Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck

L’île d’Halmahera possède une morphologie particulière à quatre bras, ressemblante à la letter K.

Des baies occupent les espavces libres entre les bras : Kau bay au NE, Buli bay  l’E et Weda bay au S.


Halmahera_Topography---Sadalmelik.png

 

Halmahera est caractérisée par un relief accidenté, collines ou montagnes, à l’exception de l’embouchure de la rivière Kobe dans Weda bay, et une grande partie de la côte est du bras SO. Le bras SE. a une topographie plus modérée, avec une large surface de sédiments calcaires dans la partie centrale du bras. Toutes les rivières de l’île, quelle que soit leur taille, sont profondément incisée avec des vallées profondes en forme de V, et avec un cours moyen et inférieur sinueux.

 

Topographie de l'île d'Halmahera, en forme de K. - doc. Sadalmélik.

 

Au niveau géologique, Halmahera peut être divisée en deux provinces, une à l’ouest et une à l’Est.

 

Carte-geologique-Halmahera---GVP.jpgCarte géologique d'Halmahera - les volcans sont signalés en trois groupes d'après la date de dernière éruption - Courtesy of Volcano World (map by Grant Davey and Dan Olberg, PT Nusa Halmahera Minerals).

 

La province ouest fait partie d’un jeune champ volcanique qui s’étend depuis Morotai au travers de la partie nord d’Halmahera, Ternate et Tidore, jusqu’à Bacan.

Tous les volcans considérés comme actifs, et d'autres plus anciens, sont situés dans cette province ouest.

La zone est largement couverte de roches volcaniques ou sédimentaires récentes ou du Néogène. Les roches du sous-sol, exposées au sud de l’île de Bacan, sont basiques à ultrabasiques avec des incrustations cristallines. Le sous-sol du bras SO. d’Halmahera est constitué de roches volcaniques et volcaniclastiques en association avec des roches ignées intrusives ; celles-ci sont exposées sur le côté ouest.


La province Est forme un arc qui s’étend au travers des îles de Gebe et Gag en direction de la partie nord de Bird’s Head (Irian Jaya).

La zone est soulignée d’un complexe ophiolitique et de sédiments marins du Mésozoïque, imbriqués de sédiments du paléogène et recouverts de carbonates et débris marins du Néogène. Le sous-sol du bras SE. est formé d’un complexe de roches basique à ultrabasique démembrées, avec une surimpression métamorphique intercalée de sédiments.


Le Global Volcanism Program relève 13 volcans actifs pour " la zone Halmahera ".

 

Le Gunung Dukono - 1.087 m.:

Situé dans une partie nord reculée d'Halmahera, et connu sous les dénominations de Dokoko, Dukoma, Tala ou Tolo, c'est un des volcans les plus actifs d'indonésie.

Ce volcan complexe présente un profil avec de multiples sommets et cratères se chevauchant dont le Malupang Wariang, situé à un kilomètre au sud-ouest du cratère du Dukono, qui est caractérisé par un cratère de 700 m. sur 570, actif au cours des temps historiques.

 

dukonocomplex---vulkaner.no.jpgLes sommets du complexe Dukono, avec sur la droite le bord du cratère Malupang Wariang - au fond, le cône du Gunung Mamuya - photomontage Vulkaner.no

 

 En 1550, une éruption majeure du Dukono s'est accompagnée de coulées de lave qui ont rempli le détroit entre Halmahera et le flanc nord du cône du Gunung Mamuya (750 m.).

Depuis 1933, des éruptions explosives plus ou moins continues, parfois accompagnées de coulées de lave ont été enregistrées ... cet épisode éruptif est considéré comme toujours en cours.

 

Dukono 08-09.2009 - M.RietzeDukono - activité strombolienne dans le cratère - photo M.Rietze 08-09.2009 - un clic sur la photo vous mène à sa page / A.L.P.E.

 

dukono2011-12-22-----Andi-Volcanodiscovery-indonesia.jpg              Dukono - éruption du 22.12.2011 - photo Andi / Volcanodiscovery Indonesia

 

Dukono-05.2012---Benisius-Anu.jpg                   Dukono - activité éruptive de mai 2012 - photo halmaherautara.com

 

Dukono-05.2012---6-Benisius-Anu.jpg              Dukono - activité éruptive  et panache dérivant  -  mai 2012 - photo halmaherautara.com

 

Sources :

- Global volcanism program - Dukono

- East-Indonesia info - Maluku islands - link

- North Halmahera Tourism website - link

- A.L.P.E. - Halmahera 2009 - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Dukono 05.2012 - 2 Benisius Anu  
  Imposant panache émis par le Dukono en mai 2012 - photo Benisius Anu / Halmaherautara.com

 

Le Dukono est particulièrement en forme depuis le 24 mai, où des éruptions de cendres envoient une colonne à 2-3.000 mètres de hauteur.

Le 25 mai, il  émet un panache montant à 4.500 m. au dessus du niveau de la mer, dérivant sur 185 km. direction est. Le 27 mai, il remet cela avec de nouveau une émission à 4.500 m., dérivant sur 130 km. Les 28 et 29 mai, les panaches atteignent 3.000 m. et dérivent vers le nord-est sur 75-93 km.

(GVP – Volcanodiscovery – photo http://www.halmaherautara.com )


C’est le moment de s’intéresser à ce coin de la planète, compris entre Sulawesi et Irian Jaya : L’archipel des Moluques.


 

Fig-1.jpg                     Tectonique de l'Indonésie- les différentes plaques et micro-plaques.


L’archipel des Moluques fait partie de l’actuelle Indonésie et forme un territoire de 74.500 km² pour environ 2,1 millions d'habitants. Halmahera, l’île principale, est entourée d’îles plus petites,  e.a. Morotai, Ternate, Bacan, Obi et Gebe ; le mer des Moluques les bordent à l’ouest et la partie sud de la mer des Philippines à l’est.

Ces îles (en indonésien Maluku) productrices d'épices ont attiré les Européens dans l'archipel indonésien au début du XVIe siècle. Leur nom vient de Jazirat al Muluk, " l'île des rois ", que leur donnaient les marchands arabes.

 

Karta_ID_Maluku_isl---Holge-Behr.PNG                                         Carte des Moluques - doc. Holge Behr.


La tectonique de la région est complexe et implique plusieurs micro-plaques dont celle de Halmahera, de Sangihe, de Bird's Head et des Moluques.

La mer des Moluques constitue le seul exemple actuel de fermeture d’un bassin océanique par subduction de lithosphères océaniques dans deux directions opposées, avec comme résultat la création de l’arc Sangihe à l’ouest et de l’arc Halmahera à l’est.

 

Halmahera---Molluques.jpg

Les arcs volcaniques Sangihe et Halmahera - les plaques Sangihe, Halmahera et de la mer des Moluques - Doc. What on Earth / Olelog.

 

Sulawesi_regional_geodynamic.jpgGéodynamique régionale : failles, zones de subduction, arcs volcaniques et micro-plaques, zone de suture de la mer des Moluques - doc. Alain Melchior / Contexte géodynamique de Sulawesi / LAVE.be


La plaque océanique des Moluques faisait originellement partie de la plaque Philippines, il y a 13 Ma, à une époque où la plaque australienne était plus au sud. La fosse Sangihe était active en ce temps là, avec une subduction datant de l’Oligocène, et plus ancienne que celle d’Halmahera. La profondeur de la dalle descendante de la zone de subduction Sangihe est plus grande que celle qui caractérise la zone de subduction Halmahera. Les deux plaques, Sangihe et Halmahera, chevauchent la plaque de la mer des Moluques … qui disparaîtra à terme.

 

En mer des Moluques, le subduction de Sangihe absorbe une partie significative des 10 cm/an de convergence Philippines / Sonde. La vitesse de déplacement au GPS est de 80 mm/an au nord de l'équateur.

Dans la région sud-Moluques, au sud de l'équateur, cette vitesse s'amortit rapidement avec un taux de l'ordre de 2 mm/an.

 

Mol sea webContexte tectonique en indonésie orientale - A : situation actuelle - B : il y a 5 millions d'années  - doc. Hall 2000 / geology.um.maine.edu


La zone de faille Sorong est un système de faille latérale-gauche majeur, séparant l’Australie de la plaque océanique Philippines (micro-plaque Halmahera) et de la plaque de la mer des Moluques.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Dukono

- Double subduction - by Jennifer Bromley / Univ. Maine 2006 - link

- The Molucca sea - J.Bromley / Univ. Maine 2006 - link

- L.A.V.E. - Contexte géodynamique de l'île de Sulawesi - par A. Melchior - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Sismologie

 

PIA14430-Tohoku-japon.jpg

On peut voir l'animation en cliquant sur ce lien : http://photojournal.jpl.nasa.gov/animation/PIA14430.

 

 

Le séisme et le tsunami qui a frappé Fukushima l'an dernier a fait des ravages dans le ciel !


La NASA vient de signaler que les vagues énergétiques, liées au séisme et au tsunami qui ont dévasté le nord du Japon en mars 2011 et causé l'accident nucléaire de Fukushima, ont atteint l'ionosphère, la partie de la haute atmosphère qui s'étend de 80 à 805 km. au dessus de la surface terrestre.

C'est dans l'ionosphère que le rayonnement ultra-violet décompose les molécules et laisse un voile d'électrons et d'ions.

Les perturbations terrestres, séisme et tsunami, ont été repris dans le mouvement des électrons en haute altitude ; ce mouvement a été perçu par le suivi des signaux GPS entre les satellites et les récepteurs au sol.

 

atmo-iono----Centre-de-physique-du-Globe-IRM.jpgRelation entre atmosphère et ionosphère - doc. IRM - Institut Royal Météorologique / Centre de Physique du Globe.

 

Figure_D-3_Structure_of_the_ionosphere_-FM_7-93_1995-.gif  

 

Ce phénomène avait déjà été observé en 2009 lors du tsunami qui a frappé les îles Samoa , et en 2010 au Chili. Le meilleure couverture par un dense réseau de récepteurs GPS de l'archipel nippon a permis une étude détaillée de l'évènement.

 

Ce domaine intéresse aussi le CNES - Centre National d'Etudes Spatiales (Français) : le projet DEMETER  - Detection of  Electro-Magnetic Emissions Transmitted from Earthquake Region - se propose d'étudier e.a. les perturbations ionosphériques en relation avec l'activité sismique, les tsunamis, et l'activité volcanique, grâce à un micro-satellite d'analyse des signaux EM en relation avec les séismes et les éruptions.

 

Toutes ces études visent à une meilleure prévision des phénomènes naturels destructeurs.

 

Sources :

- Nasa jet propulsion laboratory - NASA 'Sees' Tohoku-Oki Earthquake and Tsunami in Earth's Upper Atmosphere - link

- IRM - section ionosphère - link

- CNES - programme DEMETER - Electromagnetic phenomena related to earthquakes and volcanoes - link 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

29.05.12-NdR---el-sector-del-Refugio--Ingominas.jpg

Nevado del Ruiz - 29.05.2012 - le sommet empanaché, vu du secteur du "Refugio" - les neiges sont noircies par la cendre - photo Ingeominas


Les habitants de l'ouest de la Colombie ont vu leurs villes et villages recouverts de cendres après que le volcan Nevado del Ruiz ait connu une série de blasts, envoyant des panaches de cendres jusqu'à une hauteur de 1000 mètres.

De hauts niveau de SO2 ont été enregistrés par le satellite Aura / OMI le 27 mai, deux jours avant les nouvelles explosions.

 

27.05.12-Aura-OMI-NdR-ecuador_so2lf_5k_20120527.jpgNuage de dioxyde de soufre émis le 27.05.12 par le Nevado del Ruiz dérivant vers l'O, puis le NO. - satellite Aura / OMI.

 

Cette activité a contraint à la fermeture de plusieurs aéroports régionaux - Manizales, Pereira, Armenia et Cartago - ainsi qu'à l'évacuation de 500 personnes habitants les contreforts du volcan.

Le niveau d'alerte du Nevado del Ruiz , qui venait d'être ramené à jaune début mai, a du être relevé à orange le 29 suite à une hausse de la sismicité.

 

29.05.12-NdR-2---el-sector-del-Refugio--Ingominas.jpg       Le sommet du Nevado del Ruiz noirci par les cendres - photo 29.05.12 Ingeominas / Refugio.

 

Le directeur de l'Observatoire volcanolgique de Manizales, Mme Gloria Mapa-preliminar-de-Distribucion Mai 2012Patricia Cortez, a affirmé que la région doit s'attendre à de nouvelles retombées de cendres, bien que des coulées de lave ne soient pas prévues.


Carte des zones touchées par les retombées de cendres du Ruiz - 29.05.12 / Servicio Geologico Colombiano.

 

Les autorités sanitaires recommandent le port de masques lors des déplacements, mais n'ont pas décrété la fermeture des écoles.

 

OLLZ SHZ OM.2012053112

         Sismogramme du 31.05.2012 / 1-12h  locale - doc. Ingeominas OLLZ SHZ OM : Nevado del Ruiz

 

Le dernier rapport de l'Ingeominas mentionne que le volcan connait un trémor constant, similaire à celui présenté durant les épisodes éruptifs de 1985 et 1989 ... pour rappel, en novembre 1985, une éruption phréatique a généré des coulées de boue faite de débris volcaniques mêlés à de la neige fondue qui ont rayé la ville d'Armero de la carte faisant plus de 25.000 victimes.

 

 

 

Source : Ingeominas

Lire la suite

<< < 1 2 3 4

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog