Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Aléoutiennes - volcan Kanaga : alerte relevée à "jaune" le 18.02

 

Suite à du trémor volcanique  et de petits séismes détectés, et un petit panache de cendres repéré par le satellite AVHRR à 39 km. au NE du volcan et s'étirant sur 8 km., l'alerte du Kanaga, situé sur l'île du même nom au centre de la chaine des Aléoutiennes, a été relevée à jaune pour l'aviation et vigilance pour le volcan.

 

Kagana - +MtMoffet,Adak et Great Sitkin - ph. Cyrus Read AV

Vue d'ouest du Kanaga au premier plan - en toile de fond, les Mt. Moffett, Adak et Great Sitkin - photo Cyrus Read / AVO - USGS.

 

Aleutians.gif                               La chaine volcanique des Aléoutiennes -  doc. AVO - USGS


Ce stratovolcan basalto-andésitique, d'un diamètre de 4,8 km., s'élève à 1307 m de hauteur. Sa dernière éruption date de 1994-95, avec émissions de panaches de cendres atteignant 7.500 m.

 

Source : AVO rapport du 18.02.2012

 

Japon- Fuji-San : possibles signes de réveil


Une chaine de nouveaux cratères, le plus large mesurant 50 m. de diamètre, est apparue sur le flanc Est du Mont Fuji, vers 2.200 m. d'altitude. De la vapeur est émise par ces évents.

Diverses observations suggèrent un réveil graduel du volcan : un essaim de séismes, incluant 4 secousses de Magnitude 5, a marqué le NE du Mt Fuji à partir du 28 janvier. ( un séisme de M 6,4 l'avait déjà secoué le 15.03.2011); de plus, depuis 2003,  l'activité fumerollienne d'un évent situé à une altitude de 1500 m. s'est intensifiée, ainsi que celle de sources chaudes sur le flanc Est.

L'alignement géographique de ces divers emplacemets, et leur possible connection, laisse supposer, selon les volcanologues de la Ryukyu University, qu'une éruption est possible sur le flanc Est.

 

Fuji-san---K.Nakajima.JPG                             Le Fuji-san - doc. Geological Survey of Japan / Nakajima.

 

Source : Volcanodiscovery - 18.02.2012 / 21h.

 

 



Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Conservée au Museo Nazionale di Capodimonte à Naples, cette peinture acrylique sur toile d'Andy Warhol, intitulée  "Vesuvius", est une oeuvre percutante.
Il n'a jamais vu ce volcan en éruption ... aussi reproduit-il l'aspect cataclysmique du phénomène par une explosion de couleurs, chacune d'entre elles correspondant à une phase de l'éruption.

Vesuvius-Warhol--1985-Naples---Ph.Scala-Fl.coop.jpg              "Vesuvius" -  par Andy Warhol - 1985 - Museo di Capodimonte Napoli - 230 x 300 cm.
                        photo Florence Scala - Courtesy of Ministero Beni A.Culturali

Elle fait partie d'une série de 1985, "Vesuvius by Warhol".

25I9G00Z.jpg                             Autre tableau de la série "Vesuvius" - par Andy Warhol - doc. Art.com

Naples, ville décrite comme chaotique, où règne le désordre et l'anarchie, étouffée par la Camorra - souvenez-vous du film Gomorra, grand prix au Festival de Cannes 2008 - et où les moyens d'expression les plus usités sont les tags et les graffitis, témoigne cependant d'une activité foisonnante au niveau art contemporain.

Biographie :

Fils d'émigré tchèque de condition modeste, Andrej Warhola est né dans la cité minière de Pittsburgh.

Andy_Warhol_by_Jack_Mitchell---X4n6.jpgAdolescent, il collectionne les autographes et photos de stars lesquelles deviendront plus tard l'objet de sa passion créatrice.

Il fait ses études au "Carnergie Institute of Technology" de 1945 à 1948.

Andy Warhol - portrait par Jack Mitchell.


Très vite, il veut déranger, choquer et bousculer le conformisme new-yorkais par des projets délirants d'emballages de chaussures, des pochettes de disques, d'illustrations dans des revues d'avant-garde. Il devient la coqueluche du Tout-New-York, sous le pseudo d'Andy Warhol.

Evoquant par la suite cette période de sa vie, il dira "J'ai commencé comme artiste commercial et je veux terminer comme artiste d'affaires "

D'abord connu en tant que brillant publicitaire il va ensuite exposer et vendre ses toiles toujours avec le même succès. 

Ses deux carrières de publicitaire et d'artiste sont étroitement liées, tant au niveau des techniques employées que des thèmes abordés. En effet, ses photographies sérigraphiées, reportées sur toile et reproduites à l'infini, symbolisent la standardisation et le culte de la consommation de la nouvelle société américaine des années 1960.

Un critique d'art écrira : " un art comme celui de Warhol parasite forcément les mythes de son époque, et donc, indirectement, la machine de gloire et de publicité qui les lance sur le marché ".

C'est à la "Factory ", local industriel devenu lieu phare de la culture "underground " , que la star du pop'art  (*) crée ses fameuses séries sur Marylin Monroe, ou Mao, et sur des marques de la vie quotidienne comme Coca-Cola, le ketchup Heinz ou Campbell's soup.

 

8IXMF00Z.jpg

58Z9G00Z.jpg

 

 

Extraits de séries :

Une Marilyn orange

 

et

un dollar, une de ses figures favorites.

 

doc. Art.com

 

 

  En 1965, il annonce officiellement qu'il abandonne l'art pictural pour des œuvres cinématographiques, mais il n'arrêtera jamais. C'est entre 1966 et 1968 qu'une immense production cinématographique conjuguée au soutien pour le Velvet Underground, font de lui un artiste touche-à-tout. 

Le 3 juin 1968, il échappe de peu à la mort quand Valerie Solanas, une militante féministe, qui avait confié le manuscrit d'une pièce de théâtre à Warhol sans que ce dernier n'y prête aucune attention, tire trois coups de pistolet sur lui dans le hall de la Factory. Les deux premiers coups manquent leur cible, mais la troisième balle lui transperce le poumon, la rate, l'estomac, le foie et l'oesophage. Elle tirera aussi sur le critique d'art et compagnon d'Andy, Mario Amaya et essayera également de tuer son impresario, avant que l'arme ne s'enraye. Déclaré pendant un temps cliniquement mort, Warhol s'en tirera de justesse, mais il ne récupérera jamais vraiment et devra porter un corset jusqu'à la fin de ses jours ... ce qui lui laissera un "air guindé".

Ses oeuvres sont toujours vendues dans le monde entier sous forme de produits dérivés. (voir The Wahrol store)

En 1987 il décède des suites d'une opération, il n'a que 59 ans. En 1994 , le "Andy Warhol Museum" ouvre à Pittsburg.

 

(*) le Pop' Art : forme d'art expérimentale que divers artistes s'approprieront indépendamment les uns des autres. Le mouvement est lancé à Londres au milieu des années 50 par Richard Hamilton et Eduardo Paolozzi. Parmi les pionniers, on retrouve les noms de Roy Lichtenstein et Jasper Johns.

Warhol sera considéré par ses contemporains comme le "Pope of the Pop", le "Pape du Pop'art".


Sources :

- The Andy Warhol foundation for visual arts - link

- Art.com - Andy Warhol - link

- Napoli - Museo di Capodimonte - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Selon Ramon Ortiz du CSCI , " Il est clair que la fête continue " ! ... depuis la mi-janvier 2012, entre 11 et 15 séismes ont été journellement enregistrés , avec des magnitudes comprises entre 0,6 et 3,2 sur l'échelle de Richter, tant au sud qu'au nord d'El Hierro. La déformation de l'île reste élevée, de l'ordre de 5 millimètres et les émissions de gaz ont recommencé à croître.

A son avis, on serait pour le moment dans un troisième cycle de l'éruption - le premier allant du 17 juillet au 10 octobre 2011, le second d'octobre à mi-novembre - ... qui pourrait mener à une éruption sous-marine ou terrestre, voire même avorter.

 

06.02.2012-EH-2----Involcan.jpg

            El Hierro - mer de Las Calmas - 06.02.2012 - photo Involcan / Guardia civil Helicopteros

 

Un nouveau schéma explicatif est proposé par le Journal La Vanguardia :

 

09.02.2012---grupo-GEOVOL-CSIC-J.R.Rocarols-copie-1.jpgDoc. Grupo GEOVOL / ULPGC e Instituto de ciencias de la Tierra Jaume Almera / Ramon Rocarols / in La Vanguardia. - 09.02.2012.

 

energie-accum-2012-01.01---15.02.jpgDiagramme de l'énergie accumulée en 2012 ... quelques nouvelles marches se sont ajoutées à "l'escalier du diable " ! - doc. AVCAN

 

Mais après quatre mois, l'éruption sous-marine au large de La Restingua divise toujours les scientifiques ...

 

Carmen Lopez, de l'IGN,considère que le processus éruptif général se stabilise et perd même de l'intensité, bien qu'il semble durer plus longtemps que prévu.

 

Pour Joan Marti, un chercheur du CSCI, rattaché à l'Institut des Sciences de la terre "Almera Jaume", le tendance de l'éruption est à la baisse, avec une incertitude sur la durée du processus. Il fait remarquer que cette éruption est la seconde plus longue aux îles Canaries, après celle de Lanzarote en 1730, avec une tendance à la baisse, comme l'indique la composition du magma ... dans un premier temps, on comptait 5% de cristaux, alors que maintenant, le pourcentage est passé à 50% , indication qu'il n'y a apparemment pas de recharge profonde de magma.

 

06.02.2012-EH-4----Involcan.jpg       El Hierro - mer de Las Calmas - 06.02.2012 - photo Involcan / Guardia civil Helicopteros

 

06.02.2012-EH---Involcan.jpg       El Hierro - mer de Las Calmas - 06.02.2012 - photo Involcan / Guardia civil Helicopteros

 

hierro_ali_2012041.jpg

La zone éruptive vue par Nasa EO-1 / ALI - le port de La Restingua est momentanément libéré par l'action des courants marins.

NASA Earth Observatory image by Jesse Allen and Robert Simmon, using EO-1 ALI data. Caption by Robert Simmon. - Instrument:  EO-1 - ALI

 

Mis à part ces "querelles de clocher", il sera intéressant d'avoir une chronologie interprétative des évènements une fois l'éruption considérée comme terminée ... à suivre donc !


D'autre part, une intéressante analyse a été faite par le Dr. Elena González Cárdenas sur base de photographies réalisées par hélicoptère / Involcan, confirmée par une bathymétrie faite par l'Institut Océanographique Espagnol IEO : elle montre la présence de multiples bouches d'émission alignées sur un axe fissural ONO-ESE.

 

Axe de la fissure éruptive 2 - E.Gonzalez El Hierro - Situation des bouches principales et secondaires et orientation présumée des fissures - Photo Involcan / Guardia Civil Helicopteros - Interpretación: E. González

 

Axe-de-la-fissure-eruptive---E.Gonzalez.jpg

El Hierro - alignement présumé des bouches éruptives sur un axe fissural, avec mise en évidence d'un certain degré de spécialisation de celles-ci- Photo Involcan / Guardia Civil Helicopteros - Interpretación: E. González.

 

EH-Instituto-Espanol-de-Oceanografia-IEO---A.Marquez.jpg

El Hierro - position des bouches éruptives sur le fond de l'océan, sur base des coordonées obtenues par une analyse bathymétrique de l'IEO - Fuente: Instituto Español de Oceanografía IEO. Interpretación: A. Márquez - 26.01.2012

 

NB : les axes des trois documents ci-dessus ne sont pas positionnés identiquement.

 

Dans leur communiqué du 14 février, les scientifiques espagnols ont indiqué qu’ils avaient identifié, par bathymétrie, deux cônes dans la zone éruptive de Las Calmas. Le cône principal a une hauteur de plus de 300 mètres et son sommet se trouve à 120 mètres sous la surface. Le second cône, qui lui est adossé, présente une hauteur de 75 mètres et son sommet se dresse à 200 m de profondeur.

 

16.02.2012-bathymetrie-IEO.jpg

              El Hierro - les deux cônes volcaniques accolés - Doc.bathymétrie IEO 12.02.2012

 

 Ils indiquent de plus que le processus éruptif se poursuit avec une « réactivation magmatique dans le système insulaire » ... des intrusions magmatiques pourraient prendre un chemin différent que celui emprunté jusqu'à présent, au vu d'une augmentation du nombre de séismes enregistrés au NO et SO de l'île, à une dizaine de km. de profondeur, et la forte diminution de l'activité en surface à l'aplomb des évents au large de La Restingua (diminution concomittante du trémor). 

 

Eventos_HIERRO-07.02---16.02.2012.jpg                                   Séismes entre le 07.02 et le 16.02.2012 - position et profondeur - doc. IGN

 

Sources :

- La Vanguardia.com - "la isla vive un nuevo processo de reactivacion volcanica - 09.02.2012

- Diario de Avisos - La erupcion en La Restingua llegaa su cuarto mes sin despejar la incertidmbre entre los cientificos. - 09.02.2012.

- AVCAN - BATIMETRÍAS REALIZADAS EN EL HIERRO (Elena González Cárdenas)

 - Les différents organismes officiels Espagnols :

                                                                               AVCAN   http://www.avcan.org/

                                                                               IGN          http://www.ign.es

                                                                               IEO          http://www.ieo.es

- Nasa earth observatory

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Cette semaine, l'actualité volcanique révèle divers changements sur les volcans indonésiens :

Explosion au Lokon-Empung, changements de niveaux d'alerte aux Gunung Gallungung et Kawah Ijen.

 

Le niveau d'alerte du Galunggung a été relevé le 12 février à 2 - waspada en raison de modifications visibles au niveau du lac de cratère : depuis septembre 2011, la teinte du lac s'est modifiée passant au jaune puis au brun en début 2012. Une soudaine augmentation de température a été remarquée : de 27°C le 5 février, elle est passée à 40°C le 8 du même mois, et une activité fumerollienne légère est observée en certains points autour du lac. En parallèle, le pH est devenu plus basique, une valeur de 8 est notée en janvier.

 

galunggung--Travelling-tourism.jpg Galunggung - le lac de cratère, dans sa belle teinte verte originelle, et son cône de scories en 2008 - photo Travelling tourism


Le changement de niveau d'alerte est lié à une recommandation de rester à au moins 500 m. du bord du lac, en raison d'un risque possible d'éruption de type phréatique.

 

Par contre, le niveau du Kawah Ijen a été rabaissé de 3 à 2 , en raison d'une baisse générale de la sismicité et d'une diminution de la température du lac acide, qui est passé de 42°C le 20 janvier à 37°C le 2 février.

Le travail des mineurs et les visites sont à nouveau autorisées.

 

Sources : PVMBG - Activolcans - Global Volcanism Program

 

sommets du Lokon-Empung - VSILokon-Empung : Le cratère Tompaluan, situé dans l'ensellement entre les sommets du Lokon et de l'Empung, a été le siège d'explosion les 10 et 11 février, avec émissions de panaches de cendres respectivement à une altitude de 2.000 et 2.500 mètres au dessus du cratère. ( plus de 3.000 m. selon le VAAC Darwin) . Le suivi par satellite est impossible en raison de la couverture nuageuse.

 

Situation du cratère Tompaluan, occupé épisodiquement par un lac de cratère, dans l'ensellement entre le Lokon et l'Empung

Doc. VSI / in GVP.

 

Topaluan-crater---11-revue-blogspot.jpgLokon-Empung : le cratère Tompaluan occupé par un lac et présentant des matériaux incandescents en bordure de celui-ci, en juillet 2011 - photo 11reviews.blogspot.com. 

 

Sources : CNN et Antara news - Global Volcanism Program

 

Tableau partiel du PVMBG avec les niveau 3 - et niveau 2 (changements depuis début 2012) :

 

Nama Gunung Terhitung Tanggal
led_yellow Semeru 2 Februari 2012
led_yellowKarangetang 8 Agustus 2011
led_red Lokon 24 Juli 2011
led_yellow Galunggung 12 Februari 2012
led_yellow Ijen 8 Februari 2012
led_yellow Papandayan 31 Januari 2012
led_yellow Krakatau 26 Januari 2012
led_orange Ile Lewotolo 25 Januari 2012
led_orange Gamalama 24 Januari 2012
led_green Rokatenda 19 Januari 2012

 

Archipel des Salomons (au nord du Vanuatu) - Tinakula :

Une activité suggérée depuis le 13.02 sur cette ile-volcan à allure strombolienne est confirmée par la Nasa, avec une photo du 14.02  : un panache gazeux blanc assez dense est accompagné d'un autre plus léger et bleuté.

 

tinakula_ali_2012045.jpg 

NASA images by Jesse Allen and Robert Simmon (Earth Observatory), using EO-1 ALI data (top), and Jeff Schmaltz MODIS Rapid Response Team, NASA-GSFC (lower). Caption by Robert Simmon. - Instrument:  EO-1 - ALI / 14.02.2012

 

Iles Aléoutiennes - le dôme de lave sommital du Cleveland grossit et atteint un diamètre de 50 mètres, selon une observation par satellite du 10 février.

Entre les 8 et 14.02, aucune observation concernant des éventuelles émissions de cendres, ou élévation de températures, n'a été possible en raison des conditions d'ennuagement. Le Cleveland ne possède pas de "réseau sismique en temps réel". Le niveau d'alerte aviation est maintenu à orange.

 

Cleveland-dome-10.02.2012---AVO.jpgImage radar du Cleveland  par le détecteur Terra SAR-X (distortion topographique liée à la technique employée) - le diamètre du cratère: 200 m. , celui du dôme : 50 m. - photo Lu Zhong / 10.02.02012 / AVO - USGS.

 

Equateur - Reventador :

De l'activité est rapportée entre le 10 et le 13 février par l'IGEPN :

- le 10.02, des images satellites montre une anomalie thermique, et une observation d'un pilote d'avion rapporte un panache montant à 5.200 m.

- le 11.02, des émissions de vapeurs et de cendres dérivent vers le NO.

De l'incandescence est observée dans le cratère entre le 10 et le 13 février, et une coulée de lave est émise sur le flanc NE du cône intracaldérique, le 13.

 

Reventador-2005---Patricia-ramon.jpg     Reventador - caldeira et cône intracaldérique fumant - photo Patricia Ramon / IGEPN 2005

 

Sicile - Etna :

Après le second paroxysme des 8 - 9 février 2012, Le nouveau cratère sud-est a été le siège le 16.02 dès l'aube, de petites explosions se produisant avec un intervalle de quelques minutes, et d'émissions faibles de cendres s'élevant à quelques dizaines de mètres au dessus du cratère. L'établissement d'une chronologie des émissions n'a pas été rendu possible à cause d'une couverture nuageuse intermittente de la zone sommitale.

Quelques belles photos ont été prises à l'aube par Marco di Marco / Etna Walk.

Les explosions de cendres étaient toujours visibles en après-midi.


16.02.2012---etna.jpg

                                           Webcam Radiostudio7 16.02.2012 - 17h26

 

Iles Canaries - El Hierro : article détaillé demain

 

Pour les autres éruptions en cours :

L'activité se maintient au Nyamuragira, Nabro, Sakura-jima, Cordon-Caulle et trois volcans du Kamchatka : le Karymsky, le Kizimen et le Shiveluch.


Au Kilauea, l'activité générale se maintient à un niveau élevé. Le 15.02, le niveau du lac de lave sommital a commencé à baisser. Au cratère du Pu'u O'o, de l'incandescence est visible au niveau d'un cône effondré côté NE et d'un petit cône côté SE. du cratère. Les coulées de surface au sud-est du Pu'u O'o sont visibles depuis la plaine costale, qu'elles n'atteignent pas.

Les émissions gazeuses restent importantes. (HVO)

 

Sources générales : Global Volcanism Program et Activolcans.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

amia_versest5.jpeg

                       Toscane - le complexe volcanique Amiata  -  photo MonteAmiata.com

 

Le complexe volcanique acide Amiata couvre  85 km²; il est situé au sud de la Toscane, à 20 km au nord-ouest du lac Bolsena.

 

Monte-Amiata---Space-shuttle.jpgAmiata lava-dome complex (just right of the center of this image), is located about 20 km NW of Lake Bolsena (left-center) in the southern Tuscany region of Italy. Viscous lava flows can be seen descending the flanks of the complex in this NASA Space Shuttle image (with north to the lower right). The largest of the domes is 1738-m-high Monte Amiata (La Vetta). NASA Space Station image ISS008-E-7007, 2003

 

Ce volcan fissural mixte s'est mis en place au cours du quaternaire, le long de l'arc pré-Apennin toscan, sur un bombement volcano-tectonique disloqué en compartiments et recouvert d'ignimbrites et de rhéo-ignimbrites (ignimbrites dont la texture a été modifiée par fluage après dépôt).

Ce bombement a été provoqué par l'intrusion d'une apophyse de chambre magmatique acide (trachyte et dacite)

En sus des couvertures ignimbritiques étendues, épaisses en moyenne de 200 mètres, et couvrant 55 km², huit dômes trachydacitiques, et les coulées de lave associées, se sont mis en place le long de fissures de direction SO-NE et NNO-SSE.

 

Dossier-30-0586.jpgCarte volcanologique du Monte Amiata - d'après Ferrari & al. 1996 / Volcans d'Europe - Krafft & de Larouzière.

Dossier-30-0586---2-copie.jpg1. ignimbrites et rhéo-ignimbrites basales - 2. idem unité supérieure - 3. dômes et coulées rhyolitiques stade I - 4. dômes et coulées stade II - 5. dômes et coulées terminales - 6. coulées de latite à olivine - 7. niveaux volcano-détritiques - 8. failles - 9. zone effondrée - 10. faille supposée - 11. direction de coulée - 12. mine de cinabre.


 

Monte-Amiata--2---ph.Zyance.jpg                                                 Le Monte Amiata - photo Zyance


Le plus grand dôme est le Monte Amiata, culminant à 1.738 m. ; une coulée de trachyte associée s'étend vers l'est.

Une coulée massive de trachydacite occupe 5 km sur 4, depuis la base sud du dôme Corno de Bellaria.

 

L'activité majeure du complexe Amiata est datée de 300.000 ans; par contre aucune activité éruptive n'a été répertoriée à l'Holocène.


Un champ géothermique est situé au sud-ouest du complexe de dômes, près de la ville de Bagnore. La vapeur y a une température de 140°C et une pression de fermeture de 6 atmosphères.

A Piacastagnaio, la température de vapeur est de 160°C pour une pression de 20 atmosphères.

Comme pour Larderello, la présence d'une intrusion magmatique , d'un fort gradient géothermique ( 10°C par 100 mètres en moyenne, allant jusqu'à 50°C par 100 mètres aux environs de Bagnore et Piancastagnaio) et d'une couverture imperméable, sont constatés.

La zone d'exploitation de Larderello / Monte Amiata constitue le plus grand ensemble géothermique au monde.

 

Le complexe volcanique était entouré de nombreux lacs, où pullulaient des diatomées friandes d'eau siliceuses, et qui ont formé de grands dépôts de diatomites.

Ces étendues étaient aussi riches en algues Crenotryx, qui ont donné par accumulation l'ocre jaune de la région, plus connu sous le nom de "Terre de Sienne.

 

Bagni San Filippo est situé en bordure du champ géothermique de Monte Amiata. Les eaux d'une petite source chaude contiennent de grande quantité de calcium et de dioxyde de carbone responsables de la formation de superbes dépôts de travertin, qui ne sont pas sans rappeler les paysages de Mammoth hot springs au Yellowstone, ou de Pammukale en Turquie.

 

bagni_san_filippo---Balema-bianca---SOL.jpgDépôts de travertin, surnommé la "Balena bianca" à Bagni San Filippo - avec l'aimable autorisation de Marco Fulle / lien vers d'autres photos sur Stromboli on line.

( l'échelle est donnée par les personnages sous les traces vertes dues aux cyanobactéries)

 

Des phénomènes éruptifs pneumatolytiques (*) et hydrothermaux ont entraîné la formation de pyrite (FeS2 - sulfure de fer) et de cinabre (HgS - sulfure de mercure).

(*) : Se dit de gîtes minéraux périgranitiques dont on pense qu'ils résultent de dépôts dans des fractures à partir de vapeurs (de pneuma, souffle), lors de la phase finale de cristallisation d'un magma.


Le cinabre a été activement exploité au sein du massif, entre autre à Abbadia San Salvatore par la "Società delle Miniere de Mercurio du Monte Amiata".

L'exploitation d'Abbadia date de 1846, mais les Etrusques extrayaient déjà le cinabre plusieurs millénaires avant JC.

Zinnober - HgS - Staatliches museum für naturkunde KarlsruLe cinabre est connu et utilisé depuis la plus haute antiquité comme pigment et en médecine (Pline l'ancien en parle dans son Histoire naturelle, où il le déconseille et le considère comme un poison) 

Il a également été utilisé au 19°siècle, pour le traitement de la syphilis, et on le prescrivait encore récemment sous forme de pommade dans le traitement de maladies cutanées. 

Il est connu en homéopathie sous le nom latin de Cinnabaris.

 

Ancien récipient pharmaceutique en verre contenant du cinabre - photo Staatliches Museum für Naturkunde / Karlsruhe / H. Zell.


En 1929, l'extraction du mercure a atteint 2.000 tonnes, soit 36% de la production mondiale.

D'autres mines sont situées à Castell'Azzara et Piancastagnaio.

 

Parco-nazionale-museo-delle-miniere-dell-Amiata.jpg                                Mine de cinabre - photo Museo delle miniere del Monte Amiata.

Geologia1_img.jpg                                                              Exploitation du cinabre - photo d'archives / Monte Amiata.

Le cinabre se présente en fines imprégnations, ou plus rarement en nodules et cristaux au sein d'une masse chaotique de calcaires et argiles du tertiaire, recouverts de produits volcaniques du Monte Amiata.

 

-Cinnabar_on_Dolomite---JJ-Harrisson.jpg                          Cinabre sur dolomite - photo J.J. Harrisson

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Amiata

- Museo delle miniere di mercurio de Monte Amiata - link

  - Storia delle miniere dell'Amiata  - link

- Geowiki - formation et gisements de minéraux - pneumatolyse - link

- vidéo sur les mines de cinabre 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Dossier-30-4071-copie.jpg

     Région de Larderello - une zone stérilisée par les gaz soufrés - ©Jean-Michel Mestdagh


Les sources chaudes et les émanations gazeuses n'ont pas modifié que les conditions de vie des humains, elles exercent aussi une action sur la flore, soit dans un sens négatif, en lui créant un milieu peu favorable à hostile, soit dans un sens positif, par le développement d'un "micro-climat" favorable.

 

800px-Terre_Fumanti_Sasso_Pisano_5-_fumarola---Edatoscana.JPG                    Champ de "bruyères fumantes" près de Sasso Pisano - photo Edatoscana.

 

La bruyère, Calluna vulgaris, est une éricacée qui est coutumière des terrains d'altitude des Apennins ou des Alpes.

On la trouve cependant ici à proximité des sorties de vapeurs, sans qu'elle ne présente de signes d'affectation.

Sa riche floraison pare la région de Larderello d'une douce couleur cyclamen en juin et juillet; sa structure buissonnante laisse en autre temps un tapis vert contrastant avec les sols blanc et rouille.

  Dossier-30-4140-copie.jpg

                     Chêne-liège démasclé -  région de Larderello - ©Jean-Michel Mestdagh 

 

Dossier-30-4117-copie.jpg                 Chêne-liège démasclé -  détail -  région de Larderello - ©Jean-Michel Mestdagh

 

Le chêne liège, Quercus suber, est une espèce thermophile qui ne vit pas au dessus de 400 mètres d'altitude. Dans le Biancane, il prospère, grâce au micro-climat, jusqu'à une altitude de 700 mètres.

De plus, cet arbre nécessite un substrat acide; il profite ici des roches modifiées chimiquement.

Cet arbre peut vivre très longtemps, 100 à 200 ans ... voire encore plus. Son écorce est utilisée comme bouchon et comme isolant thermique et phonique.

Une opération spéciale, appelée "démasclage" est nécessaire à l'obtention d'un matériau de qualité : le liège produit directement par l'arbre, est crevassé et de qualité médiocre, c'est le "liège mâle" qui doit être enlevé. Le nouveau liège qui se forme, est appelé "liège femelle" ou "de reproduction" : de qualité correcte, il est levé lorsque son épaisseur atteint 3 cm. environ, soit tous les 9 à 15 ans selon les conditions régionales.

 

Outre le chêne liège, un hybride a colonisé cette zone favorable, le Quercus crenata. Cet hybride entre le chêne liège et le chêne de Turquie (Quercus cerris) peut vivre à une altitude plus haute; il est utile comme bois de chauffage.

 

Question minéraux, outre de grands cristaux de gypse, on peut relever deux espèces dont la dénomination est liée à la toponymie locale : la sassolite et la larderellite.

 

Sassolite---H3BO3---ph.aramgutang.jpgLa Sassolite est un borate calcique, forme minérale de l'acide borique, qu'on retrouve dans les zones de fumerolles et de sources chaudes près du village de Sasso Pisano, ou dans des dépôts d'évaporites.

Habituellement de teinte blanche à grise, la sassolite peut être de couleur jaune à brune, selon qu'elle contient des impuretés respectivement de soufre ou d'oxydes de fer.

 

Sassolite jaune - photo Aram Dulyan
 

Près de Larderello, on retrouve la Larderellite, un borate hydraté d'ammonium de couleur blanche.

 

"VOIR et REVOIR" ... La zone géothermique de Larderello en vidéo :

 

 

Merci à mon ami Jean-Michel Mestdagh pour ses images toutes récentes.

 

 
Sources :

- Sassolite - Mineral data - link

- Larderellite - Mineral data - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Outre les soffione, les fumacchi et autres fumaroles, la région est ponctuée d'intéressantes cités médiévales.


Monterotondo Maritimo est un village médiéval qui doit son nom à la forme conique de la colline sur laquelle il est construit, "Mons ritundus" ; l'adjectif "Maritimo" lui fut accolé en raison de sa position dans l'arrière-pays côtier.

 

Dossier-30 4197                                            Monterotondo Maritimo -   ©Jean-Michel Mestdagh

 

Le village est chauffé par l'énergie géothermique; les fluides à basse température, de 80 à 110°C, passent au travers d'échangeurs thermiques pour fournir les calories nécessaires à 500 consommateurs. Quelques 120.000 m³ sont chauffés naturellement, ce qui correspond à une épargne de 700.000 kg. de produits pétroliers, et une non-émission appréciable de CO2.

Le parc géothermique industriel de Monterotondo date de 1916; une première unité de 250 kW fut construite en 1918, au Lago Boracifero.

Une unité de production électrique par la géothermie fut réalisée en 1958, et rénovée en 2002. Les quatre stations de Monterotondo couvrent 70% des besoins énergétiques de la province de Grosseto.


Dossier-30-4277-copie-Monterotondo.jpg                                            Monterotondo Maritimo -   ©Jean-Michel Mestdagh
 

 Les premiers documents qui parlent de ce village datent de 1128, mais il est vraisemblablement plus ancien.

Des murailles entourant Monterotondo remontent au 14° siècle et les ruines de la forteresse Alberti, récemment restaurées, surmontent le village.

Les axes principaux débouchent sur une place, où s'ouvre une arcade néo-Renaissance et un hôtel de ville flanqué d'un clocher daté de 1600, avec des parties plus anciennes.

 

Près du village, les ruines du château de Cugnano, datées du 13° siècle, sont liées à un passé attaché à l'extraction du cuivre et de l'argent; elles sont l'objet de fouilles archéologiques sous la direction de l'Université de Sienne.  

 

Dossier-30-4437-copie.jpg                         Volterra- le palais des Prieurs - ©Jean-Michel Mestdagh  

 

Volterra est perchée au sommet d'une colline, à un endroit de partage des eaux, au nord des Collines Metallifères ; le plateau est construit suivant un axe NO-SE, avec un versant nord raide, marqué par de profondes vallées, qui descend avec une inclinaison moindre vers la vallée de la Cecina.

Occupée depuis le néolithique, ce fut une cité Etrusque importante : Velathri. Son urbanisation débuta à la fin du 4° siècle avant JC, avec le développement économique. Cette période correspond au déclin de la période Etrusque de la vallée du Pô, causée par les invasions gauloises et à une augmentation de l'importance des villes plus septentrionales : Arezzo, Chiusi, Fiesole et Volterra.

volterra-mapL'expansion démographique et la nécessité de se défendre des agressions sont à la base de la construction des murs entourant la ville au 3° siècle avant JC. Ces murs ont un périmètre de 7 kilomètres et protègent une zone de 116 hectares de superficie.

Des signes de destructions et de siège témoignent d'une histoire violente.

 

Dossier-30 4394 copie                     La forteresse médiévale de Volterra - ©Jean-Michel Mestdagh 


Romaine, puis médiévale, la cité fut nommée ensuite Volterra. Sa structure architecturale, perchée sur une colline, entourée de remparts et dominée par une forteresse, devenue par la suite une prison, datent de l'époque médiévale.

 

Dossier-30 4392 copie                        La forteresse médiévale de Volterra - ©Jean-Michel Mestdagh

 

Depuis les Etrusques, l'albatre crayeux (ou calcaire) est sculpté dans la région ... Dossier-30-4416-copie.jpgconsidérée comme "la pierre des dieux", il était utilisé pour la confection d'urnes funéraires.

Cette pierre blanche, translucide en fines épaisseurs et plus facile à travailler que le marbre, fut formée au cours de la période Miocène par concentration du sulfate de calcium présent dans l'eau de mer. Les carrières de Castellina Marittima fournissent toujours la matière première aux sculpteurs de Volterra.

 

Lampe contemporaine en forme d'arbre à la couronne d'albatre - travail moderne de l'albatre extrait dans la région de Volterra -

©Jean-Michel Mestdagh

 

 

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Parler géothermie est certes intéressant, mais en tant que volcanophile, ce sont les zones naturelles de fumerolles et soffioni qui nous intéressent !

 

Le Biancane et ses roches blanches :

La couleur blanche des roches est à l'origine du nom de la région. Ce sont les émissions de vapeur d'eau sous pression, chargées en sulfure d'hydrogène - H2S - qui réagissent avec le calcaire pour donner du gypse immaculé, en lieu et place du sol de teinte rouille ( rappelez-vous que Sienne n'est pas loin). Lorsque les émanations sont importantes, le taux d'H2S est tel que les sols s'acidifient et la végétation disparaît.

 

Dossier-30 4122  

Dossier-30 4138 copie Teintes blanches et rouilles du Biancane - Le champ géothermique de Larderello - ©Jean-Michel Mestdagh


Les eaux chaudes de la source sulfureuse Chiorba sortent à une température avoisinant les 40°C d'une niche dans la colline; elles coulent ensuite dans un chenal à l'air libre afin que se déposent des éléments qui pourraient colmater les canalisations . Par après, une fois refroidies, elles peuvent abreuver les jardins aux alentours.

 

Dossier-30 4226 - Chiorba source sulfureuse   La source sulfureuse Chiorba  - Le champ géothermique de Larderello - ©Jean-Michel Mestdagh

 

Dossier-30 4364   Jardins entre les fumerolles - Le champ géothermique de Larderello - ©Jean-Michel Mestdagh

 

Les émissions gazeuses sont qualifiées dans la région de "fumarole" lorsqu'elles concernent des émissions de vapeur sans pression, ou de "fumacchi" lorsqu'il s'agit d'émissions douces à haute température ... le terme français de fumerolle est moins précis et moins "chantant".

 

-Fumarole a sasso pisano - Edatoscana                            "Parco delle Fumarole" - Sasso Pisano  - photo Edatoscana

 

Certains évents fumerolliens chargés en gaz soufrés se caractérisent par une cristallisation éphémère en aiguille, très esthétique.

 

Dossier-30 4110 copie 2  Cristallisation du soufre en aiguilles -  Le champ géothermique de Larderello - ©Jean-Michel Mestdagh

 

Toujours dans le domaine des émanations de vapeur : les "putizze" qualifient des endroits d'émanations de vapeurs chargées en gaz sulfureux (dioxyde de soufre ou hydrogène sulfuré) , et caractérisés par des boues noirâtres. 

 

Dossier-30 4333 copie - putizze              "Putizze"  - Le champ géothermique de Larderello - ©Jean-Michel Mestdagh

 

 

Une mofette, de l'Italien "mofetta", du latin "mephitis" (exhalation pestilentielle), est une fissure, un trou ou puits de taille réduite, soit terrestre, soit sous une source d'eau, d'où émanent des gaz d'origine volcanique à basse température, principalement du dioxyde de carbone, CO2, mais aussi du méthane, de l'azote.

 

Dossier-30 4264 copie - mofette             "Mofete" - Le champ géothermique de Larderello - ©Jean-Michel Mestdagh

 

Le terme "lagone", du latin laguna, qualifie une piscine ou un petit lac alimenté en eau thermale émettant des vapeurs dont la température peut osciller entre 100 et 150°C, et pouvant amener ces eaux à l'ébullition, ou créer de véritables geysers.

 

Dossier-30 4205 copie - lagone           Un "lagone" - Le champ géothermique de Larderello -  ©Jean-Michel Mestdagh

 

Sources :

- Global volcanism Program - Larderello

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft & de Larouzière - éd. Delachaux & Niestlé.

- Le champ géothermique de Larderello (Toscane, Italie) : situation géologique, utilisations industrielles, rôle de la famille de Larderel.
par Michel Durand-Delga, Enrico Pandeli et Giovanni Bertini. - link

- Le Biancane, the geothermal path of Monterotondo Maritimo - "From the middle of the earth to the sky - doc. syndicat d'initiative local.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L'activité géothermique à Larderello est liée au contexte géologique particulier de la Toscane méridionale : croûte amincie, anomalie positive marquée du flux de chaleur, magmatisme et importants phénomènes hydrothermaux.

 

Comme le précise Krafft, " la présence de jets de vapeur - les soffioni - , de mares d'eaux chaudes et de boue - les lagoni - ne peut s'expliquer que par la présence d'intrusions magmatiques à faible profondeur, encore en cours de refroidissement. Les assises du pliocène ont été soulevées de plusieurs centaines de mètres dans la zone de Larderello, sous la poussée d'intrusions magmatiques. La tectonique est "cassante" dans la région, et le gradient géothermique est très élevé : 30°, voire 100°C par 100 mètres.

D'importantes minéralisations sont la preuve de phénomènes physico-chimiques sous la surface ".

 

Dossier-30-4259-copie.jpgMinéralisations et fumerolles ... signes de phénomènes physico-chimiques sous la surface - ©Jean-Michel Mestdagh 

 

 

Le champ géothermique de Larderello06Isobathes du Moho
(a) dans l'Apennin septentrional
et le Nord de la mer Tyrrhénienne
[Minelli et al, 1991]

et anomalies du flux de chaleur (b) dans l'Apennin septentrional et le nord de la Tyrrhénienne.


1, croûte européenne ; 2, croûte adriatique ;

3, croûte océanique 

4, limite occidentale de
la croûte adriatique

5, limite entre croûte adriatique amincie
et celle de l'avant-pays

 

 

 

De récents levers géologiques de surface et de nombreux sondages, dont certains ont une profondeur de plus de 4.000 m, ont été réalisés dans le champ géothermique de Larderello.

Ainsi ont pu être distinguées de haut en bas les unités suivantes :

 

Le-champ-geothermique-de-Larderello07.jpg

 

Sans entrer dans le détail que les férus de géologie retrouveront grâce à ce lien, nous sommes en présence d'une série stratigraphique essentielle à l'exploitation géothermique.

Dans le complexe basal et un peu au dessus, on a des intrusions chaudes, probablement granitodioritiques.

Au dessus, un complexe perméable, où les eaux circulent, se réchauffent et sont sujettes à des courants de convection de forte amplitude.

Le complexe de couverture est imperméable et empêche les eaux chauffées, transformées en vapeurs, de s'échapper vers la surface. La vapeur est stockée sous cette couverture imperméable avant d'être captée par forage.

 

Dossier-30-4128-copie.jpgManifestations naturelles, à l'avant-plan, et captage géothermique en deuxième plan  - ©Jean-Michel Mestdagh .

 

 L'origine de l'eau est principalement superficielle : les eaux de pluies se sont infiltrées en profondeur en dehors de la zone de Larderello, là où n'existe pas de couverture imperméable.

Le cycle de l'eau dure environ quarante ans, période mise à profit pour l'infiltration, le chauffage et la transformation en vapeur, le stockage, la captation suivie du relargage dans l'atmosphère pour former les nuages  et la pluie ... le cycle est bouclé !

 

Larderello est un champ géothermique à vapeur dominante, dont les fluides de haute enthalpie sont constitués de vapeur surchauffée et de gaz (en moyenne 5% en poids du fluide, jusqu'à un maximum de 20%), surgissant à une température entre 150 et 260°C, sous des pressions pouvant aller jusqu'à 39 atmosphères.

Le gaz est en général formé par 90% de CO2, avec de faibles quantités
de H2S, CH4, H2, N2, H3BO3 et NH4. Le débit des puits est en moyenne de 25 tonnes/heure de vapeur, mais il peut arriver à dépasser 350 t/h.

 

Le problème de la dilatation thermique a été résolu par l'installation de tubes transporteurs des fluides "en zig-zag"d'élasticité adéquate, ce qui permet de plus d'adapter le tracé des conduites au terrain accidenté des zones géothermiques toscanes.

 

Dossier-30-4382-copie.jpg  Sasso Pisano - les installations géothermiques et les conduites "en zig-zag" - ©Jean-Michel Mestdagh 

 

Dossier-30-0584.jpgCarte simplifiée de la région de Larderello - Sasso - Monterotondo  -  doc.R. Gheri / Tipoloto Gualandi - Syndicat d'initiative local.

 

Pour suivre, les manifestations géothermiques "naturelles"  ...

 

Dossier-30-4354-copie.jpg

                                           ©Jean-Michel Mestdagh 

 

Sources :

- Global volcanism Program - Larderello

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft & de Larouzière - éd. Delachaux & Niestlé.

- Le champ géothermique de Larderello (Toscane, Italie) : situation géologique, utilisations industrielles, rôle de la famille de Larderel.
par Michel Durand-Delga, Enrico Pandeli et Giovanni Bertini. - link

- Le Biancane, the geothermal path of Monterotondo Maritimo - "From the middle of the earth to the sky - doc. syndicat d'initiative local.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

CalVO-CA-NV-map-copie.png

                         Situation do CalVO et sa zone de surveillance - doc. USGS

 

Début février, l'USGS a annoncé la création du CalVO - le California volcano observatory - chargé de surveiller la partie des Etats-Unis couvrant la Californie et le Nevada.


Ceci implique une restructuration et la disparition de l'observatoire de Long Valley, ainsi que la redistribution de la surveillance de nombreux volcans autrefois sous contrôle du CVO - le Cascade Volcano Observatory, dans le cadre du NVEWS - National Volcano Early Warning System -, le système d'alerte volcanique nationale précoce. 

Le CVO s'occupera dorénavant des volcans de l'Oregon, des états de Washington et de l'Idaho.

Outre les connus Lassen Peak, Long Valley caldera et la chaine Mono-Inyo, le nouveau CalVO a en charge nombre de structures volcaniques moins connues, à risques plus ou moins importants, dont liste ci-dessous.

 

Shasta-nuage-lenticulaite---summitpost.org.jpg                      Nuage lenticulaire sur le volcan Shasta - photo Summitpost.org

 

Parmi les moins "connus", les cratères Ubehebe, dans Death Valley, qui a fait récemment l'objet de quelques articles dans la presse.

 

Death-valley---Ubehebe-crater---Marli-Bryant-Miller.jpg                   Death Valley - Ubehebe crater - photo Marli Bryant Miller.

 

Site du CalVO : http://volcanoes.usgs.gov/observatories/calvo/

 

Liste des volcans couverts par le CalVO :

 

High to Very High Threat Potential

Moderate Threat Potential

Very Low Threat Potential

Lire la suite

<< < 1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog