Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

En guise d'introduction, une vidéo intitulée "Pele meets the sea", dont on ne retiendra cette fois que la partie sous-marine :

 

 

 

Les laves en cousins, ou Pillow-lavas, ont la caractéristique de s’être formées dans une phase liquide (de l’eau – océan, lac ou rivière), que ce soit au niveau d’une dorsale océanique, ou lors de l’avancée d’une coulée sous le niveau océanique, ou encore en milieu sous-glaciaire.

 

Ces laves se présente sous forme sphérique, bulbeuse, ou de lobes tubulaires.

 

OAR---Nurp-Collection-88-Hawaii.jpg                               Hawaii - pillow lavas - doc. OAR - NURP 1988

 

pillow_lava_long---NOAA.jpg                                           Pillow tube en formation - doc. NOAA


Lors de l’extrusion, le contact entre la lave à 1200°C et l’eau, entre 0° et une vingtaine de degrés, provoque un phénomène de trempe … la lave se couvre d’une fine pellicule vitreuse, qui, n’étant pas complètement refroidie, forme une sorte de polochon souple, progressivement gonflé par la lave qui continue d’être émise. Sous la pression, la paroi figée va se fendre et laisser passer de la lave fluide, qui va à son tour subir le même phénomène.

croissance d'un pillow lavaLa forme extérieure des tubes est conditionnée par leur émission à travers les fissures du tube précédent, comme de la pâte dentifrice qui sort de son tube.

 

Croissance d'un pillow lava - doc. Le feu des abysses.


On aboutit ainsi à la formation d’empilements de boules de lave en forme de coussins de plusieurs mètres de taille, et sur une grande épaisseur.

 

Les chocs thermiques vont provoquer un écaillage de la gaine vitreuse et former sous la lave une semelle pyroclastique.

pillow_lavas.jpgLorsqu’une coulée se forme, les nouveaux oreillers sont émis au sommet de la pile et s’écoulent sur une certaine distance avant de se figer, processus qui tend à produire des buttes escarpées ou des billons, d’une épaisseur atteignant plus de 10 mètres.

L’écoulement de la lave sur une pente douce forme des tubes de lave. En cas de rupture de pente, la lave est drainée hors des tubes, suite à leur rupture ; de l’eau s’y infiltre, fige les surfaces chaudes et crée des cloisons horizontales dans le tube, tandis que la lave drainée forme des boules qui vont se détacher du tube et former des amas sur les replats.

 

Coupe d'un pillow-lava :

 

Coupe pillowtexte.png                           Doc. Le feu des abysses - par Roger Hékinian et Nicolas Binard

 

 

                         A voir et écouter ... mais à ne pas faire, à moins d'être super entrainé !!!

 

 La composition chimique des laves constituant les pillow-lavas dépend du contexte structural d’émission de celles-ci : zone d’accrétion, zone de subduction, ou milieu intraplaque.

En cas de formation d’une nouvelle croûte océanique, d’épaisses séquences de pillow –lavas sont émises au centre de diffusion, alimenté à partir de la chambre magmatique par des dykes.

Les pillow-lavas et le système de dykes associé fond parties d’une séquence classique d’ophiolite lorsqu’un segment de croûte océanique est obducté sur un segment de croûte continentale.

 

660px-Ofiolite_sequence_EN.svg-copie.png                                                   Séquence d'ophiolites - doc. Wikipedia

 

Principalement  composée de basalte, elles peuvent aussi être composées de Komatiite, picrite, boninite, andésite, ou dacite. La viscosité de la lave émise conditionne la taille des pillow.

 

Phénomène volcanique intéressant, mais peu accessible aux observateurs ... sauf dans les rares cas où on les retrouve dans des séries paléo-volcaniques. A examier dès demain !

 

Sources :

- NOAA Nemo explorer - Pillow lavas

- Volcanogeol - les laves en coussins - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Un bonus du film "Robin des volcans vient d'être rajouté sur You Tube et je ne résiste pas au plaisir de le partager !

 

affiche-Robin-des-volcans-copie.jpg                                       Affiche du film "Robin des Volcans"


On y voit Robin, en cours de tournage du film et de test de son appareil de mesure, en compagnie d'Alain Bernard, son professeur à l'Université Libre de Bruxelles, présent au lac du Kawah Ijen pour une tout autre raison : il s'agit pour lui et les étudiants qui l'accompagnent, de préparer le nouveau programme d'étude dans le cadre de sa coopération avec l'institut de surveillance indonésienne.


L'Ijen a été popularisé par Maurice Krafft, puis par Nicolas Hulot, et c'est un volcan où l'on rencontre beaucoup de français ... le français est d'ailleurs la seconde langue après le Bahasa à être parlée sur les pentes du volcan.

La présence de "touristes" est matinale et laissera à l'équipe de l'ULB le reste de la journée pour des mesures diverses.

 

Pour le plaisir des yeux donc et celui d'entendre notre ami Robin et son professeur...

 

 

 

 

Source :

You tube - bonus du film documentaire "Robin des Volcans" par Benjamin Morin et Pierre Quiqueré - 27.02.2012

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Le dernier rapport de l’OVSICORI – Una, observatoire volcanologique et sismologique du Costa Rica, en date du 25.02, rapporte de petites éruptions phréatiques au crater activo du Rincon de la Vieja, confirmées par la sismicité, les 19 et 20 février 2012, respectivement à 0h16 et 0h46 locale.

Des habitants de la zone de Guachipelin, à 11 km. au SO du cratère actif signalent des bruits d’explosion et des chutes de pierres entre 4h et 4h30 le 23 février courant ; cet évènement n’a pas donné de signaux enregistrés par les sismomètres … ceci n’exclut pas toutefois la réalité d’une petite éruption phréatique.

 

Rincon-crater-activo---E.Duarte-Ovsicori.jpg

Le crater activo du Rincon de la Vieja, occupé par un lac acide, le contour esquissé du vieux cône boisé et la laguna fria, un lac non-volcanique entre les deux - photo aérienne non datée de l'Ovsicori par E.Duarte - in GVP

 

Ces éruptions phréatiques mineures entrent dans le cadre d’une activité phréatique sporadique qui marque le volcan Rincon de la Vieja depuis septembre 2011.

D’autres cycles d’activité phréatique ont été répertoriés en novembre 1995 et février 1998.

 

Il faut noter que ce type d’explosion générée par de l’eau super-chauffée peut précéder de plusieurs mois ou plusieurs années une éruption magmatique. Pour mémoire, la dernière éruption majeure du Rincon a eu lieu en 1966 ; elle a provoqué des coulées pyroclastiques et a été qualifiée de VEI 3 par le GVP.

 

Toutefois, par mesure de prudence, la Commission Nationale d’Urgence a décrété la zone des cratères sommitaux interdite aux visiteurs.

 

Les nombreuses sources chaudes et zones de fumerolles et marmites de boue, témoins de l’activité géothermale persistante, devraient rester accessible aux visiteurs du parc national.

 

costa-Rica-139-copie.jpg              Sur les pentes du Rincon, le "Volcancito" ... marmite de boue active - © Bernard Duyck


costa-Rica-187-copie.jpg

                    Rincon de la Vieja - Explosion d'une bulle de boue - © Bernard Duyck

 

 

Sources :

- OVSICORI – Informe de Actividad del volcan Rincon de la Vieja los dia 19,20 y 23 febrero del 2012  

- La Nacion 25.02.2012 - Medida de prevención ante erupciones - CNE pide abstenerse de visitar cráter del Rincón de la Vieja.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Retour dans le Puy de dôme, où la parc Vulcania fête cette année ses dix ans d’existence.

C’est à proximité du site que je vous entraîne, vers un endroit exceptionnel, mariant pierres volcaniques, art et nature … et découvert grâce à un article de Dominique Decobecq dans la revue L.A.V.E.

 

Dans les Combrailles, cet endroit entoure le Puy de Beaufort, un site volcanique à 900 mètres d’altitude qui comporte des vestiges d’occupation gauloise, puis médiévale. Il porte le nom poétique de " Chemin Fais’Art ".

 

Les-pierres-qui-marchent---blog-Arte-TV.jpg                      Le " Chemin Fais'Art " - photo Arte TV / Les pierres qui marchent.

 

Ce sentier de quelques kilomètres est parsemé d’une vingtaine de sculptures monumentales en pierre de Volvic : des cages, des spirales, des demi-sphères sont disséminées dans les pâtures, les clairières, les sous-bois, jusque dans les douves de l’ancien château.

Il faut appréhender le lieu sans se presser, se laisser imprégner par chaque œuvre, accepter de se perdre et de  retrouver sa route grâce à l’une ou l’autre borne en lave, portant un haut-relief de signes énigmatiques.

 

Chemin-fais-art---tourisme-combrailles.jpg               Sur le "Chemin Fais'Art"  ... - photo Tourisme Combrailles


La première sculpture y a été implantée en 1992, et depuis, chaque année, une ou deux créations  y naissent … puis s’y patinent : l’andésite de Volvic, claire à l’origine, prend une couleur gris-noire en étant exposé aux conditions atmosphériques Auvergnates.

 

Chemin Fais'art - BaLaDo                                      Chemin Fais'Art - Nid de dinosaures ? - photo BaLaDo.

 

5E7035F4-4C8D-4C4E-9D4F-07901BCC958B_PAT-Chemin-Fais-art-a-.jpg

         Claustra, ou bibliothèque, ou ... - photo Chemin Fais'Art Chapdes-Beaufort.


Les-pierres-qui-marchent---Auvergne-visite.jpgUn Igloo de l'âge de pierre ? ... ne manquez pas d'examiner la pierre du sommet - photo Auvergne visite.


Cet endroit magique est né de l’imagination d’un sculpteur, Gilles Pérez, et de l’association " Les pierres qui marchent " .

Ce " taiseux " préfère laisser ses œuvres parler pour lui, ou encore évoquer les chantiers de réinsertion qu’il anime depuis 15 ans, avec huit personnes en contrat d’avenir.

Les sculptures résultent selon ses propres mots, d’un esprit bâtisseur, d’une oeuvre collective plus qu’individuelle … elles sont l’aboutissement d’un travail d’équipe sur un an. Les pierres sont données par la Graniterie des Volcans du Petit Chambois, puis sont taillées et assemblées, en même temps que le site est aménagé puis entretenu. Au visiteur ensuite de s’approprier chaque réalisation, indépendamment les unes des autres : selon qu’elle est vue par un géologue, un historien, un enfant, elle va livrer une autre version et vivre différemment.

Comment trouver le « Chemin Fais’Art » ?

chemin-faisart.jpgA partir du centre de Chapdes-Beaufort, suivre la direction de Pulvérières (D575) sur 1,8 km. Le parking est situé 300 m après l'indication Fais'art.

 

Un plan sommaire est disponible à la mairie ou chez Gilles Perez à Chateix (04 73 79 23 37 - Web : http://www.lespierresquimarchent.fr/

 

 

beaufort-copie.jpg

 

Sources :

- Revue L.A.V.E - n°147 novembre 2010.

- Divers sites : BaLaDo.fr - Randoplanet / Puy de Dôme - Auvergne visite

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

En novembre 2011, les habitants de la péninsule de Kaulapapa sur l’île de Moloka’i ont été alertés par des odeurs d’œufs pourris venant du petit lac de cratère Kauhako … présence d’ H2S, un gaz volcanique connu. Cette odeur n’avait pas été constatée depuis plus de 50 ans.

 

Kauhako-crater---NPS.jpg                          Le cratère et le lac Kauhako / Moloka'i - doc. NPS

 

Les services du NPS – National Park Service –  avaient fortuitement étudié les eaux du lac dans le cadre général du monitoring ; ils se sont donc intéressés de suite au phénomène.

 

Le cratère Kauhako, qui abrite le lac, est un évent éteint situé sur le sommet du volcan-bouclier Pu’u ‘Uao, qui s’est formé entre 570.000 et 340.000 ans sur Moloka’i ; cette île s’est depuis éloignée du panache mantellique situé actuellement sous Big Island.


 

Molokai_hi-copie-2.jpg                                          Moloka'i - doc. Univ. Hawaii coastal geology group


Hawaii_hotspot_poster-copie.jpg                 Passage progressif au dessus du panache mantellique d'Hawaii - doc. USGS


Le lac du cratère Kauhako est le seul lac profond des îles Hawaii. De taille modeste, 0,35 hectares, sa profondeur maximale est de 250 m. environ, pour une forme en « coupe de champagne ».


Les études menées en 1970 ont montré qu’il s’agit d’un lac méromictique

(composé de plusieurs couches qui ne se mélangent pas habituellement) : la couche supérieure, de plusieurs mètres d’épaisseur, est constituée d’eau saumâtre, oxygénée, et contenant du phytoplancton. Sa surface est située au niveau de la mer, mais sans connections avec celle-ci qui se trouve à 1.600 m.

La couche inférieure plus épaisse est dépourvue d’oxygène et chargée en H2S, suite à l’action des ions sulfates sur la matière organique présente. Elle est piégée sous la couche supérieure, et en temps normal, l’H2S ne peut s’échapper vers l’atmosphère.

 

L’étude récente a prouvé que la couche supérieure a disparue … vraisemblablement par évaporation. Les eaux riches en sulfures, autrefois piégées, se retrouvent ainsi en surface, et l’H2S peut s’échapper vers l’air libre. Toute vie a disparue de cet environnement délétère, et le lac peine à retrouver son ancienne structure en couches.

Le NPS surveille le lac, en collaboration avec l’HVO, et mesure les taux d’H2S, de dioxyde de carbone et d’oxygène.

 

Sources :

- Hawaii 24/7 – volcano watch / USGS

- University of Hawaii - coastal geology group  - Moloka'i

- NPS - Kauhako crater pond

- Kauhako Crater and Channel, Kalaupapa, Molokai, Hawaii: A
Terrestrial Analog to Lunar Sinuous Rilles. Cassandra R. Coombs and Bernard Ray Hawke, Planetary Geosciences Division, Hawaii Institute of Geophysics, Honolulu,

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Une industrie touristique s’est construite autour de La Fortuna, ville-champignon au nom prédestiné et à l’activité florissante, née de l’éruption du volcan Arenal .

 

 

full-la-fortuna-volcano.jpg

                                 L'Arenal se trouve "dans le jardin" de La Fortuna

 

Arenal-Volcano-2008---Ovsicori.jpg                        Le sommet de l'Arenal, rarement dégagé - photo 2008 Ovsicori-Una


Après un sommeil de 500 ans, l’Arenal s’est brutalement réveillé le 29 juillet 1968 par une éruption qui a malheureusement tué 87 personnes et détruit les villages de Tabacon, Pueblo Nuevo et San Luis. Le lendemain, une coulée pyroclastique emportait huit autres personnes.

Les riverains, pour la plupart éleveurs de bétail ou producteurs de fromages, comprirent alors que l’Arenal n’était pas une haute colline, mais bien un volcan.

Pendant deux décennies, ils sont restés indifférents aux perspectives commerciales offertes par celui-ci … mais l’afflux de visiteurs leur a donné des idées, et ils ont commencé à construire des lodges sur leur propriété et à transformer leur hacienda en hôtels.

 

Dossier-30-3658-copie.jpg                         Les thermes de Tabacon - © Jean-Michel Mestdagh


En 1991, un architecte visionnaire s’est intéressé aux eaux chaudes de la rivière Tabacon, et a créé le Tabacon Grand Spa Resort. Les activités commerciales de La Fortuna en ont été stimulées, et de nombreux "ticos" ont ouvert des boutiques.

Depuis les nuits sans nuages sont devenues un ravissement pour nombres de volcanophiles ou amateurs de nature, qui guettent les éboulements incandescents ou les éventuelles coulées pyroclastiques.

 

Arenal-thorsten-Boeckel-IMG_5630_n.jpg              Arenal - activité nocturne - avec l'aimable autorisation de Thorsten Boeckel

 

Ces activités ont perduré … jusqu’en mai 2010, époque où l’Ovsicori, l’observatoire volcanologique costaricien, a enregistré la dernière avalanche incandescente. Depuis le 15 septembre 2010, il n'y a plus aucune alerte thermique satellite et l'éruption semble s'être tassée.

 

Arenal-24.05.2010.jpg

Changements de morphologie du sommet de l'Arenal causés par l'effondrement du dôme le 24.05.2010 - Photo Ovsicori-Una / E.Duarte / GVP

 

Depuis, certains se sont reconvertis en créant une entreprise de spéléologie, d’autres en organisant des excursions d’un jour au Nicaragua … mais 16  mois après la cessation d’activité du volcan, on n’a toujours pas enlevé les pancartes ventant les émissions de lave, et des guides-voyous essaient toujours de vendre « des lava tours » à des touristes.

 

Une nécessaire reconversion est possible car les centres d’intérêts ne manquent pas dans la région de l’Arenal ! Il faudra penser "Hot springs, rafting, ponts suspendus, observation de plantes et d’oiseaux, excursions dans le Guanacaste tout proche".

 

Arenal--2012--2-AVE.jpg         Autour de l'Arenal - pont suspendu et voyage dans la canopée - © Antony Van Eeten 2012

 

Arenal--2012---7-AVE.jpg

         Cassique de Montezuma - Psarocolius Montezuma - © Antony Van Eeten 2012

 

 

Arenal--2012---12-AVE.jpg              Grenouille aux yeux rouges - Agalychnis callidryas - © Antony Van Eeten 2012

 

Témoignage de Robin Campion, volcanologue belge à l'époque étudiant à l'U.L.B. - Extrait d'un "bonus" du film Robin des Volcans "  - intitulé Crash météo

 

"Après 15 jours passés à jouer à cache cache avec le soleil pour mesurer le panache du volcan Turrialba, notre séjour au Costa Rica touche à sa fin. Il ne nous reste que quelques heures avant les vols vers l'Europe et nous décidons de jouer notre va-tout pour voir de la lave, au volcan Arenal plus au nord...Nous étions à des années lumières d'imaginer d'ailleurs que ce que nous allions voir était parmi les derniers souffles de l'activité de l'Arénal, car quelques semaines plus tard, en octobre 2010, il toussait ses dernières scories. Il n'y a plus d'activité depuis !!!  "

 

 

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Arenal

- Ovsicori-Una  -  link

- Ticotimes - "Arenal : no lava, no cry"

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Volcans et climat

Les autres implications climatiques de volcans durant le petit âge glaciaire ont été vues précédemment :

- L'éruption du Laki en Islande et son impact indirect sur la Révolution Française - link

- L'éruption du Tambora en 1815 - link


 

37469 426367706440 645396440 5110821 384524 n copie                                                  La fissure du Laki - © Antony Van Eeten

 

Ces éruptions datées du LIA ont eu un impact sur les arts et la littérature de cette période ... quelques exemples.


Influences sur la peinture :

 

Une étude a été réalisée par Neuberger en 1970 sur plus de 12.000 peintures couvrant la période 1400-1967, en provenance de musées d'art américain et européens. Elle visait à établir une relation entre la description du ciel dans ces tableaux et les données climatiques de l'époque.

 

Pieter_Bruegel-le-jeune---Chaseurs-ds-la-neige-1565-Kunsthi.jpg       Pierre Brueghel le jeune-  Chasseurs dans la neige - 1565 - Kunsthistorische museum Vienne.

Paysage Brabançon, où les chasseurs et leurs chiens reviennent fatigués, marchant lourdement dans la couche de neige, tandis que des paysans brûlent les soies du cochon et que patinent les villageois ... le tout sous un ciel "plombé".


Divers paramètres ont été pris en compte :

- Le bleu du ciel : classé en bleu pâle, moyen ou profond

- la nébulosité  et l'opacité du ciel: estimée selon le code américain des voies respiratoires, moins de 10% de couverture, 10 à 50%, 60 à 90%, plus de 90%.

- le type de nuages selon leurs familles et situation basse, moyenne, haute, ou dispersée verticalement

- la teinte générale plus ou moins foncée de l'oeuvre.

 

Les résultats ont été séparés en trois époques :

- 1400 à 1549

- 1550 à 1849

- après 1850

 

 

Neuberger-1970---parametres-des-peintures.gifVariation de différents paramètres en fonction de l'époque dans les peintures examinées - étude de Neuberger 1970 / dans The Little Ice Age in Europe - Scott A. Mandia.

 

Selon ces données, la seconde époque, 1550-1849, correspond à l'apogée du Little Ice Age et est caractérisée par l'obscurité et la nébulosité.

Les similitudes entre la seconde et la troisième période sont plus liées à un courant artistique, l'impressionnisme, ainsi qu'à la prise en compte de la pollution industrielle.

 

Hendrick_Avercamp---1608---paysage-hivernal-avec-patineurs-.jpg     Hendrick Avercamp - Paysage hivernal avec patineurs - 1608 - Rijksmuseum d'Amsterdam

         Tout se passe dans un paysage gelé, et sous un ciel couvert où le soleil peine à percer.


Tamise-gelee-en-1677---Abraham-Hondius.jpg

Abraham Hondius - La Tamise gelée avecle London Bridge (médiéval) et Southwark Cathedral - 1677

La Tamise s'est transformée en patinoire géante plus de 24 fois durant le LIA ...la première "Thames frost fair" eu lieu en 1608, la plus grande en 1683-84, où le fleuve fut recouvert de 28 cm. de glace durant 2 mois. Il faut cependant relativiser : le fleuve était plus large et mons profond, et le pont médiéval avec ses arches rapprochées constituait un barrage propice.

 

 

Dans la littérature :

 

Cette période coïncide  avec la publication du poème de lord Byron :

" Darkness " , dont voici les premiers vers :

               I had a dream, which was not all a dream.
              The bright sun was extinguish'd, and the stars
              Did wander darkling in the eternal space,
              Rayless, and pathless, and the icy earth

              Swung blind and blackening in the moonless air ...


En 1815, une villa, proche du lac Léman en Suisse, abrite Lord Byron . Durant l’été, il reçoit la visite de Mary Shelley et de sa famille -Frankenstein-s_monster_-Boris_Karloff-.jpgproche ; retenus à l’intérieur à cause de la pluie incessante, Byron propose à ses hôtes d’écrire chacun une histoire de fantôme. Byron écrit un scénario fragmentaire qui permit à un ami de s’en inspirer pour écrire Dracula. Mary Shelley, inspirée par la lecture des Fantasmagoriana et sous l’influence de l’opium, fait un cauchemar où elle a une vision « d’un étudiant pâle penché sur la chose qu’il avait animé ». Elle achève d’écrire Frankestein au printemps 1817.

Frankestein, ou le Prométhée moderne, est considéré comme le roman précurseur de la science-fiction.

Photo de Boris Karloff, dans une interprétation de Frankestein.

 

Sources :

 - The Little Ice Age in Europe by Scott A. Mandia - professor physical sciences Selden

- Sur ce blog, le dossier "Volcans et climat" - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Volcans et climat

 

 En février 1600 au sud du Pérou, après une période de calme de 9.350 ans, débute une éruption cataclysmique au volcan Huaynaputina – en langage local « volcan nouveau » . Considérée comme la plus grande éruption historique d’amérique du sud, elle va dévaster la région et détruire une dizaine de villages, mais aussi influencer le climat au niveau mondial.

 

Bild30-Huaynaputina3---JC-Thouret--IRD.jpg                     Pérou - le cratère de l'Huaynaputina - photo J.C. Thouret / IRD

 

Le stratovolcan Huaynaputina, situé à 80 km. d’Arequipa, ne présente pas un profil identifiable comme une haute montagne … Malgré sa hauteur répertoriée à 4.800m., il ne dépasse les environs que d’un petit millier de mètres ; il a la forme d’une grande dépression en fer-à-cheval de 2,5 km. de large résultant de l’effondrement consécutif à son éruption, ensuite érodée par les glaciers.

 

L’éruption de 1600 :

Des chercheurs de l’IRD, Institut de Recherche pour le Développement, et de l’IGP, Institut  de Géophysique du Pérou, ont reconstitué les différentes phases de cette éruption, sur base d’analyses des dépôts éruptifs de la région et d’études des chroniques de l’époque (dont Compendio y Descripción de las Indias, d’Antonio Vasquez de Espinosa). L’histoire de ce volcan, jusqu’à présent peu étudié, a permis de comprendre l’origine de cette éruption et d’en mesurer les conséquences.

 

Huaynaputina-1600---JC-Thouret1.jpgSituation du volcan Huaynaputina et du rio Tambo dans la CAVZ - Central Andean volcanic Zone - doc. J.C. Thouret.

 

Parmi les six phases identifiées, trois phases majeures ressortent :

1. Première phase plinienne :  Le 19 février 1600, un panache s’élève du volcan et monte jusqu’à 35 km., atteignant la stratosphère. La pluie de cendres et de ponces consécutive génère en 18 heures près de 8 km³ de dépôts ; elle a été observée par des témoins de l’époque jusqu’à 600 km. au nord-ouest du volcan, et reste aujourd’hui identifiable jusqu’à 350 km. de l’Huaynaputina.


Arequipa_Ascheregen_Huaynaputina_1600---Kb.dk---Guaman-Poma.jpg2.Après une accalmie, les explosions reprennent du 24 au 27 février. Au cours de cette phase ignimbritique, des coulées pyroclastiques chargées en ponces seront canalisées jusqu’à 40 km. du point d’émission. Des tremblements de terre associés  détruisent la cathédrale d’Arequipa, éloignée de 80 km.

 

Chutes de cendres sur Arequipa en 1600 - doc. Guaman Poma, Nueva corónica y buen gobierno  archives 1615. 


3.Du 28 février au 15 mars, des explosions hydromagmatiques génèrent des coulées pyroclastiques cendreuses et des dépôts observables aujourd’hui jusqu’à 60 km. du volcan. Certaines coulées s’engouffrent dans le canyon du Rio Tambo, y créent des barrages et des lacs temporaires. Lorsque ces barrages cèdent, des lahars se forment qui vont dévaster la vallée jusqu’à l’océan Pacifique éloigné de 120 km. Les récits de l’époque parlent de « pierres brûlantes cuisant les poissons du fleuve ».

 

Au cours des mois suivants, des coulées pyroclastiques secondaires, non directement liées à l’éruption, se forment … les chroniques rapportent un ciel obscurci par la poussière près de neuf mois après le début du cataclysme.

 

L’éruption sera qualifiée de VEI 6 – avec émission de 30 km³ de téphra dacitique. (GVP)

 

Deux phénomènes conjoints peuvent être à l’origine du volume et du débit exceptionnel de cette éruption :

- en remontant le magma a rencontré les eaux d’un système hydrothermal superficiel ; l’éruption hydromagmatique a accru la fragmentation du magma et l’intensité de l’explosion. Au paroxysme de la phase plinienne, le taux d’émission a été estimé supérieur à 100.000 tonnes de magma par seconde.

-  un magma plus acide et plus visqueux a été émis lors de la phase ignimbritique et des phases suivantes, entretenant un caractère hautement explosif

 

Effets locaux et mondiaux :

Les retombées de cendres furent constatées jusu’à 500 km. du volcan, couvrant le Pérou, mais aussi le nord du Chili et l’ouest de la Bolivie. La couche de cendres forme d’ailleurs un marqueur stratigraphique au Pérou.

Plus de 1.500 personnes furent tués, dix villages dévastés, et l’économie liée à l’agriculture régionale mis 150 ans à retrouver son niveau.

 

 

Huaynaputina-zone-d-influence--.gif               Isopaques des retombées de cendres de l'éruption de l'Huaynaputina en 1600.

 

La dispersion des poussières et gaz dans la stratosphère ont généré des aérosols qui perturbèrent le climat de l’ hémisphère nord.

 

Bild33-Concentration-de-gaz-soufres---Huaynaputina-1600.pngConcentration des sulfates et anomalies de températures, extrapolées de données dendrochronologiques du Groenland.


 

Little-ice-age--dynamical-origins2-copie.jpg           Anomalies de température dans la région nord Atlantique vers 1600 ( * ) - doc M.Mann 2009


Dans l’hémisphère nord, l’année 1601 fut considérée comme la plus froide en 6 siècles.

Ces conditions climatiques conduisirent à une famine en Russie de 1601 à  1603 et à un renversement du Tsar, à un retard des vendanges en France et à une baisse de production en Allemagne.

Entre 1600 et 1610, la progression des glaciers dans la région de chamonix causa des inondations qui détruisirent trois villages et en endommagèrent d'autres.

 

Ce climat froid eu un impact sur la santé de la population européenne, favorisant l'apparition du "feu de St Antoine ", l'ergotisme : convulsions, hallucinations, gangrène des extrémités et mort en sont les conséquences. Des foyers sont susceptibles de se créer dès que sont réunis les conditions suivantes : un temps humide, de températures fraîches, un retard dans les moissons des cultures de plaine et la consommation de seigle.

La malnutrition est liée à un affaiblissement de l'immunité et aggrave les épidémies (grippe, peste bubonique).

 

evolution-du-prix-du-ble.gif

L'évolution du prix du blé dans différents pays européens aura une influence considérable sur l'instauration de plusieurs périodes de famine - doc. from The Little Ice Age in europe / by Scott A. Mandia Professor - Physical Sciences - Selden, NY 11784

 

Le pic d’acide sulfurique relévé au Groenland fut plus important que celui relié à l’éruption du Krakatau en 1883.

Au Japon, le lac Suwa gela pour la première fois en 500 ans, et en Chine, les pêchers fleurirent tardivement.

 

Sources :

- Global volcanism Program - Huaynaputina

- Largest explosive eruption in historical times in the Andes at Huaynaputina volcano, A.D. 1600, southern Peru
 by Jean-Claude ThOuret -  IRD and Instituto Geofisico del Peru - Jasmine Davila Instituto Geofísico del Perú, Lima, Perú - Jean-Philippe Eissen

- The Geochemistry of Huaynaputina Volcano, Southern Peru
Richard A. Oliver, Nicole Vatin-Perignon, Pierre Goemans and Francine Keller.

- The Little Ice Age in Europe by Scott A. Mandia - professor physical sciences Selden. 

- Global signatures and dynamical origins of the Little Ice Age and Medieval climate anomaly - by Michael E. Mann & al. / Science magazine.

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Geochimie-des-volcans-Faial--tectonique.jpg

Situation de l'archipel des Açores et de la micro-plaque des Açores - position de Sao Miguel sur le rift de Terceira - doc. Nunes & al 2006 in Geochemistry of volcanic rocks from the Faial island / A. Machado & al

 

L'archipel des Açores est particulièrement concerné par les éruptions durant la seconde période (1430-1455) du  Petit âge glaciaire.

 

Lagoa das Furnas, ilha de São Miguel, Arquipélago dos Aç    Açores - Sao Miguel - le Lagoa das Furnas, et en haut à gauche, le Pico das Furnas - doc. Iconotec


Le volcan Furnas situé à la pointe est de l’île de Sao Miguel aux Açores, contient deux caldeira, la plus jeune de 6 km. de large et une plus vieille, plus grande mais moins distincte dans la topographie locale.

L’activité volcanique post-caldeira  a été importante au cours des derniers 5000 ans ; au moins 11 couches de ponces trachytiques en témoignent, ainsi que le Pico do Gaspar, un dôme de lave trachytique localisé à l’Est du lac de cratère Lagoa das Furnas. Sa formation succède à plusieurs éruptions plinienne accompagnées de coulées pyroclastiques et de la formation de deux anneaux de ponces nichés ; elles ont été datées respectivement de 840 +/- 100 ans et de 1441. Cette dernière, ayant eu lieu durant le LIA, a émis 100 millions de m³ de tephra ; elle est classée de VEI 4.

 

Furnas - Pico do gaspar nested pumice rings - Rick wunderm

Açores - Sao Miguel - volcan Furnas : le dôme du Pico do Gaspar est ceinturé d'une ligne d'arbres (entre le lac et le sommet du dôme de lave) qui marque le bord de l'anneau de ponces. - photo Rick Wunderman / Smithsonian institute.

 

 

Toujours sur Sao Miguel, un second stratovolcan  illustre cette même période d’activité : le Sete Citades.

Sa caldeira sommitale, large de 5 km., contient deux lacs intracaldériques, et forme un des panorama favori de l’archipel Açorien.

 

Sete_cidades_twin_lakes---U.Sverdrug.JPG

Açores - Sao Miguel - la caldeira de Sete Cidades et ses lacs jumeaux : le lagoa verde (le lac vert) à l'avant-plan, et le lagoa Azul (le lac bleu), vus du bord sud de cette caldeira. - photo U.Sverdrug.

 

La caldeira, profonde de 500 m., s’est formée consécutivement à une éruption datée de 22.000 ans ; elle fut suivie d’au moins 22 éruptions post-caldeira, qui ont laissé entre autre un anneau de six cônes pyroclastiques datant de l’Holocène sur le plancher de la caldeira. Ces cônes ont été la source d’une douzaine de dépôts de ponces trachytiques , émis par leurs éruptions au cours des 5000 ans passés.

Au 15° siècle, selon les écrits entre 1439 et 1444, une éruption explosive se produit au niveau du lac de caldeira de Sete Cidades ; elle est de VEI 4 et produit 270 millions de m³ de téphra : un anneau de ponce de 600 m. de large, profond de 100 mètres, nommé Caldeira Seca, en résulte. Il est localisé côté sud-ouest du plancher de la caldeira.

 

Sete-Cidades---caldeira-Seca-pumice-ring---Rick-Wunderman.jpg

Açores - Sao Miguel - l'anneau de ponces Caldeira Seca (arboré) est localisé dans la parte SO de la caldeira du Sete Cidades - photo Rick Wunderman / Smithsonian institute.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Furnas

- Global Volcanism Program - Sete Cidades.

- Geochemistry of Volcanic Rocks from Faial Island (Azores) - by A. Machado & al. (Centre for Geophysics of the University of Coimbra) - Revista Electrónica de Ciências da Terra - Geosciences On-line Journal -
GEOTIC – Sociedade Geológica de Portugal

- Global volcanism Program - Large holocene eruptions - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Volcans et climat

 

On parle beaucoup ces jours-ci de l’influence du volcanisme sur le climat, et particulièrement de son implication au niveau du Petit age Glaciaire  - LIA , Little Ice Age.

 

lia-pic2

 

lia-pic3Variations dans le temps des températures - situation du Little Ice Age par rapport à la période Holocène et suivant l'Optimum climatique médiéval. - doc. atmos. Washington.edu.


Un article dans le Geophysical research letters, cosigné par Gifford H. Miller (INSTAAR and Department of Geological Sciences, University of Colorado at Boulder, Boulder, Colorado, USA / Institute of Earth Sciences, University of Iceland, Reykjavík, Iceland) et nombre d’autres scientifiques, principalement des climatologues, va dans ce sens. Il s’intitule  : "Abrupt onset of the Little Ice Age triggered by volcanism and sustained by sea-ice/ocean feedbacks", et pointe un début brutal du LIA en deux paliers, une possible explication par des décades d’activité volcanique explosive, et un relais / soutien du refroidissement par le couple océan – calotte glaciaire.  


Le petit âge glaciaire : sa nature, sa période d’existence, ses causes possibles :


Le Petit âge glaciaire est défini comme une période de refroidissement suivant la période chaude médiévale (l’optimum climatique médiéval).

Bien que ne caractérisant pas une véritable période glaciaire, ce terme fut introduit dans la littérature scientifique en 1939 par François  E. Matthes ; il définit par convention une période non uniforme s’étendant depuis le 16° jusqu’au 19° siècle. (1550 à 1850, selon la Nasa).

Son importance a été relativisée … le LIA doit être considéré comme un refroidissement de l’hémisphère nord de moins de 1°C par rapport aux niveaux moyen de température de la fin du 20° siècle (GRID 2001).

 

1000 Year Temperature Comparison

The reconstructions used, in order from oldest to most recent publication are:

  1. (dark blue 1000-1991): The Holocene.
  2. (blue 1000-1980): Geophysical Research Letters.
  3. (light blue 1000-1965): Ambio. Modified as published in Science.
  4. (lightest blue 1402-1960): J. Geophys. Res..
  5. (light green 831-1992): Science.
  6. (yellow 200-1980): Geophysical Research Letters. 
  7. (orange 200-1995): Reviews of Geophysics. 
  8. (red-orange 1500-1980): Geophys. Res Lett.. 
  9. (red 1-1979): Nature. 
  10. (dark red 1600-1990): Science. 

The original version of this figure was prepared by Robert A. Rohde from publicly available data and is incorporated into the Global Warming Art project

 

Diverses causes ont été proposées : des baisses cycliques de la radiation solaire, une activité volcanique soutenue, des variations de l'albedo et de la circulation des eaux océaniques, une variabilité inhérente au climat, et même une diminution de la population humaine (en relation avec une reforestation et un boom de CO2).

Les causes réelles sont multifactorielles, mais quelle est la part prise par les éruptions volcaniques explosives ?


Les températures estivales de l’hémisphère nord au cours des derniers 8.000 ans ont été rythmées par une lente diminution de l’insolation résultant de la précession des équinoxes (La précession est le nom donné au changement graduel d'orientation de l'axe de rotation d'un objet ou, de façon plus générale, d'un vecteur sous l'action de l'environnement, par exemple, quand un couple lui est appliqué … la précession des équinoxes est le lent changement de direction de l'axe de rotation de la Terre).

On débat cependant toujours sur les causes des anomalies thermiques estivales, principalement durant les années les plus froides du Petit âge glaciaire, à cause de la faiblesse des interventions en provenance de phénomènes naturels et de la courte action dans le temps de l’effet des éruptions volcaniques.

 

L’étude de Miller & al. relève deux périodes de croissance de la couverture glaciaire arctique du Canada et de l’Islande, en relation avec des étés froids :

- la première entre 1275 et 1300 , période où l’on répertorie les éruptions du Quilotoa (Equateur) en 1280 / VEI 6, du Cayambe (Equateur) en 1290 / VEI 4, et de l’Hekla (Islande) en 1300 / VEI 4. On peut y ajouter celle du Katla (Islande) en 1262 / VEI 5.

- la seconde entre 1430 et 1455, période d’éruptions du Shiveluch (Kamchatka) en 1430 / VEI 4, de la Soufrière de la Guadeloupe en 1440 / VEI P, du Katla (Islande) en 1440 / VEI 4, du Furnas et du Sete Citades (Açores) respectivement en 1441 et 1444 / VEI 4, du Pinatubo (Philippines) en 1450 / VEI 5.

 

Stratospheric-volcanic-sulfate-aerosol---Gao-geophysical-re.jpg

Injection annuelle d'aérosol sulfatés dans la stratosphère de l'hémisphère nord (au dessus), de l'hémisphère sud (au milieu) , et globalement (en bas)  au cours des derniers 1500 ans, sur base d'analyse de carottes glaciaires - doc. Gao & al. 2008

 

 Un modèle climatique montre que le volcanisme de type explosif puissant peut induire un refroidissement des étés, et que les étés froids peuvent se maintenir longtemps après que l’effet des aérosols volcaniques ait cessé, grâce à l’action combinée suivante de la calotte glaciaire et des océans.

L’étude met en évidence la concordance du "démarrage" du LIA et d’une période de grandes éruptions explosives et d’émissions fortes de gaz soufrés sur un laps de temps de 50 ans, chaque éruption avec un ratio de charge en sulfate supérieur à 60 Tg. La rétroaction du couple calotte glaciaire–océan s’explique par la persistance d’étés froids, liés à une insolation hémisphérique estivale minimum, sans intervention nécessaire de changements de la radiance solaire.

 

Examinons quelques fortes éruptions qui ont constellées cette période :

 

Eruption du Quilotoa en 1280 :

img01-02Le Quilotoa est un stratovolcan dacitique au sommet tronqué d'une petite caldeira large de 3 km., situé à 80 km. au SSO de Quito - Equateur. Enchassée dans des parois atteignant une hauteur de 400 m, elle est occupée par un lac profond de 240 m.

Au cours des derniers 200.000 ans, le Quilotoa a produit au moins huit épisodes éruptifs explosifs, à un intervalle de 10.000-14.000 ans.

 

Le Quilotoa est le volcan andin "le plus à l'ouest" .

 

Panorama_quilotoa_crater_lake_ecuador---Annom---2.jpg                           La caldeira et le lac du Quilotoa - photo Annom

 

L'une des plus importantes éruptions du dernier millénaire est datée au radiocarbone de 1280. En quatre phases, 11 km³ de magma furent émis

; la première phase a produit l'un des plus gros dépôt de ponces et cendres  des Andes du nord, avec 2,1 . 1010 m³ de tephra émis, ce qui la classe en VEI 6 . Les phases suivantes sont caractérisées par de grandes coulées pyroclastiques et des lahars qui ont atteint les côtes du Pacifique.

Cette éruption s'est produite après une période de dormance de 14.000 années; elle fut suivie par la formation de l'actuelle caldeira et la mise en place d'un petit dôme de lave.

 

 

Pour suivre, d'autres éruptions datées du Petit âge glaciaire.

 

Sources :

- Abrupt onset of the Little Ice Age triggered by volcanism and sustained by sea-ice/ocean feedbacks  - by Gifford H. Miller (INSTAAR and Department of Geological Sciences, University of Colorado at Boulder, Boulder, Colorado, USA / Institute of Earth Sciences, University of Iceland, Reykjavík, Iceland) & al. - link

- Wired Science / Eruptions - Volcanoes and the Little Ice Age : not the smoking gun ? - link

- Global volcanism Program - Large holocene eruptions - link

- "The plinian fallout associated with Quilotoa's 800 yr BP eruption, Ecuadorian Andes", Journal of Volcanology and Geothermal Research - by Patricia A. Mothes, Minard L. Hall (2008)

Lire la suite

1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog