Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

L’art va parfois se nicher où on l’attend le moins … l’art du dessin, de la gravure est la base d’un petit carré gommé utilisé depuis plus d’un siècle pour accompagner notre correspondance. La diversité de ceux-ci est aussi à la base de collections, nommée dans ce cas philatélie.

 

Japan-1988-Sakurajima-Volcano-stamp.jpgTimbre de la Poste nipponne commémoratif de la conférence internationale sur les volcans de Kagoshima en 1988. - représentation du Sakura-jima en éruption.

 

Brève historique :

L’acheminement de courrier et de messages n’est pas un phénomène récent. Mais pendant plusieurs siècles, le paiement des frais de port, acquitté par les destinataires, a souffert d’un manque de réglementation et a été source de nombreuses fraudes.

Penny_black-UKGouv-jpgLe directeur des Postes Britanniques, Rowland Hill, a voulu y mettre fin et imposa à partir de 1837 l’usage du timbre-poste. Le 1°mai 1840, le Grande-Bretagne a émis le premier timbre-poste au monde, d’une valeur d’un penny et de couleur noire, universellement connu sous le nom de " Black Penny ".

 

Timbre Britannique "Black Penny" 1840 - doc. the United Kingdom Government.

 Il s'orne d'un portrait de la reine Victoria, emprunté à la médaille Guildhall réalisée en 1838 par William Wyon. Son impression fut confiée à Perkins, Bacon & Petch. Elle fut réalisée sur des feuillets de 240 timbres, à l'encre noire (d'où son nom), sur du papier vélin, fait main et filigrané. Le "Penny Black" fut émis non-dentelé et gommé. (Cercle Philatélique La Hulpe)


La fabrication de timbres utilise les mêmes procédés que ceux utilisés pour les estampes ; on y retrouve les techniques de typographie, de taille-douce, de lithographie, d’héliogravure, et plus récemment d’offset et de techniques photographiques aujourd’hui numériques. Quelques soient celle-ci, le savoir-faire et les techniques anciennes sont encore à la base de l’impression, et la traditionnelle taille-douce s’est durablement imposée, toujours soutenue par des associations de dessinateurs et graveurs d’art.


Une des principales façons de collectionner les timbres-poste est la philatélie thématique, baptisée à l’origine philatélie constructive. Elle consiste à rassembler les timbres et autres documents postaux ayant trait à un thème particulier, puis à les organiser pour une présentation ou une conservation dans un but encyclopédique.


Le cas qui nous intéresse ici pourrait se nommer la volcano-philatélie, qui sera illustrée, puisque nous venons de voir quelques volcans japonais, par des timbres sur les volcans du pays du Soleil levant.


48mon1.JPGLa première émission de timbres japonais ne date que de 1871. Elle était constituée de 4 timbres non dentelés avec des valeurs libellées en ancienne monnaie (en mouns). Le motif était constitué de deux dragons. 

 

48 Mons dragon non dentelé, le premier timbre japonais.


 

Ces timbres-poste sont présentés par volcan.

 

Le Fuji-san : (article sur ce volcan)

 

Japan-2001-B-Fuji-Volcano-Mountain-stamp.jpg                                    Poste Niponne - International letter-writing week 2001

 

Fuji-2---delcampe.jpgFuji----delcampe.jpgPoste Nipponne -

Mt Fuji

 

à gauche, YT346 NSG

 

à droite, YT355 oblitéré

 

doc. delcampe.net

 

 

 

Fuji-1997---delcampe.jpg

 

 

 

 

 

Poste Nipponne - 13874840-japon--circa-1997-un-timbre-imprime-au-japon-montrVues colorées du Mont Fuji

 

à gauche, Fuji 1997 - doc. delcampe.net

 

à droite, le Mt Fuji à l'automne vers 1972.

 

 

 

 

 

 

Fuji---drapeau.jpg

Poste Nipponne - timbre du 8 aout 1943 "Occupation Japonaise des Indes Néerlandaises" - ce timbre dépeint le Mt Fuji, le drapeau Japonais,une carte de l'est asiatique et une colombe -  le 25 cent était destiné à la correspondance de bornéo, les Célèbes, les Molluques et les petite îles de la Sonde

 

L'Aso : (article sur ce volcan)

 

Japan-1939-Aso-Volcano-complex-Nakadake-Crater-1939.jpgJapan-1939-Aso-Volcano-complex-Nakadake-Volcano-stamp.jpg

 

 

Poste Nipponne - Aso volcanic complex -

Eruption du Naka-dake en 1939.

Japan-2011-Aso-Volcano-Naka-Dake-Volcano-Mountain-stamp.jpg                               Poste nipponne - Aso volcanic complex - le Naka-dake - 2001

 

Le Kirishima : (article sur ce volcan)


Japan-1940-Kirishima-Takachiho-Volcano-stamp---Ohachi-et-Fu.jpgJapan-1940-Takachiho-no-Mine-Volcano-Kirishima-Mountain-sta.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Poste Nipponne

Takashihonomine et Ohachi sous des aspects différents - ed. 1940

 

Le Sakura-jima : (article sur ce volcan)


Japan-2004-Sakurajima-Volcano-stamp.jpg

                                Poste nipponne - une image moderne du Japon et du Sakura-jima

 

Sakura---1990---scott-z75-obli---delcampe.jpgJapan-1962-Sakurajima-Volcano-stamp.jpg 

 

 

 

à gauche,

Poste Nipponne - d'après une peinture du Sakura-jima

1990 - scott z75 - oblitéré

doc. delcampe.net

 

à droite,

Poste nipponne - Kagoshima et le Sakura-jima en éruption

 

Ndlr : ceci ne constitue qu'une approche esthétique non exhaustive du sujet ; je ne suis pas personnellement collectionneur et ne possède aucun timbre à vendre ou échanger.

 

Sources :

Delcampe.net - timbres / Japon

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le Sakurajima est entouré par un vaste système de canaux artificiels et de barrages qui servent à protéger les villages environnants de l'impact par des lahars, des coulées de débris et de l'érosion. Le Japon est devenu le leader mondial dans le développement de ces structures, appelées communément aujourd'hui "barrages Sabo".  
Le système SABO :  
un terme japonais passé dans la terminologie internationale, comme tsunami, judo, karaoke et qui signifie littéralement " défense contre la terre " , et qui devrait se traduire par « correction des torrents et reboisement ».
Sabo fait référence aux travaux de contrôle des glissements de terrain, avalanches de débris, rupture de pentes, glissements de terrain , et à la prévention de ces désastres. 
   Sabo 2 - AVE                    Dans la ligne d'un chenal Sabo ... le Sakura-jima - photo © Antony Van Eeten 2012  

sakura---26---AVE-2012.jpg      Sakura-jima :  canal anti-lahar, vu du point de vue sur le flanc ouest - photo Antony Van Eeten

 

 

Le système vise à réduire le débit des flux, à retenir les sédiments, à retirer du flux le maximum de liquide et ralentir celui-ci par épaississement, à piéger les matériaux importants (grosses pierres, arbres), à établir des bassins de réduction de débit et de recueil des matériaux. La totalité du système est contrôlée par divers dispositifs de surveillance : caméras, capteurs de vibration, capteurs sonores, capteurs Henel ( pendules suspendus dans le canal d’écoulement), capteurs à fil, capteurs à ultrasons ou encore lumineux. Le système d’alerte doit être suffisamment rapide et performant pour permettre une évacuation des personnels de maintenance.

Sakura-jima - chenal Sabo et ses différents plateaux  avec barrages filtrants - photo Thorsten Boeckel

Sabo-syst---Th-B.JPG

Sabo-syst---2---Th-B.JPG  Barrage tubulaire filtrant sur un ouvrage Sabo sur la rivière Haramatsu - photo Thorsten Boeckel

Le reforestation, qui est une autre mesure contre l’érosion, vise à remplacer la végétation tuée par les gaz , ou détruite par les bombes ou les incendies. Des tests ont été effectués sur la rivière Kurukami , ainsi que des plantations sur le cratère Gongen (avec des pins noirs japonais et Yeddo).
Le SIVSC – le Sakurajima International volcanic Sabo center – abrite un centre de contrôle et un hall d’exposition des techniques diverses employées sur les flancs du volcan Sakura-jima.

JAP09 1115 Sabo center                            Le siège du SIVSC proche du Sakura-jima - photo R. Roscoe / Photovolcanica

Les projets Sabo ont été initié dès 1946 au Sakura-jima, mais les travaux majeurs ont débuté dans les années 1970, après des coulées dévastatrices, et se sont poursuivis jusqu’en 1995.


Sources :

- International Sabo network
- SIVSC - Sakurajima International Volcanic Sabo Center - link
- Study of shearing force and impact force of a volcanic mud flow at Sakura-jima volcano – Y. Taniguchi & al.
- Investigation and analysis of volcanic mud flows o Mt Sakura-jima – by M. Watanabe & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Kamchatka - Tolbachik

Peu de nouvelles de l’éruption, étant donné l’impossibilité de se connecter avec le KVERT.

Le 30.11, l’activité restait effusive avec des coulées fluides sur le Tolbachinsky Dol (zone sud du rift). Le niveau d’alerte aviation a été fixé à l’orange.

Le 1° décembre, l’image Modis ne laisse voir qu’une seule coulée au sud.

On aperçoit sur les dernières photos une forte interaction entre les coulées de lave et la couverture de neige et glace, avec d’importants panaches bancs de gaz et vapeur.

 

29.11.12-tolba-fontaine-et-ash-eexpolos.lava-flows.jpg

Tolbachik - éruption du 29.11.2012 - explosions de cendres et interaction lave/neige - photo Y. Demyanchuk / KVERT

 

2012-11-30 Ostriy - Volkstat.ru                                               Tolbachik - 30.11.2012 - photo Volkstat.ru

 

Tolbachik-02.12.2012---Roman-Melnik.jpg               Tolbachik - Fontaines et coulées de lave  - photo Roman Melnik 02.12.2012

 

 Flores /Palue island – Paluweh

Une nouvelle phase éruptive a débuté au Paluweh le 8-9 octobre 2012, après un repos de 27 ans. Fin novembre, les satellites repèrent journellement des explosions accompagnées de panaches de cendres à 2,5-3 km.

Une équipe de Volcanodiscovery vient de revenir de l’île, où elle a pu voir, entre le 30 novembre et le 2 décembre, un dôme actif et en croissance. Il atteint 150 m. de hauteur pour un diamètre basal de 200-250 m. Des éboulements de blocs incandescents sont permanents et un évent émet des jets de cendres avec bruit, durant parfois quelques heures, qui accompagnent le panache de vapeur constant. Ce dôme a été baptisé "Rerombola ", signifiant " l’amical ", par le chef du village proche.

 

paluweh-lava-dome-Rerombola-01.12.2012----2-T.Pfeiffer.jpgPaluweh - le dôme Rerombola et son évent émettant des cendres le 01.12.2012 - photo Volcanodiscovery / avec l'aimable autorisation de Tom Pfeiffer.

 

Lokon-Empung

Le cratère du Tompaluan a été le siège d’une nouvelle explosion le 1° décembre à 16h11 locale, avec un panache de cendres s’élevant à 2000-3000 m. Des émissions se sont poursuivie le 2.12 en début de journée, entrecoupées de petites explosions, avant de laisser place à un dégazage. Une zone d’interdiction de ,5 km. autour du cratère est toujours en vigueur.

 

Lokon-28.11.2012-instagram-Marseila-E.Runtu.jpg                          Lokon - 28.11.2012 - photo Marseila E. Runtu / instagram

 

Papouasie- Nouvelle-Guinée – Langila :

Un panache de cendres a été signalé par le VAAC Darwin à une altitude de 1500 m. le 1° décembre au Langila. Le niveau d’alerte aviation est à l’orange.

Les satellites confirme l’existence d’une faible anomalie thermique et d’un petit panache de cendres le 2.12.

 


Equateur – Reventador :

Un survol du volcan le 28 novembre par l’IGEPN a permis d’observer la présence d’un cratère de 100 m. de diamètre , ainsi que trois petits cratères d’explosion, et la présence de grands blocs au sein du cratère principal. Dans la partie supérieure du cône du nouveau cratère, on observe une activité fumerollienne. La température de 314°C a été mesurée à l’intérieur d’un des petits cratères d’explosion ; les coulées de lave des mois antérieurs sur les flancs N et S présentent encore une température de 60 à 70°C.

 

 

28.11.2012-Reventador---IGEPN.jpg                  Reventador - cratère et petits cratères d'explosion - photo IGEPN 28.11.2012

 

03.12-2012-reventador---IG.jpg                          Reventador - petit panache de cendres et gaz 03.12.2012 - Webcam IGEPN

 

RDC – volcans des Virungas :

Le NOAA a repéré un panache chargé en dioxyde de soufre émanant du groupe Nyiragongo / Nyamuragira le 1° décembre.

Ce puissant dégazage a été observé depuis l’O.V.Goma, sans pouvoir être quantifié en raison du démontage du matériel (panneaux solaires et batteries) convoité par les groupes armés. L’accès au deux volcans est impossible pour l’instant.

 

Nyiragongo SO2 2012.12.01 - NOAA    Concentrations du panache en SO2 du groupe Nyiragongo/Nyamuragira le 01.12.2012 - doc. NOAA

 

Sicile – Etna :

Depuis le 21 novembre, le nouveau cratère sud-est de l’Etna présente une incandescence nocturne, témoignant d’une l’activité strombolienne. Elle ne modifie pas de façon substantielle les graphiques du trémor volcanique de l’INGV.

 

22.11.2012-0h30--webcam2.jpg

 

30.11.2012-Etna-NCSE.jpg                     Etna  - incandescenece au NSEC - webcam L.A.V.E. des 22 et 30.11.2012

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les volcans ont ambivalents sur le plan de leurs effets ; pour le Sakura-jima, le côté négatif semble l'emporter.
La reprise d’activité en 1955 a affecté négativement la population locale de différentes manières : après des évènements éruptifs importants, plusieurs centimètres de cendres peuvent recouvrir les cultures et entraver la circulation, soit directement, soit par une remobilisation par les vents.      Les cendres volcaniques humides causent des courts-circuits. Les gaz se combinent à l’humidité atmosphérique pour générer des pluies acides.
sakura---17---AVE-2012.jpg               Les cultures de radis sous les cendres du Sakura-jima - photo © Antony Van Eeten 2012

sakura---14---AVE-2012.jpg

                      Sakura-jima - "Brouillard de cendres" -  photo © Antony Van Eeten 2012 

 

sakura---15---AVE-2012.jpg                Sakura-jima -  Cendres mouillées et collantes - photo © Antony Van Eeten 2012 

 

Bien que contenu en grande partie par le système Sabo, les avalanches de 192424 10151105564511441 824128266 odébris peuvent causer sporadiquement des dommages aux propriétés et couper les voies de communication. En 1974, un lahar a causé la mort de 8 personnes.

Un panneau routier suffisamment explicite, même sans lire le japonais - photo © Antony Van Eeten 2012
Des retombées de bombes et de lapilli causent occasionnellement des dégâts, brisant les tuiles des toits ou les pare-brises des voitures.
Ces retombées de cendres et lapilli chauds sont responsables de fréquents incendies de forêt. En 1985/86 de grands cratères, certains de plus d’un mètre de large, ont été creusé par la chute de bombes … en novembre 2006, une bombe de 5 tonnes a brisé le toit et le sol d’un hôtel de la côte sud, à 3 km. du cratère, et blessé 5 personnes.
L’impact d’une exposition aux cendres volcaniques sur un long terme a été étudié. Elles ne contiennent pas de particules fibreuses et un taux de cristobalite faible … cette forme de silice cristalline pouvant être responsable de dommages au niveau du système respiratoire à long terme. (La cristobalite est considérée comme carcinogène : http://nj.gov/health/eoh/rtkweb/documents/fs/1657.pdf).
Les cendres ont un impact sur les personnes souffrant de problèmes respiratoires, auquel il faut ajouter l’effet délétère du dioxyde de soufre inhalé.
Une étude (Higuchi & al.2012) parue en 2012 suggère cependant un taux de cancer pulmonaire de 50% supérieur pour la cité de Sakurajima par rapport à Kanoya, située à 30 km. et non exposée aux cendres volcaniques, sur une période d’étude entre 1968 et 2002.

665297_10151105573326441_1223980382_o.jpgLe masque et les pelles sont des ustensiles utlisés journalièrement à proximité du volcan - photo © Antony Van Eeten 2012 

 

Une adaptation de la vie locale a été nécessaire … des abris contre les projections balistiques sont présents en de nombreux endroits. Les routes sont régulièrement nettoyées et la cendre peut être mise en sac et déposée sur des endroits de collecte présents partout. Les patrouilles de pompiers sont intensifiées en période d’activité augmentée, pour prévenir les feux de forêt. Cendres et lapilli entravent aussi la circulation aérienne de l’aéroport de Kagoshima, et un monitoring constant est nécessaire.

 

Sakura-abri--2---AVE-copie.jpg

Sakura-abri---AVE.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des abris ne sont jamais loin - photo © Antony Van Eeten 2012

 

 

 


daikon radishMais les habitants s’adaptent et peuplent les pentes du volcan, qui leur fournit un terrain favorable aux cultures. On y trouve des daikons, d’énormes radis blancs spécialité de la région et récoltés de décembre à février, et aussi de minuscules mandarines.
Les daikons pèsent environ 6 kg, pour un diamètre de 50 cm. … mais certains atteignent les 45 kg. Quant aux mandarines, elles ne mesurent que 3 cm. de diamètre.
sakura---23---AVE-2012.jpg            Un "Sakura-jima daikon" de bonne taille saupoudré de la poussière du volcan

sakura---19---AVE-2012.jpgLa vie triomphe toujours ... des fleurs de Verge d'or resplendissent malgré leurs feuilles recouvertes de cendres - photos © Antony Van Eeten 2012

 

Sources :

Photovolcanica - Sakura-jima - by R. Roscoe.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les éruptions historiques majeures qui ont marqué le Sakura-jima sont datées de 1471-76 (Bunmei), de 1779 (An-ei), de 1914-15 (Taisho) et de 1946 (Showa).


Chaque éruption est responsable de grandes coulées de lave andésitique qui ont atteint et modifié les contours de l’île volcanique. Elles sont le résultat d’un mélange entre deux magmas dans une chambre située à une profondeur de 3-6 km. sous la partie sud-ouest de la caldeira Aira. L’actuelle source dacitique est estimé se trouver sous le centre de la caldeira, tandis que la source basaltique git beaucoup plus profondément. Le volcanologue Arakawa relève une progressive réduction du niveau de silice des laves : de 66% pour les laves Bunmei (1471) à 59% pour les laves Showa (1946).

 

L’éruption de 1779 - éruption An-ei - fut précédée de plusieurs jours de violent trémor. Le 8 novembre à 11h., les premières émissions gazeuses sont repérées au sommet du Minami-dake. Une éruption violente débute à 14 h. sur le flanc sud ; aux environs de  16h., des évents sur le flanc nord-est entrent en éruption. Après une journée d’éruptions intenses, une phase effusive commence avec des coulées qui atteignent les eaux de la baie.

Cette éruption sera suivie au cours des 20 ans qui suivent d’une dizaine d’explosions ; l’une d’entre elles s’est passé sous le niveau marin et a causé un tsunami dévastateur.

 

Sakurajima-eruption-01.1914---coll-R.Wilson.jpg                   Eruption du Sakura-jima en janvier 1914 - photo archives R. Wilson collection

 

L’éruption de 1914-1915 - éruption Taisho - : Elle est considérée comme la plus importante éruption historique du Japon.

Du trémor volcanique se fait sentir dès le 10 janvier 1914, avec une fréquence et une intensité qui augmentent les jours suivants. Ce signe d’une éruption imminente fut bien interprété par les 22.000 habitants de l’île, fermiers et pêcheurs, qui l’évacuent spontanément. Le 11 janvier vers 14h., les premières émissions gazeuses sont remarquées.

Le 12, à 10h10, le premier d’un groupe de cinq évents s’ouvre sur le flanc ouest. Dix minutes plus tard, c’est au tour du  premier d’un groupe de six évents localisés sur le flanc est, d’entrer en action. Des éruptions puissantes produisent des colonnes incandescentes sur les deux sites, les panaches atteignant 10.000 mètres, parcourus d’éclairs. Des coulées pyroclastiques dues à l’effondrement de la colonne éruptive sont observés. De fortes chutes de cendres marquent une zone à l’est du volcan, la couche atteignant 1 mètres à 20 km. du volcan.

 

Sakura---er.-12.01.1914-du-port-de-Kagoshima---ph.S.Shashi.JPG         Eruption du Sakura-jima - Vue le 12.01.1914 du port de Kagoshima - photo S. Shashinkan

 

Eruption-Sakura-1914---Hamasaki---Jour.Sci.coll.-Imperial-u.JPGEruption du Sakura-jima en 1914 - l'intérêt du dessin de ce point de vue est de montrer quatre panaches éruptifs touchant deux côtés du volcan - doc. Hamasaki / Journ. Sci. coll. Imperial University of Tokyo. - in Geological Survey of Japan.


Suite à la poursuite du trémor, la plupart des 70.000 habitants de Kagoshima évacuent aussi la zone … seuls 35 morts sont attribués au séisme de magnitude 6-7 du 12 janvier, qui provoque des effondrement de bâtiments et des glissement de terrain. Un petit tsunami endommage des bateaux dans le port.

 

-kagoshima_1914---NYPL-picture-collection-Illustrated-Londo.jpgKagoshima sous les cendres de l'éruption du Sakura-jima en 1914 -  doc. NYPL Pictures collection / Illustrated London news.


Le 13 janvier, vers 20h., une secousse forte marque le début de l’activité effusive, et deux coulées importantes se développent au cours des 20 jours suivants. Une activité explosive moins forte que durant le climax accompagne les effusions. Le 20 janvier, l’activité cesse sur le flanc ouest, tandis que six cratères alimentent les coulées côté est.. La lave s’écoule à une vitesse de 30 mètres à l’heure près des évents, ce qui est remarquablement rapide pour une lave andésitique. Les coulées est s’étendent jusqu’à 3 km. des évents, larges de 2 km. par places.

Le 1° février 1914, elles remplissent le chenal large de 400 mètres qui sépare l’île de la péninsule Oosumi … le Sakura-jima n’est plus une île !

Les effusions cessent pour un temps, relayées par une activité explosive variable, puis reprennent le 22 mars 1914 au départ des évents situés à l’est, pour continuer de façon sporadique jusqu’en début 1915.

 

sakura---9---AVE-2012.jpgLe Torii du temple Shinto de Kurokami-cho, situé à 5 km. à l'est du volcan, haut de trois mètres, a été enseveli presqu'entièrement sous les dépôts pyroclastiques de l'éruption - ce lieu commémoratif est préservé par des chaînes et un portique. - photo © Antony Van Eeten 2012

Cette éruption a engloutit sept des 18 villages de Sakura-jima sous sa lave, et en a enterré sous ses cendres beaucoup d’autres ainsi que les champs qui les entourent. Au total, 2500 habitations ont été détruites. Des radeaux de ponces flottantes ont entravé la navigation sur la baie. Le gouvernement a initié la première opération de secours d’envergure après une éruption volcanique.


Le Global Volcanism Program qualifie cette éruption d’un index d’explosivité sakura---21---AVE-2012.jpg4 ; le volume de lave émis est estimé à 1,6 milliards de m³ pour 570 Mm³ de téphra.

 

Pancarte locale schématisant la position d'une chambre magmatique principale sous la caldeira, en communication par des failles avec une autre plus superficielle sous le Sakyra-jima -


Suite à l’éruption, on a constaté une déflation importante, avec perte de 70 cm. à différentes places du bord de la caldeira et de plus de 2 m. sur le rivage nord et sud de Sakura-jima. Ceci suggère une source magmatique située, au moins partiellement, sous le centre de la caldeira Aira. Elle fut suivie d’une inflation précédant l’éruption à venir.

 

Quelques éruptions explosives de courte durée émaillent les années 1935, 1938 et 1939, puis le calme revient jusqu’en 1946.

En 1946 - éruption Showa -, le volcan entre en éruption au cratère Showa, qui s’est créé en 1939, sur le flanc est du Minami-dake ; l’éruption fut essentiellement effusive , 180 Mm³ de lave émis, sans production de ponces. Les dommages ont été limités aux terres agricoles englouties sous la lave. Une coulée bifide sakurajima---09.09.1985---Tom-Pierson-USGS.jpga entouré celle de 1914, vers les côtes est et sud de "l’île perdue" de Sakura-jima.

Le panache du Sakura-jima le 09.09.1985 - photo Tom Pierson / USGS

 


A dater de 1955, l'activité reprend et diverses éruptions explosives plus petites vont marquer le cratère sommital Minami-dake, jusqu'en 2006 ... où après in intervalle de 58 ans, on observe une éruption hors cratère sommital. (détails sur GVP Montly report)


 

Quelques belles photos des éruptions en tout début d'année 2010 par Thorsten Boeckel et Martin Rietze :

 

 

Astronomical-picture-of-the-day-MR-01.2010.jpg       Sakura-jima - 25.12.2009 /09.01. 2010 /  Astronomical picture of the day  - by Martin Rietze.


Dossier-41 1847 - Th B 2010

   Sakura-jima - 25.12.2009 /09.01. 2010 / by Thorsten Boeckel : " New Year eruption around 00:05:23 at 01.01.2010, two minutes later the next fontain. "

 

Il demeure toujours bien actif comme en témoignent les photos prises en 2012.

 

sakura---10---AVE-2012.jpg

 

sakura---13---AVE-2012.jpg 

sakura---28---AVE-2012.jpg

           Sakura-jima en octobre 2012 -trois photos  © Antony Van Eeten 2012 


Sources :

- Global Volcanism Program - Sakura-jima 

- Geological Survey of Japan - Sakura-jima

- Photos de Martin Rietze / A.L.P.E. - link 2010 - link 2012

- Photos de Thorsten Boeckel / from Etna to Stromboli - link 201010

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

sakura---25---AVE-2012.jpg

La baie de Kagoshima et le Sakura-jima dans la brume automnale - photo © Antony Van Eeten 2012 

 

 

Le graben Kagoshima et ses caldeiras :

La baie de Kagoshima et ses volcans sont compris dans les limites du graben Kagoshima.

Une série de cinq caldeiras y sont discernables :

- les caldeiras Kakuto et Kobayashi, à proximité du volcan Kirishima;

- les caldeiras Aira et Ata, situées dans la baie de Kagoshima;

- et la caldeira Kikai, en grande partie submergée, dans l'arc de Ryukyu, au sud de Kyushu.

Ces cinq caldeiras "majeures" incluent des caldeiras de plus petites tailles et des cônes formés post-caldeira.

Ces diverses caldeiras ont été reconnues grâce à des études géologiques et gravitationnelles, et au fait qu'une roche moins dense remplit les caldeiras après leur formation.

 

 

Kagoshima-graben-et-caldeiras.jpgCarte des caldeiras du graben Kagoshima - doc Eartquake Research Institute University Tokyo. - le tracé du graben est constitué d'une "ligne grise pleine".

 

 

Sakura-jima_from_space-Radar.jpg

                        La caldeira Aira et le volcan Sakura-jima - image radar doc. Nasa

 

 

La baie de Kagoshima est essentiellement formée par la caldeira Aira au nord, la caldeira Ata près de l'entrée de la baie au sud, et un certain nombre de dépressions situées entre les deux.

La caldeira Aira est une dépression, de 23 km. sur 17, en forme d'entonnoir profonde de 4.000 mètres, mais remplie de matériaux de l'explosion originelle et d'explosions ultérieures, ainsi que de sédiments ... si bien que la baie n'a plus actuellement qu'une profondeur d'une centaine de mètres. Elle est datée de 24.000 ans environ.

Dans son coin nord-est, une sub-caldeira, nommée Wakimako, d'un diamètre de 6 km. et formée à l'holocène, possède un fond plat à une profondeur de 190 m. et un petit cône responsable de fumerolles sous-marines.

L'éruption qui a conduit à la formation de la caldeira a entraîné un dépôt de plus de 400km³ de ponces et cendres, ce qui équivaut à plus de 100 km³ de magma rhyolitique.

La caldeira Ata, au sud de la baie, s'est formée il y a 95.000 ans; le volume émis lors de l'éruption causale est estimé à 300 km³de ponces et cendres dacitiques.

 

Sakura-jima---Aster-2001.09.19.jpg                              Le volcan Sakura-jima vu par ASTER le 19.09.2001 - doc. Nasa

 

Le volcan Sakura-jima :

 

171986_10151104957971441_2065456124_o.jpgPancarte locale indiquant les principales éruptions du Sakura-jima - photo © Antony Van Eeten 2012


Ce volcan  commencé à se former il y a 13.000 ans sur le bordure sud de la caldeira Aira; il a bâti progressivement une île suite à l'activité de ses divers évents :

- le Kita-dake, le cône sommital, a été actif jusqu'il y a 4.850 ans

- puis l'activité s'est déplacée vers le Minami-dake, responsable de fréquentes éruptions, qui sont enregistrées depuis le 8° siècle, et qui ont déposé constamment des cendres sur la ville de Kagoshima, située au bord de la baie du même nom, à 8 km. du sommet.

- Depuis 2009, l'activité marque régulièrement le cratère Showa, sur le flanc est du volcan.

 

Sakura-crat.---JAXA.jpgLe Sakura-jima et ses différents cratères - Satellite image courtesy of Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA) and index map from MapsOf.net.

 

Activite-crat.-Minadake-et-Showa-2009-2011.jpgHauteur des panaches et explosions documéntées du sakura-jima entre janvier 2009 et juillet 2011, respectivement aux évents Minami-dake (graphiques supérieurs) et Showa (graphiques inférieurs) - doc. JMA / GVP.

 

Quelques vues de l'activité du cratère Showa en octobre 2012 :

 

sakura---3---AVE-2012.jpg

 

sakura---13---AVE-2012.jpg

 

sakura---16---AVE-2012.jpg

Sakura-jima - cratère Showa - sur la photo du bas, remarquez l'épaisse couche de cendres récentes sur le bord gauche du cratère - photos  © Antony Van Eeten 2012 

 

Demain, les éruptions historiques importantes.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Sakura-jima

- Geological Survey of Japan - Japanese Quaternary volcanoes - Sakura-jima

Lire la suite

<< < 1 2 3 4

Articles récents

Hébergé par Overblog