonatites résultent de la cristallisation par refroidissement d'un magma liquide qui s'est écoulé en surface, OU a fait intrusion près de la surface.

Les seules roches semblables ont été trouvé dans le fossé d'Oslo, plus ancien que le Kaisersthul.

On ne retrouve des laves-carbonatites que sur un seul volcan actif sur la planète, encore s'agit-il des natro-carbonatites de l'Ol Doinyo Lengai en Tanzanie.

 

Kaiserstuhl-carbonatite---ohiostate.edu.jpg

 Echantillon de calcio-carbonatite extrusive du Kaiserstuhl - 7,4 cm. - doc. Newark / Ohio state Univ.

 

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et de Larouzière - éd. Delachaux & Niestlé.

- Eduscol / ENS Lyon - le Kaiserstuhl et ses carbonatites - link

- Kaisersthul und Breisgau aus dem heissluftballon gesehen - link

- Géo-alsace - le Kaiserstuhl et la Forêt Noire - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le niveau d'alerte du Galeras a été relevé à l'orange - éruption possible en termes de jour ou semaine - le 24 novembre, par les volcanologues colombiens de l'INGEOMINAS.

 

2011-11-26---3---Galeras-copie.jpg               Le sommet du volcan Galeras, le 26.11.2011 - Photo Ingeominas / Forces aériennes.


La surveillance sismique a montré ces derniers jours une recrudescence des secousses de type "tornillo" ainsi qu'une diminution des émissions de gaz qui pourrait résulter d'un colmatage des zones d'évacuations de l'édifice. La résultante pourrait alors être une pressurisation du système volcanique.

Les volcanologues précisent ainsi dans leur bulletin que la situation actuelle, en particulier la sismicité, est similaire à celle qui a précédé les phases explosives précédentes, entre 1992 et 2010.

Ingeominas a recommandé l'évacuation de 8.000 personnes vivants à proximité du volcan.

 

Les séismes de type "tornillo" sont caractérisés par un "signal en forme de vis", avec un tremblement initial important suivi  d'un signal se poursuivant durant plusieurs minutes parfois. Ils représentent l'éclatement de la roche suite à une augmentation de la pression des fluides lors de la progression du magma dans la croûte. Ce signal, comme le trémor, est l'une des clefs de la sismicité pré-éruptive.

Dans le cas du Galeras, on a remarqué une corrélation entre le nombre total de tornillos pré-éruptifs et le volume de matériaux éjectés lors d'une éruption.

  Tornillos-copie-1.gif

                                             doc. Wired Science / Eruptions - Dr Klemetti

 

Source :

- INGEOMINAS - Boletin-extraordinario-de-actividad-volcan-Galeras

- INGEOMINAS - photos du 26.11.2011

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le Système de Rifts Cénozoïques Européens s’étend de la Méditerranée jusqu’à la Mer du Nord sur une distance supérieure à 1000 km.

Le Fossé Rhénan (ou le graben Rhénan) en est le segment central le plus prononcé. Il se présente sous la forme d’une plaine de 35 km de large en moyenne et s’étend sur 300 km de long entre Bâle, au sud, et Francfort, au nord.

Il est bordé à  l’est par la Forêt Noire et à l’ouest par les Vosges ; son extrémité sud se raccroche au segment Bresse-Rhône par le système transformant Rhin-Saône.

 

Fosse-Rhenan---Geocaching-2.jpg                                    Paysage du fossé Rhénan - photo Géocaching.

 

eost.u-strasbg.fr.jpg

        Situation de l'Europe et de l'Afrique du nord à l'Oligocène supérieur - doc. eost.u.strasbg.fr

 

Précédé par un épisode volcanique au Crétacé, l’effondrement du Fossé Rhénan s’est produit au cours de deux phases distinctes :

- l’une de la fin Éocène jusqu’au début Oligocène (39-36 Ma), sous un régime tectonique extensif relié à la collision Afrique-Europe,

- l’autre de l’Oligocène jusqu’au Miocène (25-20 Ma), contemporaine d’une nouvelle crise tectonique alpine.
L’effondrement du Fossé Rhénan Supérieur - région limitée au nord par Strasbourg et par Bâle au sud - s’arrêterait au début du Miocène en relation avec une rotation anti-horaire de la contrainte maximale horizontale et/ou d’un soulèvement des Vosges et de la Forêt Noire au Miocène moyen .

 

 fosse_rhenan_coupe-545x502.jpg                                       doc. Eduscol / svt.ac-dijon.fr


Le fossé rhénan s'accompagne d'un volcanisme alcalin. Les laves riches en carbonates s'infiltrent dans les fissures de failles. Il débute à l'Eocène, se carbonatites-Kaiserstuhl-10 Planet-terredéveloppe au Miocène avant de s'y terminer.

Côté français, ce volcanisme est réduit à des dykes alors que du côté allemand, il crée les volcans de Kaiserstuhl au Sud (entre 18 et 13 Ma) et de Vogelsberg au Nord (19 Ma).

Au niveau de ce premier volcan, le manteau est situé à 24 km de profondeur, la plus forte remontée de la région.

 

Carte de la profondeur du Moho en km. - doc. Planet terre.

 

 

schauenberg_cloos---lithotheque-alsace-copie.jpg

Structure du fossé Rhénan - avec ses volcans , le Vogelsberg et le Kaisersthul (en rosé) - doc. Schauenberg Cloos / Lithothèque Alsace.

 

En résumé : la tectonique provoque une subsidence rapide associée à un enfoncement progressif du bassin dû au jeu de failles normales. Ce sont des structures allongées limitées par ces failles normales (grabens et demi-grabens).

Un volcanisme associé à la décompression du manteau supérieur est présent et comme la lave remonte en traversant la croûte continentale, elle se charge en éléments crustaux entraînant un volcanisme alcalin. Il n’ y a de pluton que si le volcanisme avorte ce qui est rare car ce magma alcalin est fluide.


Actuellement, le Fossé Rhénan Supérieur est caractérisé par des taux de soulèvement et d’effondrement faibles et une contrainte horizontale maximale orientée ∼N45°E.

Le fossé rhénan reste une région qui connaît une activité sismique régulière.

On y observe une activité diffuse et de faible magnitude sur les périodes 1997 -1999 ainsi que 2000-2002. Par contre, entre 2003 et 2005, trois évènements importants, de magnitude locale entre 5 et 5,4, y ont eu lieu (Rambervillers le 22-02-2003 dans les Vosges, Roulans le 23-2-2004 au front nord du Jura et Waldkirch le 5-12-2004 en Forêt Noire - Allemagne).

 

Sources :

- Eduterre : Un rift continental, le fossé Rhénan - link

- CNRS - Le fossé Rhénan, un océan avorté - link

- Préfecture des Vosges - le risque sismique dans les Vosges - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

  

14.11.11 - dégazage pyroclastes

El Hierro - mer de Las Calmas - émission le 14.11.2011 de "restingolas" en dégazage. - doc. Guardua Civil / Involcan.


Divers échantillons de "restingolas" , le matériel pyroclastique émis lors de l'éruption sous-marine en cours à El Hierro, ont été analysés par divers laboratoires espagnols (CSIC, Huelva univ.), américains (Washington state univ. , Mc Gill univ. Québec) et français (Clermont Ferrand univ.)

 

Des analyses effectuées par méthodes de fluorescence et microsonde électronique RX confirment que :

- la matière noire est de la basanite ; ce magma est typique des éruptions Canariennes avec un ratio de SiO2 de 43-45% , une teneur en éléments volatils de 2% , une densité de 2.700 kg/m³. Sa température d'émission est de 1.200°C.

- la matière blanche a une gamme de composition qui va de la trachyte à la rhyolite avec un ratio moyen de SiO2 de 63-64% (à 70,4%), une teneur élevée en Al2O3 de 15-19%. La densité est de 2.300 kg/m³ pour une température d'émission de 850-900°C. La teneur plus élevée en volatils, de 4 à 5%, rend ce magma potentiellement plus explosif ... mais sa volumétrie peu importante relativise cette caractéristique.

 

Informe_petrologico_erupcion_Hierro5.jpg  Analyse chimique de "restingolas" émis le 15.11.2011 - doc. Gobierno de Canarias / CSIC / Un. Huelva.

 

Informe_petrologico_erupcion_Hierro3.jpg

                   Coupe d'une "restingola" - doc. Gobierno de Canarias / CSIC / Un. Huelva.

 

La structure interne de l'échantillon montre une structure en spirale, produite par un mouvement de rotation lors de l'expulsion vers l'extérieur.

La zone de contact entre les deux matériaux est vésiculée, indiquant que les fluides de viscosité différentes se sont mélangés juste avant la sortie vers l'extérieur. Le taux de vésiculation de la substance blanche montre qu'une grande quantité de gaz s'est libérée lors de l'ascension vers la surface.

 

situation-des-events---Avcan.JPG

          Situation des évents sous-marins des 12.10, 04.11 et 21.11.2011 - doc. AVCAN / Google Earth.

 

L'activité volcanique est toujours soutenue au sud de La Restingua, comme en témoigne l'intense décharge des gaz volcaniques qui amènent en surface des pyroclastes.

 

23.11.2011---3--Involcan-guardia.JPG

Décharge de l'évent sous-marin au sud de La Restingua - photo du 23.11.2011 / Guardia Civil - Involcan - Helico El hierro.

 

L'activité sismique se maintient au nord, dans la zone maritime d'El Golfo, avec des séismes de magnitude comprise entre 1,7 et 2,6 et une profondeur de 13-24 km.; on remarquera quelques séismes plus superficiels. Le nombre total de séismes depuis le début de la crise se monte le 23.11 à ... 11.792 !

 

Eventos_HIERRO_au-24.11.11---10-j-jpg

     Situation et magnitude des séismes des 10 derniers jours, figée au 24.11.2011 / 5h02. - doc. IGN


histograma_HIERRO_24.11.2011---2.jpg

                  Histogramme du nombre de séismes journaliers du 19.07 au 21.11.2011 - doc. IGN

 

Sources :

- AVCAN - IGN - Guardia Civil - Involcan - Gobierno de Canarias.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers

Les necks sont des intrusions magmatiques caractérisées par une prismation radiaire, résultant d'anciennes cheminées volcaniques comblées, et mises au jour par l'érosion.

L'érosion entraîne les matériaux friables, entourant la lave présente dans les conduits et les dykes, plus résistante. Après un certain temps, le "bouchon" dur finit par saillir du paysage pour former un relief aux flancs escarpés.

 

Selon une habitude humaine mystifiant les choses incompréhensibles pour l'époque, ces necks sont souvent reliés à des croyances religieuses, ceci dans diverses civilisations : en Birmanie, le Taung Kalat - au Sri Lanka, le rocher du Lion de Sigiriya - en France, l'église St Michel d'Aiguille au Puy-en-Velay.


D'autres sont en relation avec des légendes , comme le Strombolicchio dans les îles Eoliennes, indissociables de la mythologie grecque et de ses dieux, des écrits d'Homère et de l'Odyssée d'Ulysse. .

 

 

Strombolicchio_-ITA--wiki-man-77.jpg       L'échelle du Strombolicchio est donnée par le bateau, à droite - Photo Man77 / wiki.

 

Au Nouveau-Mexique / USA, "Shiprock" est un neck, ainsi nommé par les anglophones pour sa ressemblance avec un clipper, vers 1870.

Shiprock est composé de brèche volcanique fracturée et de dykes de roches ignées appelées "minette".

Minette: terme désignant une roche magmatique de faciès lamprophyrique, essentiellement constituée d'orthose et de biotite (M. VOLTZ, 1828).

Le terme "minette" est ambigu et peut aussi qualifier un minerai de fer sédimentaire, oolithique du Jurassique moyen de Lorraine (E. de BEAUMONT, 1822)


Shiprock.----blogspot.jpg

                                         "Shiprock" - neck volcanique - photo blogspot.


C'est le vestige d'une cheminée volcanique qui s'est bouchée et solidifiée il y a 27 millions d'années ... cette structure fait partie de le zone nord-est du "Navajo volcanic field". des millions d'années d'érosion ont déchaussé cette cheminée et les dykes l'entourant, supprimant le cône volcanique lui-même, plus friable.

Les indiens Navajo le nomme  "Tsé Bitʼaʼí ", "le rocher ailé ", en référence à la légende du grand oiseau qui les a amené du nord sur leurs terres actuelles. Ce pic est mentionné dans de nombreuses légendes ; dans l'une d'entre elle, des oiseaux monstrueux habitaient le pic, et se nourrissaient de chair humaine ... deux guerriers jumeaux furent mandatés par les Navajos pour les débarrasser de ces oiseaux monstrueux.

 

Ship-Rock----The-land-and-the-mineral-word.jpgShiprock / Navajo volcanic field - USA : le neck est entouré de dykes rayonnants dans diverses directions  - photo "the land and the mineral world".

 

Structure-mise-en-place-des-corps-ignes---ULB41-copie.jpgNavajo volcanic field - Shiprock - Williams

 

 

 

 

 

A gauche :

neck et dykes radiaires

doc. d'après : ULB mise en place de corps ignés

 

A droite : En pointillé, la structure volcanique avat son érosion - en gris, "Shiprock" et en noir, le tracé des différents dykes ... toutes ces structures sont visibles sur la photo ci-dessus. -

 

768px-Shiprock_from_ASTER.jpgLe schéma fut confirmé par une image ASTER / satellite Terra de la Nasa prise le 02.06.2006.

NASA image created by Jesse Allen, Earth Observatory, using data provided courtesy of NASA/GSFC/METI/ERSDAC/JAROS, and U.S./Japan ASTER Science Team. Thanks to Robert Johnson of the Navajo Nation Museum for information on the mythology of  Tsé Bitʼaʼí.

 

volcanic-neck.jpgAgathla, aussi appelé "El Capitan", est un autre neck volcanique du Navajo volcanic field, formé il y a 20-30 millions d'années.

 

Coupe du neck volcanique Agathla. (doc. Williams / Oregonstate un.)

 

Le corps principal du neck, constitué de brèches de tuff, est entrecoupé de dykes de minette. A l'origine, le conduit volcanique était celui d'un maar.

 

 

Agathla---ph.-Geographer.jpg

            Le neck volcanique Agathla - Navajo volcanic field - 457 mètres - photo Geographer.

 

Sources :

- Volcanologie - par J-M. Bardintzeff - éd. Dunod.

- Navajo volcanic field - Oregonstate University - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers

Parmi les plutons "mineurs", on relève des formations qui résultent de remplissage de fractures qui sont donc plus jeunes que l'encaissant : les dykes et les sills.

 

Un dyke (ou dike), mot d'origine celte signifiant "mur ", prend après son dégagement la forme de petits murs, à prismation horizontale mimant une construction. Ils résultent du remplissage par la lave de fractures verticales, radiaires ou concentriques à l'édifice.

Contrairement au sill, un dyke recoupe les différentes couches présentes antérieurement.

 

Etna-valle-del-bove-dykes.jpgEtna - dans la Valle del Bove, quelques 363 dykes ont été mis à jour par son effondrement - doc. photovolcanica.


L'épaisseur d'un dyke peut varier de quelques centimètres à quelques dizaines de mètres tandis que son extension horizontale, à l'affleurement, peut atteindre plusieurs kilomètres. L'épaisseur du filon est généralement plus petite que les deux autres dimensions.

Les dykes peuvent apparaître en essaim, jusqu'à plusieurs centaines, mis en place quasi simultanément lors d'un même événement intrusif. Souvent sources d'éruptions fissurales car constituant des réseaux par lesquels le magma se déplace sur de grandes distances. La vitesse de mise en place peut atteindre un mètre par seconde. Cette rapidité de déplacement permet à la lave de ne passe solidifier trop rapidement au contact des roches plus froides qu'elle traverse. Dans un dyke de 2 m de large, avec un magma avançant à 1m/s, la température ne chute que de 20°C en 10 km.

On peut distinguer, selon leur géométrie, des dykes radiaux,coniques,annulaires,obliques, de manteau.

 

 

2915761018_d5820eb003_o-copie.jpg

Madère - une île volcanique comme en attestent les nombreux dykes de la côte nord-ouest -  © Bernard Duyck

 

Laacher-See-096-copie.jpg

Allemagne - Eifel - carrière du Wingertsberg - portions de dyke annulaire (gris bleuté), malheureusement disparues aujourd'hui suite à l'exploitation carrière  ... le personnage compris entre deux portions donne l'échelle -  © Bernard Duyck

 

Dossier-27-9227-copie---dyke-Mt-Moran-TetonNP.jpg

USA - Grand Teton national park - un dyke vertical érodé au sommet du mont Moran, formé plus bas mais remonté suite au soulèvement de la chaîne montagneuse du Grand Teton. - © Bernard Duyck

 

Baranof-island---dyke---Alaska---enc.britannica.jpg       Alaska - Baranof island - dykes d'épaisseurs différents et bien contrastés - doc. Enc. Britannica.

 

Un sill est un "filon-couche", une intrusion entre des couches sédimentaires plus anciennes, ou des coulées de lave, du tuff déjà en place, respectant la stratigraphie générale. Un sill ne croise donc pas les roches préexistantes.

Ils ont habituellement une orientation horizontale, mais peuvent être redressés jusqu'à la verticale par des processus tectoniques. Pour la différenciation, on observera l'évidence d'une surchauffe sur les surfaces supérieures et inférieures, au contact des roches environnantes.

 

Edinburgh_Salisbury_Crags--photo-Klaus-with-K.jpg

     Ecosse - région d'Edinburgh - Salisbury Crags seen from Calton Hill * photo Klaus with K. 

 

the-great-whin-sill---hadrian-s-wall---ph-Michael-Hanselman.jpg

Angleterre - Northumberland - the Great Whinn sill, surmonté par la muraille d'Hadrien - photo Michael Hanselmann.

 

Le grand sill basaltique de Whin / Northumberland a une épaisseur WhinDiag v2xtrawidemoyenne de 70 mètres , avec des pentes légères en direction sud, sous la couche de roches sédimentaires sus-jacente. Ce sill est surmonté par la muraille d'Hadrien, construite par les romains vers l'an 120. Schéma The Geological society.

 

great-whin-sill---Alnmouth-NRTHUMBERLAND---Antonia.jpg

Northumberland -  la surface de "The Great Whin sill " légèrement prismée (voir schéma ci-dessus)
© Copyright Antonia and licensed for reuse under this Creative Commons License.

 

Sources :

- Volcanologie - par J-M. Bardintzeff - éd. Dunod

- Guide des volcans - par M.Rosi & al. - éd. Delachaux & Niestlé.

- Observations on the geology of northumberland nd Durham - N.J.Winch

Lire la suite

1 2 3 4 5 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog